Extension Factory Builder
13/10/2012 à 17:29
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
François Hollande et Joseph Kabila après leur tête-à-tête, le 13 octobre à Kinshasa. François Hollande et Joseph Kabila après leur tête-à-tête, le 13 octobre à Kinshasa. © Capture d'écran J.A./YouTube/TV5 Monde

La crise au Nord-Kivu et la situation des droits de l’homme en RDC ont été les deux sujets forts de la visite de François Hollande, le 13 octobre à Kinshasa, à l’occasion du XIVe sommet de la Francophonie. Dans une ambiance plutôt fraiche entre le président français et son homologue congolais, Joseph Kabila.

Sur les marches du Palais du peuple de Kinshasa, à l’arrivée des chefs d’État à la cérémonie d’ouverture du XVIe sommet de la Francophonie, la poignée de main entre le président français, François Hollande, et son hôte congolais, Joseph Kabila, a été rapide et froide. Pas de regards échangés, pas de sourires polis. Les deux dirigeants s’étaient vus en tête-à-tête plus tôt dans la matinée et n’avaient l’intention ni l’un ni l’autre de feindre le parfait amour.

Dès sa descente d’avion, et après un passage rapide à son hôtel, samedi 13 octobre au matin, François Hollande a été reçu au Palais de la nation par Joseph Kabila. Les deux hommes se sont entretenus pendant près de 40 minutes, lors desquelles ont été évoqués la situation des droits de l’homme en RDC et le conflit au Nord-Kivu.

Hollande avait déjà donné son point de vue, le 9 octobre à Paris, en estimant que « la situation (en RDC) est tout à fait inacceptable, sur le plan des droits, de la démocratie et de la reconnaissance de l’opposition ». Il a répété son message en exprimant devant Joseph Kabila la « préoccupation de la France face à l’état précaire des libertés » dans le pays, selon un proche de l’Élysée. Dans la perspective des élections locales de l’année prochaine, la France souhaite ainsi que la réforme de la Commission électorale nationale indépendante (Ceni) ait aboutie afin que l’opposition y obtienne la place qu’elle réclame.

"Long processus" démocratique

Pour mieux marquer son point de vue, Hollande a également évoqué devant le président congolais le procès des meurtriers présumés de Floribert Chebeya, le militant des droits de l’homme assassiné en 2010, en rappelant que la France ne relâchera pas la pression pour que les responsables soient jugés.

Joseph Kabila a réagi froidement au discours de François Hollande.

Joseph Kabila a réagi froidement au discours de son invité. Il a tenu à lui rappeler que la démocratie était un « long processus » et a expliqué qu’une première loi a déjà été votée pour la réforme de la Commission des droits de l’homme tandis que celle sur la Ceni était en cours. Quant à l’affaire Chebeya, Kabila a souligné qu’il n’interférait pas dans les affaires de la justice et qu’il n’était pour rien dans le report du procès à une date ultérieure au sommet.

Après le tête-à-tête entre les deux dirigeants, François Hollande s’est rendu à la résidence de France où il a reçu cinq leaders de l’opposition congolaise, pendant environ 45 minutes. Étaient présents Vital Kamerhe (UPNC), Samy Badibanga (UDPS-FAC), Martin Faylu (UDPS-FAC), Jean-Lucien Bussa (MLC) et Pierre Matusika (Abako). Ils étaient accompagnés de représentants d’ONG comme la Voix des sans voix (ONG de Floribert Chebeya). Le même message qu’à Kabila leur a été transmis, et il a été bien mieux reçu évidemment.

Le Nord-Kivu, timide terrain d’entente

L’autre sujet à l’ordre du jour a permis d’apaiser un peu les esprits. Et la France en a peut-être un peu rajouté dans le sens de Kinshasa pour compenser les attaques formulées à l’encore du régime de Kabila.

Dans son discours, lors de la cérémonie d’ouverture du sommet, François Hollande s’est attardé sur la question des crises et a logiquement commencé par évoquer la situation des populations au Kivu. Il a martelé la nécessité de « réaffirmer que les frontières de la RDC sont intangibles ». L’ovation dans la salle n’a jamais été aussi intense et elle s’est poursuivit quand il a demandé à ce que les forces de l’ONU soient davantage présentes et que le mandat de la Monusco puisse être élargi.

C’est également ce message qu’il a transmis à Joseph Kabila, qui ne pouvait – sur ce sujet - qu’acquiescer au soutien répété de Hollande en faveur de la protection des frontières de la RDC.

Le président congolais ne s’est cependant pas privé de préciser au chef de l’État français qu’il trouvait dommage qu’on ne désigne jamais nommément l’agresseur – entendre le Rwanda accusé par Kinshasa de soutenir la rébellion du M23

________

Par Élise Colette et Philippe Perdrix, envoyés spéciaux à Kinshasa

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

RD Congo

RDC : l'affaire Muyambo, arnaque ou manipulation politique ?

RDC : l'affaire Muyambo, arnaque ou manipulation politique ?

L'ex-bâtonnier du barreau de Lubumbashi Jean-Claude Muyambo est détenu depuis le 20 janvier à Kinshasa. La justice congolaise l'accuse d'avoir vendu un immeuble qui ne lui appartenait pas. L'intéress&e[...]

Rwanda, Côte d'Ivoire, RDC... : Stromae annonce une grande tournée africaine avec 8 dates de concert dans 8 pays

Stromae a annoncé vendredi les dates de sa première tournée africaine. Le chanteur de "Papaoutai" se rendra au Sénégal, en Côte d'Ivoire, au Cap Vert au Cameroun, au Gabon, au[...]

RDC 

Interview : "Même exilé à Paris, Filimbi continue la lutte pour la démocratie en RDC"

Trois des fondateurs du mouvement citoyen congolais Filimbi (RDC) viennent de s’exiler en Europe, après s’être cachés pendant plusieurs semaines à Kinshasa pour fuir la répression[...]

RDC - Massacre de civils à Beni : que font l'armée et la Monusco ?

Dix-neuf personnes ont été tuées à la machette mercredi à Beni, territoire de l'est de la RDC où des massacres de civils ont lieu depuis plus de six mois. Une situation qui perdure[...]

RDC : Filimbi et les Américains

Les États-Unis ont-ils financé les activistes de Filimbi ? Barack Obama a répondu à Joseph Kabila en l'appelant au lendemain de la présidentielle nigériane...[...]

RDC : bientôt un (nouvel) "enterrement groupé" de cadavres conservés à la morgue de Kinshasa

Pour éviter une nouvelle polémique après celle qui a suivi la découverte d'une fosse commune à Maluku, dans la banlieue de Kinshasa, les autorités congolaises ont annoncé lundi[...]

RDC : l'Union européenne veut une enquête urgente sur la fosse commune

L'Union européenne a appelé vendredi à ce qu'une enquête urgente soit menée sur la fosse commune découverte près de Kinshasa et qui suscite de nombreuses questions en[...]

Charnier de Maluku en RDC : Tshisekedi dénonce les "escadrons de la mort" de Kabila

Étienne Tshisekedi, le président de l'UDPS (opposition), a signé depuis Bruxelles un communiqué très violent à l'égard du pouvoir en RDC, suite à la découverte d'une[...]

RDC : Filimbi a-t-il un avenir ?

La répression des autorités de Kinshasa et le discrédit de la classe politique congolaise pourraient ouvrir un boulevard au tout jeune mouvement citoyen Filimbi.[...]

RDC : que faire de Mathieu Ngudjolo Chui, l'acquitté indésirable de la CPI ?

Acquitté des charges de crimes de guerre et de crimes contre l'humanité par la Cour pénale internationale (CPI) le 27 février 2015, le Congolais Mathieu Ngudjolo Chui embarrasse. Toujours en[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers
Purging www.jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20121013170355 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20121013170355 from 172.16.0.100