Extension Factory Builder
15/10/2012 à 09:09
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Lavagne : 'Akono, le nouveau sélectionneur, est un pompier-pyromane'. Lavagne : "Akono, le nouveau sélectionneur, est un pompier-pyromane". © AFP/Stringer

Denis Lavagne, dont le contrat court jusqu’au 31 octobre prochain, a été suspendu de sa fonction de sélectionneur du Cameroun depuis le 14 septembre. Le technicien français livre sa version des faits sur une situation devenue ingérable, alors que les Lions indomptables, battus par le Cap-Vert, n’ont pas réussi à se qualifier pour la CAN 2013.

Jeune Afrique : Vous avez plusieurs fois déclaré que vous étiez au milieu d’un conflit entre la Fécafoot, présidée par Mohammed Iya, et d’autres personnes

Denis Lavagne : Oui. Pour des raisons multiples. Régionales, car Iya est du Nord. De pouvoir aussi. Il y a des gens qui aimeraient prendre la présidence de la Fécafoot, que Iya a rendue viable financièrement. Il est honnête, n’a pas besoin de la fédération pour vivre et exister. Il est le patron de la Sodécoton.

À qui pensez-vous ?

Des anciens joueurs comme Roger Milla – qui critique systématiquement tous les sélectionneurs qui passent – ou Joseph-Antoine Bell, sont intéressés par la présidence de la Fécafoot. Jean-Paul Akono, le nouveau sélectionneur, est un pompier-pyromane. Cela fait des années que par ses critiques incessantes, il créé une ambiance délétère autour de l’équipe. Mais lors de son passage en 2001 à la tête de la grande équipe des Lions  (championne d’Afrique 2000 et 2002), il n’a pas su gagner un seul match et a du démissionner au bout de trois rencontres… Pierre Lechantre n’était plus là pour l’aider comme aux JO de 2000 où il a fait tout le boulot. Personnellement, j’ai gagné six de mes huit matchs.

Que reprochez-vous à Akono ?

Quand il était Directeur technique national adjoint, je l’avais rencontré avant le match en Guinée-Bissau, en qualifications pour la CAN 2013, en février (1-0). Il m’avait dit que j’avais les compétences pour participer à la reconstruction du foot camerounais. Juste après, je lis dans la presse qu’il a fait un rapport au ministre des Sports, Adoum Garoua, affirmant que j’étais une honte pour le foot du pays. Au moins, Milla ne va pas le critiquer : ils marchent main dans la main. Ces personnes ne souhaitaient pas que le Cameroun gagne.

Akono ou Milla... Ces personnes ne souhaitaient pas que le Cameroun gagne.

En juin, ils sont allés jusqu'à rencontrer l’entraîneur de la RDC [Claude Le Roy, NDLR] pour le renseigner sur les Lions et le supplier de tout faire pour gagner le match. Quand on marque le but de la victoire face à la Guinée-Bissau lors du match retour en juin (1-0), des gens ont quitté le stade de dépit. Au Cap-Vert (à l’aller, 0-2), j’ai vu des rictus de joie sur certains visages lors de notre défaite, en particulier le chef de presse [Linus Pascal Founda, NDLR] et l’entraîneur adjoint, Martin Ntoungou Mpilé. Quand on gagnait, on minimisait nos performances. C’est troublant, non ?

Quelque part, vous sentiez-vous visé ?

Indirectement. Iya avait proposé ma nomination en octobre 2011 à Michel Zoah, l’ancien ministre des Sports, qui ne s’y est pas opposé. Je devais signer un contrat de deux ans, le 27 octobre 2011, et ça a traîné. Y-a-t-il eu des pressions ? A partir de là, tout est allé de travers. C’était un coup monté contre Iya. La suspension d’Eto’o (en photo ci-dessous, © AFP) après le boycott du match amical en Algérie, le 15 novembre, n’a fait que compliquer les choses.

Au Cameroun, il y a les pro-Eto’o et ceux qui estiment qu’il n’est pas étranger au climat particulier qui règne autour de la sélection…

Akono et Milla avaient dit lors de la Coupe du Monde 2010 que Eto’o était un problème pour l’équipe. Avec le joueur, je n’ai pas eu de soucis. Samuel est un très grand footballeur, mais il veut être à la fois joueur, buteur, capitaine, sélectionneur, voire ministre ! C’est le pouvoir qui l’intéresse. Il n’est pas revenu pour le match aller face au Cap-Vert, car il avait dénoncé le manque de professionnalisme de la fédération, alors que c est le ministère des Sports qui organise tous les déplacements et les matchs. La Fédération n’a aucun pouvoir sur la sélection. Et là, il a accepté…

Vous savez pourquoi ?

Il a eu le brassard de capitaine. Avec moi, cela n’aurait pas été le cas. Donner le brassard à quelqu’un qui a fait grève et boycotté un match, parce que le ministre des Sports de l’époque ne voulait plus de lui comme capitaine ? Impossible. Quant à ses déclarations sur l’amateurisme autour de la sélection, les joueurs voyagent dans de très bonnes conditions, ils logent dans des hôtels de luxe, et les primes sont d’un montant très correct et payées des la fin des matches. Ce prétexte  est un moyen de se dédouaner des mauvais résultats. Qui en est le plus responsable? Le président ? Les entraîneurs qui changent tous les 10 mois en moyenne ? Les joueurs et tous les opportunistes qui créent un climat délétère autour de la sélection, espérant à des fins personnelles et financières prendre le pouvoir de la Fédération ? Aujourd’hui des gens se prosternent devant Eto’o, alors qu’il y a à peine un mois, ils le critiquaient lors des réunions.

Aujourd’hui des gens se prosternent devant Eto’o, alors qu’il y a à peine un mois, ils le critiquaient lors des réunions.

Eto’o n’est pas le seul à avoir accepté de revenir pour le match retour face au Cap-Vert (2-1)

Certains avaient laissé tomber l’équipe, et là, ils sont revenus comme des sauveurs. Il y a aussi l’exemple de Jean-Armel Kana-Biyik (Rennes). Je l’avais plusieurs fois convoqué, et il n’était jamais venu. Peut-être lui avait-on conseillé d’attendre… Son père et son oncle, François Oman-Biyik, qui était l’adjoint de Clemente, sont de proches amis d’Akono et Milla…

Avez-vous touché l’intégralité de vos salaires ?

Oui, mais seulement le 27 septembre. Je devais signer un contrat de deux ans. Adoum Garoua, qui est un ministre qui ne prend aucune décision, a renié sa parole et m’a fait signer un contrat d’un an. Il avait sans doute des consignes venues de plus haut. J’ai été obligé d’accepter sous la pression car on m’a menacé de ne pas me payer. Le 4 juin dernier, j’avais appris que la Fécafoot avait reçu une lettre lui demandant d’établir une short-list pour me trouver un successeur. Plusieurs fois, Garoua a demandé ma tête à Iya.

Qu’allez-vous faire désormais ?

À ce jour, je n’ai pas eu de contacts pour reprendre une équipe, je ne me presse pas. Ce qui s’est passé pendant un an n’a pas été facile à vivre. Je ne veux pas retomber dans une autre galère, et je vais réfléchir avant de m’engager dans un autre club. Au Cameroun, certains disent qu’ils sont patriotes, qu’ils aiment leur sélection. En fait, ils pensent surtout à leur propre intérêt, en croyant que le Cameroun est supérieur à toutes les équipes, au nom de son passé. Or, il n’a plus rien gagné depuis dix ans, à part la LG Cup en novembre 2011 pour mes deux premiers matchs à la tête de la sélection…

________

Propos recueillis par Alexis Billebault

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Cameroun

C'est du vent !

Les voyages forment tout le monde, quel que soit l'âge de chacun. Il n'y a guère longtemps, je me suis retrouvé dans la capitale - que je préfère ne pas nommer - d'un pays d'Afri[...]

Football camerounais : les "stats" d'une crise historique

Trois CAN ratées, une Coupe du monde au goût amer, d'anciennes gloires qui se déchirent... Le football camerounais traverse actuellement l'une des pires périodes de son histoire. Où en est-il [...]

Stromae, griot sarcastique malgré lui

Le chanteur belge Stromae est en tournée africaine. Ecoutées au premier degré ou pastichées, les chansons de son album "Racine carrée" illustrent la politique du continent.[...]

Rap camerounais : Tilla "La Marraine"

Impossible de passer à côté d'eux, ils illuminent la scène hip-hop camerounaise. L'un a créé son propre label, les deux autres connaissent des débuts fulgurants.[...]

Mondial 2022 au Qatar : trois hauts dirigeants du football africain nommément accusés de corruption

Au mois de juin 2014, le "Sunday Times" publiait une enquête dénonçant l'existence d'un système de pots-de-vin ayant conduit à l’attribution de la Coupe du monde de football au[...]

Rap camerounais : hip hip-hop hourra !

Les rappeurs camerounais vivent une véritable success-story. Leur recette ? Ils utilisent les langues du pays, évoquent le quotidien de leurs compatriotes et s'adressent directement à la jeunesse.[...]

Cameroun : Douala-Yaoundé par la nationale 3, l'axe du mal

La nationale 3 au Cameroun est l'une des routes les plus dangereuses au monde. Et ce ne sont pas quelques radars qui feront ralentir les chauffards.[...]

Unis pour le Cameroun : Boko Haram ? Même pas peur !

Unis pour le Cameroun, un collectif apolitique, a rassemblé plus de 20 000 personnes contre Boko Haram. Entraînant finalement dans leur mouvement le pouvoir et l'opposition[...]

Jeu vidéo : Aurion, un Fantasy à l'africaine

La société Kiro'o Games lance Aurion, un jeu vidéo entièrement conçu au pays. Séduira-t-il les marchés américain et européen ?[...]

Cameroun : Mbembe-Nganang, pugilat littéraire à New York

 À la suite d'une charge virulente orchestrée contre lui sur Facebook et divers réseaux sociaux, l'historien camerounais Achille Mbembe, qui vit en exil en Afrique du Sud, a déposé[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers