Extension Factory Builder
09/10/2012 à 15:08
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Seif al-Islam Kaddafi, le 20 novembre 2011 à Zenten, en Libye. Seif al-Islam Kaddafi, le 20 novembre 2011 à Zenten, en Libye. © AFP

L’audience de la Cour pénale internationale (CPI) qui doit décider si la Libye peut juger à sa place Seif el-Islam Kaddadi a débuté mardi 9 octobre. Elle doit se poursuivre mercredi.

La CPI organisait, mardi 9 octobre, la première audience publique pour déterminer qui, de la Cour ou de la Libye, est abilitée à juger Seif el-Islam Kadhafi. À cette occasion, la Libye a de nouveau assuré que sa justice était capable d'organiser un procès « juste et équitable » dans des délais raisonnables. « L'enquête a déjà produit des résultats considérables, a déclaré Philip Sands, avocat de la Libye, lors de l’audience. Il y a une grande quantité de preuves qui constitueront un acte d'accusation identique à celui présenté par le procureur de la CPI ».

« Le gouvernement libyen s'engage à procéder à un procès juste et équitable pour les responsables de l'ancien régime », a de son côté affirmé le représentant de la Libye à la CPI, Ahmed Al-Jehani. Celui-ci a demandé à la communauté internationale « d’être patiente », expliquant aux juges de la CPI que les autorités de son pays « avaient besoin de temps » pour organiser un procès juste. « Une justice rapide ne permet pas un processus en bonne et due forme », a-t-il avancé. « Nous allons créer un système judiciaire juste et cela montrera notre engagement envers l'autorité de la loi », a-t-il soutenu au nom de son pays, où même la formation d'un gouvernement pose actuellement problème.

Procès reporté sine die

Philip Sands a également assuré que les autorités libyennes peuvent prouver que Seif el-Islam a ordonné de tirer à balles réelles sur des manifestants lors de la révolte populaire ayant mené à la chute du régime de Kadhafi en 2011. Selon l'avocat, le fils du défunt leader aurait également organisé le recrutement de mercenaires pakistanais dans le but de contrer les rebelles et aurait, lors d'une allocution à la télévision, appelé les forces de sécurité loyalistes à faire usage de la violence.

Les autorités libyennes disputent à la CPI le droit de le juger Seif el-Islam et avaient déposé, le 1er mai, une requête contestant la compétence de la cour à poursuivre le seul fils de l'ancien dirigeant à être détenu en Libye. En août, les autorités avaient annoncé que Seif el-Islam serait jugé à partir de septembre à Zenten (170 km au sud-ouest de Tripoli), où il est détenu depuis son arrestation, en novembre 2011. Mais le procès avait été reporté sine die, le 10 septembre, par le bureau du procureur général libyen.

(Avec AFP)
 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Libye

Reprise jeudi au Maroc du dialogue pour une sortie de crise en Libye

Reprise jeudi au Maroc du dialogue pour une sortie de crise en Libye

Après l'annulation d'une réunion la semaine dernière, un nouveau round de dialogue entre les deux parlements rivaux en Libye, celui reconnu par la communauté internationale et le Congrès gé[...]

Libye : le général Khalifa Haftar nommé commandant général de l'armée

Le général Khalifa Haftar a été nommé à la tête de l'armée libyenne, a annoncé lundi le président du Parlement reconnu par la communauté internationale,[...]

Kabila, Ouattara, Bouteflika, Biya... Quels sont les diplômes de vos présidents ?

Votre président a-t-il le baccalauréat ? Un master ? À-t-il étudié l’économie ou le droit ? En France ou en Chine ? Toutes les réponses avec notre jeu interactif.  [...]

Attention : dangers

J'ai la curieuse et désagréable impression que notre pauvre monde ressemble en ce moment à un avion sans pilote, alors qu'il est entré dans une zone de turbulences. Comment ne pas en être[...]

Libye : qui arrêtera Daesh ?

D'un côté, un pays déchiré par les milices, squatté par l'État islamique et sur lequel prétendent régner deux gouvernements. De l'autre, des voisins africains et des[...]

Libye : suspension du dialogue pour une sortie de crise

Le Parlement libyen siégeant à Tobrouk (Est), reconnu par la communauté internationale, a décidé lundi de suspendre sa participation au dialogue sur une sortie de crise parrainé par[...]

Libye : attentat de l'EI contre la résidence de l'ambassadeur iranien, pas de victimes

La résidence de l'ambassadeur iranien à Tripoli, la capitale libyenne désertée par la majorité des diplomates étrangers, a été visée dimanche par un double attentat,[...]

Libye : un nouveau foyer jihadiste qui inquiète l'Europe et les pays voisins

Aux portes de l'Europe, le nouveau foyer jihadiste qui se développe en Libye alimente les pires craintes du Vieux continent mais inquiète aussi les voisins immédiats du pays, qui craignent un renforcement de[...]

Libye : 195 égyptiens évacués via la Tunisie

195 ressortissants égyptiens ont fui lundi la Libye en direction de la Tunisie après l’assassinat de 21 chrétiens coptes par le groupe État islamique (EI). Le gouvernement tunisien craint[...]

La Libye demande la levée de l'embargo sur les armes aux Nations unies

Mohammed al-Dairi, le ministre libyen des Affaires étrangères, a demandé mercredi à l'ONU de lever l'embargo sur les armes imposé à son pays afin de mieux lutter contre les groupes[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces
Purging www.jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20121009143622 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20121009143622 from 172.16.0.100