Extension Factory Builder
05/10/2012 à 09:35
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
L'ambassadeur français à l'ONU, le 2 août 2012 au siège de l'ONU. L'ambassadeur français à l'ONU, le 2 août 2012 au siège de l'ONU. © Getty Images/AFP/Archives - Mario Tama

Le texte que la France va proposer au Conseil de sécurité "dans les prochains jours" appelle la Cedeao à fournir "un concept d'opération accepté par le Mali" et ses membres "dès que possible", a déclaré jeudi 4 octobre, l'ambassadeur français à l'ONU Gérard Araud.

Un projet de résolution sur la crise malienne devrait être proposé par la France au Conseil de sécurité « dans les prochains jours », a annoncé jeudi 4 octobre, l'ambassadeur français à l'ONU, Gérard Araud. Le texte prépare le terrain pour un feu vert ultérieur de l'ONU à une intervention militaire mais ne l’entérine pas.

Selon Gérard Araud, le projet combinera « une réponse politique et militaire » à la crise malienne en appelant « à l'ouverture d'un dialogue » entre Bamako et les islamistes qui contrôlent le Nord et en prévoyant l'entraînement sur place de l'armée malienne. Figurera également « un appel aux groupes armés (du Nord) à se dissocier du terrorisme » et une demande au gouvernement malien « d'ouvrir un dialogue avec le Nord ».

Ce n’est qu’après la réunion prévue à Bamako le 19 octobre, - devant rassembler la Communauté économique des États d'Afrique de l'Ouest (Cedeao), l'Union africaine et l'Union européenne notamment -,  qu’il sera possible d'« autoriser le déploiement d'une force » en faisant adopter par le Conseil une deuxième résolution, espère Gérard Araud.

Questions non résolues

Si la France et la Grande-Bretagne ont insisté sur « l’unité » des membres du Conseil sur le dossier malien, des diplomates ne cachent cependant pas que l'obtention d'une résolution donnant effectivement un mandat de l'ONU prendra du temps. « Il faudra encore beaucoup de discussions entre les membres du Conseil eux-mêmes avant de pouvoir (en) discuter avec la Cedeao », a estimé mardi Gert Rosenthal, l'ambassadeur du Guatemala, qui préside le Conseil en octobre.

Le projet de résolution devrait aussi encourager la Cedeao et Bamako à fournir enfin les renseignements que le Conseil réclame depuis plusieurs mois sur les modalités d'une opération militaire panafricaine pour reconquérir le Nord. « Nous devons reconstruire l'armée malienne et rappeler à la Cedeao qu'il nous faut dès que possible un concept d'opération accepté par le Mali et par les membres de la Cedeao », a souligné l'ambassadeur.

Les membres de l’ONU semblent sur ce point naviguer à vue. « Qui fait quoi, quelle est l'ampleur de l'opération, quelles en sont les implications budgétaires? ». Toutes ces questions restent non résolues. « Personne ne nie que c'est un problème grave, en particulier la menace terroriste, et qu'on ne doit pas le laisser pourrir », analyse un autre diplomate. « Donc s'il y a un plan crédible le Conseil doit le soutenir, mais nous sommes encore loin de pouvoir dire :  "Voici le plan et nous le soutenons tous" ».

(Avec AFP)
 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Mali

Lutte contre Ebola : le Mali sera-t-il le 'troisième bon élève' ?

Lutte contre Ebola : le Mali sera-t-il le "troisième bon élève" ?

À en croire un expert français de retour de Bamako, les dix à quinze jours prochains détermineront si le Mali est capable de stopper l'épidémie d'Ebola. Ce qui fera de lui le "troisi&[...]

Ebola : chaque jour qui passe effrite l'espoir, dans quelle langue faut-il le dire ?

Une vingtaine d'artistes ouest-africains de renom se sont réunis pour interpeller les chefs d'État francophones sur la catastrophe que représente Ebola. Ils publient leur lettre ouverte dans Jeune Afrique.[...]

Mali : les rebelles passent de Ouaga à Niamey

En raison de la chute de Blaise Compaoré, les groupes rebelles maliens se sont retrouvés à Niamey avant la reprise des négociations à Alger.[...]

Nord-Mali : deux soldats tués et cinq autres blessés par une mine

Une voiture de l'escorte du ministre malien du Développement rural a sauté mardi sur une mine dans le nord du pays. Deux militaires ont été tués et cinq autres grièvement blessés,[...]

Ebola au Mali : nouveau cas positif, 310 personnes sous surveillance sanitaire

Un nouveau cas d'Ebola a été déclaré samedi au Mali et cette personne a été admise dans une unité de soins intensifs à Bamako, a indiqué un communiqué du[...]

Mokhtar Belmokhtar, "le Ben Laden du Sahara"

Le journaliste mauritanien Lemine Ould M. Salem publie une enquête sur le jihadiste algérien Mokhtar Belmokhtar. Édifiant.[...]

Mali : IBK et le Boeingate, suite

Ibrahim Boubacar Keïta ne s'est toujours pas exprimé sur les soupçons de fraude qui le visent après la publication du rapport du Vérificateur général sur l'achat de l'avion[...]

Mali : en déplacement, IBK montre l'exemple dans la lutte contre Ebola

Le président malien Ibrahim Boubacar Keïta s'est rendu lundi à Kourémalé, dans le sud du pays, près de la frontière avec la Guinée, pour une visite symbolique consacrée[...]

Ebola : vers la mise en place d'un cordon sanitaire pour contenir le virus ?

Après la confirmation des cas d'Ebola au Mali, pays voisin d'États touchés par l'épidémie, l'Union européenne et la Croix-Rouge internationale tentent de mettre en place un cordon[...]

Ebola : précautions et inquiétude chez les Français du Mali

Depuis l'annonce d'un cinquième cas d'Ebola au Mali, la communauté française, forte de 6.000 ressortissants et de 1.400 militaires, y observe avec inquiétude l'arrivée de[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces