Extension Factory Builder
12/10/2012 à 09:32
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Le général Brunot Dogbo Blé, au centre, à son arrivée au tribunal d'Abidjan, le 8 octobre 2012. Le général Brunot Dogbo Blé, au centre, à son arrivée au tribunal d'Abidjan, le 8 octobre 2012. © AFP/Sia Kambou

Accusé d'avoir enlevé, séquestré et assassiné le colonel-major à la retraite Adama Dosso pendant la crise postélectorale, le général Brunot Dogbo Blé a été condamné, jeudi 11 octobre, à 15 ans de prison par un tribunal militaire d'Abidjan.  

Le premier des grands procès de la crise postélectorale ivoirienne a livré son verdict, jeudi 11 octobre. Accusé d'avoir enlevé, séquestré et assassiné le colonel-major à la retraite Adama Dosso, en mars 2011, le général Brunot Dogbo Blé a été condamné à 15 ans de prison, selon le verdict lu au palais de justice d'Abidjan. Le chef de la Garde républicaine de Laurent Gbagbo risquait la réclusion à perpétuité.

« J'accepte la décision en tant que juriste mais elle est un peu boîteuse. Nous sommes surpris, il y a eu une erreur », a réagi l'avocat du général Dogbo Blé, Me Mathurin Dirabou, sans autre précision. Il a affirmé que la défense allait se pourvoir en cassation. La défense avait plaidé la relaxe, estimant que les preuves n'étaient pas réunies.

"Montage outrageux"

À la barre, le général Dogbo Blé, qui a défendu le régime Gbagbo jusqu’à la dernière heure, a nié toute responsabilité dans la mort de l'officier à la retraite, estimant être victime d’un « montage outrageux ». « Je n’ai pas donné d’ordre à qui que ce soit », a-t-il affirmé, lundi 8 octobre.

Le parquet militaire avait requis 20 ans de prison et la radiation de l'armée pour le général Dogbo Blé et ses quatre membres de sa garde rapprochée, qui comparaissaient depuis le 2 octobre.

Également reconnu coupable de complicité dans l'assassinat du colonel-major Adama Dosso, son directeur de cabinet, le commandant Yagba Kipré, a écopé de la même peine. Tout comme le sergent Jean Noël Léo Lago. Au cours de l'audience, il a avoué avoir tué la victime et assuré que l’ordre lui avait été donné par le directeur de cabinet du général Dogbo Blé, au nom de ce dernier, ce que les deux intéressés ont fermement nié.

Membre du commando qui a exécuté le colonel Dosso, le sergent Ferdinand Toh a, quant à lui, été condamné à 12 ans de prison. Il a été reconnu coupable de complicité, mais le tribunal a admis des circonstances atténuantes.

Assassinat de Gueï

Enfin, le sergent Noël Toualy, qui avait arrêté l'officier à la retraite, est condamné à cinq ans de prison pour séquestration. Au total, une quarantaine de militaires pro-Gbagbo doivent être jugés dans une série de procès liés à la crise postélectorale. Le général Dogbo Blé est par ailleurs inculpé de génocide et d’autres crimes de sang commis durant la crise et de complicité d'assassinat du général Robert Gueï.

Dans ce procès, l'ex-chef de la sécurité rapprochée de l'ancienne Première dame Simone Gbagbo, le commandant Anselme Séka Yapo, dit « Séka Séka », est le principal inculpé de l'assassinat de l’ancien chef de la junte ivoirienne, tué le 19 septembre 2002, jour d'un coup d'Etat raté contre Laurent Gbagbo.

(Avec AFP)

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Côte d'Ivoire

Drissa Traoré : 'Les crimes de sang reprochés à Simone Gbagbo seront jugés, à la CPI ou ailleurs'

Drissa Traoré : "Les crimes de sang reprochés à Simone Gbagbo seront jugés, à la CPI ou ailleurs"

"Justice des vainqueurs", "procès politique"... Que ce soit au sujet du prochain procès de Simone Gbagbo ou de ceux de son mari, Laurent, et de Charles Blé Goudé, les critiques son[...]

Côte d'Ivoire : le procès de Simone Gbagbo reporté sine die

Le gouvernement ivoirien a annoncé mercredi le report sine die du procès de Simone Gbagbo. Il était censé s'ouvrir ce mercredi 22 octobre.[...]

La course pour la direction du bureau Afrique de l'OMS est lancée...

Qui, début novembre, succédera à l'Angolais Luís Gomes Sambo à la tête du bureau Afrique de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) ?[...]

Côte d'Ivoire : incertitudes sur le début du procès de Simone Gbagbo

La date du procès de 83 personnalités pro-Gbagbo, dont l'ancienne première dame Simone Gbagbo, censé s'ouvrir mercredi, reste hypothétique. L'un des avocats de la défense a[...]

Sondage : faut-il reporter la CAN 2015, la déplacer ou l'annuler à cause d'Ebola ?

Se jouera-t-elle ou pas ? À quelle date ? Où ? Les rumeurs vont bon train au sujet de la Coupe d'Afrique des nations, prévue en janvier 2015 au Maroc mais menacée par l'épidémie d'Ebola.[...]

En Guinée, le doute plane à nouveau sur le mont Simandou

Quatre mois après la signature d'un accord entre la compagnie Rio Tinto et l'État pour relancer le développement du mégagisement, la chute des cours du fer vient compromettre leurs plans.[...]

Bling-bling : mariage fastueux, mariage malheureux...

Alors que les cérémonies nuptiales africaines sont des démonstrations de force financière, une récente étude américaine indique qu’une bague de fiançailles trop[...]

Côte d'Ivoire : Didier Drogba de retour en sélection ?

Deux conseillers du président Alassane Ouattara travaillent actuellement au retour de Didier Drogba en sélection nationale. Pas sûr que l'attaquant star de Chelsea accepte de rempiler avec les[...]

Orrick s'installe officiellement à Abidjan

Exclusif - Dans une interview accordée à Jeune Afrique, le président et le patron Afrique d'Orrick expliquent pourquoi ce géant mondial du droit avec 1100 avocats dans 25 pays a choisi la capitale[...]

Le Marocain Karim Tazi veut installer deux usines à Abidjan

 Le groupe Tazi va construire deux usines à Abdijan dans le secteur de la literie et du plastique. Le tout pour un investissement de 15 millions d'euros et un démarrage effectif de la production prévu[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers