Extension Factory Builder
15/10/2012 à 13:04
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Un village près de Dakoro, localité où les humanitaires ont été enlevés, dans le sud-Niger. Un village près de Dakoro, localité où les humanitaires ont été enlevés, dans le sud-Niger. © AFP/Archives - Issouf Sanogo

Six personnes, dont cinq humanitaires, ont été enlevées dans la nuit du dimanche 14 au lundi 15 octobre à Dakoro, dans le sud-est du Niger. Les ravisseurs ont été localisés au nord du pays, près de la frontière malienne.

Mis à jour le 16/10 à 08 h 20.

Cinq travailleurs humanitaires, quatre Nigériens et un Tchadien, ainsi que leur chauffeur nigérien, ont été enlevés dimanche soir dans la localité de Dakoro, dans le sud-est du Niger.

« Cinq travailleurs humanitaires, dont un Tchadien, et un chauffeur nigérien ont été enlevés à leur domicile vers 22h00 (21h00 GMT) par des hommes bien armés venus à bord de deux véhicules tout-terrain et qui parlaient arabe, tamasheq (langue des Touareg, NDLR) et haoussa », a précisé Abou Mahamane, secrétaire général du département de Dakoro. Une ONG concernée par l'enlèvement et une source sécuritaire avaient initialement parlé du rapt de cinq humanitaires seulement.

« Ils ont été enlevés par des hommes de peau blanche et un de peau noire, parlant arabe. Le Tchadien a probablement tenté de résister et a été blessé mais il a quand même été embarqué », a pour sa part indiqué une source humanitaire.

À la recherche d'Occidentaux ?

Contacté par Jeune Afrique, Hachimou Chinkafa, conseiller de la présidence nigérienne, estime que les « bandits armés » sont « venus en pensant qu'il y avaient des responsables occidentaux. Il n'y en avait pas et ils ont enlevés nos compatriotes et un Tchadien ».

« Cet acte s'apparente plus à un règlement de comptes qu'à un enlèvement » (à motifs idéologiques), a de son côté déclaré, lundi soir, le cabinet du Premier ministre, Brigi Rafini, dans un communiqué lu sur la radio publique. « Toutes les mesures sont prises pour retrouver les personnes disparues et les auteurs », ajoute le texte. Selon une source sécuritaire, les ravisseurs ont été pris en chasse et localisés dans le nord du Niger, frontalier du Mali.

Quatre des personnes enlevées, dont un médecin et un infirmier, appartiennent à l'ONG nigérienne Befen (Bien-être de la femme et de l'enfant au Niger) et à l'ONG tchadienne Alerte-santé. Dans un communiqué conjoint, les deux organisations « demandent leur libération et prioritairement celle de leurs collaborateurs qui auraient été blessés lors de cet incident ». Les deux ONG « rappellent qu'elles sont des ONG médicales qui n'ont d'autre objectif que de juguler les situations les plus précaires et ce, en toute indépendance politique » et « impartialité ».

Partenaire de MSF

Befen, une organisation partenaire de Médecins sans frontières (MSF) au Niger, est spécialisée dans les domaines de la santé et de la malnutrition. D'après une source humanitaire, Befen avait repris en juin dernier la gestion des centres nutritionnels de MSF à Dakoro.

En septembre 2010, Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi) avait enlevé sept personnes au Niger, dans la région d'Agadez, parmi lesquelles quatre Français toujours détenus par l'organisation jihadiste. Au total neuf Européens, dont six Français, sont aux mains d'Aqmi au Sahel. De son côté, le Mouvement pour l'unicité et le jihad en Afrique de l'Ouest (Mujao), autre groupe terroriste implanté au Nord-Mali, retient au moins trois otages algériens.

___

Benjamin Roger (@benja_roger), avec agences

 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Niger

Trafic de bébés au Niger : la justice se déclare incompétente

Trafic de bébés au Niger : la justice se déclare incompétente

Se déclarant incompétent, le tribunal correctionnel de Niamey a décidé vendredi d'abandonner les poursuites à l'encontre d'une vingtaine de personnes accusées d'avoir participé &agr[...]

Boko Haram : intervention tchadienne, présence française et métastases

La lutte contre Boko Haram est LE sujet du sommet des chefs d'État et de gouvernement de l'Union africaine qui se tient du 30 au 31 janvier à Addis-Abeba. Dernières nouvelles du front.[...]

Internet, mobiles, SMS : quand nos États misent sur la censure

En réponse aux dernières manifestations en RDC, le gouvernement congolais a censuré Internet et SMS. Un classique : avant lui, de nombreux gouvernements du continent avait utilisé le même[...]

ONU - Hiroute Guebre Sellassie : "Boko Haram nous concerne tous"

Pour Hiroute Guebre Sellassie, l’envoyée spéciale de Ban Ki-moon au Sahel, Boko Haram n’est pas que le problème du Nigeria et la communauté internationale doit se mobiliser avant[...]

Niger : des artistes chantent contre les violences communautaires

Dix jours après de graves émeutes anti-chrétiennes consécutives à la publication de la caricature du prophète Mahomet en une du journal "Charlie Hebdo", plusieurs artistes[...]

Jusqu'où ira Boko Haram ?

Le monstre grandit aux confins du Nigeria. Villes et villages tombent les uns après les autres, toujours dans le sang, et personne ne paraît en mesure d'arrêter les islamistes armés. Ni le[...]

Niger : libération des 90 opposants arrêtés après un rassemblement interdit

Quatre-vingt dix manifestants arrêtés dimanche à Niamey lors d'un rassemblement politique interdit par les autorités ont été remis en liberté, a-t-on appris vendredi auprès[...]

Boko Haram : Shekau menace Déby, Biya et Issoufou

Dans une mise en scène vidéo dont il est coutumier, Abubakar Shekau, le chef de Boko Haram, a défié les pays voisins du Nigeria de l'attaquer, au moment où ceux-ci se sont réunis[...]

Mgr Judes Bicaba, évêque burkinabè : "Après un incendie, les braises ne s'éteignent pas tout de suite"

Monseigneur Judes Bicaba préside depuis 2005 le diocèse de Dégoudou dans le nord du Burkina Faso. Il revient pour Jeune Afrique sur les évènements des 16 au 18 janvier au Niger, où 45[...]

Sécurité : à Niamey, la communauté internationale s'est réunie contre Boko Haram

Une vingtaine de pays et d'organisations régionales et internationales se sont réunies ce mardi à Niamey pour tenter de mettre sur pied une force multinationale efficace contre l'avancée du groupe[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers
Purging www.jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20121015121224 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20121015121224 from 172.16.0.100