Extension Factory Builder
05/10/2012 à 09:56
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
L'ancien secrétaire général à la présidence, le Camerounais Titus Edzoa, en juillet 2012. L'ancien secrétaire général à la présidence, le Camerounais Titus Edzoa, en juillet 2012. © AFP

L'ancien secrétaire général à la présidence, Titus Edzoa, et son ex-bras droit, l'homme d'affaires français d'origine camerounaise Michel Thierry Atangana ont été condamnés jeudi 4 octobre à une nouvelle peine de 20 ans de prison. Ils passseront cinq ans de plus derrière les barreaux, la première peine étant prise en compte.  

Incarcérés depuis quinze ans, Michel Thierry Atangana et Titus Edzoa, ont écopé jeudi 4 octobre d’une nouvelle peine de 20 ans de prison. L'ancien secrétaire général à la présidence, et son ex-bras droit, l'homme d'affaires français d'origine camerounaise, ont une nouvelle fois été condamnés pour détournement de fonds. Ils passseront cinq ans de plus derrière les barreaux, la première peine étant prise en compte.

Les deux hommes ont été déclarés coupables de détournement en coaction de 1,1 milliard de FCFA (1,7 million d'euros) représentant le montant d'une taxe pétrolière ainsi que de tentative de détournement de 59,4 milliards de FCFA (90 millions d'euros). Selon les termes du verdict, « Edzoa Titus a outrepassé ses pouvoirs de secrétaire général de la présidence en délestant l'État de 1,1 milliard de FCFA ».

Isaac Njiemoun condamné

« La décision de ce jour ne me surprend pas... Je commence à désespérer de l'arsenal juridique de notre pays et même de l'application de nos lois » a déclaré Me Léonard Ndem, l'avocat de l’ancien proche de Paul Byia. Me Patrice Mbuny, un des avocats de Michel Thierry Atangana espère que les deux hommes pouront sortir dans 5 ans.

« Ils sont emprisonnés depuis 15 ans. Même s'il (Atangana) avait été condamné en 1997 dans le cadre d'une autre affaire, le mandat de détention provisoire pour la procédure au sujet de laquelle un jugement a été rendu ce jour (jeudi) date de 15 ans », a déclaré l'avocat. Avant d'indiqué que son client allait se pourvoir en cassation. « Le fait que nous (M. Atangana) soyons condamnés ne veut pas dire que nous reconnaissons les faits, a-t-il dit. L'avocat de l'État camerounais s'est refusé à toute déclaration.

L'ancien ministre camerounais des Postes et Télécommunications, Isaac Njiemoun, a lui été condamné à 10 ans de prison, alors que le quatrième accusé, Dieudonné Mapouna, ancien secrétaire particulier d'Edzoa, a été acquitté.

"Conspiration politique"

En 1997, accusés d’avoir détourné près de 350 millions de F CFA (533 000 euros) destinés à l’Office national de commercialisation des produits de base (ONCPB), Titus Edzoa et Thierry Michel Atangana, avaient été condamnés à quinze ans de prison. Les deux hommes devaient être libérés le 12 mai 2012, avant que cette nouvelle de détournements de fonds ne soit diligentée.

Professeur agrégé en chirurgie, Edzoa a été de 1985 à 1997 un des personnages les plus puissants du régime de Paul Biya, au pouvoir depuis 1982, avant de se présenter contre celui-ci à l’élection de 1997. Il a toujours déclaré qu'il s'agissait d'une « conspiration politique ».

En 2011, Titus Edzoa, aujourd'hui âgé de 67 ans, avait écrit au président Paul Biya : « Quatorze ans de torture, Monsieur, ça suffit ! », dénonçant « un embastillement dans des conditions inqualifiables ».

(Avec AFP)

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Cameroun

'Plus jamais Ebola...' : ce sera sans Manu Dibango

"Plus jamais Ebola..." : ce sera sans Manu Dibango

Manu Dibango s'est retiré d'un projet musical de sensibilisation à la lutte contre Ebola. Il n'aurait pas supporté que des personnes soient rétribuées pour ce projet censé être b&eac[...]

Boko Haram, une guerre qui coûte cher au Cameroun

Le nerf de la guerre contre Boko Haram est un souci de première importance au Cameroun.[...]

Sexe, mensonge, pouvoir : la trilogie infernale

Du Français Dominique Strauss-Kahn au Malaisien Anwar Ibrahim, on ne compte plus les responsables politiques dont les moeurs débridées, ou supposées telles, ont brisé la carrière.[...]

Boko Haram : la sale guerre a commencé

Composée des troupes du Cameroun, du Niger, du Nigeria et du Tchad, la force régionale s'est lancée dans la bataille pour enrayer l'avancée de la secte jihadiste Boko Haram. Une course contre la[...]

Cameroun : Afriland First Bank ouvre une agence dédiée à la finance islamique

Le groupe bancaire camerounais vient d'ouvrir à Yaoundé sa première agence spécialisée dans la finance islamique et envisage une extension du réseau au reste du pays. Une première[...]

Boko Haram, la tactique du boucher

Le groupe islamiste agit-il en ordre dispersé ou suivant une véritable stratégie militaire ? De batailles en massacres, son organisation se dévoile peu à peu.[...]

Cartographie - Boko Haram sur les traces du califat de Sokoto ?

Les dirigeants de Boko Haram rêveraient-ils de faire revivre le califat de Sokoto, établi au XIXe siècle et disparu au moment de la colonisation britannique ? Leurs intentions ne sont pas claires.[...]

Boko Haram : Laurent Fabius au Tchad pour souligner la "solidarité" de la France

Le ministre français des Affaires étrangères, Laurent Fabius, débute samedi une tournée au Tchad et au Cameroun, avant le Niger dimanche, pour affirmer "la solidarité" de Paris[...]

Boko Haram : l'armée camerounaise accusée de nombreuses exactions contre les civils

Les populations du nord du Cameroun subissent des violences de la part non seulement des terroristes de Boko Haram, mais aussi de l’armée nationale. C’est le constat rendu public mercredi par le Réseau[...]

Cameroun : l'armée face à la pieuvre Boko Haram

Notre envoyé spécial a suivi l'armée camerounaise à la frontière avec le Nigeria. Harcelée jour et nuit, cette dernière tente d'empêcher la secte islamiste de[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers
Purging www.jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20121005094445 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20121005094445 from 172.16.0.100