Extension Factory Builder
08/10/2012 à 16:06
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Julio Iglesias sur scène, le 28 juillet 2012 à Leon, en Espagne. Julio Iglesias sur scène, le 28 juillet 2012 à Leon, en Espagne. © AFP/Archives/Cesar Manso

Julio Iglesias organise un concert à Malabo, en Guinée équatoriale, lundi 8 octobre. Mais le prix d’entrée élevé - 750 euros - ne devrait pas attirer les foules.

S'il y en a un qui, comme Blaise Compaoré, peut affirmer : « je n’ai pas changé », c'est bien lui : Julio Iglesias. À 69 ans, le latin lover continue d’arpenter le globe... et de surpendre ses fans. Lundi 8 octobre, la star espagnole se produit à Malabo, capitale de la Guinée équatoriale. Construit en 2011 pour accueillir le sommet de l'Union africaine, le Palais des Congrès de Sipopo abrite l’événement, en bord de mer, à quelques kilomètres de la capitale.

Les affiches et les reportages de la télévision nationale équato-guinéenne indiquent que les spectateurs désireux d’assister à la performance du célèbre chanteur de charme devront débourser la modique somme de 500 000 francs CFA (soit 750 euros). Un tarif salé qui risque de refroidir de nombreux fans équato-guinéens.

Mais le prix des billets n'est pas la seule source de polémique générée par l'événement. Le Parisien rapporte que les ONG Human Rights Watch (HRW) et EGJustice assimilent le concert à une tentative de communication du régime de Teodoro Obiang Nguema. Dans ce contexte, elles ont demandé au latin lover de prendre ses distances avec le gouvernement de la Guinée équatoriale. Et ont même adressé un courrier à la star espagnole afin qu’elle leur fournisse des précisions sur la source de financement de son concert... Une lettre qui est restée sans réponse, rapporte le quotidien français.

Le Palais des Congrès de Sipopo, dans les environs de Malabo, accueille le concert du latin lover.

© DR

Tentative de communication ?

Le Parisien ajoute que la société organisatrice du concert n’est autre que «TNO Production», la maison de disques de Teodorin Nguema Obiang Mangue, le fils du président équato-guinéen qui fait l'objet d’un mandat d’arrêt international dans le cadre d'enquêtes judiciaires ouvertes en France au sujet de l'affaire dite des « biens mal acquis ».

Julio Iglesias fera-t-il salle comble ? Rien n’est moins sûr. Même pendant la CAN 2012 (en janvier et février dernier), les stades équato-guinéens n'avaient pas été remplis. Déçu par la faible affluence de départ, due à un prix des billets trop élevé, Malabo avait finalement fait le choix d’ouvrir les gradins gratuitement. Mais l’important dispositif de sécurité avait fait office de repoussoir pour de nombreux spectateurs locaux.

(Avec AFP)

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Guinée Equatoriale

Europe : ces maires d'origine africaine qui montrent l'exemple

Europe : ces maires d'origine africaine qui montrent l'exemple

Dans leurs pays respectifs, ils font figure de pionniers. Tour d'horizon de quelques villes d'Europe dirigées par ces maires d'origine africaine.[...]

"Biens mal acquis" : les juges français lèvent le mandat d'arrêt contre Teodorin Obiang

La justice française a levé le mandat d'arrêt international visant le vice-président équato-guinéen, a-t-on appris lundi de source judiciaire. Teodorin Obiang, qui est aussi le fils du[...]

Guinée équatoriale : Teodorin Obiang mis en examen par la justice française

Selon son avocat, Teodorin Obiang a été mis en examen mardi pour blanchiment d'argent dans l'affaire dite des "biens mal acquis". Le fils du président de la Guinée équatoriale a[...]

Afrique centrale : la Cemac malade de la Centrafrique

Alors qu'elle fête son vingtième anniversaire, la Communauté économique et monétaire de l'Afrique centrale (Cemac), relocalisée de Bangui à Libreville, au Gabon, subit de plein[...]

Société générale coincée en Guinée équatoriale

Société générale ne parvient pas à se défaire de sa filiale équato-guinéenne qu'il cherche à revendre depuis 2010. Le candidat le plus sérieux, Bank of Africa,[...]

Centrafrique : avec 19 tués depuis décembre, la Misca paie un lourd tribut sur le terrain

La force africaine en Centrafrique, la Misca, a perdu dix-neuf de ses soldats depuis décembre. Un bilan qui n'empêche pas la population de se méfier de ses diverses composantes.[...]

CPI : quelle justice pour l'Afrique ?

Des enquêtes visant exclusivement des ressortissants du continent, une politique du deux poids deux mesures : les accusations fusent contre la CPI, qui voit sa légitimité mise en doute. Remplit-elle[...]

Guinée équatoriale : la Société générale mise en cause

Le quotidien Le Monde révèle que les juges français en charge de l'enquête sur les avoirs détenus en France par la famille Obiang s'intéressent à la filiale[...]

Guinée équatoriale : Obiang Nguema, l'automne du Caudillo

L'économie équato-guinéenne est sur le déclin, la jeunesse désoeuvrée, l'opposition muselée. Pendant ce temps, les rêves de grandeur du président Teodoro Obiang[...]

La Guinée équatoriale veut se doter d'un fonds d'investissement de 1 milliard de dollars

La Guinée équatoriale, troisième producteur de pétrole et de gaz en Afrique, entend consacrer 1 milliard de dollars sur trois ans pour diversifier son économie et soutenir l'investissement[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers