Extension Factory Builder
12/10/2012 à 12:08
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Marc Antoine Vumilia a finalement obtenu l'asile politique en Suède. Marc Antoine Vumilia a finalement obtenu l'asile politique en Suède. © espritlibreproduction.com

Condamné à mort pour l’assassinat de Laurent-Désiré Kabila, Marc Antoine Vumilia a passé dix ans en détention à la prison centrale de Kinshasa avant de s’évader. Il raconte son calvaire dans un documentaire-réquisitoire, diffusé sur Arte le 13 octobre, avec des images prises à l'intérieur de l'établissement pénitenciaire de Makala en caméra cachée.

À la veille du sommet de la Francophonie de Kinshasa, qui s’ouvre vendredi 12 octobre, les droits et libertés en RDC sont devenus un sujet de controverse entre le gouvernement congolais et le président français. En jugeant, le 9 octobre, « inacceptable » le manque de démocratie et de respect des droits de l’homme dans le pays, François Hollande (qui a décidé de s’y rendre après avoir longuement hésité, justement à cause de ce dossier) s’est immédiatement attiré les foudres du volubile ministre des Médias, Lambert Mende.

Marc Antoine Vumilia a lui un avis bien tranché sur la question. Cet ex-agent de renseignement de la présidence de Laurent-Désiré Kabila fait partie des 30 condamnés à mort pour l’assassinat de l'ancien nzee, le 16 janvier 2001. Mais, contrairement à ses compagnons d’infortune, il dispose d’une tribune pendant le séjour de Hollande à Kinshasa avec la diffusion sur Arte, le 13 octobre*, d’Adieu l’Enfer, un documentaire de 26 minutes consacré à son incroyable histoire.

La prison centrale est organisée comme le pays est organisé; C’est-à-dire sur la base de la corruption et de la violence.

L’homme, qui a passé près d’une décennie à Makala, la prison centrale de Kinshasa, n’y va pas par quatre chemins : « la prison centrale est organisée comme le pays est organisé. C’est-à-dire sur la base de la corruption, sur la base de l’hypocrisie et sur la base de la violence », affirme-t-il.

Témoignage exceptionnel

Bien plus qu’un simple pamphlet politique, Adieu l’enfer est surtout un témoignage exceptionnel, celui d’un homme qui a pu, à l’aide d’une petite caméra introduite frauduleusement, filmer le quotidien de cette prison de l’intérieur. Il y raconte, face caméra, sa vie dans sa petite cellule aux murs verts où il se réfugie dans l’écriture, et qu’il doit louer au prix fort au « comité d’encadrement », sorte de mafia dirigée par les prisonniers de droits commun, qui règne en maître dans ces murs. Il montre les terribles sévices infligés par les membres de ce « comité » à d’autres détenus, la nourriture infecte qui est servie, ou encore le pavillon des « moribonds », sorte de mouroir où s’entasse, à même le sol, les prisonniers les plus mal en point.

Marc Antoine Vumilia a survécu ainsi pendant dix ans jusqu’au jour de son évasion (elle aussi filmée). Dissimulé derrière une épaisse couche de maquillage et un déguisement de femme, il a réussi à se faire passer pour une visiteuse et sortir, incognito, par la grande porte, avant de passer clandestinement à Brazzaville, de l’autre côté du fleuve.

C’est là qu’il se confie aux réalisateurs, Arnaud Zajtman (ancien correspondant de la BBC à Kinshasa) et Marlène Rabaud, alors qu’il monte une pièce de théâtre et avant de gagner la Suède, où il a, depuis, obtenu l’asile politique. Les deux auteurs, avaient déjà utilisé les images de sa détention (le vrai trésor du film) dans un précédent documentaire, Meurtre à Kinshasa. Qui a tué Laurent-Désiré Kabila ?, une enquête sur les commanditaires de l’assassinat (perpétré par Rachidi Kasereka, un garde du corps du « Mzee ») que la justice congolaise n’est jamais parvenue à identifier véritablement.

Sans doute ont-ils alors estimé que l’histoire de Marc Antoine Vumilia valait, en elle-même, un documentaire. Cela donne un film sobre, éclairant sur la face cachée de Kinshasa, et servi par un personnage dont la sensibilité crève l’écran.

___

*Adieu l’Enfer de Marlène Rabaud et Arnaud Zajtman, diffusion sur Arte le 13 octobre à 16h35 GMT (18h35 à Paris) puis pendant une semaine en ligne sur videos.arte.tv
 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

RD Congo

RDC : à quoi joue Léon Kengo wa Dondo ?

RDC : à quoi joue Léon Kengo wa Dondo ?

En évoquant une possible révision de la Constitution, le président du Sénat, Léon Kengo wa Dondo, a jeté le trouble. A priori, il est exclu de toucher à la limitation du nom[...]

RDC : Abdou Diouf décoré du "Grand cordon Kabila-Lumumba"

Arrivé à la fin de son mandat à la tête de l'Organisation internationale de la francophonie (OIF), Abdou Diouf a été décoré lundi soir à Kinshasa du plus haut grade de[...]

Interrogations après la mort en RDC du chef rebelle "Morgan"

Paul Sadala alias "Morgan", chef rebelle congolais, a été tué lundi par l'armée congolaise lors de son transfèrement vers Bunia dans le nord-est de la RDC.[...]

Football : Carteron sélectionneur de la RDC ? Katumbi ne dit pas non

À la recherche d’un sélectionneur, la RDC étudie plusieurs pistes. Dont celle menant à Patrice Carteron, l’entraîneur français du TP Mazembe, qui cumulerait les deux[...]

RDC : où sont passés les centaines d'otages des ADF dans le Nord-Kivu ?

Enfants, médecin, prêtres, membres de MSF… Entre 2010 et 2013, des centaines de personnes ont été enlevées par les ADF dans l'est de la RDC. Au moment où la traque contre ces[...]

RDC : comment va Étienne Tshisekedi ?

Au moment où des rumeurs folles circulent à Kinshasa sur l'état de santé d'Étienne Tshisekedi, ses proches tentent de rassurer. Selon eux, l'opposant historique congolais va mieux mais a encore[...]

RD Congo : Carlo Lekea, développeur-pionnier

Carlo Lekea est le développeur de la première application mobile réalisée en RD Congo. À 22 ans, ce jeune homme ambitieux entend bien en développer de nombreuses autres, en dépit de[...]

RDC : In Koli Jean Bofane, le satyricongolais

Présent au festival Étonnants Voyageurs de Rabat, l'auteur de "Mathématiques congolaises" a évoqué son nouveau livre, "Congo Inc." Un maelström d'humour et[...]

RDC - Patricia Diomi : "Pour Kabila, mon mari est la bête noire à abattre"

Après la condamnation, le 26 mars, de l'opposant congolais Diomi Ndongala à dix ans de prison, son épouse Patricia s'est confiée à "Jeune Afrique". Elle dénonce notamment la[...]

Papas présidents !

C'est reparti. La plupart de nos dirigeants, bien ou mal élus, malgré de longues années de pouvoir, se sont illustrés par leur impéritie. Ils n'ont pas réussi à nous faire[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers