Extension Factory Builder
05/10/2012 à 09:35
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
L'ambassadeur français à l'ONU, le 2 août 2012 au siège de l'ONU. L'ambassadeur français à l'ONU, le 2 août 2012 au siège de l'ONU. © Getty Images/AFP/Archives - Mario Tama

Le texte que la France va proposer au Conseil de sécurité "dans les prochains jours" appelle la Cedeao à fournir "un concept d'opération accepté par le Mali" et ses membres "dès que possible", a déclaré jeudi 4 octobre, l'ambassadeur français à l'ONU Gérard Araud.

Un projet de résolution sur la crise malienne devrait être proposé par la France au Conseil de sécurité « dans les prochains jours », a annoncé jeudi 4 octobre, l'ambassadeur français à l'ONU, Gérard Araud. Le texte prépare le terrain pour un feu vert ultérieur de l'ONU à une intervention militaire mais ne l’entérine pas.

Selon Gérard Araud, le projet combinera « une réponse politique et militaire » à la crise malienne en appelant « à l'ouverture d'un dialogue » entre Bamako et les islamistes qui contrôlent le Nord et en prévoyant l'entraînement sur place de l'armée malienne. Figurera également « un appel aux groupes armés (du Nord) à se dissocier du terrorisme » et une demande au gouvernement malien « d'ouvrir un dialogue avec le Nord ».

Ce n’est qu’après la réunion prévue à Bamako le 19 octobre, - devant rassembler la Communauté économique des États d'Afrique de l'Ouest (Cedeao), l'Union africaine et l'Union européenne notamment -,  qu’il sera possible d'« autoriser le déploiement d'une force » en faisant adopter par le Conseil une deuxième résolution, espère Gérard Araud.

Questions non résolues

Si la France et la Grande-Bretagne ont insisté sur « l’unité » des membres du Conseil sur le dossier malien, des diplomates ne cachent cependant pas que l'obtention d'une résolution donnant effectivement un mandat de l'ONU prendra du temps. « Il faudra encore beaucoup de discussions entre les membres du Conseil eux-mêmes avant de pouvoir (en) discuter avec la Cedeao », a estimé mardi Gert Rosenthal, l'ambassadeur du Guatemala, qui préside le Conseil en octobre.

Le projet de résolution devrait aussi encourager la Cedeao et Bamako à fournir enfin les renseignements que le Conseil réclame depuis plusieurs mois sur les modalités d'une opération militaire panafricaine pour reconquérir le Nord. « Nous devons reconstruire l'armée malienne et rappeler à la Cedeao qu'il nous faut dès que possible un concept d'opération accepté par le Mali et par les membres de la Cedeao », a souligné l'ambassadeur.

Les membres de l’ONU semblent sur ce point naviguer à vue. « Qui fait quoi, quelle est l'ampleur de l'opération, quelles en sont les implications budgétaires? ». Toutes ces questions restent non résolues. « Personne ne nie que c'est un problème grave, en particulier la menace terroriste, et qu'on ne doit pas le laisser pourrir », analyse un autre diplomate. « Donc s'il y a un plan crédible le Conseil doit le soutenir, mais nous sommes encore loin de pouvoir dire :  "Voici le plan et nous le soutenons tous" ».

(Avec AFP)
 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Mali

Ebola : le Mali tente de contenir l'épidémie, mise en quarantaine aux États-Unis

Ebola : le Mali tente de contenir l'épidémie, mise en quarantaine aux États-Unis

Le Mali tente de juguler toute propagation du virus Ebola après l'annonce d'un premier cas dans le pays, tandis que les États-Unis ont placé une personne en quarantaine d'office pour la première fois.[...]

Mali : mort de la fillette, premier cas d'Ebola dans ce pays

Le premier cas d'Ebola identifié au Mali, une fillette de deux ans récemment revenue de Guinée, est morte vendredi, a annoncé le gouvernement.[...]

Ebola : un premier cas au Mali fait craindre l'arrivée de l'épidémie

Le Mali connaît son premier cas d'Ebola. Il s'agit d'une fillette de deux ans venue de Guinée avec sa grand-mère. Elle a été placée en quarantaine à Kayes (Ouest), a[...]

Mali : les Casques bleus, cibles privilégiées des jihadistes

Rarement mission onusienne aura autant été prise pour cible. Dans le Nord, les soldats de la Minusma sont seuls et en première ligne. Mines, tirs de roquettes et attentats ont déjà fait[...]

La course pour la direction du bureau Afrique de l'OMS est lancée...

Qui, début novembre, succédera à l'Angolais Luís Gomes Sambo à la tête du bureau Afrique de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) ?[...]

Mali : ouverture du troisième round de négociations à Alger

Les pourparlers de paix entre le gouvernement malien et les groupes armés ont repris mardi à Alger. Le ministre malien des Affaires étrangères a appelé les différents mouvements à[...]

Mali : réouverture des négociations de paix à Alger

La reprise des pourparlers de paix entre le gouvernement malien et les groupes armés, samedi, à Alger s'inscrit dans un contexte sécuritaire particulièrement tendu dans le nord du pays.[...]

Mali : à Alger, la médiation face à deux plans de sortie de crise

Alors que la reprise des pourparlers de paix entre le gouvernement malien et les groupes armés a été reportée au 22 octobre à Alger, "Jeune Afrique" a pu se procurer en[...]

Mali : au moins 7 morts dans des combats entre le MNLA et le Gatia près de Gao

Au moins sept personnes ont été tuées lors d'affrontements jeudi après-midi, près de Gao, principale ville du nord du Mali, entre et le MNLA et le Gatia, deux groupes armés touaregs de[...]

Mali : discussions à Alger, combats vers Gao

Le MNLA et le Gatia, une milice progouvernementale, s’affrontent dans la région de Gao depuis jeudi matin. Des combats qui interviennent alors que devaient reprendre à Alger, la veille, des négociations[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers