Extension Factory Builder
10/10/2012 à 12:05
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Mark Basseley Youssef, auteur présumé du brûlot islamophobe, Mark Basseley Youssef, auteur présumé du brûlot islamophobe, © DR

Mercredi 10 octobre, Mark Basseley Youssef, auteur supposé du film islamophobe "Innocence of Muslims" est convoqué par la justice américaine. L’Américain d’origine égyptienne, emprisonné depuis le 27 septembre, est accusé d’avoir violé les termes de sa liberté conditionnelle, après sa condamnation pour fraude bancaire. Il encourt deux ans de prison.

L’instigateur présumé du brûlot islamophobe « Innocence of Muslims » («L’Innocence des musulmans») va comparaître ce mercredi 10 octobre, devant une cour fédérale à Los Angeles, a indiqué l’instance judicaire. Le long-métrage, dont seul un extrait de 14 minutes circule sur la Toile, avait déclenché  une vague de violences meurtrières, en septembre, dans le monde arabo-musulman.

Le réalisateur du film, présenté jusqu’alors comme Nakoula Basseley Nakoula, se prénomme en réalité Mark Basseley Youssef, d’après la cour. Dans un premier temps, il avait contacté les médias américains en se faisant passer pour un certain Sam Bacile.

Violation de liberté conditionnelle

L’homme de 55 ans comparaîtra sous haute surveillance policière, comme lors de sa première présentation à la justice, le 27 septembre. La presse et le public ne sont pas autorisés à se rendre dans la salle et devront se contenter d’une retransmission de l’audience en direct, depuis un bâtiment voisin.

M. Youssef n’est pas convoqué devant la cour pour son implication dans le film « Innocence of Muslims » puisque le Premier amendement de la Constitution américaine garantit la liberté d’expression, mais parce qu’il est soupçonné d’avoir violé les termes de sa liberté conditionnelle. Il bénéficiait de ce régime depuis sa condamnation en 2010 pour fraude bancaire. Le copte américain d’origine égyptienne est poursuivi pour huit chefs d’accusation, qui comprennent notamment fausses déclarations et usage d’au moins trois pseudonymes.

L’accusation indique que les officiers de contrôle judiciaire ont réclamé une peine d’emprisonnement de deux ans. Certains observateurs font d’ailleurs remarquer que l’apprenti cinéaste sera plus en sécurité en prison au vue des menaces qui pèsent sur lui et des violences que son long métrage amateur a suscitées.

50 morts

M. Youssef avait été brièvement entendu le 15 septembre par son agent de probation, dans le cadre de sa liberté conditionnelle. Craignant pour sa sécurité, l’homme s'était ensuite caché. Sa famille avait pu le rejoindre deux jours plus tard, grâce à l’aide de la police.

L’auteur présumé du film a été arrêté le 27 septembre lorsque la juge Suzanne Segal a ordonné son emprisonnement immédiat. Toute possibilité de libération sous caution était exclue, la justice ayant considéré que le suspect risquait de s’enfuir et présentait un danger pour la communauté. « La cour n’a pas confiance dans l’accusé», avait souligné la juge. M. Youssef vit à Cerritos, au sud de Los Angeles.

Le 18 septembre, la justice égyptienne avait lancé des poursuites à l’encontre de sept coptes de la diaspora qui vivent aux États-Unis. Tous étaient impliqués dans le brûlot islamophobe. M. Youssef n’apparaissait toutefois pas dans cette liste. Le lendemain, Cindy Lee Garcia, une actrice du film avait porté plainte contre le réalisateur pour « tromperie », mais elle avait vu sa plainte déboutée par la justice américaine pour vice de forme.

De nombreux musulmans se sont sentis offensés par « Innocence of Muslims », qui dépeint le prophète Mohammed comme un voyou assoiffé de sang, pédophile et homosexuel. Plus de 50 morts ont été causées par la vague de protestations, notamment anti-américaines, dont le film est à l’origine dans le monde musulman.

(Avec AFP)

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

International

Santiago Zannou : un rôle à jouer

Santiago Zannou : un rôle à jouer

De père béninois et de mère espagnole, le réalisateur place l'immigration et le métissage au coeur de ses films. La singularité de ses histoires lui a ouvert les portes du cin[...]

Yémen : le président Abd Rabbo Mansour Hadi s'est réfugié en Arabie saoudite

Alors que la confusion règnait sur le sort du président Abd Rabbo Mansour Hadi, ce dernier est arrivé jeudi en Arabie saoudite, le même jour où la coalition menée par Ryad[...]

"Comme un cri" : exorciser le naufrage du Joola

Pièce coup de poing, Comme un cri revient sur le drame du Joola et pointe une nouvelle fois la responsabilité des autorités sénégalaises.[...]

Cinéma : Dear White People, chers petits Blancs...

Avec son film "Dear White People", le réalisateur africain-américain Justin Simien dénonce les préjugés raciaux toujours vivaces dans le pays d'Obama... et suscite la[...]

Hervé Ladsous : "Le maintien de la paix ne représente que 0,4% des budgets militaires dans le monde"

Pour la première fois, les chefs d'état-major de 120 pays membres des Nations unies se réunissent vendredi 27 mars à New York pour plancher sur les enjeux complexes du maintien de la paix à[...]

Yémen : les rebelles progressent, le président Hadi en fuite

Alors que l'incertitude régnait sur son sort, le président yéménite, Abd Rabbo Mansour Hadi, a quitté le pays en bateau, ont annoncé des responsables yéménites.[...]

Racisme en Belgique : "Il faut prendre conscience de l'ampleur du problème"

Depuis le lancement du hashtag #dailyracism, de nombreux Belges ont témoigné, sur les réseaux sociaux, du racisme quotidien qu'ils subissent.  [...]

Tunisie : François Hollande attendu au Bardo le 29 mars

François Hollande devrait prendre part à la marche organisée dimanche 29 mars par les autorités tunisiennes, selon une source proche de l’Élysée.[...]

Lassana Bathily décoré de la médaille du courage par le Centre Simon Wiesenthal à Los Angeles

Lassana Bathily, le jeune Malien qui a sauvé quatre personnes lors de la prise d'otages de l'Hyper Cacher en France, le 9 janvier, a été décoré mardi de la médaille du courage par le[...]

Brésil : un cyclone nommé Petrobras

L'argent du groupe pétrolier public a-t-il servi à acheter des dizaines de responsables politiques de toutes obédiences ? Depuis plusieurs mois, un scandale de corruption d'une ampleur sans[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers
Purging www.jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20121010111936 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20121010111936 from 172.16.0.100