Extension Factory Builder
04/10/2012 à 19:09
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Les frappes syriennes ont fait cinq morts côté turc. Les frappes syriennes ont fait cinq morts côté turc. © AFP

Jeudi 4 octobre, le Parlement turc a formellement autorisé le gouvernement à mener des opérations militaires en Syrie au nom de la "sécurité nationale". Dans le même temps, les représailles turques se sont poursuivies au lendemain du bombardement syrien meurtrier sur le village frontalier d'Akçakale.  

« Cette motion n'est pas une motion pour la guerre », a immédiatement tenu à préciser le vice-Premier ministre turc Besir Atalay. Après plusieurs heures de débats, le Parlement a approuvé jeudi 4 octobre une loi autorisant des opérations militaires sur le territoire syrien, alors que les représailles turques se sont poursuivies au lendemain du bombardement syrien meurtrier sur le village frontalier d'Akçakale.

Le texte voté, par 320 voix contre 129, en faveur de cette loi qui donne le pouvoir au gouvernement pendant une année d'envoyer des soldats ou des avions de chasse frapper des cibles de l'autre côté de sa frontière, quand il le juge nécessaire.

Mercredi 3 octobre, plusieurs obus avaient frappé le petit village turc d'Akçakale situé sur la frontière avec la Syrie, tuant cinq civils turcs et en blessant neuf autres. Colère du Premier ministre, Recep Tayyip Erdogan, et riposte militaire avec des attaques sporadiques sur des positions de l'armée syrienne dans les environs du poste-frontière syrien de Tall al-Abyad, tuant « plusieurs soldats syriens », selon l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH). Selon Besir Atalay, la Syrie a reconnu qu'elle était responsable de ce bombardement et elle s'est officiellement excusée pour les morts. D'après lui, Damas a rassuré l'ONU en affirmant qu'« un tel incident ne se reproduira pas ». Mercredi soir, le ministre syrien de l'Information, Omran Zoabi, avait annoncé l'ouverture d'une enquête sur l'origine des tirs syriens et présenté les condoléances de son pays à la Turquie.

"Incident tragique"

L’attaque syrienne a provoqué de vives réactions au sein de la communauté internationale. Le ministre français des Affaires étrangères Laurent Fabius a estimé que les tirs syriens constituaient « une menace sérieuse à la paix et à la sécurité internationales ». Mais aucune sanction n’a pour le moment été prise. L'Otan, qui avait convoqué une réunion d'urgence mercredi soir à Bruxelles, à la demande de la Turquie, a appelé la Syrie à « mettre un terme à ses violations flagrantes du droit international ». Sans pour autant prendre de sanctions, alors que l'article 5 de l’organisation transatlantique concernant la défense collective, stipule qu'une attaque contre l'un de ses membres est considérée comme une attaque contre tous.

Les 15 pays membres du Conseil de sécurité de l'ONU devaient publier jeudi 3 octobre une déclaration condamnant fermement les tirs syriens et demandant à Damas de respecter le territoire de ses voisins. Mais Moscou, fidèle allié du régime syrien, continuait jeudi à bloquer son adoption. « Ce projet devait être entériné jeudi matin selon une procédure dite de silence (le texte est réputé adopté si aucun pays n'objecte avant une heure limite). Mais Moscou a rompu le silence », a indiqué à des journalistes l'ambassadeur britannique à l'ONU Mark Lyall Grant.

L'Iran, autre allié traditionnel de la Syrie, a appelé par la voix du ministre des Affaires étrangères adjoint Hossein Amir Adbolahian à la retenue et à « enquêter sur l'incident ».

(Avec Agences)

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Maghreb & Moyen-Orient

Algérie : Jund al-Khilafah, des 'soldats' pas si inconnus

Algérie : Jund al-Khilafah, des "soldats" pas si inconnus

Qui sont les terroristes de Jund al-Khilafah, qui ont exécuté l'otage français Hervé Gourdel ? Leur chef, Abdelmalek Gouri, a fait allégeance à l'État islamique.[...]

Maroc : pour "l'enfant sans visage", l'espoir renaît grâce à des médecins australiens

Né défiguré suite à une complication prénatale empêchant ses os de se former normalement, le petit Marocain de trois ans surnommé "l'enfant sans visage" va enfin pouvoir[...]

Maroc : Jamal Benomar... militant un jour, militant toujours

Des rangs de l'extrême gauche marocaine au monde feutré de l'ONU en passant par Amnesty, l'envoyé spécial de Ban Ki-moon au Yémen n'a jamais transigé avec ses convictions.[...]

Algérie - O. Dehendi : "Nous avons supplié les terroristes de libérer Hervé Gourdel"

Alors que les autorités algériennes ont annoncé mardi avoir identifié des auteurs de l'enlèvement et de l'assassinat du Français Hervé Gourdel, un premier témoin s'est[...]

Des ravisseurs d'Hervé Gourdel identifiés, selon le ministre algérien de la Justice

Selon le ministre algérien de la Justice, des ravisseurs de l'otage français Hervé Gourdel, enlevé puis décapité la semaine dernière en Algérie, ont été[...]

Tunisie : 26 candidats en lice face à Marzouki pour la présidentielle du 23 novembre

L'Instance supérieure indépendante pour les élections (Isie) a dévoilé mardi les noms de 27 candidats retenus pour la présidentielle du 23 novembre en Tunisie.[...]

"Bodybuilder" : surprenant Roschdy Zem !

Jamais là où on l'attend, avec "Bodybuilder", l'acteur réalise un troisième film attachant. Et aborde avec originalité l'univers du culturisme et les relations père-fils.[...]

Maroc : Bouchta Charef lâché par son épouse

L'épouse de Bouchta Charef, célèbre jihadiste marocain détenu à Tétouan, a livré un témoignage remettant en cause les accusations de mauvais traitements portées par[...]

Francophonie : Kamel Daoud reçoit le Prix des cinq continents

C’est son roman "Meursault, contre-enquête", qui a valu à l’écrivain et journaliste algérien Kamel Daoud le prix de l'Organisation internationale de la Francophonie. La[...]

Crise libyenne : première réunion de dialogue sous l'égide de l'ONU à Tripoli

Des députés rivaux du nouveau parlement libyen se sont retrouvés lundi 29 septembre en début d’après-midi pour amorcer des négociations de sortie de crise sous l’égide[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers