Extension Factory Builder
09/10/2012 à 15:08
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Seif al-Islam Kaddafi, le 20 novembre 2011 à Zenten, en Libye. Seif al-Islam Kaddafi, le 20 novembre 2011 à Zenten, en Libye. © AFP

L’audience de la Cour pénale internationale (CPI) qui doit décider si la Libye peut juger à sa place Seif el-Islam Kaddadi a débuté mardi 9 octobre. Elle doit se poursuivre mercredi.

La CPI organisait, mardi 9 octobre, la première audience publique pour déterminer qui, de la Cour ou de la Libye, est abilitée à juger Seif el-Islam Kadhafi. À cette occasion, la Libye a de nouveau assuré que sa justice était capable d'organiser un procès « juste et équitable » dans des délais raisonnables. « L'enquête a déjà produit des résultats considérables, a déclaré Philip Sands, avocat de la Libye, lors de l’audience. Il y a une grande quantité de preuves qui constitueront un acte d'accusation identique à celui présenté par le procureur de la CPI ».

« Le gouvernement libyen s'engage à procéder à un procès juste et équitable pour les responsables de l'ancien régime », a de son côté affirmé le représentant de la Libye à la CPI, Ahmed Al-Jehani. Celui-ci a demandé à la communauté internationale « d’être patiente », expliquant aux juges de la CPI que les autorités de son pays « avaient besoin de temps » pour organiser un procès juste. « Une justice rapide ne permet pas un processus en bonne et due forme », a-t-il avancé. « Nous allons créer un système judiciaire juste et cela montrera notre engagement envers l'autorité de la loi », a-t-il soutenu au nom de son pays, où même la formation d'un gouvernement pose actuellement problème.

Procès reporté sine die

Philip Sands a également assuré que les autorités libyennes peuvent prouver que Seif el-Islam a ordonné de tirer à balles réelles sur des manifestants lors de la révolte populaire ayant mené à la chute du régime de Kadhafi en 2011. Selon l'avocat, le fils du défunt leader aurait également organisé le recrutement de mercenaires pakistanais dans le but de contrer les rebelles et aurait, lors d'une allocution à la télévision, appelé les forces de sécurité loyalistes à faire usage de la violence.

Les autorités libyennes disputent à la CPI le droit de le juger Seif el-Islam et avaient déposé, le 1er mai, une requête contestant la compétence de la cour à poursuivre le seul fils de l'ancien dirigeant à être détenu en Libye. En août, les autorités avaient annoncé que Seif el-Islam serait jugé à partir de septembre à Zenten (170 km au sud-ouest de Tripoli), où il est détenu depuis son arrestation, en novembre 2011. Mais le procès avait été reporté sine die, le 10 septembre, par le bureau du procureur général libyen.

(Avec AFP)
 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Libye

Libye : 170 disparus dans un nouveau drame de l'immigration clandestine

Libye : 170 disparus dans un nouveau drame de l'immigration clandestine

Quelque 170 Africains ont disparu en mer vendredi au large des côtes libyennes, dans un nouveau drame de l'immigration clandestine, ayant pour cadre un pays agité par les violences et incapable de contrôler se[...]

Tunisie : 74 migrants venus de Libye recueillis par des pêcheurs

Des pêcheurs tunisiens ont recueilli jeudi soixante-quatorze migrants qui tentaient de gagner l'Italie depuis la Libye. Ils avaient erré cinq jours en mer.[...]

Libye : la deuxième vie de Khalifa Haftar dans la guerre au Tchad

Khalifa Haftar a récemment refait surface en prenant en Libye la tête d'une offensive toujours en cours contre les milices islamistes de Misrata et Benghazi. Dans ce deuxième billet, Laurent Touchard*[...]

Tchad : l'opération française Manta de 1983 et le jeu des frictions nord-sud

Ce billet est le dernier d'une série en trois volets consacrée aux rapports belliqueux de la Libye de Kadhafi et du Tchad de Hissène Habré. Laurent Touchard* revient ici sur l'intervention[...]

1980-1983 : Libye-Tchad, de la seconde bataille de N'Djaména à celle de Faya Largeau

Ce billet est le deuxième d'une série en trois volets consacrée aux rapports belliqueux de la Libye de Kadhafi et du Tchad de Hissène Habré. Laurent Touchard* fait ici le point sur les[...]

1966 - 1979 : Kadhafi et Habré prennent le pouvoir en Libye et au Tchad

Ce billet est le premier d'une série en trois volets consacrée aux rapports belliqueux de la Libye et du Tchad. Laurent Touchard commence par faire le point sur les circonstances de l'arrivée au pouvoir de[...]

Affaire Kadhafi - Sarkozy : les propos de Bany Kanté contredits par Dupuydauby

Soupçonné d'être impliqué dans le financement présumé de la campagne électorale de Nicolas Sarkozy par Mouammar Kadhafi en 2007, Cheick Amadou Bany Kanté a démenti[...]

Affaire Kadhafi - Sarkozy : le Malien Bany Kanté nie avoir joué un rôle de "porteur de valise"

Soupçonné par la justice française d'être impliqué dans le financement présumé de la campagne électorale de Nicolas Sarkozy par Mouammar Kadhafi en 2007, le Malien Cheick[...]

Libye : Haftar revendique les raids aériens près de Tripoli

Le général dissident Khalifa Haftar, opposé militairement aux milices islamistes, a revendiqué lundi les deux raids qui ont frappé le sud de Tripoli plus tôt le même jour. Mais des[...]

Libye : frappes aériennes près de l'aéroport de Tripoli

Deux avions non identifiés ont bombardé lundi avant l’aube des positions de miliciens rivaux qui s’affrontent à l’arme lourde pour le contrôle de l’aéroport international[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers