Extension Factory Builder
05/10/2012 à 15:00
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Des islamistes armées dans le Nord-Mali. Des islamistes armées dans le Nord-Mali. © AFP

Un véhicule de civils a été attaqué par des islamistes, dans la nuit du jeudi 4 au vendredi 5 octobre, alors qu'il roulait vers Douentza depuis Tombouctou. Deux personnes ont été tuées, les autres ont réussi à s'échapper.

Les islamistes ont fait deux nouvelles victimes au Nord-Mali. Dans la nuit du jeudi 4 au vendredi 5 octobre, deux civils ont été tués dans l'attaque d'un véhicule sur la route reliant Tombouctou à Douentza, dans le nord-ouest du pays, par des islamistes armés.

« Nous étions neuf dans le véhicule entre Tombouctou et Douentza. Les islamistes ont demandé qu'on s'arrête : le chauffeur a freiné, mais en même temps, ils ont tiré sur la voiture et deux personnes à l'avant ont été tuées », a expliqué un rescapé de l'attaque. L'information a été confirmée par un élu de la région qui a accusé les islamistes d'y semer la terreur et la désolation.

« J'ai reconnu les islamistes, parce qu'il y avait un drapeau noir sur leur voiture. Après les tirs, tout le monde s'est sauvé et on a abandonné le véhicule et les deux morts. Nous sommes rentrés dans un camion qui allait vers Douentza », a ajouté le témoin rescapé.

Enlèvement à Gao

Par ailleurs, à Gao (nord-est), le comptable de l'hôpital de la ville, Hamadou Diallo, a été enlevé le 2 octobre par les islamistes. Mais un responsable islamiste de Gao, Abou Harma, a parlé lui d'une simple arrestation. Les islamistes critiquent sa gestion financière. « Ils sont venus, armés, l'enlever. On ne sait pas où il est actuellement », a déclaré un membre de la famille du comptable.

« S'il n'est pas libéré, nous allons faire une grève », a déclaré pour sa part un infirmier de l'hôpital de Gao. Abou Harma a lui affirmé que M. Diallo n'avait pas été enlevé, mais arrêté. C'est pour détournement de fonds. « En principe, on va lui appliquer la charia (loi islamique), mais on va voir » a-t-il ajouté.

Intervention militaire

Trois groupes islamistes armés, Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi), le Mouvement pour l'unicité et le Jihad en Afrique de l'Ouest (Mujao) et Ansar Eddine (Défenseurs de l'islam) occupent depuis fin mars-début avril le nord du Mali, immense région représentant les deux tiers du territoire malien. Ils y appliquent de manière brutale la charia qu'ils veulent imposer dans tout le pays. Une intervention militaire internationale sous mandat de l'ONU est actuellement à l'étude pour reconquérir ce territoire.

La France va proposer dans les prochains jours au Conseil de sécurité une résolution visant à préparer le terrain pour un feu vert ultérieur de l'ONU à une intervention militaire au Mali, a annoncé jeudi l'ambassadeur français à l'ONU Gérard Araud.

(Avec AFP)

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Mali

Mali : le Mujao annonce la mort de l'otage français Gilberto Rodrigues Leal

Mali : le Mujao annonce la mort de l'otage français Gilberto Rodrigues Leal

Le Mouvement pour l'unicité et le jihad en Afrique de l'Ouest (Mujao) a annoncé mardi la mort du Français Gilberto Rodrigues Leal, enlevé en novembre 2012 dans l'ouest du Mali. [...]

Mali : les cinq humanitaires capturés en février ont été libérés par l'armée française

Les cinq humanitaires maliens, dont quatre employés du Comité international de la Croix-Rouge au Mali, capturés le 8 février ont été libérés jeudi par l'armée[...]

Carte interactive : voyagez en Afrique sans visa !

En vertu d'accords bilatéraux ou dans le cadre d'organisations sous-régionales, plusieurs pays africains ont supprimé l'obligation de visa d'entrée sur leur territoire. Grâce à une carte[...]

Mali : IBK au Sénégal, les raisons d'une visite

Le président malien, Ibrahim Boubacar Keïta, a fait une visite d'État au Sénégal, du 13 au 16 avril. Retour sur les raisons de cette visite.[...]

Mali - France : le ton monte

Les rapports entre le Mali et la France sont exécrables depuis plusieurs mois. Plus récemment, l'"affaire" Tomi et, surtout, la situation à Kidal n'arrangent rien.[...]

Terrorisme - Iyad Ag Ghaly : arrête-moi si tu l'oses !

Recherché pour terrorisme par le monde entier, le chef touareg Iyad Ag Ghaly semble pourtant poursuivi avec bien peu d'ardeur. Et pour cause : il reste un acteur essentiel dans la région.[...]

Le jihadiste algérien Mokhtar Belmokhtar retiré en Libye ?

Selon le président malien, Ibrahim Boubacar Keïta (IBK), la présence en Libye de Mokhtar Belmokhtar serait une menace pour la paix. Le jihadiste algérien et ses hommes avaient occupé pendant[...]

Jean-Yves Le Drian : "IBK doit négocier, Samba-Panza aussi"

Mali, Centrafrique, Libye... Le ministre français de la Défense, Jean-Yves Le Drian, reconduit à son poste le 2 avril, est sur tous les fronts africains. Entretien avec un Breton sans états[...]

Mali : un nouveau gouvernement pour relancer la réconciliation

Le président malien Ibrahim Boubacar Keïta a nommé les membres du gouvernement dirigé par le nouveau Premier ministre Moussa Mara, une équipe resserrée dont l'une des principales[...]

Journalistes de RFI assassinés au Mali : des juges français vont enquêter

Des juges d'instruction parisiens vont enquêter sur l'assassinat au Mali fin 2013 des deux journalistes de RFI Ghislaine Dupont et Claude Verlon, a-t-on appris vendredi de source judiciaire.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces