Extension Factory Builder
05/10/2012 à 15:00
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Des islamistes armées dans le Nord-Mali. Des islamistes armées dans le Nord-Mali. © AFP

Un véhicule de civils a été attaqué par des islamistes, dans la nuit du jeudi 4 au vendredi 5 octobre, alors qu'il roulait vers Douentza depuis Tombouctou. Deux personnes ont été tuées, les autres ont réussi à s'échapper.

Les islamistes ont fait deux nouvelles victimes au Nord-Mali. Dans la nuit du jeudi 4 au vendredi 5 octobre, deux civils ont été tués dans l'attaque d'un véhicule sur la route reliant Tombouctou à Douentza, dans le nord-ouest du pays, par des islamistes armés.

« Nous étions neuf dans le véhicule entre Tombouctou et Douentza. Les islamistes ont demandé qu'on s'arrête : le chauffeur a freiné, mais en même temps, ils ont tiré sur la voiture et deux personnes à l'avant ont été tuées », a expliqué un rescapé de l'attaque. L'information a été confirmée par un élu de la région qui a accusé les islamistes d'y semer la terreur et la désolation.

« J'ai reconnu les islamistes, parce qu'il y avait un drapeau noir sur leur voiture. Après les tirs, tout le monde s'est sauvé et on a abandonné le véhicule et les deux morts. Nous sommes rentrés dans un camion qui allait vers Douentza », a ajouté le témoin rescapé.

Enlèvement à Gao

Par ailleurs, à Gao (nord-est), le comptable de l'hôpital de la ville, Hamadou Diallo, a été enlevé le 2 octobre par les islamistes. Mais un responsable islamiste de Gao, Abou Harma, a parlé lui d'une simple arrestation. Les islamistes critiquent sa gestion financière. « Ils sont venus, armés, l'enlever. On ne sait pas où il est actuellement », a déclaré un membre de la famille du comptable.

« S'il n'est pas libéré, nous allons faire une grève », a déclaré pour sa part un infirmier de l'hôpital de Gao. Abou Harma a lui affirmé que M. Diallo n'avait pas été enlevé, mais arrêté. C'est pour détournement de fonds. « En principe, on va lui appliquer la charia (loi islamique), mais on va voir » a-t-il ajouté.

Intervention militaire

Trois groupes islamistes armés, Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi), le Mouvement pour l'unicité et le Jihad en Afrique de l'Ouest (Mujao) et Ansar Eddine (Défenseurs de l'islam) occupent depuis fin mars-début avril le nord du Mali, immense région représentant les deux tiers du territoire malien. Ils y appliquent de manière brutale la charia qu'ils veulent imposer dans tout le pays. Une intervention militaire internationale sous mandat de l'ONU est actuellement à l'étude pour reconquérir ce territoire.

La France va proposer dans les prochains jours au Conseil de sécurité une résolution visant à préparer le terrain pour un feu vert ultérieur de l'ONU à une intervention militaire au Mali, a annoncé jeudi l'ambassadeur français à l'ONU Gérard Araud.

(Avec AFP)

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Mali

Ebola : trois choses à savoir sur la tournée de Ban Ki-moon en Afrique de l'Ouest

Ebola : trois choses à savoir sur la tournée de Ban Ki-moon en Afrique de l'Ouest

Ban Ki-moon a annoncé mercredi à New York qu'il se rendra à partir du 18 décembre en Afrique de l'Ouest. Une tournée dans les pays qui ont été touchés par le virus Ebola. Pou[...]

Mali : IBK assume la libération de quatre jihadistes

Très critiqué dans son pays pour avoir ordonné la libération de quatre jihadistes afin d’obtenir celle de l’otage français Serge Lazarevic le 9 décembre, Ibrahim Boubacar[...]

Mali - France : Lazarevic et Sofara

Un Français vaut-il plus qu'un Malien ? Certains jugeront la question déplacée. Elle mérite pourtant qu'on s'y arrête au vu des circonstances qui ont mené à la[...]

Jean-Yves Le Drian : "Au Mali comme en Centrafrique, l'heure de vérité approche"

Un an après le déclenchement de l'opération Sangaris, et deux ans après celui de l'opération Barkhane, le ministre français de la Défense affiche ses objectifs : des[...]

Paris veut un accord de paix au Mali en janvier

Paris souhaite que les négociations de paix maliennes entre Bamako et les groupes armés du Nord, sous médiation algérienne, aboutissent en janvier, a déclaré le ministre français de[...]

Sahel : Lazarevic pense avoir été capturé pour une rançon et nie être un mercenaire

L'ex-otage français Serge Lazarevic, libéré mardi après plus de trois ans de captivité au Sahel, a estimé dimanche, dans le journal de 20 heures de France 2, que ses ravisseurs l'avaient[...]

Mali : le Tunisien Mongi Hamdi nommé à la tête de la Minusma

Le ministre tunisien des Affaires étrangères, Mongi Hamdi, remplace le Néerlandais Bert Koenders à la tête de la Minusma, a annoncé vendredi un communiqué des Nations unies.  [...]

Le Mali confirme que des jihadistes ont été libérés en échange de l'ex-otage français Lazarevic

Plusieurs prisonniers détenus à Bamako ont bien été libérés en échange de l'ex-otage français Serge Lazarevic, a confirmé vendredi le ministre malien de la Justice,[...]

Mali : vers un accord de paix définitif ?

Le Mouvement national de libération de l'Azawad (MNLA) paraît peu enclin à signer le projet d'accord de paix proposé par la médiation algérienne. Bamako compte sur Rabat pour convaincre le[...]

Mali : la mort d'Ahmed el-Tilemsi, un coup dur pour le Mujao et Belmokhtar

Ahmed el-Tilemsi, l'un des principaux chefs jihadistes de la bande sahélo-saharienne, a été tué dans un raid mené par les militaires français dans le nord du Mali. Pour Paris, il s'agit[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers