Extension Factory Builder
15/10/2012 à 18:10
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Ali Zeidan, ex-opposant à Kaddafi, vient d’être élu Premier ministre. Ali Zeidan, ex-opposant à Kaddafi, vient d’être élu Premier ministre. © AFP

Ali Zeidan a été élu nouveau Premier ministre le 15 octobre. L’ancien opposant à Kadhafi disposera de deux semaines pour réussir là où son prédécesseur, Moustapha Abou Chagour, a échoué : former un gouvernement qui soit accepté par l’Assemblée nationale.

Ali Zeidan a été élu nouveau Premier ministre par l'Assemblée nationale libyenne, le 15 octobre. L’ex-opposant au régime de Mouammar Kadhafi succède à Moustapha Abou Chagour, qui ne sera resté que trois semaines en fonction, échouant à deux reprises à former un gouvernement.

Soutenu par les libéraux de l'Alliance des forces nationales (AFN, le parti de Mahmoud Jibril, NDLR), en position de force à l’Assemblée, Ali Zeidan l'a emporté avec 93 voix contre 85 en faveur de l'actuel ministre de la Gouvernance locale, Mohamed al-Hrari, appuyé par les islamistes. Sur les 200 membres que compte le Congrès général national (CGN), 179 étaient présents et ont participé au vote.

Dissident

Ali Zeidan est un ex-opposant radical au défunt « Guide » de la Jamahiriya (« l’État des masses »), Mouammar Kadhafi. Diplomate de carrière, le sexagénaire a passé plus de 30 ans en exil après avoir fait défection en 1980 alors qu'il était en poste à l'ambassade libyenne en Inde. Il avait alors rejoint le Front national du salut libyen, une formation qui regroupait les opposants en exil. Il a vécu à cette époque en Allemagne avant de quitter le groupe pour se consacrer, depuis Genève, à la défense des droits de l'homme en Libye. Le nouveau Premier ministre a ensuite joué un rôle décisif, en qualité de représentant du CNT (Conseil national de transition) en France et en Europe pour que la communauté internationale reconnaisse les rebelles libyens comme des interlocuteurs légitimes et qu’elle mette en place une zone d’exclusion aérienne.

Son concurrent, Mohamed al-Hrari, un universitaire de 56 ans, a bénéficié pour sa part des votes des islamistes du Parti de la justice et de la construction (PJC) issu des Frères musulmans, ainsi que des indépendants affilés ou influencés par différents courants islamistes.

La sécurité au cœur du programme

« La sécurité sera ma principale priorité, car tous les problèmes que rencontre la Libye viennent de là », a confié le Premier ministre, repris par Le Monde. Il a également promis de composer « un gouvernement d'urgence pour résoudre les crises que traverse actuellement le pays ». Le nouveau chef du gouvernement n’a pas non plus fermé la porte aux islamistes du PJC. « L'islam est notre système de croyance et la source de notre jurisprudence », a soutenu Ali Zeidan, tout en assurant qu’il se conformera à la charia (droit musulman, NDLR), rapporte le quotidien français.

Le nouveau Premier ministre doit désormais s’atteler à une tâche complexe : la formation d’un gouvernement et surtout, l’octroi du vote de confiance à ce dernier par le Parlement. Cette étape avait été fatale à son éphémère prédécesseur, alors que la nouvelle législation libyenne n’accorde que deux tentatives successives à chaque ministre pour faire valider son gouvernement, sous peine de se voir destitué. Difficulté supplémentaire pour le nouvel élu : cette tâche doit être accomplie en deux semaines, comme l’a indiqué le président de l'Assemblée libyenne, Mohamed al-Megaryef.

Représentativité

Dans un pays marqué par les divisions tribales et régionales, établir un gouvernement qui fasse l’unanimité ne sera pas une mince affaire. La principale raison invoquée par les députés pour justifier leur refus des gouvernements de Moustapha Abou Chagour était le manque de représentativité régionale et sociale des ministres qu'il avait nommés.

L'ex-Premier ministre estime qu’une alliance, pourtant improbable, entre islamistes et libéraux, qui détiennent à eux deux la majorité des sièges réservés aux partis politiques à l’Assemblée nationale, a été à l’origine de sa destitution. Peut-être que pareil mésaventure n’arrivera pas à son successeur dans la mesure où il est issu des rangs libéraux.

Conformément au plan de transition, le nouveau gouvernement aura un mandat d'un an jusqu'à la tenue de nouvelles élections. Durant ce laps de temps, une nouvelle Constitution doit également être rédigée par le CGN.

(Avec AFP)

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Libye

Terrorisme au Sahel : la stratégie de Sisyphe

Terrorisme au Sahel : la stratégie de Sisyphe

Peut-être a-t-on crié victoire un peu vite : il ne suffit pas de couper quelques têtes pour éradiquer la menace jihadiste. Soldats français et Casques bleus l'apprennent à leurs[...]

Libye : le médiateur de l'ONU appelle à arrêter les combats

L'émissaire onusien pour la Libye a appelé vendredi soir à l'arrêt des combats qui ont opposé durant la journée des forces de la coalition Fajr Libya à celles du gouvernement[...]

Tunisie : les terroristes du musée du Bardo ont été entraînés en Libye

Selon le secrétaire d'État tunisien chargé des affaires sécuritaires, les deux auteurs de l'attentat du musée du Bardo à Tunis, qui a coûté la vie à 21 personnes[...]

Libye : douze miliciens tués par des combattants de l'EI dans la région de Syrte

Au moins douze miliciens antigouvernementaux ont été tués mercredi près de Syrte en Libye dans des affrontements avec des jihadistes du groupe État islamique (EI), ont rapporté une source[...]

Bernardino León : Veni vidi Libye...

L'Espagnol dirige les négociations de la dernière chance, à Alger, entre les factions libyennes. Une mission onusienne qui n'a rien d'une sinécure...[...]

Libye : combats entre jihadistes de l'État islamique et miliciens à Syrte

Des combats ont opposé samedi des jihadistes du groupe Etat islamique (EI) et des miliciens antigouvernementaux à Syrte, dans le centre de la Libye, pays plongé dans le chaos, selon des responsables.[...]

Libye : l'État islamique enlève neuf étrangers dans le sud du pays

Neuf étrangers dont un Ghanéen ont été enlevés vendredi lors d'une attaque contre un champ pétrolier dans le sud de la Libye. L'annonce a été faite ce lundi par les[...]

Libye : deux Parlements, une crise et deux médiateurs... le Maroc et l'Algérie

Une réunion de dialogue va s'ouvrir mardi à Alger entre des parties au conflit libyen, a indiqué dimanche Ramtane Lamamra, le ministre algérien des Affaires étrangères. Elle[...]

Dialogue interlibyen au Maroc : les camps rivaux et l'ONU confiants

Les représentants des deux Parlements rivaux, qui tiennent des discussions indirectes au Maroc, ainsi que le médiateur de l'ONU ont affiché leur confiance vendredi quant à la possibilité d'un[...]

France : Claude Guéant placé en garde à vue dans l'enquête sur le financement libyen de Sarkozy

Claude Guéant, ancien ministre de l'Intérieur et fidèle lieutenant de Nicolas Sarkozy, a été placé en garde à vue vendredi matin dans l'enquête sur les accusations de[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers
Purging www.jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20121015173411 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20121015173411 from 172.16.0.100