Extension Factory Builder
12/10/2012 à 09:32
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Le général Brunot Dogbo Blé, au centre, à son arrivée au tribunal d'Abidjan, le 8 octobre 2012. Le général Brunot Dogbo Blé, au centre, à son arrivée au tribunal d'Abidjan, le 8 octobre 2012. © AFP/Sia Kambou

Accusé d'avoir enlevé, séquestré et assassiné le colonel-major à la retraite Adama Dosso pendant la crise postélectorale, le général Brunot Dogbo Blé a été condamné, jeudi 11 octobre, à 15 ans de prison par un tribunal militaire d'Abidjan.  

Le premier des grands procès de la crise postélectorale ivoirienne a livré son verdict, jeudi 11 octobre. Accusé d'avoir enlevé, séquestré et assassiné le colonel-major à la retraite Adama Dosso, en mars 2011, le général Brunot Dogbo Blé a été condamné à 15 ans de prison, selon le verdict lu au palais de justice d'Abidjan. Le chef de la Garde républicaine de Laurent Gbagbo risquait la réclusion à perpétuité.

« J'accepte la décision en tant que juriste mais elle est un peu boîteuse. Nous sommes surpris, il y a eu une erreur », a réagi l'avocat du général Dogbo Blé, Me Mathurin Dirabou, sans autre précision. Il a affirmé que la défense allait se pourvoir en cassation. La défense avait plaidé la relaxe, estimant que les preuves n'étaient pas réunies.

"Montage outrageux"

À la barre, le général Dogbo Blé, qui a défendu le régime Gbagbo jusqu’à la dernière heure, a nié toute responsabilité dans la mort de l'officier à la retraite, estimant être victime d’un « montage outrageux ». « Je n’ai pas donné d’ordre à qui que ce soit », a-t-il affirmé, lundi 8 octobre.

Le parquet militaire avait requis 20 ans de prison et la radiation de l'armée pour le général Dogbo Blé et ses quatre membres de sa garde rapprochée, qui comparaissaient depuis le 2 octobre.

Également reconnu coupable de complicité dans l'assassinat du colonel-major Adama Dosso, son directeur de cabinet, le commandant Yagba Kipré, a écopé de la même peine. Tout comme le sergent Jean Noël Léo Lago. Au cours de l'audience, il a avoué avoir tué la victime et assuré que l’ordre lui avait été donné par le directeur de cabinet du général Dogbo Blé, au nom de ce dernier, ce que les deux intéressés ont fermement nié.

Membre du commando qui a exécuté le colonel Dosso, le sergent Ferdinand Toh a, quant à lui, été condamné à 12 ans de prison. Il a été reconnu coupable de complicité, mais le tribunal a admis des circonstances atténuantes.

Assassinat de Gueï

Enfin, le sergent Noël Toualy, qui avait arrêté l'officier à la retraite, est condamné à cinq ans de prison pour séquestration. Au total, une quarantaine de militaires pro-Gbagbo doivent être jugés dans une série de procès liés à la crise postélectorale. Le général Dogbo Blé est par ailleurs inculpé de génocide et d’autres crimes de sang commis durant la crise et de complicité d'assassinat du général Robert Gueï.

Dans ce procès, l'ex-chef de la sécurité rapprochée de l'ancienne Première dame Simone Gbagbo, le commandant Anselme Séka Yapo, dit « Séka Séka », est le principal inculpé de l'assassinat de l’ancien chef de la junte ivoirienne, tué le 19 septembre 2002, jour d'un coup d'Etat raté contre Laurent Gbagbo.

(Avec AFP)

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Côte d'Ivoire

Le barreau de Côte d'Ivoire fustige l'arrivée d'Orrick

Le barreau de Côte d'Ivoire fustige l'arrivée d'Orrick

 Dans une déclaration écrite, le bâtonnier du barreau de Côte d'Ivoire critique le recours par Orrick au statut de conseiller juridique. Le secrétaire de l'Ordre des avocats demande au cabinet[...]

Pourquoi le cabinet Orrick a fait le choix d'Abidjan

Pour sa première implantation sur le continent, le cabinet d'avocats né aux États-Unis a préféré la capitale économique ivoirienne à Casablanca ou à[...]

Côte d'Ivoire : Alassane Ouattara renforce le contrôle des fonds publics

Le gouvernement ivoirien poursuit son action contre les détournements de fonds publics. En Conseil des ministres, le président Alassane Ouattara a signé un projet de décret élargissant les[...]

Côte d'Ivoire : la CPI rejette la demande de Laurent Gbagbo d'assister aux obsèques de sa mère

La chambre de première instance de la Cour pénale internationale (CPI) a rendu sa décision, mercredi : Laurent Gbagbo ne sera pas autorisé à assister aux funérailles de sa mère en[...]

Doing Business 2015 : l'Afrique bat le record des réformes

 Selon le rapport "Doing Business" 2015 de la Banque mondiale, deux tiers des économies africaines ont connu une amélioration du climat des affaires. Le Sénégal et la RD Congo, qui[...]

Football : Yaya Touré, seul candidat africain au Ballon d'or 2014

La liste des 23 candidats au Fifa-Ballon d'or 2014 a été dévoilée mardi. Parmi eux, les habitués tels que Cristiano Ronaldo, Lionel Messi, ainsi qu'une ribambelle de champions du monde[...]

Côte d'Ivoire : le procès de Simone Ggagbo aura-t-il lieu ?

Le procès de Simone Gbagbo et de ses 82 coaccusés devait s'ouvrir le 22 octobre, mais il a été reporté sine die. Manque de préparation de la justice ivoirienne ?[...]

Drissa Traoré : "Les crimes de sang reprochés à Simone Gbagbo seront jugés, à la CPI ou ailleurs"

"Justice des vainqueurs", "procès politique"... Que ce soit au sujet du prochain procès de Simone Gbagbo ou de ceux de son mari, Laurent, et de Charles Blé Goudé, les critiques[...]

Côte d'Ivoire : le procès de Simone Gbagbo reporté sine die

Le gouvernement ivoirien a annoncé mercredi le report sine die du procès de Simone Gbagbo. Il était censé s'ouvrir ce mercredi 22 octobre.[...]

La course pour la direction du bureau Afrique de l'OMS est lancée...

Qui, début novembre, succédera à l'Angolais Luís Gomes Sambo à la tête du bureau Afrique de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) ?[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers