Extension Factory Builder
12/10/2012 à 09:32
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Le général Brunot Dogbo Blé, au centre, à son arrivée au tribunal d'Abidjan, le 8 octobre 2012. Le général Brunot Dogbo Blé, au centre, à son arrivée au tribunal d'Abidjan, le 8 octobre 2012. © AFP/Sia Kambou

Accusé d'avoir enlevé, séquestré et assassiné le colonel-major à la retraite Adama Dosso pendant la crise postélectorale, le général Brunot Dogbo Blé a été condamné, jeudi 11 octobre, à 15 ans de prison par un tribunal militaire d'Abidjan.  

Le premier des grands procès de la crise postélectorale ivoirienne a livré son verdict, jeudi 11 octobre. Accusé d'avoir enlevé, séquestré et assassiné le colonel-major à la retraite Adama Dosso, en mars 2011, le général Brunot Dogbo Blé a été condamné à 15 ans de prison, selon le verdict lu au palais de justice d'Abidjan. Le chef de la Garde républicaine de Laurent Gbagbo risquait la réclusion à perpétuité.

« J'accepte la décision en tant que juriste mais elle est un peu boîteuse. Nous sommes surpris, il y a eu une erreur », a réagi l'avocat du général Dogbo Blé, Me Mathurin Dirabou, sans autre précision. Il a affirmé que la défense allait se pourvoir en cassation. La défense avait plaidé la relaxe, estimant que les preuves n'étaient pas réunies.

"Montage outrageux"

À la barre, le général Dogbo Blé, qui a défendu le régime Gbagbo jusqu’à la dernière heure, a nié toute responsabilité dans la mort de l'officier à la retraite, estimant être victime d’un « montage outrageux ». « Je n’ai pas donné d’ordre à qui que ce soit », a-t-il affirmé, lundi 8 octobre.

Le parquet militaire avait requis 20 ans de prison et la radiation de l'armée pour le général Dogbo Blé et ses quatre membres de sa garde rapprochée, qui comparaissaient depuis le 2 octobre.

Également reconnu coupable de complicité dans l'assassinat du colonel-major Adama Dosso, son directeur de cabinet, le commandant Yagba Kipré, a écopé de la même peine. Tout comme le sergent Jean Noël Léo Lago. Au cours de l'audience, il a avoué avoir tué la victime et assuré que l’ordre lui avait été donné par le directeur de cabinet du général Dogbo Blé, au nom de ce dernier, ce que les deux intéressés ont fermement nié.

Membre du commando qui a exécuté le colonel Dosso, le sergent Ferdinand Toh a, quant à lui, été condamné à 12 ans de prison. Il a été reconnu coupable de complicité, mais le tribunal a admis des circonstances atténuantes.

Assassinat de Gueï

Enfin, le sergent Noël Toualy, qui avait arrêté l'officier à la retraite, est condamné à cinq ans de prison pour séquestration. Au total, une quarantaine de militaires pro-Gbagbo doivent être jugés dans une série de procès liés à la crise postélectorale. Le général Dogbo Blé est par ailleurs inculpé de génocide et d’autres crimes de sang commis durant la crise et de complicité d'assassinat du général Robert Gueï.

Dans ce procès, l'ex-chef de la sécurité rapprochée de l'ancienne Première dame Simone Gbagbo, le commandant Anselme Séka Yapo, dit « Séka Séka », est le principal inculpé de l'assassinat de l’ancien chef de la junte ivoirienne, tué le 19 septembre 2002, jour d'un coup d'Etat raté contre Laurent Gbagbo.

(Avec AFP)

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Côte d'Ivoire

Côte d'Ivoire - Burkina : Soro, visiteur discret de Compaoré à Casablanca

Côte d'Ivoire - Burkina : Soro, visiteur discret de Compaoré à Casablanca

Guillaume Soro, le président de l'Assemblée nationale ivoirienne, a profité fin novembre d'un déplacement officiel au Maroc pour discrètement rendre visite à l'ex-président burkinab[...]

Côte d'Ivoire : PDCI et FPI unis dans la division à dix mois de la présidentielle

À dix mois de la présidentielle ivoirienne, le Parti démocratique de Côte d'Ivoire (PDCI) d'Henri Konan Bédié et le Front populaire ivoirien (FPI) de Laurent Gbagbo n'ont jamais[...]

Côte d'Ivoire : confirmation de l'interdiction du congrès du FPI, Affi N'Guessan renforcé

En déclarant mercredi "nul et non avenu" le congrès du Front patriotique ivoirien (FPI), la justice ivoirienne a donné raison à Pascal Affi N’Guessan, qui souhaitait d'abord voir[...]

Alassane Ouattara inaugure le troisième pont d'Abidjan

Construit en un peu plus de deux ans par les équipes de Bouygues, le pont à péage Henri Konan Bédié doit fluidifier la circulation de la capitale économique ivoirienne. Son ouverture[...]

Olam acquiert l'activité cacao d'ADM pour 1,3 milliard de dollars

Après avoir cédé plusieurs de ses activités en Afrique, Olam poursuit sa stratégie de recentrage en faisant l'acquisition de l'activité cacao d'ADM. L'opération permet au[...]

Vidéo : Yaya Touré et Benzema dans la "dream team" de Zidane

Rédacteur en chef spécial de l'émission de Canal+ "L'Équipe de dimanche" du 14 décembre, Zinédine Zidane a dévoilé le nom des 11 joueurs et des remplaçants[...]

Côte d'Ivoire : le parti de Gbagbo appelle la CPI à renoncer à ses poursuites

Le parti de Laurent Gbagbo a appelé vendredi la Cour pénale internationale (CPI) à abandonner ses poursuites contre l'ex-président ivoirien, son épouse et son ancien ministre Charles Blé[...]

Justice et réconciliation en Côte d'Ivoire : le rapport très critique de la FIDH

Dans son dernier rapport, la FIDH reste très sévère à l’égard du régime ivoirien et juge largement incomplètes les actions menées pour solder les comptes de la crise[...]

Exclusif. Blaise Compaoré est de retour à Yamoussoukro, en Côte d'Ivoire

Parti du Maroc il y a quelques jours, l'ex-président burkinabè Blaise Compaoré a atterri vendredi matin à Yamoussoukro, en Côte d'Ivoire.[...]

La Côte d'Ivoire refuse toujours de livrer Simone Gbagbo à la CPI

LA CPI a sommé jeudi la Côte d'Ivoire de lui livrer Simone Gbagbo, l'épouse de l'ancien président. Elle a aussi confirmé quatre charges de crimes contre l'humanité contre Charles[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers