Extension Factory Builder
11/10/2012 à 09:50
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Le Conseil de sécurité de l'ONU, le 26 septembre 2012, à New York. Le Conseil de sécurité de l'ONU, le 26 septembre 2012, à New York. © AFP

Le projet de résolution sur le Mali déposé par la France au Conseil de sécurité de l'ONU demande à la Cedeao et à l'Union africaine (UA) de préciser, dans les 30 jours, les modalités d'une intervention militaire pour reconquérir le nord du pays aux islamistes armés.  

Pour les responsables français, et sans doute pour la communauté internationale, les contours de l'éventuelle intervention militaire dans le Nord-Mali sont, semble-t-il, encore trop flous. Le projet de résolution sur le Mali, proposé par la France à ses partenaires du Conseil de sécurité de l'ONU, presse la Cedeao et l'UA de préciser dans les 30 jours les modalités d'une intervention militaire pour déloger les groupes islamistes armés qui occupent la moitié nord du pays.

Le texte, dont l'AFP a obtenu copie, invite aussi le gouvernement malien et les rebelles touaregs à « ouvrir dès que possible un processus de négociation crédible afin de rechercher une solution politique viable respectant la souveraineté, l'unité et l'intégrité territoriale du Mali ».

Le secrétaire général de l'ONU devra se concerter avec la Cedeao (Communauté économique des États d'Afrique de l'Ouest) et l'Union africaine pour présenter dans un délai de 30 jours des « recommandations détaillées » en vue d'une intervention, notamment « un concept opérationnel » et une liste de troupes.

Le texte, qui peut encore faire l'objet d'aménagements, dénonce les violations des droits de l'homme dans le Nord et demande aux groupes rebelles de se dissocier, sous peine de sanctions, des « organisations terroristes » comme Al-Qaïda au Maghreb islamique.

Bamako a demandé officiellement à l'ONU un mandat pour une « force militaire internationale » avec un déploiement au Mali de troupes ouest-africaines qui l'aideraient à reconquérir le nord du pays.

Financement

Depuis six mois, le Conseil de sécurité réclame en vain des détails sur les modalités de cette intervention (objectifs, troupes, commandement, besoins logistiques, etc.). Une réunion doit se tenir le 19 octobre à Bamako avec les principaux acteurs (Cedeao, Union africaine, Union européenne, ONU) pour tenter de mettre au point une « stratégie cohérente », selon un diplomate. Paris a promis une aide logistique à l'opération, de même que les États-Unis.

En attendant, le projet de résolution invite les pays membres de l'ONU et les organisations comme l'Union européenne à commencer à entraîner et équiper l'armée malienne, qui devra prendre la tête de la reconquête du Nord. La France espère une adoption de ce texte dans les prochains jours.

« Le Conseil est plutôt uni sur le Mali (..) il y a quelques ajustements à faire (sur le texte) mais pas de gros problèmes de fond », estime un diplomate européen. « Nous sommes prêts à autoriser une intervention militaire quand nous disposerons d'un concept opérationnel crédible », souligne-t-il, ajoutant cependant que « la question clé sera celle du financement ».

Ce n'est que dans un deuxième temps, au mieux à la fin de novembre, et par le biais d'une deuxième résolution, que le Conseil pourra donner son feu vert formel au déploiement graduel d'une force qui prendra de toutes façons plusieurs mois à se constituer. Pour l'instant, il s'agit de « maintenir l'élan et de mobiliser la communauté internationale », commente un diplomate.

Dans le même ordre d'idées, l'ONU vient de nommer un envoyé spécial pour le Sahel en la personne de l'ancien chef du gouvernement italien, Romano Prodi.

(Avec AFP)

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Mali

Wikipédia : le classement des chefs d'État africains les plus populaires

Wikipédia : le classement des chefs d'État africains les plus populaires

Créé en 2001, Wikipédia s'est imposé depuis comme l'encyclopédie numérique la plus consultée au monde. Participative, elle rassemble des informations collectées par les utili[...]

Vol AH 5017 : une "chute vertigineuse de 10 000 mètres en 3 minutes"

Les images radar du contrôle aérien burkinabè révèlent que le MD-83 du vol AH 5017 d'Air Algérie a chuté en quelques minutes après avoir tenté d'éviter un orage.[...]

Vol AH5017 : comment les Burkinabè ont trouvé la zone du crash

Dès que l'alerte a été donnée au sujet de la disparition du vol AH 5017, les militaires burkinabè n'ont pas ménagé leurs efforts pour retrouver la trace du DC-9[...]

Mali : au Nord, c'est le far west

À Alger, on négocie depuis le 16 juillet, mais dans le Septentrion, on se bat. Entre l'armée, les milices et les rebelles touaregs, rien ne va plus... Seuls les jihadistes et les trafiquants[...]

L'analyse des boîtes noires du vol AH 5017 pourrait prendre "plusieurs semaines"

Selon Frédéric Cuvillier, secrétaire d'État français aux transports, l'analyse des boîtes noires de l'avion d'Air Algérie qui s'est écrasé jeudi dernier au Mali[...]

Ramadan 2014 : Aïd mabrouk !

Un peu partout dans le monde, les musulmans ont commencé à fêter l’Aïd el-Fitr, la fête de la fin du mois sacré de ramadan. Si certains ont débuté les festivités[...]

Mohamed Talbi : "L'islam est né laïc"

L'auteur tunisien de "Ma religion c'est la liberté" n'en démord pas : le Coran est porteur de modernité et de rationalité, mais son message a été altéré par[...]

Vol AH 5017 : les deux boîtes noires transférées à Paris

Les deux boîtes noires de l'avion d'Air Algérie qui s'est écrasé au Mali ont été transférées dimanche soir de Bamako à Paris, où elles doivent être[...]

Vol AH 5017 : les enquêteurs au travail

Les experts enquêtant sur le crash d'un avion d'Air Algérie dans le nord du Mali poursuivaient dimanche leur travail dans une zone d'accès difficile où l'appareil s'est désintégré[...]

Vol AH 5017 : rien que des débris sur la scène du crash

Une vision à peine soutenable sur la scène du crash de l'avion d'Air Algérie au Mali : "des petits morceaux, pas grand-chose pour reconnaître un avion", lance un Burkinabè,[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers