Extension Factory Builder
04/10/2012 à 19:09
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Les frappes syriennes ont fait cinq morts côté turc. Les frappes syriennes ont fait cinq morts côté turc. © AFP

Jeudi 4 octobre, le Parlement turc a formellement autorisé le gouvernement à mener des opérations militaires en Syrie au nom de la "sécurité nationale". Dans le même temps, les représailles turques se sont poursuivies au lendemain du bombardement syrien meurtrier sur le village frontalier d'Akçakale.  

« Cette motion n'est pas une motion pour la guerre », a immédiatement tenu à préciser le vice-Premier ministre turc Besir Atalay. Après plusieurs heures de débats, le Parlement a approuvé jeudi 4 octobre une loi autorisant des opérations militaires sur le territoire syrien, alors que les représailles turques se sont poursuivies au lendemain du bombardement syrien meurtrier sur le village frontalier d'Akçakale.

Le texte voté, par 320 voix contre 129, en faveur de cette loi qui donne le pouvoir au gouvernement pendant une année d'envoyer des soldats ou des avions de chasse frapper des cibles de l'autre côté de sa frontière, quand il le juge nécessaire.

Mercredi 3 octobre, plusieurs obus avaient frappé le petit village turc d'Akçakale situé sur la frontière avec la Syrie, tuant cinq civils turcs et en blessant neuf autres. Colère du Premier ministre, Recep Tayyip Erdogan, et riposte militaire avec des attaques sporadiques sur des positions de l'armée syrienne dans les environs du poste-frontière syrien de Tall al-Abyad, tuant « plusieurs soldats syriens », selon l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH). Selon Besir Atalay, la Syrie a reconnu qu'elle était responsable de ce bombardement et elle s'est officiellement excusée pour les morts. D'après lui, Damas a rassuré l'ONU en affirmant qu'« un tel incident ne se reproduira pas ». Mercredi soir, le ministre syrien de l'Information, Omran Zoabi, avait annoncé l'ouverture d'une enquête sur l'origine des tirs syriens et présenté les condoléances de son pays à la Turquie.

"Incident tragique"

L’attaque syrienne a provoqué de vives réactions au sein de la communauté internationale. Le ministre français des Affaires étrangères Laurent Fabius a estimé que les tirs syriens constituaient « une menace sérieuse à la paix et à la sécurité internationales ». Mais aucune sanction n’a pour le moment été prise. L'Otan, qui avait convoqué une réunion d'urgence mercredi soir à Bruxelles, à la demande de la Turquie, a appelé la Syrie à « mettre un terme à ses violations flagrantes du droit international ». Sans pour autant prendre de sanctions, alors que l'article 5 de l’organisation transatlantique concernant la défense collective, stipule qu'une attaque contre l'un de ses membres est considérée comme une attaque contre tous.

Les 15 pays membres du Conseil de sécurité de l'ONU devaient publier jeudi 3 octobre une déclaration condamnant fermement les tirs syriens et demandant à Damas de respecter le territoire de ses voisins. Mais Moscou, fidèle allié du régime syrien, continuait jeudi à bloquer son adoption. « Ce projet devait être entériné jeudi matin selon une procédure dite de silence (le texte est réputé adopté si aucun pays n'objecte avant une heure limite). Mais Moscou a rompu le silence », a indiqué à des journalistes l'ambassadeur britannique à l'ONU Mark Lyall Grant.

L'Iran, autre allié traditionnel de la Syrie, a appelé par la voix du ministre des Affaires étrangères adjoint Hossein Amir Adbolahian à la retenue et à « enquêter sur l'incident ».

(Avec Agences)

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Maghreb & Moyen-Orient

Gaza : un raid israélien tue quatre Palestiniens lors d'un enterrement

Gaza : un raid israélien tue quatre Palestiniens lors d'un enterrement

Les services de secours ont indiqué que quatre Palestiniens ont été tués jeudi dans la ville de Gaza lors d'un raid aérien sur un cimetière. Alors que ceux-ci enterraient des proches tu&ea[...]

Carte interactive : plus de 1 600 accidents aériens en Afrique depuis 1935

Le crash du vol AH5017 d'Air Algérie, le 24 juillet 2014 au Mali, a ravivé le débat sur la sécurité aérienne en Afrique. L'occasion pour "Jeune Afrique" de faire le point sur les[...]

Syrie : arrestation au Koweït d'un financier du Front al-Nosra

Le Koweïtien Hajjaj Ben Fahd al-Ajmi, considéré comme l’un des bailleurs de fonds du Front Al-Nosra, la branche syrienne d’Al-Qaïda, a été arrêté mercredi par les[...]

Mauritanie : réélu, Aziz change de Premier ministre

Le président mauritanien Mohamed Ould Abdelaziz, investi le 2 août pour un second mandat, a nommé mercredi un nouveau Premier ministre, Yahya Ould Hademine. Cet ancien ministre de l'Équipement et des[...]

Gaza : le Hamas et Israël à nouveau dans l'engrenage de la violence

Après la reprise des hostilités dans la bande de Gaza, lundi soir, et une tentative d'élimination ciblée du chef militaire du Hamas par Israël, le conflit s'est à nouveau emballé : au[...]

Diaporama : "Djerbahood", le street art s'invite en Tunisie

Cet été, des graffeurs du monde entier ont investi les ruelles d'Erriadh, une petite bourgade de l'île de Djerba, pour réaliser une expérience inédite de street art en Tunisie. Armés[...]

Mohammed VI : le Maroc peut intégrer "le concert des pays émergents"

Lors de son discours, mercredi, à l'occasion de la "Fête de la révolution, du roi et du peuple, Mohammed VI a estimé que le Maroc avait vocation à intégrer "le concert des pays[...]

Libye : la deuxième vie de Khalifa Haftar dans la guerre au Tchad

Khalifa Haftar a récemment refait surface en prenant en Libye la tête d'une offensive toujours en cours contre les milices islamistes de Misrata et Benghazi. Dans ce deuxième billet, Laurent Touchard*[...]

Tchad : l'opération française Manta de 1983 et le jeu des frictions nord-sud

Ce billet est le dernier d'une série en trois volets consacrée aux rapports belliqueux de la Libye de Kadhafi et du Tchad de Hissène Habré. Laurent Touchard* revient ici sur l'intervention[...]

1980-1983 : Libye-Tchad, de la seconde bataille de N'Djaména à celle de Faya Largeau

Ce billet est le deuxième d'une série en trois volets consacrée aux rapports belliqueux de la Libye de Kadhafi et du Tchad de Hissène Habré. Laurent Touchard* fait ici le point sur les[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers