Extension Factory Builder
12/10/2012 à 15:15
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Un soldat congolais devant le palais des congrès de Kinshasa. Un soldat congolais devant le palais des congrès de Kinshasa. © AFP

Le 14e sommet de la Francophonie s'est ouvert samedi 13 octobre à Kinshasa. Au coeur des débats entre les diplomates, la situation au Nord-Kivu.

« Le succès de ce sommet repose sur la résolution sur la situation en RDC », tranche un diplomate ouest-africain présent à Kinshasa pour le 14e sommet de la Francophonie, qui s'est ouvert samedi 13 octobre. « Car concernant le discours très attendu de François Hollande, il a semble-t-il déblayé le terrain à Paris », ajoute-t-il faisant allusion à la conférence de presse du président français, le 9 octobre, et l'interview donnée à nos confrères de TV5, France 24 et RFI, deux jours plus tard. Après avoir jugé « inacceptable » la situation des droits de l'homme et de la démocratie en RDC, le président français, qui est arrivée à Kinshasa  à 06h15 (05h15 GMT), devrait prononcer un discours essentiellement axé sur la francophonie, lors de la cérémonie d'ouverture le 13 octobre. Avec sans doute, tout de même, quelques allusions sur le respect des libertés et de la transparence électorale en RDC. Et également un appel au respect des « frontières intangibles » de cet immense pays. Kigali pourrait se sentir visé, mais les apparences sont sauves.

En coulisses en revanche, les discussions ont été vives. Le 10 octobre, les deux sherpas des présidents congolais (Isabel Tshombé, représentante personnelle de Jospeh Kabila à la Francophonie) et rwandais (Jacques Kabale, ambassadeur du Rwanda en France) ont eu un échange musclé à propos de la résolution en cours d'élaboration sur la RDC, et tout particulièrement sur la situation dans le Nord-Kivu. Un compromis doit être trouvé par les diplomates. À défaut, les chefs d’État vont devoir trancher, en sachant que Paul Kagamé n'est pas annoncé à Kinshasa et qu'il sera représenté par sa ministre des Affaires étrangères, Louise Mushikiwabo. Le projet de résolution évoquait les soutiens extérieurs au mouvement rebelle du 23-Mars (M23) et envisageait des poursuites par la Cour pénale internationale (CPI). Kigali rejette ces formulations.

Droits de l'homme et crise au Mali

L'autre moment attendu durant ce sommet est bien entendu la venue de François Hollande, le temps d'une journée menée tambours battants. Le président français va prononcer un discours de 7 minutes en ouverture du sommet, donner deux conférences de presse, rencontrer des militants des droits de l'homme et des responsables de l'opposition... Et s'entretenir avec le leader historique de cette opposition, Étienne Tshisekedi. À moins que la marche évoquée dans les rangs de l'Union pour la démocratie et le progrès social (UDPS), avec ses risques de débordements et de violences, ne vienne tout remettre en cause...

Pour le reste, une déclaration finale et cinq résolutions – l'une d'entre elles portera sur le Mali -  devraient être adoptées par plus d'une vingtaine de chefs d’État et de gouvernement. Parmi les Africains, outre le chef d’État hôte, Joseph Kabila, sont annoncés les présidents Boni Yayi (Bénin), Blaise Compaoré (Burkina), Pierre Nkurunziza (Burundi), Paul Biya (Cameroun), François Bozizé (Centrafrique), Dhoinine Ikililou (Comores), Denis Sassou Nguesso (Congo-Brazzaville), Alassane Ouattara (Cote d'Ivoire), Ali Bongo Ondimba (Gabon), Alpha Condé (Guinée), Mamadou Issoufou (Niger), Macky Sall (Sénégal), Idriss Déby Itno (Tchad) et Moncef Marzouki (Tunisie).

À l'ordre du jour également, la destination pour le 15e sommet de la Francophonie, en 2014. Après le retrait de Haïti, trois pays sont candidats : la Moldavie, le Vietnam et le Sénégal. Le pays de la Teranga tient la corde. Ce sera le dernier sommet du secrétaire général de la Francophonie et ancien chef d'État sénégalais, Abdou Diouf.

 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

RD Congo

RDC : l'opposition exige un nouveau calendrier électoral

RDC : l'opposition exige un nouveau calendrier électoral

Des élus de l'opposition congolaise ont déposé mardi à la Commission électorale nationale indépendante (Ceni) de la République démocratique du Congo une proposition de calend[...]

RDC - Rwanda : "Rumeurs du lac", ou quand les eaux du Kivu se racontent

Dans un documentaire de 52 minutes dont la diffusion en avant-première est prévue le 10 mars en Belgique, la journaliste congolaise Wendy Bashi interroge le lac Kivu, témoin séculaire de la situation[...]

RDC : Étienne Tshisekedi, ad vitam aeternam

De retour, le vieil opposant congolais semble le seul à pouvoir remettre de l'ordre dans son parti. La situation s'est certes dégradée en son absence... mais peut-être pas autant que son[...]

RDC - R. Tshibanda : "La Monusco a décidé de ne pas lutter contre les FDLR pour des raisons fallacieuses"

La Mission onusienne en RDC (Monusco) a suspendu son appui à l'armée congolaise dans les opérations contre les FDLR. En réponse, Kinshasa a décidé de traquer seul ces rebelles rwandais. De[...]

RDC : les rebelles hutus rwandais fuient l'offensive de l'armée dans les Kivus

Les rebelles hutus rwandais des FDLR fuyaient samedi matin l'offensive de l'armée congolaise dans les provinces des Nord et Sud-Kivu, dans l'est de la République démocratique du Congo, mais des affrontements[...]

RDC : opérations contre les rebelles hutus rwandais au Nord-Kivu

L'armée congolaise a lancé une offensive contre des rebelles hutus rwandais dans la province du Nord-Kivu, dans l'est de la République démocratique du Congo, a-t-on appris vendredi d'un [...]

Léopards de RDC : Ibenge va convoquer Batshuayi et Mulumba

Actuellement en France, Florent Ibenge, le sélectionneur des Léopards, va convoquer Michy Batshuayi pour les matches amicaux face à l’Irak fin mars. L’attaquant de l’Olympique de Marseille,[...]

RDC : Benoît Chatel condamné à 20 ans de prison pour le meurtre d'opposants à Kabila père

Principal accusé meurtre, il y a 14 ans en France, de deux supposés opposants à Laurent-Désiré Kabila, l'homme d'affaires belge Benoît Chatel a été condamné à[...]

RDC : l'ancien milicien congolais Ngudjolo Chui acquitté par la CPI

Débuté en 2009, le procès de l’ex-chef de milice congolais, Mathieu Ngudjolo Chui, s’est soldé vendredi par la confirmation en appel de son acquittement par la Cour pénale[...]

Kabila, Ouattara, Bouteflika, Biya... Quels sont les diplômes de vos présidents ?

Votre président a-t-il le baccalauréat ? Un master ? À-t-il étudié l’économie ou le droit ? En France ou en Chine ? Toutes les réponses avec notre jeu interactif.  [...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces
Purging www.jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20121012145142 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20121012145142 from 172.16.0.100