Extension Factory Builder
04/10/2012 à 19:09
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Les frappes syriennes ont fait cinq morts côté turc. Les frappes syriennes ont fait cinq morts côté turc. © AFP

Jeudi 4 octobre, le Parlement turc a formellement autorisé le gouvernement à mener des opérations militaires en Syrie au nom de la "sécurité nationale". Dans le même temps, les représailles turques se sont poursuivies au lendemain du bombardement syrien meurtrier sur le village frontalier d'Akçakale.  

« Cette motion n'est pas une motion pour la guerre », a immédiatement tenu à préciser le vice-Premier ministre turc Besir Atalay. Après plusieurs heures de débats, le Parlement a approuvé jeudi 4 octobre une loi autorisant des opérations militaires sur le territoire syrien, alors que les représailles turques se sont poursuivies au lendemain du bombardement syrien meurtrier sur le village frontalier d'Akçakale.

Le texte voté, par 320 voix contre 129, en faveur de cette loi qui donne le pouvoir au gouvernement pendant une année d'envoyer des soldats ou des avions de chasse frapper des cibles de l'autre côté de sa frontière, quand il le juge nécessaire.

Mercredi 3 octobre, plusieurs obus avaient frappé le petit village turc d'Akçakale situé sur la frontière avec la Syrie, tuant cinq civils turcs et en blessant neuf autres. Colère du Premier ministre, Recep Tayyip Erdogan, et riposte militaire avec des attaques sporadiques sur des positions de l'armée syrienne dans les environs du poste-frontière syrien de Tall al-Abyad, tuant « plusieurs soldats syriens », selon l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH). Selon Besir Atalay, la Syrie a reconnu qu'elle était responsable de ce bombardement et elle s'est officiellement excusée pour les morts. D'après lui, Damas a rassuré l'ONU en affirmant qu'« un tel incident ne se reproduira pas ». Mercredi soir, le ministre syrien de l'Information, Omran Zoabi, avait annoncé l'ouverture d'une enquête sur l'origine des tirs syriens et présenté les condoléances de son pays à la Turquie.

"Incident tragique"

L’attaque syrienne a provoqué de vives réactions au sein de la communauté internationale. Le ministre français des Affaires étrangères Laurent Fabius a estimé que les tirs syriens constituaient « une menace sérieuse à la paix et à la sécurité internationales ». Mais aucune sanction n’a pour le moment été prise. L'Otan, qui avait convoqué une réunion d'urgence mercredi soir à Bruxelles, à la demande de la Turquie, a appelé la Syrie à « mettre un terme à ses violations flagrantes du droit international ». Sans pour autant prendre de sanctions, alors que l'article 5 de l’organisation transatlantique concernant la défense collective, stipule qu'une attaque contre l'un de ses membres est considérée comme une attaque contre tous.

Les 15 pays membres du Conseil de sécurité de l'ONU devaient publier jeudi 3 octobre une déclaration condamnant fermement les tirs syriens et demandant à Damas de respecter le territoire de ses voisins. Mais Moscou, fidèle allié du régime syrien, continuait jeudi à bloquer son adoption. « Ce projet devait être entériné jeudi matin selon une procédure dite de silence (le texte est réputé adopté si aucun pays n'objecte avant une heure limite). Mais Moscou a rompu le silence », a indiqué à des journalistes l'ambassadeur britannique à l'ONU Mark Lyall Grant.

L'Iran, autre allié traditionnel de la Syrie, a appelé par la voix du ministre des Affaires étrangères adjoint Hossein Amir Adbolahian à la retenue et à « enquêter sur l'incident ».

(Avec Agences)

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Maghreb & Moyen-Orient

La reconnaissance d'un État palestinien par la France serait une grave erreur, selon Netanyahou

La reconnaissance d'un État palestinien par la France serait une grave erreur, selon Netanyahou

Le Premier ministre israélien Benyamin Netanyahou a affirmé dimanche à des journalistes que la reconnaissance d'un État palestinien par la France serait une grave erreur, alors que le Parlement fran&cce[...]

Tunisie : faible participation à la présidentielle

À la mi-journée, le taux de participation à la présidentielle tunisienne était de 11,85 %. Un faible intérêt de la population pour le scrutin, qui ne lui enlève pas son[...]

Égypte : Sissi prêt à envoyer des forces pour aider un Etat palestinien

Le président égyptien Abdel Fattah al-Sissi s'est déclaré prêt à envoyer ultérieurement des forces dans un futur Etat palestinien pour l'aider à se stabiliser, en accord avec[...]

Tunisie : ouverture des bureaux de vote pour une présidentielle historique

Les bureaux de vote ont ouvert leurs portes dimanche en Tunisie pour la première présidentielle libre de son histoire, près de quatre ans après la révolution de janvier 2011 qui lança le[...]

Libye : l'administration Obama blanchie dans l'attaque de Benghazi

L'administration Obama n'a pas failli dans sa réponse à l'attaque du complexe américain de Benghazi, en Libye, qui avait fait quatre morts le 11 septembre 2012, a conclu une commission parlementaire dont le[...]

Une Tunisienne remporte le concours "Miss monde Muslimah" en Indonésie

Une informaticienne tunisienne, Fatma Ben Guefrache, a remporté vendredi en Indonésie l'élection de "Miss monde Muslimah", présentée comme une riposte aux concours de beauté[...]

La Tunisie vote pour sa première présidentielle de l'après-révolution

La Tunisie organise dimanche sa première élection présidentielle pluraliste et espère franchir sans accroc cette nouvelle étape de sa transition vers la démocratie, jusqu'ici[...]

Mokhtar Belmokhtar, "le Ben Laden du Sahara"

Le journaliste mauritanien Lemine Ould M. Salem publie une enquête sur le jihadiste algérien Mokhtar Belmokhtar. Édifiant.[...]

Fin de campagne présidentielle tendue en Tunisie

La campagne pour le scrutin présidentiel du dimanche 23 novembre s'est achevée en Tunisie dans un climat délétère. Pourtant, selon la Constitution, les prérogatives du chef de[...]

Blaise Compaoré a quitté la Côte d'Ivoire pour le Maroc

L'ancien président burkinabè, Blaise Compaoré, qui a démissionné le 31 octobre avant de s'exiler en Côte d'Ivoire, a quitté Yamoussoukro pour le Maroc.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers