Extension Factory Builder
05/10/2012 à 12:00
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Vue de l'Assemblée nationale libyenne à Tripoli, le 9 août 2012. Vue de l'Assemblée nationale libyenne à Tripoli, le 9 août 2012. © AFP

Le Congrès général national (CGN) - l'Assemblée nationale libyenne - a débouté, jeudi 4 octobre, le gouvernement proposé par le Premier ministre Moustapha Abou Chagour. Une centaine de personnes se sont introduites dans l'hémicycle pour dénoncer le manque de représentativité de l'équipe ministérielle.

C'est un premier avertissement pour Moustapha Abou Chagour. Dans la soirée du 4 octobre, l'Assemblée nationale a rejeté la composition du gouvernement proposée par le nouveau Premier ministre libyen, élu le 12 septembre dernier. Le siège du Parlement a par ailleurs été envahi par une centaine de protestataires.

« Nous avons voté pour rejeter le gouvernement proposé par Abou Chagour et nous lui avons donné un délai, jusqu'à dimanche, pour proposer une nouvelle liste » des futurs ministres, Abdelali al-Dersi, élu de la ville d'Al-Bayda (est). « Le gouvernement ne représentait pas tous les secteurs de la société libyenne ni toutes les régions. Il a été constitué à la hâte de façon arbitraire et sur la base d'amitiés », a-t-il ajouté.

Le Congrès général national (CGN), la plus haute autorité politique du pays créée après la chute et la mort du colonel Mouammar Kadhafi, avait commencé jeudi soir à discuter de la composition du gouvernement après que plus de cent manifestants eurent pénétré au siège du Parlement pour dénoncer le fait que la ville de Zawiyah, dans l'ouest du pays, ne soit pas représentée dans la nouvelle équipe. Certains ont en outre déploré que le gouvernement manque, selon eux, de personnalités compétentes ou connues.

Des ministres "incompétents ou inconnus"

Le Premier ministre a fait une brève allocution télévisée juste après le vote pour dire qu'il avait fait appel à des personnes « hautement qualifiées » pour entrer dans son gouvernement et qu'il regrettait que, concernant son rejet, l'Assemblée n'ait donné « aucune raison ». La liste de 29 ministres, dont une seule femme, comprenait plusieurs membres du gouvernement de transition sortant d'Abdelrahim al-Kib et ne comptait aucun représentant de la principale coalition libérale.

Au cours des débats retransmis en direct à la télévision, plusieurs élus ont critiqué le gouvernement proposé, notamment la présence en son sein de personnalités qui avaient servi dans les instances mises en place par la rébellion pendant l'insurrection de 2011, ou dans le gouvernement sortant de M. Kib.

« Abou Chagour n'a pas formé le gouvernement qu'il avait promis. Ce n'est ni un gouvernement d'union nationale ni un gouvernement représentatif de toutes les régions », a dit l'un des élus. « Nous n'avons pas reçu leurs CV », s'est plaint un autre. « La plupart des ministres dans la liste étaient dans le précédent gouvernement, sont des incompétents ou des inconnus », a lancé un troisième.

Pression

D'autres élus ont appelé à ce que la sécurité des débats soit assurée, soulignant qu'il était impossible de former un gouvernement sous la pression ou les menaces, dans une allusion aux manifestants qui ont fait irruption au siège de l'Assemblée.

Les manifestants, qui n'étaient pas armés, sont entrés dans les locaux du CGN dans la soirée. Ils ont fait part de leur mécontentement à l'Assemblée, première autorité élue après les quatre décennies du régime dictatorial de Mouammar Kadhafi, renversé à l'issue d'un conflit de huit mois en 2011.

M. Abou Chagour, un technocrate de 61 ans, a été élu Premier ministre par le CGN le 12 septembre avec seulement deux voix d'avance sur le chef de l'alliance des libéraux, Mahmoud Jibril.

(Avec AFP)

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Libye

France : Claude Guéant placé en garde à vue dans l'enquête sur le financement libyen de Sarkozy

France : Claude Guéant placé en garde à vue dans l'enquête sur le financement libyen de Sarkozy

Claude Guéant, ancien ministre de l'Intérieur et fidèle lieutenant de Nicolas Sarkozy, a été placé en garde à vue vendredi matin dans l'enquête sur les accusations de finance[...]

Les jihadistes tunisiens de Libye sur le pied de guerre

Sous les ordres d'Abou Iyadh, plusieurs milliers de Tunisiens s'entraînent en Libye. Avec pour but de mener prochainement des actions dans leur pays natal.[...]

L'Italie enregistre un nombre record de migrants clandestins venus d'Afrique par la mer

Le nombre de migrants clandestins qui ont traversé la Méditerranée entre l’Afrique et l’Italie a explosé au début de l'année 2015 : une hausse de 43 % par rapport à[...]

Libye : des islamistes armés s'emparent de deux champs pétrolifères

Des islamistes radicaux se sont emparés mardi des deux champs pétrolifères d'Al-Bahi et Al-Mabrouk, situés dans le centre du pays. Ils menacent désormais celui d'Al-Dahra.[...]

Reprise jeudi au Maroc du dialogue pour une sortie de crise en Libye

Après l'annulation d'une réunion la semaine dernière, un nouveau round de dialogue entre les deux parlements rivaux en Libye, celui reconnu par la communauté internationale et le Congrès[...]

Libye : le général Khalifa Haftar nommé commandant général de l'armée

Le général Khalifa Haftar a été nommé à la tête de l'armée libyenne, a annoncé lundi le président du Parlement reconnu par la communauté internationale,[...]

Kabila, Ouattara, Bouteflika, Biya... Quels sont les diplômes de vos présidents ?

Votre président a-t-il le baccalauréat ? Un master ? À-t-il étudié l’économie ou le droit ? En France ou en Chine ? Toutes les réponses avec notre jeu interactif.  [...]

Attention : dangers

J'ai la curieuse et désagréable impression que notre pauvre monde ressemble en ce moment à un avion sans pilote, alors qu'il est entré dans une zone de turbulences. Comment ne pas en être[...]

Libye : qui arrêtera Daesh ?

D'un côté, un pays déchiré par les milices, squatté par l'État islamique et sur lequel prétendent régner deux gouvernements. De l'autre, des voisins africains et des[...]

Libye : suspension du dialogue pour une sortie de crise

Le Parlement libyen siégeant à Tobrouk (Est), reconnu par la communauté internationale, a décidé lundi de suspendre sa participation au dialogue sur une sortie de crise parrainé par[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces
Purging www.jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20121005111134 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20121005111134 from 172.16.0.100