Extension Factory Builder
05/10/2012 à 16:00
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Hocine Ragued, milieu de terrain de l'Espérance de Tunis. Hocine Ragued, milieu de terrain de l'Espérance de Tunis. © AFP

Né en France, Hocine Ragued s’est engagé en juillet dernier pour deux ans avec l’Espérance de Tunis. Après avoir effectué toute sa carrière en Europe, l’international tunisien a choisi le club de la capitale tunisienne « pour gagner la Ligue des Champions et évoluer dans de chaudes ambiances ». Face au TP Mazembe à Lubumbashi dimanche 7 octobre (15 h 30), en demi-finale de la C1, il devrait être servi…

Hocine Ragued aurait pu rester à Karabukspor ou rejoindre Kasimpasa, un autre club turc. Ou disputer la Ligue europa avec l’APOEL Nicosie. Ou encore gonfler un peu plus son compte en banque en acceptant une offre venue du Koweït. Le Club africain de Slim Riahi lui a également fait de l’œil. Mais la persévérance des dirigeants de l'Espérance de Tunis et les arguments de Nabil Maaloul, l’entraîneur tunisois, l’ont définitivement converti à la cause espérantiste.

« Je ne me voyais pas signer ailleurs qu’ici, en Tunisie », assure le milieu de terrain des Aigles de Carthage (36 sélections), qui vit depuis le mois de juillet sa première expérience en Afrique après avoir joué en France (Paris-SG, Istres, Gueugnon), en Belgique (Mons), en République Tchèque (Slavia Prague) et donc en Turquie.

Tunis a fait la "différence"

Maaloul a joué sur la corde sensible, évoquant la possibilité de remporter la Ligue des Champions (comme en 2011) et de participer au Championnat du Monde des clubs en décembre prochain, pendant que l’état-major de l’Espérance lui fignolait un (bon) contrat de deux ans. « Sportivement, l’attrait de disputer la Ligue des Champions et d’avoir les moyens de la gagner a fait la différence. Évoluer dans de chaudes ambiances également, car en Tunisie, avec les matches à huis-clos, c’est très spécial. »

J’aime évoluer dans des stades où il y a de la passion

Depuis dix jours, l’Espérance s’est débarrassée d’un poids en remportant son vingt-cinquième titre national. Une performance bienvenu au moment de préparer un déplacement particulier à Lubumbashi, un lieu dont les Tunisois conservent un souvenir douloureux depuis la finale aller de la C 1 en 2010 (0-5). « Je n’étais pas là, mais on m’a dit que l’arbitrage avait été à sens unique. J’espère que cette fois-ci, il n’y aura pas de problèmes. »

À Lubumbashi, Ragued s’attend à une réception « hostile ». « Nous ne serons pas accueillis par un orchestre, mais moi, j’aime évoluer dans des stades où il y a de la passion. On va à Lubumbashi  pour gagner, tout en sachant que Mazembe est une très bonne équipe, qui va aussi nous imposer un défi physique. » Ragued sait déjà l’essentiel.

___

Alexis Billebault
 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Tunisie

Tunisie : pourquoi l’armée n’y arrive pas

Tunisie : pourquoi l’armée n’y arrive pas

Dans une enquête exclusive à paraître dans son numéro 2798, Jeune Afrique explique pourquoi l'armée tunisienne n'arrive pas à reprendre le contrôle du Mont Chaâmbi, foyer de l'[...]

Tunisie : 74 migrants venus de Libye recueillis par des pêcheurs

Des pêcheurs tunisiens ont recueilli jeudi soixante-quatorze migrants qui tentaient de gagner l'Italie depuis la Libye. Ils avaient erré cinq jours en mer.[...]

Diaporama : "Djerbahood", le street art s'invite en Tunisie

Cet été, des graffeurs du monde entier ont investi les ruelles d'Erriadh, une petite bourgade de l'île de Djerba, pour réaliser une expérience inédite de street art en Tunisie. Armés[...]

Tunisie : frictions entre la Défense et la présidence pour la succession du général Hamdi

La question de la succession du chef d'état-major de l'armée de terre, le général Mohamed Salah Hamdi, remplacé le 12 août par Ismaïl Fathalli, a opposé le président[...]

Douze chefs d'État africains avec Hollande aux cérémonies du débarquement en Provence

François Hollande accueille ce vendredi 13 chefs d'État, dont douze africains, à bord du Charles-de-Gaulle pour les commémorations du 70e anniversaire du Débarquement de Provence avec en point[...]

IIe guerre mondiale : les victoires oubliées des "indigènes"

Avant le grand débarquement, la reconquête des Alliés est amorcée par la Corse et l'Italie. Des batailles aussi épiques que méconnues menées par les[...]

Salma Hamza, architecte tunisienne : "La modernité peut très bien respecter le traditionnel"

L'architecte tunisienne Salma Hamza milite pour la réhabilitation des matériaux traditionnels. Et la restauration du patrimoine de son pays. Interview.[...]

Tunisie : des balles et des morsures

Depuis la révolution (des épines) du jasmin, les Tunisiens comptent plus de journées de deuil que de fêtes nationales (mises sous éteignoir), créant un climat[...]

Tunisie : Mondher Zenaidi va-t-il revenir sur la scène politique ?

Exilé volontaire à Paris depuis trois ans, l'ex-ministre du Commerce de Ben Ali reste populaire dans son fief de Kasserine comme dans les milieux destouriens. Cédera-t-il à la tentation de[...]

Tirailleurs : le chagrin des indigènes

Tierno Monénembo est un écrivain guinéen, Prix Ahmadou-Kourouma 2012 pour Le Terroriste noir, sur Addi Bâ, héros méconnu de la Résistance..[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces
Buy VentolinBuy Antabuse Buy ZithromaxBuy Valtrex