Extension Factory Builder
15/10/2012 à 16:16
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Vue sur la centrale thermique d'Azito, à Abidjan. Vue sur la centrale thermique d'Azito, à Abidjan. © AFP/Archives - Issouf Sanogo

Dans la nuit du dimanche 14 au lundi 15 octobre, un groupe armé a tenté de s’emparer de la centrale d’Azito, à Abidjan. Parallèlement, la gendarmerie de Bonoua, ville située non loin de la frontière ghanéenne, a également été prise pour cible par des assaillants, dont l'’un aurait trouvé la mort.

Une centrale thermique d’Abidjan a été la cible d’une attaque menée par un groupe armé, dans la nuit du dimanche 14 au lundi 15 octobre. « La centrale d'Azito a fait l'objet vers 3 heures du matin [heure locale NDLR] d'une présence d'individus armés en tenue militaire qui ont tenté de prendre le site, mais nos hommes les ont repoussés », a assuré Paul Koffi Koffi, le ministre de la Défense, à l'AFP. « Il y a eu plusieurs arrestations, nous sommes en train de procéder aux auditions », a-t-il ajouté. Une dizaine d'assaillants auraient, selon lui, pris part à l'opération.

Si aucune victime ne serait à déplorer d’un côté comme de l’autre, une source au sein de la Compagnie ivoirienne d'électricité (CIE) indique que la centrale thermique a subi des dégâts. L’installation est située dans le quartier de Yopougon, dans l’ouest d'Abidjan. Elle fournit en électricité une bonne partie de la capitale économique ivoirienne. Suite à l’attaque, « un groupe qui alimente l'électricité est hors service », a précisé une source, membre du service communication de la CIE.

Carrefour vers le Ghana

Un peu plus tôt dans la nuit, une autre attaque a ciblé la police et la gendarmerie à Bonoua. La ville du sud de la Côte d’Ivoire, située à 60km d’Abidjan, représente un carrefour vers le Ghana. « Ça a commencé vers 23 heures. On entendait des tirs à l'arme lourde et à la kalachnikov », a relaté un habitant.

Sous couvert d'anonymat, une source au sein de l'état-major des Forces républicaines (FRCI, armée), a fait état d'« un mort dans les rangs des assaillants ». L’information n’a pas été confirmée par le ministère de la Défense, qui affirme n’avoir, pour l’heure, aucun bilan mentionnant d'éventuelles victimes.

« Dans la nuit, il y a eu un braquage au commissariat. Les braqueurs se sont ensuite dirigés vers la gendarmerie. Ils ont essuyé des tirs et ils ont pris la fuite vers le village de Samo », a précisé M. Koffi. La localité se situe plus à l’Est, en direction du Ghana, qui constitue un refuge pour de nombreux partisans de l'ex-président ivoirien, Laurent Gbagbo.

Le président ghanéen John Dramani Mahama a affirmé à maintes reprises qu’il ne tolérerait pas que son pays représente une « base arrière » destinée à déstabiliser la Côte d’Ivoire. Malgré ces déclarations visant à l’apaisement, les intrusions répétées d’assaillants hostiles au régime d'Alassane Ouattara, en provenance du  Ghana, empoisonnent les relations entre les deux pays.

Regain de violences depuis août

La double attaque de la nuit dernière intervient dans un contexte tendu. Une série d'attaques meurtrières ont été menées en août contre les forces de sécurité ivoiriennes, marquant le plus grave regain de tension depuis la fin de la crise postélectorale de décembre 2010-avril 2011, qui a entraîné la mort de 3 000 personnes.

Les dernières offensives en date avaient eu lieu les 20 et 21 septembre, notamment contre le poste de Noé, à la frontière avec le Ghana. Trois personnes avaient alors perdu la vie, dont un militaire des FRCI. Suite à l’incident, la Côte d’Ivoire avait décidé de fermer l’ensemble de ses frontières avec son voisin.

Le régime d'Alassane Ouattara attribue les attaques qui ont lieu depuis août à des partisans de Laurent Gbagbo. Ces derniers nient toute implication dans les assauts.

(Avec AFP)

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Côte d'Ivoire

Côte d'Ivoire : PDCI et FPI unis dans la division à dix mois de la présidentielle

Côte d'Ivoire : PDCI et FPI unis dans la division à dix mois de la présidentielle

À dix mois de la présidentielle ivoirienne, le Parti démocratique de Côte d'Ivoire (PDCI) d'Henri Konan Bédié et le Front populaire ivoirien (FPI) de Laurent Gbagbo n'ont jamais ét&e[...]

Côte d'Ivoire : confirmation de l'interdiction du congrès du FPI, Affi N'Guessan renforcé

En déclarant mercredi "nul et non avenu" le congrès du Front patriotique ivoirien (FPI), la justice ivoirienne a donné raison à Pascal Affi N’Guessan, qui souhaitait d'abord voir[...]

Alassane Ouattara inaugure le troisième pont d'Abidjan

Construit en un peu plus de deux ans par les équipes de Bouygues, le pont à péage Henri Konan Bédié doit fluidifier la circulation de la capitale économique ivoirienne. Son ouverture[...]

Olam acquiert l'activité cacao d'ADM pour 1,3 milliard de dollars

Après avoir cédé plusieurs de ses activités en Afrique, Olam poursuit sa stratégie de recentrage en faisant l'acquisition de l'activité cacao d'ADM. L'opération permet au[...]

Vidéo : Yaya Touré et Benzema dans la "dream team" de Zidane

Rédacteur en chef spécial de l'émission de Canal+ "L'Équipe de dimanche" du 14 décembre, Zinédine Zidane a dévoilé le nom des 11 joueurs et des remplaçants[...]

Côte d'Ivoire : le parti de Gbagbo appelle la CPI à renoncer à ses poursuites

Le parti de Laurent Gbagbo a appelé vendredi la Cour pénale internationale (CPI) à abandonner ses poursuites contre l'ex-président ivoirien, son épouse et son ancien ministre Charles Blé[...]

Justice et réconciliation en Côte d'Ivoire : le rapport très critique de la FIDH

Dans son dernier rapport, la FIDH reste très sévère à l’égard du régime ivoirien et juge largement incomplètes les actions menées pour solder les comptes de la crise[...]

Exclusif. Blaise Compaoré est de retour à Yamoussoukro, en Côte d'Ivoire

Parti du Maroc il y a quelques jours, l'ex-président burkinabè Blaise Compaoré a atterri vendredi matin à Yamoussoukro, en Côte d'Ivoire.[...]

La Côte d'Ivoire refuse toujours de livrer Simone Gbagbo à la CPI

LA CPI a sommé jeudi la Côte d'Ivoire de lui livrer Simone Gbagbo, l'épouse de l'ancien président. Elle a aussi confirmé quatre charges de crimes contre l'humanité contre Charles[...]

La CPI confirme les charges de crimes contre l'humanité pesant sur Charles Blé Goudé

Le procès de Charles Blé Goudé à la Cour pénale internationale (CPI) aura bien lieu. La chambre préliminaire de la Cour a confirmé jeudi quatre charges de crimes contre[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers