Extension Factory Builder
15/10/2012 à 16:24
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Mo Ibrahim a fait fortune dans la téléphonie mobile. Mo Ibrahim a fait fortune dans la téléphonie mobile. © AFP

Le prix Mo Ibrahim reste une nouvelle fois sans lauréat en 2012. Comme en 2009 et 2010, les membres du jury ont estimé, lundi 15 octobre, qu’aucun ancien président africain ne remplissait les critères d’"excellence" requis.

« Le principe, c’est de récompenser l’excellence. Nous ne voulons pas abaisser nos critères. » Les explications du président du comité du prix Mo Ibrahim, Salim Ahmed Salim, sont claires : aucun ancien président africain n’a atteint le niveau requis aux yeux de la Fondationn Mo Ibrahim. Il n’y a donc en 2012, comme en 2009 et 2010, aucun successeur à Nelson Mandela (titulaire honoraire), au Cap-Verdien Pedro Pires (2011) et au Mozambicain Joachim Chissano (2008).

La fondation se refuse toutefois à parler de déception. « C’est déjà exceptionnel d’avoir distingué trois lauréats d’excellence en seulement six années ! » n’a cessé de répéter Mo Ibrahim, président de la fondation qui porte son nom et milliardaire anglo-soudanais de la téléphonie mobile, lors d’une conférence de presse, lundi 15 octobre.

"Un certain déclin dans le développement humain"

Ce prix d’excellence, qui n’a pas trouvé preneur, ne doit cependant pas occulter le travail principal de la fondation : l’indice de bonne gouvernance. Celui-ci classe les pays africains selon quatre grands piliers : la sécurité, le développement humain, le développement économique et les droits de l'Homme.

« C’est une question d’équilibre », explique Mo Ibrahim, prenant l’exemple de la Tunisie. « En Tunisie, il y a un très haut niveau d’éducation mais peu d’emplois, peu de démocratie et beaucoup de corruption », estime-t-il. « En Afrique, l’économie croît sans ralentissement depuis dix ans mais on constate un certain déclin dans le développement humain », ajoute le milliardaire, pointant le cas du Nigeria, en haut des premiers classements publiés mais qui se retrouve en queue de peloton en 2012.

« Quand nous avons une cinquantaine de petits pays, comment pouvons-nous faire ? » a conclu le natif de Khartoum, appelant à l’unité : « Dans le domaine économique, nous n’avons pas la puissance de négocier face aux gros que sont les États-Unis, le bloc européen et la Chine. Il faut que nous nous réveillions ! »

Par Mathieu Olivier (@MathieuOlivier)

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

International

Banque mondiale : Makhtar Diop reprend son poste de vice-président Afrique

Banque mondiale : Makhtar Diop reprend son poste de vice-président Afrique

 Écarté de son poste de vice-président Afrique de la Banque mondiale début octobre, l'économiste sénégalais, à qui l'on prêtait l'intention de briguer la pré[...]

Réfugiés africains pour audimat européen

Dans un camp de réfugiés du Darfour, la chaîne Arte tourne un documentaire bimédia "à jouer". Instrumentalisation de la détresse pour une courbe d’audience ? Ou[...]

Malick Ndiaye, le gourou à six cordes

À la tête du label ThinkZik ! depuis quinze ans, le mystérieux et exigeant producteur d'Imany et de Faada Freddy attend plus de la musique africaine.[...]

Art contemporain : rififi autour du prix Orisha

Décerné le 2 octobre à Paris au Béninois Kifouli Dossou, le premier prix Orisha pour l'art contemporain africain a suscité l'agacement de plusieurs artistes et commissaires.[...]

Algérie : des juges d'instruction français vont enquêter sur l'assassinat d'Hervé Gourdel

Des juges d'instruction français vont enquêter sur l'enlèvement et l'assassinat d'Hervé Gourdel, a-t-on appris vendredi de source judiciaire.[...]

Areva : Luc Oursel pas vraiment parti

En dépit du départ inattendu de Luc Oursel, pour des raisons thérapeutiques et son remplacement par son numéro deux Philippe Knoche le 22 octobre, l'organigramme d'Areva reste inchangé[...]

Ebola - Dr Eric Leroy : "L'épidémie continue d'évoluer dans le mauvais sens"

Le Dr Éric Leroy est l'un des plus grand spécialistes du virus Ebola. Selon lui, l'épidémie ne sera pas endiguée avant plusieurs mois. Interview.[...]

Brésil : Dilma Rousseff, surprise du chef

Les sondages la donnaient battue au second tour de la présidentielle par la socialiste Marina Silva. Ils se sont lourdement trompés. Avec 41,6 % des suffrages au premier, Dilma Rousseff est bien [...]

Un Michel peut en cacher un autre

Le nouveau Premier ministre se prénomme Charles et n'a que 38 ans. Mais il a de qui tenir. Louis, son père, est un vieux briscard de la politique locale. Et de la "Belgafrique".[...]

Terrorisme : le Maroc demande à la France de retirer son appel à la vigilance

Pour le ministre marocain de l'Intérieur, Mohamed Hassad, la présence du Maroc dans une liste de 40 pays dans lesquels la France appelle ses ressortissants à une vigilance renforcée "est[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers