Extension Factory Builder
13/10/2012 à 17:29
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
François Hollande et Joseph Kabila après leur tête-à-tête, le 13 octobre à Kinshasa. François Hollande et Joseph Kabila après leur tête-à-tête, le 13 octobre à Kinshasa. © Capture d'écran J.A./YouTube/TV5 Monde

La crise au Nord-Kivu et la situation des droits de l’homme en RDC ont été les deux sujets forts de la visite de François Hollande, le 13 octobre à Kinshasa, à l’occasion du XIVe sommet de la Francophonie. Dans une ambiance plutôt fraiche entre le président français et son homologue congolais, Joseph Kabila.

Sur les marches du Palais du peuple de Kinshasa, à l’arrivée des chefs d’État à la cérémonie d’ouverture du XVIe sommet de la Francophonie, la poignée de main entre le président français, François Hollande, et son hôte congolais, Joseph Kabila, a été rapide et froide. Pas de regards échangés, pas de sourires polis. Les deux dirigeants s’étaient vus en tête-à-tête plus tôt dans la matinée et n’avaient l’intention ni l’un ni l’autre de feindre le parfait amour.

Dès sa descente d’avion, et après un passage rapide à son hôtel, samedi 13 octobre au matin, François Hollande a été reçu au Palais de la nation par Joseph Kabila. Les deux hommes se sont entretenus pendant près de 40 minutes, lors desquelles ont été évoqués la situation des droits de l’homme en RDC et le conflit au Nord-Kivu.

Hollande avait déjà donné son point de vue, le 9 octobre à Paris, en estimant que « la situation (en RDC) est tout à fait inacceptable, sur le plan des droits, de la démocratie et de la reconnaissance de l’opposition ». Il a répété son message en exprimant devant Joseph Kabila la « préoccupation de la France face à l’état précaire des libertés » dans le pays, selon un proche de l’Élysée. Dans la perspective des élections locales de l’année prochaine, la France souhaite ainsi que la réforme de la Commission électorale nationale indépendante (Ceni) ait aboutie afin que l’opposition y obtienne la place qu’elle réclame.

"Long processus" démocratique

Pour mieux marquer son point de vue, Hollande a également évoqué devant le président congolais le procès des meurtriers présumés de Floribert Chebeya, le militant des droits de l’homme assassiné en 2010, en rappelant que la France ne relâchera pas la pression pour que les responsables soient jugés.

Joseph Kabila a réagi froidement au discours de François Hollande.

Joseph Kabila a réagi froidement au discours de son invité. Il a tenu à lui rappeler que la démocratie était un « long processus » et a expliqué qu’une première loi a déjà été votée pour la réforme de la Commission des droits de l’homme tandis que celle sur la Ceni était en cours. Quant à l’affaire Chebeya, Kabila a souligné qu’il n’interférait pas dans les affaires de la justice et qu’il n’était pour rien dans le report du procès à une date ultérieure au sommet.

Après le tête-à-tête entre les deux dirigeants, François Hollande s’est rendu à la résidence de France où il a reçu cinq leaders de l’opposition congolaise, pendant environ 45 minutes. Étaient présents Vital Kamerhe (UPNC), Samy Badibanga (UDPS-FAC), Martin Faylu (UDPS-FAC), Jean-Lucien Bussa (MLC) et Pierre Matusika (Abako). Ils étaient accompagnés de représentants d’ONG comme la Voix des sans voix (ONG de Floribert Chebeya). Le même message qu’à Kabila leur a été transmis, et il a été bien mieux reçu évidemment.

Le Nord-Kivu, timide terrain d’entente

L’autre sujet à l’ordre du jour a permis d’apaiser un peu les esprits. Et la France en a peut-être un peu rajouté dans le sens de Kinshasa pour compenser les attaques formulées à l’encore du régime de Kabila.

Dans son discours, lors de la cérémonie d’ouverture du sommet, François Hollande s’est attardé sur la question des crises et a logiquement commencé par évoquer la situation des populations au Kivu. Il a martelé la nécessité de « réaffirmer que les frontières de la RDC sont intangibles ». L’ovation dans la salle n’a jamais été aussi intense et elle s’est poursuivit quand il a demandé à ce que les forces de l’ONU soient davantage présentes et que le mandat de la Monusco puisse être élargi.

C’est également ce message qu’il a transmis à Joseph Kabila, qui ne pouvait – sur ce sujet - qu’acquiescer au soutien répété de Hollande en faveur de la protection des frontières de la RDC.

Le président congolais ne s’est cependant pas privé de préciser au chef de l’État français qu’il trouvait dommage qu’on ne désigne jamais nommément l’agresseur – entendre le Rwanda accusé par Kinshasa de soutenir la rébellion du M23

________

Par Élise Colette et Philippe Perdrix, envoyés spéciaux à Kinshasa

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

RD Congo

RDC - Généalogie : dans la famille Kabila, je demande... les enfants du Mzee

RDC - Généalogie : dans la famille Kabila, je demande... les enfants du Mzee

Plus d'une décennie après la mort de Laurent-Désiré Kabila, les personnes se réclamant de sa filiation continuent de se déchirer. Entre Étienne, qui se dit "fils aîn&eacu[...]

RDC : accusé de "trafic d'armes", le général Gabriel Amisi "blanchi"

Le Conseil supérieur de la défense a annoncé jeudi avoir "blanchi" le général Gabriel Amisi, ex-chef d'état-major des forces terrestres de l'armée congolaise. L'officier[...]

Football : le Belge d'origine congolaise Romelu Lukaku à Everton pour cinq ans

Malgré une prestation en demi-teinte avec les Diables rouges lors de la phase finale de la Coupe du monde 2014 au Brésil, l'attaquant belge d'origine congolaise Romelu Lukaku devrait signer pour cinq ans à[...]

Wikipédia : le classement des chefs d'État africains les plus populaires

Créé en 2001, Wikipédia s'est imposée depuis comme l'encyclopédie numérique la plus consultée au monde. Participative, elle rassemble des informations collectées par les[...]

RDC : Tshisekedi, Kamerhe et Fayulu appellent au rassemblement le 4 août contre la révision constitutionnelle

Dans une lettre commune publiée mardi, l'UDPS d'Étienne Tshisekedi, l'UNC de Vital Kamerhe et l'Ecide de Martin Fayulu appellent les Congolais à se réunir le 4 août sur une grande place de[...]

RD Congo : le directeur général de la Gécamines révoqué pour "manquements graves"

 Ahmed Kalej Nkand a été démis de son poste d’administrateur directeur général de la Gécamines, en RD Congo, en raison "de manquements graves dans l’exercice de ses[...]

Lambert Mende à Kisangani pour rassurer sur l'arrivée des FDLR

Lambert Mende, ministre de la Communication de RDC et porte-parole du gouvernement, est à Kisangani depuis matin. Objectif : calmer les inquiétudes de la population du chef-lieu de la Province orientale qui [...]

RDC : les miliciens Enyele ont-ils attaqué le camp militaire Tshatshi ?

Quelques jours après l'attaque contre le camp militaire Tshatshi, le 22 juillet à Kinshasa, l'identité des assaillants et leurs motivations commencent à se préciser. Selon plusieurs sources[...]

Oreilles meurtries

Je vous ai parlé, il n'y a pas longtemps, de cet immeuble de vingt-deux niveaux situé sur le boulevard du 30-Juin, la plus grande artère du centre-ville de Kinshasa. Je vous ai dit que j'étais[...]

Mali - RDC : Nkulu Kalumba, un long chemin vers la liberté

À l'occasion de la Journée mondiale des réfugiés, le 20 juin, "Jeune Afrique" et le HCR au Mali ont organisé un concours de journalisme. C'est l'article d'une jeune étudiante[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers