Extension Factory Builder
05/10/2012 à 17:31
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Blaise Compaoré, président du Burkina Faso, le 18 septembre 2012 à Paris. Blaise Compaoré, président du Burkina Faso, le 18 septembre 2012 à Paris. © AFP

Le chef de l’État burkinabè s’exprime avec parcimonie dans les médias. Et avec prudence. "Jeune Afrique" l’a rencontré et vous propose une interview exclusive dans son édition en vente en kiosque à partir du 7 octobre.

Alors que le Mali, l’un de ses grands voisins, est en proie à une crise majeure, et que son autre partenaire principal, la Côte d’Ivoire, tente de retrouver non sans peine le chemin de la paix, Blaise Compaoré analyse la situation régionale.

« La guerre serait la pire des solutions au Mali, estime-t-il. L’intervention militaire ne constitue qu’une option de dernier recours, si jamais ce dialogue n’aboutissait pas, et vise surtout les terroristes ou les trafiquants en tous genres qui profitent de cette crise pour menacer la région, voire le reste du monde. Désormais, nous sommes tous sur la même longueur d’onde : dialogue politique d’abord, intervention en cas d’échec. La communauté internationale, compte tenu du fait que nous sommes désormais unis, nous accompagne. »

Celui qui est par ailleurs médiateur dans la crise malienne précise: « Je me borne, pour l’instant, à porter le message de la Cedeao au MNLA et à Ansar Eddine : le rejet de l’indépendance ou de la volonté d’imposer par la force la manière dont l’islam doit être pratiqué au Mali. »

À lire aussi dans Jeune Afrique n°2770

Côte d'Ivoire - Ghana La guerre des nerfs

Entre les deux pays, les relations sont depuis longtemps compliquées. On ne peut pas être si proches sans être aussi rivaux. Mais surtout, Abidjan ne pardonne pas à Accra d’héberger de virulents partisans de l’ancien président Gbagbo.

Tunisie - Béji Caïd Essebsi "La transition démocratique est mal engagée"

Vieux routier de la politique formé à l’école bourguibienne, l’ex-Premier ministre provisoire dénonce l’immobilisme de la troïka au pouvoir.Et appelle l’opposition à se rassembler autour de son mouvement, Nida Tounès, pour préparer l’alternance.

En Côte d’Ivoire, dont il a suivi également les soubresauts pendant les dix années qu’a duré la crise politique, Blaise Compaoré prône la patience et appelle l’opposition à « s’asseoir à la table des négociations plutôt que de déstabiliser le pays ». Et ne se départ pas d’une attitude franche au sujet de son ex-homologue, Laurent Gbagbo : « Je comprends évidemment l’opinion qui juge la Cour pénale internationale comme une « justice de Blancs qui ne s’intéresse qu’aux Africains », mais je ne la partage pas. Ce genre de débats a toujours existé. C’est surtout l’Afrique qui demande à la CPI d’agir. Notamment en raison d’un besoin d’impartialité. Les crimes qui y sont jugés représentent des plaies béantes pour notre continent. Et sans la CPI, il n’est pas sûr qu’ils auraient été examinés… »

Le cas de son conseiller Moustapha Chafi (qui fait l’objet d’un mandat d’arrêt émis par Nouakchott), la situation libyenne, l’arrivée de Nkosazana Dlamini-Zuma à la tête de la Commission de l’Union africaine, les débuts de François Hollande, ses 25 ans passés au pouvoir, son prédécesseur Thomas Sankara…

Blaise Compaoré évoque également tous ces sujets dans la grande interview que vous retrouverez dans Jeune Afrique N°2700, en kiosque du 7 au 13 octobre.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Burkina Faso

Papas présidents !

C'est reparti. La plupart de nos dirigeants, bien ou mal élus, malgré de longues années de pouvoir, se sont illustrés par leur impéritie. Ils n'ont pas réussi à nous faire m[...]

Burkina Faso : Compaoré - Kaboré, chronique d'un divorce annoncé

Entre Blaise Compaoré et Roch Marc Christian Kaboré, rien ne va plus. Comment en sont-ils arrivés là ?[...]

Crise politique au Burkina Faso : Alassane Ouattara prend les choses en main

Le chef de l'État ivoirien, Alassane Ouattara, est désormais impliqué en personne dans les tentavies de trouver une solution à la crise politique au Burkina Faso. Il a reçu à Abidjan les[...]

Burkina Faso : Zongo et Sankara, les fantômes chahuteurs de Compaoré

Au moment où le régime du président burkinabè, Blaise Compaoré, est fragilisé, deux assassinats officiellement non élucidés remontent à la surface : ceux de Thomas[...]

Les enfants mineurs, victimes de la ruée vers l'or au Burkina Faso

Au Burkina Faso, entre un demi-million et 700 000 adolescents ou pré-adolescents travailleraient dans le secteur minier et risquent quotidiennement leur vie pour trouver de l'or, principal produit d'exportation du pays.[...]

"Une nuit à la présidence" : il était une fois en Afrique, dans la République démocratique populaire...

Rire pour s’insurger. Présidents africains, Premières dames, hommes d’affaires occidentaux, FMI, Banque mondiale en prennent tour à tour pour leur grade dans "Une nuit à la[...]

Burkina Faso : Sankara, es-tu là ?

Est-ce bien l'ancien président Thomas Sankara, assassiné en 1987, qui a été inhumé à Ouagadougou ? Sa famille a saisi la justice. Et attend toujours les réponses.[...]

High Tech : le top 10 des innovations africaines

Dans les domaines de la santé, de la téléphonie mobile, de l'agriculture ou du développement durable, le continent sait être à pointe de la modernité lui aussi. On fait le point[...]

Sécurité aérienne : l'armée française inquiète l'Asecna

La multiplication des vols militaires français en Afrique n'est pas du goût de l'Asecna. En cause : un sérieux manque de transparence.[...]

Burkina Faso : qui a peur de la tombe de Thomas Sankara ?

Le 2 avril prochain, le tribunal de grande instance de Ouagadougou se prononcera sur la demande d'identification du corps qui se trouve dans la tombe supposée de l'ancien président burkinabè Thomas Sankara.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers