Extension Factory Builder
08/10/2012 à 17:18
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Manifestation de journalistes de 'Assabah' au siège de leur quotidien, à Tunis, le 2 octobre. Manifestation de journalistes de "Assabah" au siège de leur quotidien, à Tunis, le 2 octobre. © AFP/Archives/Fethi Belaid

Huit journalistes du groupe de presse Dar Assabah, qui ont mené une grève de la faim pendant sept jours, ont recommencé à s’alimenter, lundi 8 octobre, à la veille de négociations tripartites. Le gouvernement aurait promis le départ de Lotfi Touati, dont la nomination à la tête de la société avait déclenché le conflit, en août dernier.

Les huit journalistes du groupe de presse tunisien Dar Assabah ont suspendu, lundi 8 octobre, la grève de la faim qu'ils menaient depuis sept jours. Un collègue des protestataires a indiqué à l’AFP que l’ouverture des négociations avec les autorités, prévues mardi 9 octobre, était à l’origine de cette décision.

« Les négociations commencent demain après-midi, on a arrêté la grève de la faim en attendant de voir ce qu'il se passe », a déclaré Essia Atrous du service international de Assabah. La table des négociations réunira les représentants des rédactions du groupe Dar Assabah, le ministre des Affaires sociales, Khalil Zaouia, ainsi que les syndicats UGTT (Union Générale Tunisienne du Travail) et SNJT (Syndicat national des journalistes tunisiens).

La nomination par le gouvernement d'un ancien commissaire de police compromis avec l’ancien régime, Lotfi Touati, comme directeur du groupe, en août, avait enclenché un mouvement de protestation au sein des rédactions des deux quotidiens Assabah (arabophone) et Le Temps (francophone). Les journalistes accusent le gouvernement, dominé par le parti islamiste Ennahdha, de tenter d’influencer les lignes éditoriales de leurs titres. Le conflit a notamment été marqué par un incident violent : Touati aurait délibérément renversé un des journalistes du groupe avec son véhicule.

"Calmer le jeu"

Les représentants du gouvernement « nous ont dit de calmer le jeu, que dans deux ou trois semaines, il [M. Touati] partira. Mais nous n'avons aucune garantie », a ajouté Mme Atrous. Outre le départ de leur directeur, les journalistes de Dar Assabah portent une deuxième revendication : le règlement de sommes impayées depuis neuf ans (850 000 euros de primes, heures supplémentaires, etc.), du temps du régime Ben Ali. Par ailleurs, les employés entendent bien se poser en acquéreurs « prioritaires », au cas où le gouvernement viendrait à céder ses participations dans les deux titres.

Jusqu’à la révolution, Dar Assabah, qui emploie 200 personnes, était aux mains de Sakher El-Materi. Le gendre de Zine el-Abidine Ben Ali détenait 80% du capital du groupe de presse. Suite au renversement de l'ex-raïs, les journaux de la société sont tombés dans le giron de l’État tunisien. Aujourd'hui, les islamistes au pouvoir sont accusés par de niombreux journalistes de chercher à contrôler les médias en nommant des directeurs dociles, retombant dans les travers du régime Ben Ali.

Le SNJT soutient les revendications des journalistes et a déposé un préavis de grève générale pour le 17 octobre. Les employés du groupe Dar Assabah avaient déjà organisé une journée de grève le 11 septembre, suite à l’échec des négociations mettant déjà aux prises les mêmes acteurs : le gouvernement, les syndicats de presse et le personnel du groupe.

(Avec AFP)

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Tunisie

Tunisie : ces clubs où les VIP se retrouvent (EB OK VEN 29)

Révolution oblige, l'ostentation n'est plus de mise en Tunisie. On ne se cache pas, certes, mais mieux vaut tout de même se faire discret en ne s'exhibant que dans certaines occasions. Reste qu'un brin de friv[...]

Tunisie : Ennahdha lorgne les portefeuilles sociétaux

Ennahdha ambitionne d'influencer la société tunisienne en profondeur. Son premier objectif pour y parvenir : s'emparer des portefeuilles dits "sociétaux".[...]

Tunisie : quand l'Histoire tombe en ruine

Négligé ou pillé sous Ben Ali, le patrimoine archéologique pâtit aujourd'hui d'une gestion défaillante imputable à une absence de coordination et à un manque de[...]

Tunisie : pourquoi l’armée n’y arrive pas

Dans une enquête exclusive à paraître dans son numéro 2798, Jeune Afrique explique pourquoi l'armée tunisienne n'arrive pas à reprendre le contrôle du Mont Chaâmbi, foyer de[...]

Tunisie : 74 migrants venus de Libye recueillis par des pêcheurs

Des pêcheurs tunisiens ont recueilli jeudi soixante-quatorze migrants qui tentaient de gagner l'Italie depuis la Libye. Ils avaient erré cinq jours en mer.[...]

Diaporama : "Djerbahood", le street art s'invite en Tunisie

Cet été, des graffeurs du monde entier ont investi les ruelles d'Erriadh, une petite bourgade de l'île de Djerba, pour réaliser une expérience inédite de street art en Tunisie. Armés[...]

Tunisie : frictions entre la Défense et la présidence pour la succession du général Hamdi

La question de la succession du chef d'état-major de l'armée de terre, le général Mohamed Salah Hamdi, remplacé le 12 août par Ismaïl Fathalli, a opposé le président[...]

Douze chefs d'État africains avec Hollande aux cérémonies du débarquement en Provence

François Hollande accueille ce vendredi 13 chefs d'État, dont douze africains, à bord du Charles-de-Gaulle pour les commémorations du 70e anniversaire du Débarquement de Provence avec en point[...]

IIe guerre mondiale : les victoires oubliées des "indigènes"

Avant le grand débarquement, la reconquête des Alliés est amorcée par la Corse et l'Italie. Des batailles aussi épiques que méconnues menées par les[...]

Salma Hamza, architecte tunisienne : "La modernité peut très bien respecter le traditionnel"

L'architecte tunisienne Salma Hamza milite pour la réhabilitation des matériaux traditionnels. Et la restauration du patrimoine de son pays. Interview.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces
Buy VentolinBuy Antabuse Buy ZithromaxBuy Valtrex