Extension Factory Builder
16/10/2012 à 12:37
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Le président mauritanien, Mohamed Ould Abdelaziz. Le président mauritanien, Mohamed Ould Abdelaziz. © AFP

Blessé par balle(s) dans la soirée du samedi 13 octobre, le président mauritanien Mohamed Ould Abdelaziz a été opéré à Nouakchott avant d'être transféré à l’hôpital militaire de Percy, près de Paris, où il est toujours hospitalisé. Alors que les circonstances dans lesquelles les coups de feu ont été tirés sont encore floues, de même que les informations sur la ou les blessures du président mauritanien, les nouvelles concernant son état de santé sont plutôt rassurantes.

À Nouakchott, la rumeur s’emballe vite. Qui a tiré sur le président mauritanien Mohamed Ould Abdelaziz, dans la soirée du 13 octobre, alors qu’il revenait d’un week-end de repos dans le désert ? Méprise d’une patrouille mobile de l’armée - la version officielle -, ou tentative d’assassinat, les deux thèses s’affrontent. À peine trois jours après l’incident, la première semble la plus probable. En l’absence de l’homme fort du pays, tout se passe « comme d’habitude », assure-t-on en Mauritanie. Aucune mesure particulière, visant à renforcer la sécurité, n’a été prise.

Toutefois, la frange la plus radicale du bloc de ses détracteurs, la Coordination de l’opposition démocratique (COD), a annoncé qu’elle suspendait toutes ses activités contestataires, « jusqu’à nouvel ordre. » Ainsi, le 14 octobre, la conférence de presse qui devait être animée par le chef de file de l’opposition Ahmed Ould Daddah, afin de dévoiler le programme des futures manifestations, a été annulée. Peu convaincue par la thèse officielle, la COD, qui prône « la discrétion en ces circonstances malheureuses », a tout de même demandé l’ouverture d’une enquête.

Pas d'interim

Reste que pour le moment, Mohamed Ould Abdelaziz garde bel et bien tous les pouvoirs. La Constitution mauritanienne ne prévoit l’intérim, en son article 40, qu’« en cas de vacance ou d’empêchement déclaré définitif par le Conseil constitutionnel. » Alors, « le président du Sénat assure l’intérim (…) pour l’expédition des affaires courantes » et « l’élection du nouveau président de la République a lieu, sauf cas de force majeure, constaté par le Conseil constitutionnel, dans les trois mois à partir de la constatation de la vacance ou de l’empêchement définitif. »

À ce jour, aucune date de retour au pays n’a encore été fixée. Mohamed Ould Abdelaziz est toujours hospitalisé à l’hôpital militaire de Percy, à Clamart (Hauts-de-Seine), où il a été transféré le 14 octobre au matin, à bord d’un avion médicalisé français, pour y recevoir des « soins complémentaires ». La veille, il a été opéré par deux médecins mauritaniens à l’hôpital militaire de Nouakchott, une opération jugée « réussie » par les médecins parisiens. Après deux jours passés en réanimation et une série d’examens, il est désormais alité dans sa chambre. Il va très bien, discute au téléphone, reçoit des amis et surtout, se repose, comme le lui recommande le personnel hospitalier et ses proches, qui assurent qu’il « ne prend jamais de congé ». Blessé à l’abdomen, près du rein, la balle aurait touché l’intestin. Mais ses jours ne sont pas en danger.



 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Mauritanie

'Timbuktu' : Abel Jafri, un jihadiste amoureux

"Timbuktu" : Abel Jafri, un jihadiste amoureux

Fils d'un Algérien et d'une Tunisienne, le comédien Abel Jafri incarne un fondamentaliste complexe dans "Timbuktu", le film d'Abderrahmane Sissako remarqué lors du Festival de Cannes.[...]

Karim Miské, talent sans frontières

Tantôt à Nouakchott, tantôt à Paris. Une caméra dans une main, un stylo dans l'autre. L'écrivain et documentariste franco-mauritanien Karim Miské explore depuis vingt-cinq ans[...]

Traversées mauritanides : les mots pour le lire

Mi-décembre se tiendra la 5e édition du festival Traversées mauritanides à Nouakchott et à Nouadhibou. Une plongée au coeur des lettres francophones et arabophones.[...]

Mauritanie : Nouakchott croule sous les déchets

Depuis le mois de mai, le ramassage des ordures laisse à désirer à Nouakchott, devenu une véritable décharge à ciel ouvert. Face à ce désastre, des habitants se[...]

Mauritanie : entre les Flam le torchon brûle

Un an après le retour au pays de leurs leaders, les militants de la cause négro-mauritanienne des Forces de libération africaines de Mauritanie (Flam) s'entre-déchirent. Faut-il intégrer[...]

Mauritanie : roulez jeunesse !

Kane Limam Monza est auteur-interprète et fondateur du festival Assalamalekoum. Être jeune, en voilà une chance pour nous autres. Forts, fiers et dynamiques... Telle devrait être la donne.[...]

Mauritanie : Mohamed Ould Abdelaziz droit dans ses bottes

Mohamed Ould Abdelaziz ne s'en laisse pas conter, délègue peu et décide tout seul. Portrait d'un omniprésident Mauritanien qui semble décidé à faire de la lutte contre la[...]

Mauritanie - Ely Ould Mohamed Vall : "L'insécurité est flagrante, le pays est en ébullition"

Le cousin et néanmoins grand rival du chef de l'État ne trouve rien de positif dans l'action du gouvernement. Et ne se prive pas de le faire savoir.[...]

Mauritanie : le front du refus se dégarnit

Les principaux adversaires du régime ont boycotté le dernier scrutin présidentiel. Atteints par la limite d'âge, ils ne pourront se présenter en 2019. Et, pour le moment, aucun dauphin ne[...]

Gouvernement mauritanien : comment faire du neuf avec du vieux

Pas de jeunes, peu de femmes ou de nouveaux visages... Le gouvernement Hademine ressemble à s'y méprendre au précédent. À quelques exceptions près.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers