Extension Factory Builder
11/10/2012 à 19:36
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
La pêche locale a beaucoup souffert de la concurrence des chalutiers étrangers. La pêche locale a beaucoup souffert de la concurrence des chalutiers étrangers. © AFP

Le 11 octobre, Greenpeace a publié un rapport qui soutient que le Sénégal a vu ses ressources halieutiques être la cible d’un "pillage organisé" de la part des pêcheurs étrangers pendant au moins deux ans. Si Macky Sall a mis un terme à l'hémorragie, toute la lumière n’a pas encore été faite. De hauts dirigeants du régime de Wade auraient pu s’enrichir à travers un vaste système de corruption, ajoute l’ONG.

Dans un rapport, publié le 11 octobre 2012 à Dakar - à la veille de la visite de François Hollande -, Greenpeace dénonce un « pillage organisé » des ressources halieutiques du Sénégal entre mars 2010 et avril 2012. Le document, basé sur une enquête de 25 mois, fait état d’« autorisations illicites » de pêche concédées à des navires étrangers.

« Le scandale des autorisations de pêche au Sénégal » a débuté en mars 2010, explique Greenpeace dans ce rapport intitulé « Main basse sur la sardinelle ». Une série d'arrêtés ministériels illégaux auraient permis à des chalutiers industriels battant pavillon étranger de pêcher dans la Zone économique exclusive (ZEE) du Sénégal.

Le rapport précise que 29 des 44 chalutiers qui ont reçu une autorisation entre octobre et novembre 2011, ont « effectivement exercé une activité de pêche dans la ZEE du Sénégal entre décembre 2011 et avril 2012 ».

Pour bénéficier de ce passe-droit, les armateurs devaient s’acquitter de 35 dollars (27 euros) par tonne pêchée auprès du Trésor sénégalais, affirme un document officiel de l'époque. Cet accord est assimilé par Greenpeace à « un bradage » des ressources pélagiques [espèces évoluant dans les zones de pleine mer, à distance des côtes, et qui se déplacent en bancs, NDLR], a fait savoir Raoul Monsembula, un responsable de l’ONG.

"Kleptocratie maritime"

D’autre part, le rapport dévoile des zones d’ombres. Au moins deux armateurs russes ont indiqué avoir payé 120 dollars (93 euros) par tonne, soit 85 dollars de plus que le tarif fixé par le Trésor sénégalais, ce qui laisse supposer d'énormes montants de droits de pêche « non déclarés et non perçus » par l’institution bancaire sénégalaise, s’inquiète le rapport.

Greenpeace voit dans ces accords une véritable « kleptocratie maritime ». L’ONG explique que « ce pillage [a été] orchestré avec la complicité de hauts responsables du gouvernement sénégalais de l'époque », sous le régime de Abdoulaye Wade.

L’ancien président du Sénégal de 2000 à 2012 a été battu au second tour de l'élection présidentielle, en mars dernier, par Macky Sall. Dès lors, conformément à l'une de ses promesses de campagne, le nouveau chef d’Etat a annulé les autorisations de pêche controversées, le 30 avril dernier. Alors que la pêche est un secteur clé de l’économie locale, les pêcheurs sénégalais pâtissaient considérablement de la concurrence des chalutiers étrangers, qui épuisaient rapidement les ressources halieutiques du pays.

Pour Greenpeace, le nouveau gouvernement ne doit pas en rester là. L’ONG exhorte les autorités sénégalaises à lancer un audit sur ce dossier, afin de poursuivre « les personnes impliquées dans le pillage organisé des eaux sénégalaises » et de mettre sur liste noire les navires et sociétés impliqués.

(Avec AFP)

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Sénégal

Karim Wade à son procès : 'Profession banquier et actuellement prisonnier politique'

Karim Wade à son procès : "Profession banquier et actuellement prisonnier politique"

Le procès de Karim Wade et de ses présumés complices devant la Cour de répression de l'enrichissement illicite (CREI) s'est ouvert jeudi matin à Dakar dans une ambiance électrique.[...]

Sénégal : carton rouge pour la gouvernance Wade

Dans le rapport annuel qu'elle vient de transmettre à Macky Sall, l'Inspection générale d'État (IGE) dresse un tableau sans concession de la dilapidation du patrimoine de l'État sous la[...]

Sénégal : le procès de Karim Wade s'ouvre à Dakar

Accusé d'avoir acquis de manière illicite 178 millions d'euros, Karim Wade, fils de l'ancien président sénégalais, est jugé à partir de ce jeudi à Dakar. Un procès[...]

TNT : le jackpot contesté de Sidy Diagne

 Le groupe sénégalais Excaf, spécialisé dans l'événementiel et la télévision payante, a récemment obtenu le marché du passage au numérique pour le[...]

Sénégal : Macky Sall et le mandat de cinq ans

Macky Sall a promis de faire passer le mandat présidentiel de sept à cinq ans, mais va-t-il tenir parole ? Et si oui, quand ?[...]

Wikipédia : le classement des chefs d'État africains les plus populaires

Créé en 2001, Wikipédia s'est imposée depuis comme l'encyclopédie numérique la plus consultée au monde. Participative, elle rassemble des informations collectées par les[...]

Sénégal : dans l'affaire Karim Wade, Bibo Bourgi plaide malade

La détérioration de l'état de santé de l'homme d'affaires, soupçonné de complicité dans l'affaire Karim Wade, hypothèque la tenue du procès, le[...]

"Les Africains pourraient menacer de rompre leurs relations diplomatiques avec Israël"

En poste à Dakar depuis 2008, Abdalrahim Alfarra, ambassadeur de l'État de Palestine pour le Sénégal, la Guinée, la Guinée-Bissau, le Burkina Faso et le Cap-Vert, a pu mesurer la[...]

Ramadan 2014 : Aïd mabrouk !

Un peu partout dans le monde, les musulmans ont commencé à fêter l’Aïd el-Fitr, la fête de la fin du mois sacré de ramadan. Si certains ont débuté les festivités[...]

Mohamed Talbi : "L'islam est né laïc"

L'auteur tunisien de "Ma religion c'est la liberté" n'en démord pas : le Coran est porteur de modernité et de rationalité, mais son message a été altéré par[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers