Extension Factory Builder
11/10/2012 à 19:36
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
La pêche locale a beaucoup souffert de la concurrence des chalutiers étrangers. La pêche locale a beaucoup souffert de la concurrence des chalutiers étrangers. © AFP

Le 11 octobre, Greenpeace a publié un rapport qui soutient que le Sénégal a vu ses ressources halieutiques être la cible d’un "pillage organisé" de la part des pêcheurs étrangers pendant au moins deux ans. Si Macky Sall a mis un terme à l'hémorragie, toute la lumière n’a pas encore été faite. De hauts dirigeants du régime de Wade auraient pu s’enrichir à travers un vaste système de corruption, ajoute l’ONG.

Dans un rapport, publié le 11 octobre 2012 à Dakar - à la veille de la visite de François Hollande -, Greenpeace dénonce un « pillage organisé » des ressources halieutiques du Sénégal entre mars 2010 et avril 2012. Le document, basé sur une enquête de 25 mois, fait état d’« autorisations illicites » de pêche concédées à des navires étrangers.

« Le scandale des autorisations de pêche au Sénégal » a débuté en mars 2010, explique Greenpeace dans ce rapport intitulé « Main basse sur la sardinelle ». Une série d'arrêtés ministériels illégaux auraient permis à des chalutiers industriels battant pavillon étranger de pêcher dans la Zone économique exclusive (ZEE) du Sénégal.

Le rapport précise que 29 des 44 chalutiers qui ont reçu une autorisation entre octobre et novembre 2011, ont « effectivement exercé une activité de pêche dans la ZEE du Sénégal entre décembre 2011 et avril 2012 ».

Pour bénéficier de ce passe-droit, les armateurs devaient s’acquitter de 35 dollars (27 euros) par tonne pêchée auprès du Trésor sénégalais, affirme un document officiel de l'époque. Cet accord est assimilé par Greenpeace à « un bradage » des ressources pélagiques [espèces évoluant dans les zones de pleine mer, à distance des côtes, et qui se déplacent en bancs, NDLR], a fait savoir Raoul Monsembula, un responsable de l’ONG.

"Kleptocratie maritime"

D’autre part, le rapport dévoile des zones d’ombres. Au moins deux armateurs russes ont indiqué avoir payé 120 dollars (93 euros) par tonne, soit 85 dollars de plus que le tarif fixé par le Trésor sénégalais, ce qui laisse supposer d'énormes montants de droits de pêche « non déclarés et non perçus » par l’institution bancaire sénégalaise, s’inquiète le rapport.

Greenpeace voit dans ces accords une véritable « kleptocratie maritime ». L’ONG explique que « ce pillage [a été] orchestré avec la complicité de hauts responsables du gouvernement sénégalais de l'époque », sous le régime de Abdoulaye Wade.

L’ancien président du Sénégal de 2000 à 2012 a été battu au second tour de l'élection présidentielle, en mars dernier, par Macky Sall. Dès lors, conformément à l'une de ses promesses de campagne, le nouveau chef d’Etat a annulé les autorisations de pêche controversées, le 30 avril dernier. Alors que la pêche est un secteur clé de l’économie locale, les pêcheurs sénégalais pâtissaient considérablement de la concurrence des chalutiers étrangers, qui épuisaient rapidement les ressources halieutiques du pays.

Pour Greenpeace, le nouveau gouvernement ne doit pas en rester là. L’ONG exhorte les autorités sénégalaises à lancer un audit sur ce dossier, afin de poursuivre « les personnes impliquées dans le pillage organisé des eaux sénégalaises » et de mettre sur liste noire les navires et sociétés impliqués.

(Avec AFP)

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Sénégal

Ebola atteint le Sénégal, un quartier de Monrovia sort de l'isolement

Ebola atteint le Sénégal, un quartier de Monrovia sort de l'isolement

Le Liberia doit lever samedi matin la quarantaine d'un quartier de la capitale, 10 jours après avoir imposé son isolement face à la progression de l'épidémie d'Ebola, qui touche désormais [...]

Sénégal : Mamadou Jean-Charles Tall, une mosquée et un manifeste

"La mosquée de Donaye (dans la vallée du fleuve Sénégal) doit être une sorte de manifeste. Au-delà de son caractère religieux, de l'impératif fonctionnel, elle[...]

Ebola : premier cas officiellement confirmé au Sénégal

La ministre sénégalaise de la Santé, Awa Marie Coll Seck, a officiellement confirmé au cours d'une conférence de presse, vendredi, le premier cas de fièvre hémorragique Ebola dans[...]

Braconnage en Afrique : Bring back our elephants !

Malgré les arrestations, le braconnage menace l'espèce. En Asie et au Moyen-Orient, l'ivoire vaut de l'or. Du Darfour au Congo, il finance les groupes armés.[...]

Coupe du monde de basket-ball : que peuvent faire les Africains ?

À partir du 30 août, trois équipes africaines participent à la Coupe du monde de basket-ball, en Espagne. Si les Américains sont favoris, et que les Espagnols espèrent également[...]

RDC - Affaire Chebeya : plainte contre Mwilambwe confirmée au Sénégal

À la suite de la plainte déposée par la FIDH et les familles des victimes dans l'affaire Chebeya début juin, la justice sénégalaise a ouvert mardi une information judicaire à[...]

Assane Dioma Ndiaye : "La CREI viole les principes élémentaires des droits de la défense"

Le président de la Ligue sénégalaise des droits humains voit dans le procès du fils de l'ancien président un "règlement de comptes" orchestré par le régime[...]

Sénégal : colère sur le campus de Dakar

La tension qui régnait depuis des mois à l'université de Dakar est montée d'un cran, le 14 août, avec la mort d'un étudiant lors d'une intervention musclée des forces de[...]

Sénégal : la CREI refuse de laisser partir Bibo Bourgi

La Cour de répression de l'enrichissement illicite (CREI) a refusé à l'homme d'affaires Bibo Bourgi, considéré comme le principal complice de Karim Wade, d'aller se faire soigner en France[...]

Sénégal : l'opposant Samuel Sarr arrêté pour offense au chef de l'État

L’opposant et ex-ministre sénégalais de l'Énergie Samuel Sarr, proche de l’ancien président Abdoulaye Wade, a été inculpé et emprisonné pour offense au chef de[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces
Buy VentolinBuy Antabuse Buy ZithromaxBuy Valtrex