Extension Factory Builder
12/10/2012 à 13:07
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Mustapha Ben Jaafar, président de l'Assemblée nationale constituante. Mustapha Ben Jaafar, président de l'Assemblée nationale constituante. © AFP

Le président de l'Assemblée nationale constituante (ANC), Mustapha Ben Jaafar, a annoncé, vendredi 12 octobre, qu'un premier projet de Constitution serait présenté en novembre aux députés. D'après lui, la criminalisation de l'atteinte au sacré, chère aux islamistes, n'y figure pas.

Après de longs mois d'attente, les Tunisiens vont enfin avoir un projet de Constitution sous les yeux. Selon le président de l'Assemblée nationale consituante (ANC), Mustapha Ben Jaafar, une première version complète du texte sera débattue en novembre par les députés au palais du Bardo. Autre information : la volonté des islamistes tunisiens d'inscrire la criminalisation de l'atteinte au sacré dans la Loi fondamentale n'aboutira ^pas, du moins dans la première version du texte.

« Il n'y aura pas de criminalisation [de l'atteinte au sacré, NDLR], bien sûr », a assuré Mustapha Ben Jaafar, dont le parti de centre-gauche Ettakatol est allié aux islamistes d'Ennahdha. « Ce n'est pas parce que nous sommes d'accord avec les atteintes au sacré, mais parce que le sacré est très très difficile à définir », a-t-il ajouté.

Ennahdha avait placé cette notion au coeur de son programme politique, suscitant une levée de bouclier au sein de la société civile qui y voit la porte ouverte à la violation de la liberté d'expression. Selon Mustapha Ben Jaafar, le principal point d'achoppement reste la question du futur régime politique. Les islamistes souhaitent un modèle parlementaire tandis que les autres formations réclament un système mixte laissant d'importantes prérogatives au chef de l'État.

Calendrier électoral

« J'ai bon espoir pour que le compromis soit trouvé », a déclaré le président de l'assemblée, rappelant qu' Ennahdha avait déjà renoncé à inscrire la charia dans la loi fondamentale. Dès lors, une première mouture du texte sera soumise « en novembre » à l'ANC en session plénière, puis les élus débattront chaque article « en décembre-janvier ».

« Je pense que raisonnablement (...), on aura nos élections avant l'été 2013 », a ajouté M. Ben Jaafar, 72 ans, alors que la date d'adoption de la loi fondamentale et le calendrier électoral font l'objet de toutes les spéculations. Onze partis politiques s'étaient engagés à rédiger la Constitution dans un délai d'un an à compter de l'élection de l'ANC, le 23 octobre 2011. Une partie de l'opposition, notamment Béji Caïd Essebsi de Nida Tounès, juge que le gouvernement et l'assemblée perdront leur légitimité à cette date anniversaire.

M. Ben Jaafar a rejeté cette interprétation : « Un certain nombre de partis se sont engagés à respecter la date d'une année (...) mais cette date est beaucoup plus incitative que limitative ». « L'assemblée est totalement souveraine pour fixer son rythme de travail », a-t-il insisté, ajoutant que la seule limite était un engagement « politique et moral » à aboutir à un texte rapidement.

Le président de l'ANC a aussi promis de négocier « un consensus » sur le nouveau calendrier « au sein de l'Assemblée et en dehors », tout en demandant que personne ne « mette en cause la légitimité de l'ANC », une allusion à Essebsi.

Des réussites, et des échecs

De son côté, le Premier ministre Hamadi Jebali, islamiste, a promis d'annoncer un nouveau calendrier consensuel le 18 octobre. Face aux accusations de dérive autoritaire et d'échec sur le front socio-économique, au coeur des objectifs de la révolution de 2011, M. Ben Jaafar a reconnu des « fautes » du gouvernement. « C'est un gouvernement où certains responsables ont manqué d'expérience et ont commis des fautes (...). Il y a des réussites, il y a aussi des échecs », a-t-il analysé, citant pour la seconde catégorie le cas d'une femme violée par des policiers et confrontée à la justice pour atteinte à la pudeur. « Là, on a commis une faute », a insisté M. Ben Jaafar, déplorant un amalgame « inacceptable ».

En outre, « le gouvernement a manqué de fermeté » à l'égard des islamistes radicaux responsables des violences ayant « terni l'image de la Tunisie », comme l'attaque meurtrière de l'ambassade de américaine mi-septembre, a reconnu le président de l'ANC. « La leçon a été tirée », mais ces ces groupes ne constituent pas « un risque majeur pour l'avenir de la démocratie », la vraie menace étant « un retour à l'ancienne dictature », a-t-il insisté.

Mais Mustapha Ben Jaafar ne s'est pas exprimé sur la vidéo montrant Rached Ghannouchi, le chef d'Ennahdha, donner des conseils à des leaders salafistes pour progressivement imposer l'islamisation de la société tunisienne.

(Avec AFP)

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Tunisie

Armée tunisienne : la grande désillusion

Armée tunisienne : la grande désillusion

Incapable de venir à bout des maquis jihadistes, minée par des querelles au sommet, gangrenée par la politique, la grande muette a beaucoup perdu de sa superbe. Enquête exclusive sur une institut[...]

Le musée du Bardo de Tunis rouvrira vendredi pour les élèves et lundi pour le grand public

Après un premier report, le musée du Bardo de Tunis doit finalement rouvrir ses portes aux écoliers et lycéens vendredi, et exceptionnellement au public lundi, plus d'une semaine après les[...]

Tunisie - Attentat du Bardo : AQMI derrière l'attentat ?

L'Etat islamique avait déjà revendiqué l'attentat du musée du Bardo, responsable de la mort de 21 personnes le 18 mars à Tunis.[...]

Tunisie : François Hollande attendu au Bardo le 29 mars

François Hollande devrait prendre part à la marche organisée dimanche 29 mars par les autorités tunisiennes, selon une source proche de l’Élysée.[...]

Terrorisme en Tunisie : comme une pieuvre étend ses tentacules...

Après Aqmi ou Ansar al-Charia, c'est au tour de Daesh, implanté dans la Libye voisine, de menacer la Tunisie.[...]

Forum social mondial - Alaa Talbi : "Les institutions restent fragiles en Tunisie"

Moins d'une semaine après l'attentat meurtrier du musée du Bardo, Tunis accueille du 24 au 28 mars le Forum social mondial. L’événement devrait réunir plus de 70 000 personnes.[...]

Tunisie : la réouverture du musée du Bardo reportée pour raisons de sécurité

Après avoir annoncé que le musée du Bardo allait rouvrir ses portes au public mardi, les autorités tunisiennes ont finalement décidé de le maintenir fermé pour raisons de[...]

Attentat du Bardo : le musée de l'horreur

Depuis 2012, les attaques jihadistes étaient circonscrites au centre et à l'ouest du pays. Mais ce 18 mars, les terroristes ont choisi de frapper le musée du Bardo, en plein coeur de Tunis.[...]

Attentat du Bardo : le gouvernement tunisien passe à l'offensive

Des sanctions avaient été promises. Lundi, le Premier ministre a limogé les chefs de la police et du musée du Bardo. Le président Béji Caïd Essebsi s'en est, lui, pris à[...]

Électrochoc

Treize ans après l'attentat contre la synagogue de la Ghriba, à Djerba (19 morts, dont 14 touristes, lire pp. 10-14), la tragique attaque contre le Musée du Bardo, à Tunis, ce[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers
Purging www.jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20121012121810 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20121012121810 from 172.16.0.100