Extension Factory Builder
08/10/2012 à 16:06
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Julio Iglesias sur scène, le 28 juillet 2012 à Leon, en Espagne. Julio Iglesias sur scène, le 28 juillet 2012 à Leon, en Espagne. © AFP/Archives/Cesar Manso

Julio Iglesias organise un concert à Malabo, en Guinée équatoriale, lundi 8 octobre. Mais le prix d’entrée élevé - 750 euros - ne devrait pas attirer les foules.

S'il y en a un qui, comme Blaise Compaoré, peut affirmer : « je n’ai pas changé », c'est bien lui : Julio Iglesias. À 69 ans, le latin lover continue d’arpenter le globe... et de surpendre ses fans. Lundi 8 octobre, la star espagnole se produit à Malabo, capitale de la Guinée équatoriale. Construit en 2011 pour accueillir le sommet de l'Union africaine, le Palais des Congrès de Sipopo abrite l’événement, en bord de mer, à quelques kilomètres de la capitale.

Les affiches et les reportages de la télévision nationale équato-guinéenne indiquent que les spectateurs désireux d’assister à la performance du célèbre chanteur de charme devront débourser la modique somme de 500 000 francs CFA (soit 750 euros). Un tarif salé qui risque de refroidir de nombreux fans équato-guinéens.

Mais le prix des billets n'est pas la seule source de polémique générée par l'événement. Le Parisien rapporte que les ONG Human Rights Watch (HRW) et EGJustice assimilent le concert à une tentative de communication du régime de Teodoro Obiang Nguema. Dans ce contexte, elles ont demandé au latin lover de prendre ses distances avec le gouvernement de la Guinée équatoriale. Et ont même adressé un courrier à la star espagnole afin qu’elle leur fournisse des précisions sur la source de financement de son concert... Une lettre qui est restée sans réponse, rapporte le quotidien français.

Le Palais des Congrès de Sipopo, dans les environs de Malabo, accueille le concert du latin lover.

© DR

Tentative de communication ?

Le Parisien ajoute que la société organisatrice du concert n’est autre que «TNO Production», la maison de disques de Teodorin Nguema Obiang Mangue, le fils du président équato-guinéen qui fait l'objet d’un mandat d’arrêt international dans le cadre d'enquêtes judiciaires ouvertes en France au sujet de l'affaire dite des « biens mal acquis ».

Julio Iglesias fera-t-il salle comble ? Rien n’est moins sûr. Même pendant la CAN 2012 (en janvier et février dernier), les stades équato-guinéens n'avaient pas été remplis. Déçu par la faible affluence de départ, due à un prix des billets trop élevé, Malabo avait finalement fait le choix d’ouvrir les gradins gratuitement. Mais l’important dispositif de sécurité avait fait office de repoussoir pour de nombreux spectateurs locaux.

(Avec AFP)

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Guinée Equatoriale

Francophonie : qui pour succéder à Abdou Diouf ?

Francophonie : qui pour succéder à Abdou Diouf ?

Jean, Nfumu, Lopes, L'Estrac, Buyoya... Qui sera le prochain secrétaire général de l'organisation ? Entre désaccords africains et hésitations françaises, le suspense reste entier.[...]

Guinée équatoriale : faux espoirs pour l'opposition

L'opposition équato-guinéenne, qui attendait beaucoup du dialogue national annoncé le 29 août par Teodoro Obiang Nguema, pourrait bien être déçue.[...]

Guinée équatoriale : l'appel de la présidence au dialogue national, trop beau pour être vrai ?

Le président équato-guinéen, Teodoro Obiang Nguema, invite toutes les composantes de l'opposition à participer à un dialogue national. Mascarade ?[...]

Guinée Équatoriale : les dessous de l'appel au dialogue national d'Obiang Nguema

En lançant le 29 août un appel au dialogue national de tous les partis politiques équato-guinéens, le président Teodoro Obiang Nguema a fait un pas vers la démocratie. Mais il reste[...]

Guinée équatoriale : Obiang Nguema appelle l'opposition au "dialogue national"

Le président équato-guinéen Teodoro Obiang Nguema a appelé toutes les composantes politiques du pays, y compris l'opposition en exil, à participer à un "dialogue national" en[...]

Juan Antonio de la Morena, un premier maire noir d'Espagne très conservateur

Maire de Villamantilla, près de Madrid, depuis 2007, ce premier édile noir d'Espagne n'hésite pas à se prononcer pour le contrôle des flux migratoires.[...]

Guinée équatoriale : selon HRW, Obama doit inviter Obiang à mettre fin à la torture

Dans un rapport publié mercredi, Human Rights Watch (HRW) somme le président américain Barack Obama d'enjoindre le chef de l'État équato-guinéen à mettre fin aux violations des[...]

Wikipédia : le classement des chefs d'État africains les plus populaires

Créé en 2001, Wikipédia s'est imposée depuis comme l'encyclopédie numérique la plus consultée au monde. Participative, elle rassemble des informations collectées par les[...]

La Cemac entre rebelles, islamistes et pirates

C'est devant une Cemac impuissante que l'État centrafricain s'est effondré. Certes, la Communauté a tenté de s'interposer entre les parties en conflit. Mais pour mieux constater ensuite son[...]

Cemac : l'histoire d'un long accouchement

Surprise ! Le 16 mars 1994 à N'Djamena, au Tchad, l'Union douanière et économique des États de l'Afrique centrale (Udeac) est morte, sans signe avant-coureur. Elle est remplacée, le[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers