Extension Factory Builder
12/10/2012 à 13:35
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Martin Shulz, l'actuel président du Parlement européen. Martin Shulz, l'actuel président du Parlement européen. © AFP

Le comité du Nobel de la Paix a attribué son prix à l’Union européenne (UE), le 12 octobre 2012. Le rôle joué par l’organisation régionale dans le processus de pacification de l’Europe ainsi que sa capacité à renforcer les droits de l’homme et la démocratie ont été récompensés. Les responsables européens se sont dits "touchés et honorés".

Mis à jour à 15h13.

Le prix Nobel de la Paix 2012 a été décerné à l’Union européenne (UE), vendredi 12 octobre en fin de matinée. Cette distinction constitue une réelle surprise pour l’organisation régionale dont le nom ne faisait pas partie de la liste des favoris. Le peuple syrien était en revanche pressenti pour recevoir cet honneur, ce qui avait suscité quelques débats. Pas sûr que le choix du jury fasse davantage l’unanimité.

L’UE n’a pas été récompensée pour l’année 2012 en particulier, mais pour son processus d’intégration depuis 1957, qui a réussi à pacifier le Vieux Continent, théâtre de guerres fratricides pendant des siècles. Le président du comité Nobel norvégien Thorbjoern Jagland a souligné la contribution majeure apportée par l’UE « à la réconciliation, la paix, la démocratie et les droits de l'Homme ».

Réconciliation franco-allemande

Le comité norvégien du Nobel de la paix, composé de cinq membres, a quant à lui insisté sur les progrès réalisés dans les relations entre la France et l'Allemagne. Alors que les deux pays avaient connu trois guerres en 70 ans, l’intégration européenne a fait de leur réconciliation « une réalité ». Aujourd’hui, qu'une guerre mette aux prises le couple franco-allemand, moteur de l'Europe, cela apparaît « impensable », s’est réjoui le comité.

Les avancées suscitées par l’UE en termes de démocratie et de droits de l’homme constituent l’autre motivation de la récompense. Les entrées de l’Espagne, du Portugal et de la Grèce au sein de l’organisation régionale, en 1980, ont notamment été conditionnées à l’établissement d’un régime démocratique dans ces États. Le comité souligne également les progrès accomplis en matière de démocratie et de droits de l’homme en Turquie ces dix dernières années, suite à l’ouverture de négociations avec l’UE.

L’élargissement de l'UE aux pays de l’ex-bloc soviétique, effectué à partir de 2004, a lui aussi été loué par le comité, qui y a vu « l’ouverture d’une nouvelle ère dans l’histoire de l’Europe ». « Il a été mis un terme à la division entre l’Est et l’Ouest ; la démocratie a été renforcée ; de nombreux conflits ethniques nationaux ont été réglés » grâce à ce processus, ajoute le comité.

Un prix Nobel par défaut ?

La contribution de l’UE à la paix sur le Vieux Continent est cependant unanimement admise depuis des années. Alors pourquoi distinguer l’UE aujourd'hui, et pas hier ? Est-ce un prix Nobel « par défaut » ? Pour éviter cette critique, le comité a tenu à expliquer son choix en le reliant aussi à l'actualité.

Ainsi, « l’admission de la Croatie comme membre, l’an dernier, l’ouverture de négociations avec le Monténégro et l’octroi du statut de candidat à la Serbie renforcent le mouvement de réconciliation avec les Balkans », précise le comité.

Surtout, l’instance souligne que l’UE traverse actuellement une période difficile, marquée par de « sérieuses difficultés économiques et une agitation sociale considérable ». Plutôt que de se focaliser sur ces tensions, le comité a affirmé avoir voulu mettre l’accent sur les réussites de l’organisation régionale. L’instance soutient que l’apport crucial de l’UE dans le passage de l’Europe de « continent de guerre à un continent de paix » entre en écho avec le critère de « fraternité entre les nations », établi par Alfred Nobel lorsqu’il élaborait le prix qui porte son nom, en 1895.

L’an passé, trois femmes avaient été récompensées conjointement : la présidente du Libéria Ellen Johnson Sirleaf et sa compatriote Leymah Gbowee, tandis que la Yéménite Tawakkul Karman représentait le Printemps arabe. L’UE rejoint notamment l’ONU et l’AIEA (Agence internationale de l’énergie atomique) au rang des organisations internationales plébiscitées ces dernières années par le prestigieux prix.

L’UE « touchée et honorée »

Le premier officiel européen à réagir a été Martin Schulz. Sur son compte twitter, le président du Parlement européen s’est dit « profondément touché et honoré que l'UE ait gagné le prix Nobel de la paix ». L’Allemand, qui préside l’institution considérée comme la plus démocratique de l’organisation régionale, a souligné que « depuis sa fondation, l'UE œuvre pour la réconciliation et cela peut servir d'inspiration à tous ». « L'UE est un projet unique qui a remplacé la guerre par la paix et la haine par la solidarité » a-t-il conclu.

José Manuel Barroso est allé dans le même sens. Cette distinction « est un grand honneur pour l'ensemble de l'Union européenne, pour ses 500 millions de citoyens », a fait savoir le président de la Commission européenne, également sur les réseaux sociaux.

Le dernier à s’exprimer a été le discret Herman Van Rompuy.  Le président du Conseil européen a affirmé que « les Européens sont parvenus à surmonter la guerre et les divisions pour former ensemble un continent de paix et de prospérité ».

Angela Merkel a été la première voix du couple franco-allemand à se faire entendre. Le porte-parole de la chancelière allemande a perçu cette récompense comme un « encouragement » pour un projet qui a contribué à pacifier l'Europe. François Hollande, en visite aujourd’hui au Sénégal avant son départ pour la République démocratique du Congo à l’occasion du 14e sommet de la Francophonie, ne s’était pas encore exprimé sur le sujet à la mi-journée. L'Élysée a néanmoins publié un communiqué pour se féliciter de la décision. « L'attribution du prix Nobel de la paix à l'Union européenne est un immense honneur », indique le texte. À travers cette distinction, chaque Européen peut éprouver une fierté, celle d'être membre d'une union qui a été capable de faire la paix entre des peuples qui s'étaient longtemps affrontés et de construire une communauté fondée sur des valeurs de démocratie, de liberté et de solidarité", ajoute la présidence. Qui conclut : « Cette récompense nous engage tous à poursuivre vers une Europe plus unie, plus juste, plus forte et porteuse de paix. »

Sur un ton moins sérieux, le Premier ministre norvégien, Jens Stoltenberg, a tenu à féliciter l’Union européenne mais a rappelé que son pays, dont les membres du comité du prix Nobel sont des ressortissants, exclut toute adhésion à l’organisation régionale.

(Avec agences)

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

International

Massacre de Sétif en Algérie : premier hommage d'un ministre français 70 ans après

Massacre de Sétif en Algérie : premier hommage d'un ministre français 70 ans après

Le secrétaire d'Etat français chargé des Anciens combattants, Jean-Marc Todeschini, a rendu dimanche un hommage aux victimes algériennes de Sétif, 70 ans après le massacre qui a fait de[...]

Naufrage de migrants en Méditerranée : hécatombe de 700 morts redoutée

Le naufrage d'un chalutier chargé de migrants au large de la Libye dans la nuit de samedi à dimanche fait redouter une véritable "hécatombe" en Méditerranée avec quelque 700[...]

Jusqu'à 700 morts redoutés après le naufrage d'un bateau de migrants en Méditerranée

Le naufrage d'un chalutier chargé de migrants au large des côtes libyennes pourrait avoir fait jusqu'à 700 morts, a annoncé dimanche le Haut-commissariat aux Nations unies pour les[...]

Immigration clandestine : Obama et Renzi insistent sur une solution en Libye

La crise tragique de l'immigration clandestine en Méditerranée ne pourra être résolue sans stabilisation de la situation en Libye, ont martelé jeudi Matteo Renzi et Barack Obama, soulignant que[...]

Énergie : à Paris, des maires africains se mobilisent pour l'électrifrication du continent

Une vingtaine de maires francophones de grandes villes africaines se sont réunis vendredi à Paris, à l'initiative de Jean-Louis Borloo et de Anne Hidalgo, maire de la capitale française, pour mettre en[...]

Fifa : Figo, Hayatou et les lusophones

L'Afrique unie derrière Issa Hayatou, l'inamovible patron de la CAF, pour voter comme un seul homme pour Sepp Blatter, l'inamovible patron de la Fifa ? Voire...[...]

Baisers amers d'Istanbul

Istanbul. Printemps 2015. J'ai vu la ville aux mille mosquées penchée sur le Bosphore au milieu de ses splendeurs ottomanes.[...]

Cambodge : 17 avril 1975, le cauchemar commence

Il y a tout juste quarante ans, Phnom Penh tombait entre les mains des soldats de Pol Pot et était aussitôt évacué par la force. Jusqu'en 1979, le régime khmer rouge allait faire[...]

Peinture : l'Ivoirien Ouattara Watts, au-delà de Basquiat

L'artiste ivoirien Ouattara Watts expose jusqu'au 5 mai à Paris. L'occasion de revenir sur l'œuvre de celui qui fréquenta le génie de l'art contemporain Basquiat à la fin de sa vie.[...]

Méditerranée : des migrants musulmans accusés d'avoir jeté douze chrétiens à la mer

Un drame mêlant religion et immigration s’est produit mercredi en Méditerranée. Douze Chrétiens auraient été jetés par-dessus bord après une altercation avec des[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers
Purging www.jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20121012125227 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20121012125227 from 172.16.0.100