Extension Factory Builder
11/10/2012 à 19:36
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
La pêche locale a beaucoup souffert de la concurrence des chalutiers étrangers. La pêche locale a beaucoup souffert de la concurrence des chalutiers étrangers. © AFP

Le 11 octobre, Greenpeace a publié un rapport qui soutient que le Sénégal a vu ses ressources halieutiques être la cible d’un "pillage organisé" de la part des pêcheurs étrangers pendant au moins deux ans. Si Macky Sall a mis un terme à l'hémorragie, toute la lumière n’a pas encore été faite. De hauts dirigeants du régime de Wade auraient pu s’enrichir à travers un vaste système de corruption, ajoute l’ONG.

Dans un rapport, publié le 11 octobre 2012 à Dakar - à la veille de la visite de François Hollande -, Greenpeace dénonce un « pillage organisé » des ressources halieutiques du Sénégal entre mars 2010 et avril 2012. Le document, basé sur une enquête de 25 mois, fait état d’« autorisations illicites » de pêche concédées à des navires étrangers.

« Le scandale des autorisations de pêche au Sénégal » a débuté en mars 2010, explique Greenpeace dans ce rapport intitulé « Main basse sur la sardinelle ». Une série d'arrêtés ministériels illégaux auraient permis à des chalutiers industriels battant pavillon étranger de pêcher dans la Zone économique exclusive (ZEE) du Sénégal.

Le rapport précise que 29 des 44 chalutiers qui ont reçu une autorisation entre octobre et novembre 2011, ont « effectivement exercé une activité de pêche dans la ZEE du Sénégal entre décembre 2011 et avril 2012 ».

Pour bénéficier de ce passe-droit, les armateurs devaient s’acquitter de 35 dollars (27 euros) par tonne pêchée auprès du Trésor sénégalais, affirme un document officiel de l'époque. Cet accord est assimilé par Greenpeace à « un bradage » des ressources pélagiques [espèces évoluant dans les zones de pleine mer, à distance des côtes, et qui se déplacent en bancs, NDLR], a fait savoir Raoul Monsembula, un responsable de l’ONG.

"Kleptocratie maritime"

D’autre part, le rapport dévoile des zones d’ombres. Au moins deux armateurs russes ont indiqué avoir payé 120 dollars (93 euros) par tonne, soit 85 dollars de plus que le tarif fixé par le Trésor sénégalais, ce qui laisse supposer d'énormes montants de droits de pêche « non déclarés et non perçus » par l’institution bancaire sénégalaise, s’inquiète le rapport.

Greenpeace voit dans ces accords une véritable « kleptocratie maritime ». L’ONG explique que « ce pillage [a été] orchestré avec la complicité de hauts responsables du gouvernement sénégalais de l'époque », sous le régime de Abdoulaye Wade.

L’ancien président du Sénégal de 2000 à 2012 a été battu au second tour de l'élection présidentielle, en mars dernier, par Macky Sall. Dès lors, conformément à l'une de ses promesses de campagne, le nouveau chef d’Etat a annulé les autorisations de pêche controversées, le 30 avril dernier. Alors que la pêche est un secteur clé de l’économie locale, les pêcheurs sénégalais pâtissaient considérablement de la concurrence des chalutiers étrangers, qui épuisaient rapidement les ressources halieutiques du pays.

Pour Greenpeace, le nouveau gouvernement ne doit pas en rester là. L’ONG exhorte les autorités sénégalaises à lancer un audit sur ce dossier, afin de poursuivre « les personnes impliquées dans le pillage organisé des eaux sénégalaises » et de mettre sur liste noire les navires et sociétés impliqués.

(Avec AFP)

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Sénégal

Sénégal : le PDS désignera son candidat à la présidentielle le 20 mars

Sénégal : le PDS désignera son candidat à la présidentielle le 20 mars

Initialement annoncée pour le mois d'août, la désignation du candidat du PDS (opposition) à la prochaine présidentielle aura finalement lieu le 20 mars. Trois jours avant le jugement de la CREI co[...]

Après le Sénégal, le "JT rappé" débarque en Côte d'Ivoire

Véritable succès populaire au Sénégal depuis bientôt deux ans, le "JT rappé" s'est exporté en Côte d'Ivoire. Aux manettes de ce nouveau programme d'information tout[...]

Sénégal : l'ancien joueur du PSG Aliou Cissé nommé sélectionneur

On le pressentait, la Fédération Sénégalaise l'a officialisé ce jeudi matin : Aliou Cissé a été nommé au poste de sélectionneur des Lions de la Teranga.[...]

Maroc : les galères de Rokhaya, jeune nounou sénégalaise sans papiers à Tanger

Rokhaya, jeune nounou sénégalaise sans papiers, vivote depuis des mois à Tanger et tente d'oublier une expérience récente dans une famille aisée de la ville, faite d'exploitation et de[...]

Sénégal : Macky Sall, Karim Wade et Idrissa Seck... récit d'une guerre fratricide

Bien sûr, Macky Sall, Karim Wade et Idrissa Seck n'ont pas une goutte de sang en commun. Mais tous ont grandi dans l'ombre du "Vieux", rêvant de lui succéder. Abdoulaye Wade les a[...]

Giresse : "Pourquoi le Sénégal n'a-t-il jamais rien gagné ?"

Alain Giresse, l’ancien sélectionneur du Sénégal, n’a pas été épargné par une partie de la presse locale. S’estimant victime d’attaques excessivement[...]

Kabila, Ouattara, Bouteflika, Biya... Quels sont les diplômes de vos présidents ?

Votre président a-t-il le baccalauréat ? Un master ? À-t-il étudié l’économie ou le droit ? En France ou en Chine ? Toutes les réponses avec notre jeu interactif.  [...]

Après les délestages, la Senelec voit enfin le bout du tunnel

Avec le redressement de la Senelec, le pays sort de sa crise énergétique. Et mise désormais sur le privé pour augmenter sa production.[...]

Sénégal : Abdoulaye Wade, égaré entre "esclaves" et "anthropophages"

Abdoulaye Wade a publiquement taxé Macky Sall, mardi, de "descendant d'esclaves" et d'"anthropophages" dont les parents "mangeaient les bébés". Une sortie unanimement[...]

Afrique francophone : chef de l'opposition, un statut à double tranchant

Plusieurs pays d'Afrique francophone ont adopté un statut officiel de "chef de file de l'opposition". D'autres ont voté des textes mais attendent toujours la désignation de leur opposant en chef.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces
Purging www.jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20121011190510 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20121011190510 from 172.16.0.100