Extension Factory Builder
05/10/2012 à 15:00
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Des islamistes armées dans le Nord-Mali. Des islamistes armées dans le Nord-Mali. © AFP

Un véhicule de civils a été attaqué par des islamistes, dans la nuit du jeudi 4 au vendredi 5 octobre, alors qu'il roulait vers Douentza depuis Tombouctou. Deux personnes ont été tuées, les autres ont réussi à s'échapper.

Les islamistes ont fait deux nouvelles victimes au Nord-Mali. Dans la nuit du jeudi 4 au vendredi 5 octobre, deux civils ont été tués dans l'attaque d'un véhicule sur la route reliant Tombouctou à Douentza, dans le nord-ouest du pays, par des islamistes armés.

« Nous étions neuf dans le véhicule entre Tombouctou et Douentza. Les islamistes ont demandé qu'on s'arrête : le chauffeur a freiné, mais en même temps, ils ont tiré sur la voiture et deux personnes à l'avant ont été tuées », a expliqué un rescapé de l'attaque. L'information a été confirmée par un élu de la région qui a accusé les islamistes d'y semer la terreur et la désolation.

« J'ai reconnu les islamistes, parce qu'il y avait un drapeau noir sur leur voiture. Après les tirs, tout le monde s'est sauvé et on a abandonné le véhicule et les deux morts. Nous sommes rentrés dans un camion qui allait vers Douentza », a ajouté le témoin rescapé.

Enlèvement à Gao

Par ailleurs, à Gao (nord-est), le comptable de l'hôpital de la ville, Hamadou Diallo, a été enlevé le 2 octobre par les islamistes. Mais un responsable islamiste de Gao, Abou Harma, a parlé lui d'une simple arrestation. Les islamistes critiquent sa gestion financière. « Ils sont venus, armés, l'enlever. On ne sait pas où il est actuellement », a déclaré un membre de la famille du comptable.

« S'il n'est pas libéré, nous allons faire une grève », a déclaré pour sa part un infirmier de l'hôpital de Gao. Abou Harma a lui affirmé que M. Diallo n'avait pas été enlevé, mais arrêté. C'est pour détournement de fonds. « En principe, on va lui appliquer la charia (loi islamique), mais on va voir » a-t-il ajouté.

Intervention militaire

Trois groupes islamistes armés, Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi), le Mouvement pour l'unicité et le Jihad en Afrique de l'Ouest (Mujao) et Ansar Eddine (Défenseurs de l'islam) occupent depuis fin mars-début avril le nord du Mali, immense région représentant les deux tiers du territoire malien. Ils y appliquent de manière brutale la charia qu'ils veulent imposer dans tout le pays. Une intervention militaire internationale sous mandat de l'ONU est actuellement à l'étude pour reconquérir ce territoire.

La France va proposer dans les prochains jours au Conseil de sécurité une résolution visant à préparer le terrain pour un feu vert ultérieur de l'ONU à une intervention militaire au Mali, a annoncé jeudi l'ambassadeur français à l'ONU Gérard Araud.

(Avec AFP)

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Mali

Mali : les Casques bleus, cibles privilégiées des jihadistes

Mali : les Casques bleus, cibles privilégiées des jihadistes

Rarement mission onusienne aura autant été prise pour cible. Dans le Nord, les soldats de la Minusma sont seuls et en première ligne. Mines, tirs de roquettes et attentats ont déjà fait 3[...]

La course pour la direction du bureau Afrique de l'OMS est lancée...

Qui, début novembre, succédera à l'Angolais Luís Gomes Sambo à la tête du bureau Afrique de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) ?[...]

Mali : ouverture du troisième round de négociations à Alger

Les pourparlers de paix entre le gouvernement malien et les groupes armés ont repris mardi à Alger. Le ministre malien des Affaires étrangères a appelé les différents mouvements à[...]

Mali : réouverture des négociations de paix à Alger

La reprise des pourparlers de paix entre le gouvernement malien et les groupes armés, samedi, à Alger s'inscrit dans un contexte sécuritaire particulièrement tendu dans le nord du pays.[...]

Mali : à Alger, la médiation face à deux plans de sortie de crise

Alors que la reprise des pourparlers de paix entre le gouvernement malien et les groupes armés a été reportée au 22 octobre à Alger, "Jeune Afrique" a pu se procurer en[...]

Mali : au moins 7 morts dans des combats entre le MNLA et le Gatia près de Gao

Au moins sept personnes ont été tuées lors d'affrontements jeudi après-midi, près de Gao, principale ville du nord du Mali, entre et le MNLA et le Gatia, deux groupes armés touaregs de[...]

Mali : discussions à Alger, combats vers Gao

Le MNLA et le Gatia, une milice progouvernementale, s’affrontent dans la région de Gao depuis jeudi matin. Des combats qui interviennent alors que devaient reprendre à Alger, la veille, des négociations[...]

Mali : Sultan Ould Bady et le Mujao, un jihadiste en rupture de ban

Le jihadiste Sultan Ould Bady serait en conflit avec le Mujao, au nom duquel il a pourtant récemment revendiqué plusieurs attaques contre les Casques bleus au nord du Mali.[...]

Mali : les contrats d'armement surfacturés, une bombe à retardement pour IBK

L'affaire des contrats d'armement surfacturés continue de faire des victimes... jusque dans le cercle rapproché du chef de l'État. Son conseiller spécial, Sidi Mohamed Kagnassi, a dû[...]

Mali - Seydou Keita : "Pourquoi ne pas terminer à l'AS Roma ?"

À 34 ans, Seydou Keita, le milieu de terrain malien, continue d’évoluer au plus haut niveau. Interview.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers