Extension Factory Builder
15/10/2012 à 18:10
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Ali Zeidan, ex-opposant à Kaddafi, vient d’être élu Premier ministre. Ali Zeidan, ex-opposant à Kaddafi, vient d’être élu Premier ministre. © AFP

Ali Zeidan a été élu nouveau Premier ministre le 15 octobre. L’ancien opposant à Kadhafi disposera de deux semaines pour réussir là où son prédécesseur, Moustapha Abou Chagour, a échoué : former un gouvernement qui soit accepté par l’Assemblée nationale.

Ali Zeidan a été élu nouveau Premier ministre par l'Assemblée nationale libyenne, le 15 octobre. L’ex-opposant au régime de Mouammar Kadhafi succède à Moustapha Abou Chagour, qui ne sera resté que trois semaines en fonction, échouant à deux reprises à former un gouvernement.

Soutenu par les libéraux de l'Alliance des forces nationales (AFN, le parti de Mahmoud Jibril, NDLR), en position de force à l’Assemblée, Ali Zeidan l'a emporté avec 93 voix contre 85 en faveur de l'actuel ministre de la Gouvernance locale, Mohamed al-Hrari, appuyé par les islamistes. Sur les 200 membres que compte le Congrès général national (CGN), 179 étaient présents et ont participé au vote.

Dissident

Ali Zeidan est un ex-opposant radical au défunt « Guide » de la Jamahiriya (« l’État des masses »), Mouammar Kadhafi. Diplomate de carrière, le sexagénaire a passé plus de 30 ans en exil après avoir fait défection en 1980 alors qu'il était en poste à l'ambassade libyenne en Inde. Il avait alors rejoint le Front national du salut libyen, une formation qui regroupait les opposants en exil. Il a vécu à cette époque en Allemagne avant de quitter le groupe pour se consacrer, depuis Genève, à la défense des droits de l'homme en Libye. Le nouveau Premier ministre a ensuite joué un rôle décisif, en qualité de représentant du CNT (Conseil national de transition) en France et en Europe pour que la communauté internationale reconnaisse les rebelles libyens comme des interlocuteurs légitimes et qu’elle mette en place une zone d’exclusion aérienne.

Son concurrent, Mohamed al-Hrari, un universitaire de 56 ans, a bénéficié pour sa part des votes des islamistes du Parti de la justice et de la construction (PJC) issu des Frères musulmans, ainsi que des indépendants affilés ou influencés par différents courants islamistes.

La sécurité au cœur du programme

« La sécurité sera ma principale priorité, car tous les problèmes que rencontre la Libye viennent de là », a confié le Premier ministre, repris par Le Monde. Il a également promis de composer « un gouvernement d'urgence pour résoudre les crises que traverse actuellement le pays ». Le nouveau chef du gouvernement n’a pas non plus fermé la porte aux islamistes du PJC. « L'islam est notre système de croyance et la source de notre jurisprudence », a soutenu Ali Zeidan, tout en assurant qu’il se conformera à la charia (droit musulman, NDLR), rapporte le quotidien français.

Le nouveau Premier ministre doit désormais s’atteler à une tâche complexe : la formation d’un gouvernement et surtout, l’octroi du vote de confiance à ce dernier par le Parlement. Cette étape avait été fatale à son éphémère prédécesseur, alors que la nouvelle législation libyenne n’accorde que deux tentatives successives à chaque ministre pour faire valider son gouvernement, sous peine de se voir destitué. Difficulté supplémentaire pour le nouvel élu : cette tâche doit être accomplie en deux semaines, comme l’a indiqué le président de l'Assemblée libyenne, Mohamed al-Megaryef.

Représentativité

Dans un pays marqué par les divisions tribales et régionales, établir un gouvernement qui fasse l’unanimité ne sera pas une mince affaire. La principale raison invoquée par les députés pour justifier leur refus des gouvernements de Moustapha Abou Chagour était le manque de représentativité régionale et sociale des ministres qu'il avait nommés.

L'ex-Premier ministre estime qu’une alliance, pourtant improbable, entre islamistes et libéraux, qui détiennent à eux deux la majorité des sièges réservés aux partis politiques à l’Assemblée nationale, a été à l’origine de sa destitution. Peut-être que pareil mésaventure n’arrivera pas à son successeur dans la mesure où il est issu des rangs libéraux.

Conformément au plan de transition, le nouveau gouvernement aura un mandat d'un an jusqu'à la tenue de nouvelles élections. Durant ce laps de temps, une nouvelle Constitution doit également être rédigée par le CGN.

(Avec AFP)

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Libye

Libye : le gouvernement admet avoir perdu le contrôle de Tripoli

Libye : le gouvernement admet avoir perdu le contrôle de Tripoli

Le gouvernement démissionnaire libyen, exilé dans l’Est, a reconnu dans un communiqué publié dans la nuit de dimanche à lundi ne plus contrôler les ministères et services de l&[...]

Libye : violents combats à Benghazi, l'aéroport touché

De violents entre les forces du général rebelle Khalifa Haftar et des miliciens islamistes ont fait samedi au moins dix morts à Benghazi, la grande ville de l'est de la Libye. L'aéroport a[...]

Libye : Mohamed Ali Ghatous kidnappé à Misrata

L'ex-directeur de cabinet de l'ancien Premier ministre libyen Ali Zeidan, Mohamed Ali Ghatous, a été kidnappé le 19 août.[...]

France - Libye : Sarkozy, Kadhafi et la piste malienne

Comme l'a révélé J.A. en exclusivité, les juges qui enquêtent sur le financement de la campagne de l'ex-président français en 2007 ont adressé une demande d'entraide[...]

Libye : démission du gouvernement provisoire

Le premier ministre libyen Abdallah al-Theni a présenté la démission de son gouvernement, en place depuis le mois de mars, au Parlement élu, selon un communiqué publié jeudi soir.[...]

Libye : François Hollande demande un "soutien exceptionnel" de l'ONU pour rétablir l'État

Le président français François Hollande a appelé jeudi à un soutien exceptionnel de l'ONU en Libye, pour rétablir l'État. Sous peine, selon lui, de voir le terrorisme se[...]

Libye : Washington accuse les Émirats arabes unis d'avoir mené des raids contre les islamistes

Washington a accusé lundi les Émirats arabes unis et l’Égypte d’avoir secrètement lancé des frappes aériennes contre des miliciens islamistes en Libye.[...]

Égypte : le Caire dément une quelconque implication militaire en Libye

L’Égypte a une nouvelle fois démenti toute implication directe dans les récents bombardements de positions de milices islamistes en Libye. Le pays répondait aux accusations formulées,[...]

1966 - 1979 : Kadhafi et Habré prennent le pouvoir en Libye et au Tchad

Ce billet est le premier d'une série en trois volets consacrée aux rapports belliqueux de la Libye et du Tchad. Laurent Touchard commence par faire le point sur les circonstances de l'arrivée au pouvoir de[...]

Libye : fallait-il renverser Kadhafi ?

La déliquescence de l'État libyen et la dissémination du terrorisme dans la région relancent le débat sur l'opportunité de l'intervention de l'Otan contre l'ex-"Guide" de[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces
Buy VentolinBuy Antabuse Buy ZithromaxBuy Valtrex