Extension Factory Builder
05/10/2012 à 09:35
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
L'ambassadeur français à l'ONU, le 2 août 2012 au siège de l'ONU. L'ambassadeur français à l'ONU, le 2 août 2012 au siège de l'ONU. © Getty Images/AFP/Archives - Mario Tama

Le texte que la France va proposer au Conseil de sécurité "dans les prochains jours" appelle la Cedeao à fournir "un concept d'opération accepté par le Mali" et ses membres "dès que possible", a déclaré jeudi 4 octobre, l'ambassadeur français à l'ONU Gérard Araud.

Un projet de résolution sur la crise malienne devrait être proposé par la France au Conseil de sécurité « dans les prochains jours », a annoncé jeudi 4 octobre, l'ambassadeur français à l'ONU, Gérard Araud. Le texte prépare le terrain pour un feu vert ultérieur de l'ONU à une intervention militaire mais ne l’entérine pas.

Selon Gérard Araud, le projet combinera « une réponse politique et militaire » à la crise malienne en appelant « à l'ouverture d'un dialogue » entre Bamako et les islamistes qui contrôlent le Nord et en prévoyant l'entraînement sur place de l'armée malienne. Figurera également « un appel aux groupes armés (du Nord) à se dissocier du terrorisme » et une demande au gouvernement malien « d'ouvrir un dialogue avec le Nord ».

Ce n’est qu’après la réunion prévue à Bamako le 19 octobre, - devant rassembler la Communauté économique des États d'Afrique de l'Ouest (Cedeao), l'Union africaine et l'Union européenne notamment -,  qu’il sera possible d'« autoriser le déploiement d'une force » en faisant adopter par le Conseil une deuxième résolution, espère Gérard Araud.

Questions non résolues

Si la France et la Grande-Bretagne ont insisté sur « l’unité » des membres du Conseil sur le dossier malien, des diplomates ne cachent cependant pas que l'obtention d'une résolution donnant effectivement un mandat de l'ONU prendra du temps. « Il faudra encore beaucoup de discussions entre les membres du Conseil eux-mêmes avant de pouvoir (en) discuter avec la Cedeao », a estimé mardi Gert Rosenthal, l'ambassadeur du Guatemala, qui préside le Conseil en octobre.

Le projet de résolution devrait aussi encourager la Cedeao et Bamako à fournir enfin les renseignements que le Conseil réclame depuis plusieurs mois sur les modalités d'une opération militaire panafricaine pour reconquérir le Nord. « Nous devons reconstruire l'armée malienne et rappeler à la Cedeao qu'il nous faut dès que possible un concept d'opération accepté par le Mali et par les membres de la Cedeao », a souligné l'ambassadeur.

Les membres de l’ONU semblent sur ce point naviguer à vue. « Qui fait quoi, quelle est l'ampleur de l'opération, quelles en sont les implications budgétaires? ». Toutes ces questions restent non résolues. « Personne ne nie que c'est un problème grave, en particulier la menace terroriste, et qu'on ne doit pas le laisser pourrir », analyse un autre diplomate. « Donc s'il y a un plan crédible le Conseil doit le soutenir, mais nous sommes encore loin de pouvoir dire :  "Voici le plan et nous le soutenons tous" ».

(Avec AFP)
 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Mali

En direct : les premières images des débris du vol AH5017 diffusées

En direct : les premières images des débris du vol AH5017 diffusées

Le détachement militaire français dépêché dans le nord du Mali sur le lieu du crash du vol Ouaga-Alger AH 5017 a retrouvé vendredi la boîte noire du DC-9 affrété par Air[...]

Mali : le gouvernement et six groupes armés signent à Alger une "feuille de route" pour la paix

Après d'âpres tractations et plusieurs mois de blocage, le gouvernement malien et six groupes armés ont signé jeudi à Alger un document sur la "cessation des hostilités". Une[...]

L'épave "désintégrée" du vol AH5017 localisée vers Gossi dans le nord du Mali

L'état-major de l'armée burkinabè a annoncé dans la nuit de jeudi à vendredi avoir localisé dans le nord du Mali l'épave "désintégrée" du DC9[...]

Mali : ce que Bamako et les groupes armés négocient à Alger

Réunis à Alger, les groupes armés du Nord-Mali et les autorités maliennes tentent de se mettre d'accord sur une feuille de route commune pour la suite des négociations de paix. [...]

Mali - RDC : Nkulu Kalumba, un long chemin vers la liberté

À l'occasion de la Journée mondiale des réfugiés, le 20 juin, "Jeune Afrique" et le HCR au Mali ont organisé un concours de journalisme. C'est l'article d'une jeune étudiante[...]

Drague : le bal des faux-culs

Ils sont discrets, rembourrés et très à la mode en Afrique de l'Ouest... Zoom sur ces collants qui permettent aux femmes d'afficher de jolies fesses rebondies à moindre prix.[...]

Mali : bientôt un procès dans l'affaire des "bérets rouges" ?

Le rapport d'enquête sur l'affaire de la disparition des "Bérets rouges" devrait prochainement être bouclé et transmis au procureur, ouvrant ainsi la voie à un éventuel[...]

Ramtane Lamamra : "Un accord dans cent jours" sur le Nord-Mali

Le chef de la diplomatie algérienne fait le point sur le dialogue inter-malien, entamé le 16 juillet, et qui devrait être suspendu le 24 juillet avant une reprise à la mi-août. Première[...]

Hollande prépare le lancement de l'opération Barkhane à N'Djamena

L’opération "Barkhane", du nom de la nouvelle configuration stratégique de l’armée française dans le Sahel qui devrait mobiliser 3 000 soldats environ, sera officiellement[...]

Pourquoi le Mali s'est fait épingler par le FMI pour des fournitures militaires

Le FMI est-il trop pointilleux ? Un contrat de fournitures militaires de plusieurs dizaines de millions d'euros fait en tout cas tiquer les bailleurs de fonds. Trop opaque, jugent-ils. Le Mali n'apprécie pas.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers