Extension Factory Builder
13/10/2012 à 15:57
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
François Hollande entouré de membres d'ONG congolaises, le 13 octobre 2012 à Kinshasa. François Hollande entouré de membres d'ONG congolaises, le 13 octobre 2012 à Kinshasa. © Bertrand Langlois/AFP

Le XIVe sommet de la Francophonie s'est ouvert à Kinshasa, le 13 octobre au matin. Le discours de François Hollande s'est voulu consensuel, tandis que, en coulisses, la RDC et le Rwanda continuaient de s'affronter diplomatiquement pour obtenir l'approbation de résolutions en leur faveur.

En présence de 26 chefs d'État et de gouvernement, le XIVe sommet de la Francophonie a débuté dans la matinée du samedi 13 octobre à Kinshasa, avec deux bonnes heures de retard. Après le discours de bienvenue du président hôte Joseph Kabila, les présidents François Hollande (France), Moncef Marzouki (Tunisie) et Macky Sall (Sénégal), le Premier ministre canadien Stephen Harper et le chef de la délégation suisse, Ulrich Maurer, ont prononcé une allocution ainsi que le secrétaire général de la Francophonie, Abdou Diouf.

Le discours le plus attendu était celui de François Hollande. Après avoir jugé depuis Paris « inacceptable » la situation des droits de l'homme et de la démocratie en RDC, le président français a finalement opté pour un discours plus en retenue, essentiellement axé sur la Francophonie. « Cell-ci porte des valeurs, des principes et des exigences. Tout citoyen doit pouvoir choisir ses dirigeants », a-t-il notamment déclaré. Mais la politique, ce sont aussi des gestes. Et de ce point de vue, François Hollande a multiplié les initiatives.

La Francophonie porte des valeurs, des principes et des exigences. Tout citoyen doit pouvoir choisir ses dirigeants.

François Hollande, président français

Poignée de main formelle

Après un rapide entretien avec son homologue congolais, il a rencontré avant la cérémonie d'ouverture les principaux leaders de l'opposition et des représentants de la société civile. Tout le monde aura également remarqué la poignée de mains rapide et très formelle entre les deux dirigeants au Palais du peuple, où se déroule le sommet. Quelques instants plus tard, l'accolade entre Hollande et Diouf a tranché par sa chaleur...

Durant l'après midi, le président français devait inaugurer la médiathèque Floribert Chebeya, du militant éponyme des droits de l'homme, assassiné en 2010 et dont une audience cruciale du procès en appel a été reporté… à une dizaine de jours après le sommet. Hollande aura en outre un entretien bilatéral avec le leader de l'opposition, Étienne Tshisekedi. Après avoir tergiversé et hésité, le parti du Sphinx de Limete, l'Union pour la démocratie et le progrès social (UDPS), a finalement renoncé à une marche dans les rues de Kinshasa. Le message de l'Élysée était très clair : Hollande ne rencontrera pas un leader politique prenant le risque des déclencher des violences. Message relayé notamment à Kinhasa par l'ambassadeur de France, Luc Hallade.

Résolution controversée

François Hollande quittera Kinshasa, samedi 13 octobre dans la soirée. Il laissera derrière lui un projet de déclaration finale pour le sommet et cinq résolutions qui doivent être adoptées par consensus, dimanche 14 octobre. Il est notamment question de consolidation de la paix dans l'espace francophone, de la situation au Mali, de bonne gouvernance dans les industries extractives et forestières, de lutte contre la piraterie dans le golfe de Guinée... Et de la situation en RDC.

La résolution sur ce sujet a donné lieu à une rude confrontation diplomatique entre Kinshasa et Kigali. Le texte provisoire appelle « le Conseil de sécurité des Nations unies à adopter des sanctions ciblées contre tous les responsables des exactions commises dans l'Est de la RDC » et préconise que « le gouvernement congolais s'emploie activement à poursuivre en justice les auteurs des crimes de guerre et de crimes contre l'humanité. »

Des forces négatives à la solde d’intérêts extérieurs ont entrepris de déstabiliser le Nord-Kivu.

Joseph Kabila, président congolais

Les rebelles du mouvement du 23 mars (M23) qui contrôlent une partie du Nord-Kivu sont évidemment visés. « Des forces négatives à la solde d’intérêts extérieurs ont entrepris de déstabiliser le Nord-Kivu », a déclaré le président Kabila. En l'absence du président rwandais, Paul Kagamé, sa ministre des Affaires étrangères, Louise Mushikiwabo, a rejeté les deux passages de la proposition de résolution et émis « une réserve » surle texte qui doit, selon les règles de l'OIF, être adopté par consensus. « Ce n'est pas comme cela que l'on trouvera une solution au Nord-Kivu, il faut privilégier les discussions régionales », explique-t-elle.

Prochain sommet au Sénégal ?

« Le succès de ce sommet de Kinshasa repose essentiellement sur cette résolution », assure un diplomate ouest-africain. De fait, il conviendra de relire attentivement, le 14 octobre, les textes adoptés... Si d'aventure cette résolution disparaissait, ce serait un échec pour la diplomatie congolaise. Et une victoire pour le Rwanda.

Également à l'ordre du jour de ce sommet, enfin, l'adhésion à la Francophonie du Qatar et de l'Uruguay et le choix du pays hôte pour le XVe sommet, en 2014. Après le retrait de Haïti, trois pays sont candidats : la Moldavie, le Vietnam et le Sénégal. Le pays de la Teranga tient la corde. Ce sera le dernier sommet du secrétaire général de la Francophonie et ancien chef d'État sénégalais, Abdou Diouf.
________

Par Philippe Perdrix, envoyé spécial à Kinshasa

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

RD Congo

RDC : l'ONU souhaite la reprise de la coopération avec l'armée pour combattre les FDLR

RDC : l'ONU souhaite la reprise de la coopération avec l'armée pour combattre les FDLR

En froid avec Kinshasa, les Nations unies souhaitent relancer la coopération "le plus vite possible" avec l'armée afin de neutraliser les rebelles des Forces démocratiques de libération du Rwa[...]

RDC : Filimbi, drôles de révolutionnaires !

Les jeunes militant prodémocratie arrêtés par les autorités congolaises présentent des profils qui ne collent pas, mais alors pas du tout, avec le portrait qu'en fait Kinshasa. Explications.[...]

Kyungu wa Kumwanza : "La RDC doit privilégier les échéances électorales importantes"

De retour de Kinshasa, où il a pris part la semaine dernière à la réunion du bureau politique de la coalition au pouvoir, convoquée par le président Joseph Kabila, Antoine Gabriel Kyungu[...]

RDC : que deviennent les militants congolais arrêtés le 15 mars ?

Près de deux semaines après leur arrestation à l’issue d’une conférence de presse organisée avec les responsables de Y’en a marre et le Balai citoyen, plusieurs militants[...]

Mouvements citoyens africains : qui sont ces jeunes leaders qui font du bruit ?

Citoyens avant tout, ils se sont pourtant imposés comme des acteurs politiques à part entière. Smockey le Burkinabè, Fadel Barro le Sénégalais, Fred Bauma le Congolais... Voici notre[...]

Rififi à Conakry

Difficile de s'y retrouver quand pouvoirs et oppositions font des calendriers électoraux un enjeu majeur de la démocratie.[...]

RDC : la Monusco reconduite, mais réduite

La Monusco comptera 2 000 soldats de moins. Cette reconduction du mandat de la force onusienne survient en pleine brouille entre les Nations unies et Kinshasa.[...]

RDC : les Américains derrière les mouvements citoyens ?

Les autorités congolaises, qui ont durement mis fin à la rencontre entre les mouvements citoyens étrangers et congolais la semaine dernière, ont trouvé en Washington un responsable à ce[...]

RDC : trente éléphants tués en quinze jours par des braconniers dans le parc de la Garamba

Trente éléphants ont été abattus en deux semaines dans le Parc national de la Garamba, dans le nord-est de la RDC. Les responsables du parc accusent un groupe de braconniers soudanais d'avoir commis[...]

RDC : remous dans la majorité au sujet de la loi électorale

Sept partis de la majorité congolaise (RDC) ont exprimé leurs inquiétudes sur la révision de la Constitution. Après une réunion agitée, ils ont fini par rentrer dans le rang. [...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces
Purging www.jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20121013134659 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20121013134659 from 172.16.0.100