Extension Factory Builder
12/10/2012 à 18:20
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
François Hollande a prononcé son discours devant 150 députés sénégalais. François Hollande a prononcé son discours devant 150 députés sénégalais. © DR

Le chef de l’État français est arrivé en fin de matinée, le 12 octobre, dans la capitale sénégalaise. Après un tête-à-tête et un déjeuner de travail avec son homologue sénégalais, Macky Sall, il a prononcé un discours devant l’Assemblée nationale. Un texte progressiste et concret, loin de l’idéologie de son prédécesseur, Nicolas Sarkozy.

François Hollande a attendu cinq mois pour se rendre en Afrique. À la même époque, au mois d’octobre, en 2007, son prédécesseur Nicolas Sarkozy avait déjà visité l’Algérie, la Tunisie, la Libye, le Sénégal, le Gabon et il s’apprêtait à se rendre au Maroc. Il avait surtout scandalisé le continent – et au-delà - en prononçant dans la capitale sénégalaise un discours hors-sujet, rempli de clichés fleurant bon les tam-tams, grigris et autres « sagesses ancestrales » dont la jeunesse africaine à laquelle il était censé s’adresser ne voulait plus entendre parler.

Dans ce contexte, l’Afrique, pour François Hollande, a longtemps représenté l’endroit où il n’y avait que des coups à prendre. Il ne s’y est d’ailleurs pas rendu pendant la campagne électorale – contrairement à Nicolas Sarkozy qui, en 2006, avait été au Bénin.

Comment parler franchement sans offenser ? Comment défendre les principes universels auxquels la gauche française ne peut déroger sans entraver des intérêts économiques déjà mis à mal par la rude concurrence des pays émergents ? Le sommet de la Francophonie, prévu du 12 au 14 octobre à Kinshasa, et la présence quasi obligatoire de François Hollande à cette grand-messe, l’a forcé à trancher ces dilemmes – verbalement en tous cas.

Et c’est devant une Assemblée très féminine, composée de quelque 150 députés ayant tous revêtu leur écharpe aux couleurs du Sénégal, que François Hollande a pris la parole à 16 heures 40 locales. « Le temps de la Françafrique est révolu, a-t-il finalement pris le parti d’affirmer. Il y a la France et l’Afrique. Avec des relations fondées sur le respect, la clarté et la solidarité. »

François Hollande a fait le choix de ne pas s’attarder sur l’Histoire – dont l’interprétation sarkozyenne avait fait couler tant d’encre.

Trois principes qu’il a décliné tout au long d’une intervention essentiellement tournée vers l’Afrique de demain et l’avenir commun des continents africains et européens. À part une rapide référence liminaire à l’esclavage, « à la colonisation et ses souffrance » et au sang versé par les Africains lors des conflits mondiaux, François Hollande a fait le choix de ne pas s’attarder sur l’Histoire – dont l’interprétation sarkozyenne avait fait couler tant d’encre. Et il a réservé les moments de célébration mémorielle à sa visite à l’île de Gorée, prévue plus tard dans la journée.

La place de la France en Afrique

François Hollande et son homologue sénégalais Macky Sall, à Dakar, le 12 octobre.« La clarté, c’est la simplicité dans nos rapports d’État à État. Les émissaires, les intermédiaires et les officines trouvent désormais porte close à la présidence de la République comme dans les ministères », a martelé le chef de l’État français, en rappelant les quelques mesures symboliques prises depuis le début de son mandat, comme la transformation du ministère de la Coopération en ministère du Développement – dont le titulaire du portefeuille, Pascal Camfin, était dans la délégation présidentielle -, et la poursuite d’évolutions entamées auparavant, comme la renégociation des accords de défense sans clauses secrètes. La place de la France en Afrique devra donc être désormais « claire, transparente et fondée sur la solidarité. « Nous devons tout nous dire. »

Surtout, François Hollande (en photo ci-dessus avec son homologue sénégalais Macky Sall, © AFP) a précisé la manière dont il comptait concrètement engager la France aux côtés des pays africains : soutien au développement (par le biais de l’aide au développement et des financements innovants), appui aux organisations régionales  (Union africaine, Communauté de développement économique des États d’Afrique de l’Ouest) et – changement réclamé à hauts cris par les chancelleries africaines - réforme de la politique des visas.

« J’entends mettre fin à ce paradoxe, qui veut que la France ait, dans un passé récent, trop souvent fermé la porte à ceux qui voulaient y créer des emplois, y développer les échanges, participer à l’effort de recherche ou de création artistique », a-t-il lancé sous les applaudissements des députés sénégalais.

En 2007, sur le même sujet, Sarkozy avait certes affirmé que la jeunesse africaine avait le droit d’acquérir des compétences hors d’Afrique, mais il avait surtout insisté sur le fait qu’elle avait le devoir de « revenir bâtir l’Afrique ». Reste à voir si la France socialiste confrontée à un chômage massif pourra effectivement assouplir les conditions d’accueil des migrants africains.

La place de l’Afrique dans le monde

En se défendant de vouloir donner des leçons aux Africains, François Hollande a néanmoins livré sa vision de la place que l’Afrique devait avoir dans le monde. « Les Africains ont pris leur destin en main et ce mouvement ne s’arrêtera pas. » Ils devront « renforcer la place de (leur) continent dans la mondialisation ».

Totalement opposé à la phrase restée célèbre de Nicolas Sarkozy, enjoignant les Africains à « entrer dans l’Histoire », Hollande s’est ainsi formellement opposé à son prédécesseur en s’approchant beaucoup plus des paroles du président américain, Barack Obama, qui en juillet 2009 déclarait à Accra : « Je ne considère donc pas les pays et les peuples d’Afrique comme un monde à part ; je considère l’Afrique comme une partie fondamentale de notre monde interconnecté ».

Tout comme Obama, encore, Hollande a insisté maintes fois sur le rôle fondamental de la bonne gouvernance et prôné l’importance de la démocratie. La similitude entre les deux discours était claire. « Aucun pays ne peut créer de richesse si ses dirigeants exploitent l’économie pour s’enrichir personnellement », avait déclaré Obama en 2009. « Nous devons être intraitables face à ceux qui pourraient se croire autorisés à voler les deniers de leur propre pays », a martelé François Hollande en 2012 avec une référence explicite aux « biens mal acquis ».

« L’Amérique ne cherchera pas à imposer un système quelconque de gouvernement à une autre nation. Elle augmentera son aide aux personnes et aux institutions responsables, en mettant l’accent sur l’appui à la bonne gouvernance », avait insisté Obama. « Je ne suis pas venu en Afrique pour imposer un modèle, ni pour délivrer des leçons de morale, a rappelé Hollande. La démocratie vaut pour elle-même. Mais elle vaut aussi pour ce qu’elle permet. Il n’y a pas de vrai développement économique ni de vrai progrès social sans pluralisme. » Des idées honorables qu'il faudra néanmoins évaluer à l'aune de leur impact sur le réel.

______

Par Élise Colette, envoyée spéciale à Dakar

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Sénégal

Sénégal : Karim Wade bientôt jugé pour 'enrichissement illicite'

Sénégal : Karim Wade bientôt jugé pour "enrichissement illicite"

Karim Wade, le fils de l'ex-président sénégalais Abdoulaye Wade dont il fut conseiller et ministre, restera en prison où il croupit depuis un an en attendant son procès, prévu en juin, pou[...]

Affaire Karim Wade - Cheikh Diallo : "J'ai dit la vérité, rien que la vérité"

Ex-conseiller du président Abdoualye Wade, Cheikh Diallo a connu la descente aux enfers. Soupçonné par la justice d'être un complice de Karim Wade dans l'acquisition illicite de divers biens, il aura[...]

Carte interactive : voyagez en Afrique sans visa !

En vertu d'accords bilatéraux ou dans le cadre d'organisations sous-régionales, plusieurs pays africains ont supprimé l'obligation de visa d'entrée sur leurs territoires. Grâce à une carte[...]

Mali : IBK au Sénégal, les raisons d'une visite

Le président malien, Ibrahim Boubacar Keïta, a fait une visite d'État au Sénégal, du 13 au 16 avril. Retour sur les raisons de cette visite.[...]

Sénégal : en attendant son procès, Karim Wade, en détention depuis un an, reste en prison

En attendant son procès, Karim Wade va rester en détention provisoire. En prison depuis un an jour pour jour, le fils de l'ancien président sénégalais, Abdoulaye Wade, sera jugé dans[...]

RDC : Abdou Diouf décoré du "Grand Cordon Kabila-Lumumba"

Arrivé à la fin de son mandat à la tête de l'Organisation internationale de la francophonie (OIF), Abdou Diouf a été décoré lundi soir à Kinshasa du plus haut grade de[...]

Amadou Alpha Sall : "Aucun pays n'est suffisamment éloigné pour être protégé d'Ebola"

Le virus Ebola continue de se propager en Afrique de l'Ouest. Parti de Guinée, il a notamment atteint le Liberia et des cas sont suspectés en Sierra Leone et au Mali. Interview du docteur Amadou Alpha Sall, directeur[...]

Sénégal : la déclaration choc de Karim Wade face à la Crei

En détention depuis près d'un an, Karim Wade, ex-ministre et fils de l'ancien président sénégalais Abdoulaye Wade, passe à l'offensive. Dans une déclaration, mercredi, il a[...]

Claude Mademba Sy, doyen des tirailleurs sénégalais, est mort

Claude Mademba Sy, ancien officier supérieur de l'armée française, est décédé mardi à l'âge de 90 ans. Il était la dernière grande figure des tirailleurs [...]

Cinéma : "Mille soleils" de Mati Diop, une affaire de famille

Dans un moyen-métrage audacieux, Mati Diop prolonge l'un des films les plus marquants du cinéma africain, Touki Bouki, signé par son oncle Djibril Diop Mambety.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers