Extension Factory Builder
11/10/2012 à 13:10
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Des enfants devant l'école du 2 mars à Agadir dont la façade est ornée de proverbes en tifinagh. Des enfants devant l'école du 2 mars à Agadir dont la façade est ornée de proverbes en tifinagh. © Cécile Tréal/Marocimages

La Constitution marocaine de 2011 consacre la reconnaissance officielle de la langue et de l’identité berbères. Mais des blocages demeurent, comme la réticence de certains fonctionnaires de l’État civil à enregistrer des prénoms amazighs. État des lieux.

Anvers, le 24 septembre. Le consulat du Maroc refuse d’enregistrer le petit « Mazilia » sur les registres de l’État civil. Motif invoqué : le prénom de l’enfant ne serait pas « marocain ». Alors que la Constitution de juillet 2011 érige l’amazigh au rang de langue officielle au côté de l’arabe, l’affaire est loin d’être isolée.

Depuis 2011, l’Observatoire amazigh des droits et libertés (OADL) a répertorié une vingtaine de cas du même genre où il a dû intervenir. Un chiffre qui ne reflète sans doute pas l’ampleur réelle du phénomène. « Les victimes ne connaissent pas forcément leurs droits, ce qui constitue une première barrière », explique Meryam Demnati, secrétaire générale de l’OADL. Depuis 2010, la Circulaire D-3220 du ministère de l’Intérieur autorise en effet tout prénom à « caractère marocain » - y compris les amazighs (voir encadré).

Vers une reconnaissance progressive des prénoms amazighs

À partir de 1956 : les politiques d’arabisation successives entamées à l’indépendance conduisent à la raréfaction des prénoms amazighs au Maroc : les Izza, Tafoukt, Massine, Ider, Itto, Tilila, Tiziri, Gaïa, Izza, etc… sont en voie de disparition.

1996 : Le ton se durcit encore. Une circulaire du ministère de l’Intérieur, valable jusqu’en 2002, dresse une liste de prénoms autorisés, qui en intègre seulement quelques uns d’origine amazighe, triés sur le volet. Tous les autres sont systématiquement interdits.

17 octobre 2001 : le roi Mohammed VI, au pouvoir depuis 1999, créé l’Institut royal de la culture amazighe (Ircam). L'heure de la détente a sonné.

5 février 2009 : le tribunal administratif de Meknès donne gain de cause à une famille qui s’était vu refuser le droit de prénommer son fils Sifaw et avait intenté un procès contre l’État.

9 avril 2010 : la Circulaire D-3220 du ministère de l’Intérieur autorise tout prénom à « caractère marocain », c’est-à-dire couramment usité dans le royaume. Les prénoms amazighs sont reconnus, même si leur « signification peut varier d’une région à l’autre ». La circulaire intime aussi aux agents de l’État civil de « faire preuve de souplesse » et de privilégier la conciliation en cas de divergence.

1er juillet 2011 : La nouvelle Constitution reconnaît l’amazigh comme langue officielle du royaume, au même titre que l’arabe. Le texte prévoit également la mise en place d’un Conseil national des langues et de la culture marocaine, qui veille notamment à protéger et développer l’amazigh.

En plus, en cas de refus abusif de l’administration, un véritable parcours du combattant juridico-administratif attend les familles plaignantes, ce qui décourage la plupart d’entre elles. En définitive, seule une minorité de parents concernés - les plus déterminés -, mènent leur combat jusqu’au bout, souvent avec succès. Mais les associations de défense de l’amazigh, langue parlée par au moins un quart de la population, regrettent d’être condamnées à faire preuve d’un activisme permanent pour trouver une oreille attentive sur leur dossier.

"Comportements racistes"

Pour Meryam Demnati, les refus administratifs découlent de « comportements racistes » venant de fonctionnaires trop zélés, mais aussi d’un manque de volonté politique. « Les gens doivent comprendre que le temps de la discrimination est révolu », explique la militante, qui plaide pour une campagne de sensibilisation étendue à l’ensemble de la société. Et une accélération travail législatif : « les lois organiques relatives à la langue et culture berbère, prévues par la nouvelle Constitution, commencent tout juste à être examinées par le Parlement », souligne-t-elle.

Parmi la vingtaine d’affaires recensées par l’OADL, cinq concernent aussi les Marocains résidents à l’étranger (MRE). Interrogé par Jeune Afrique, un proche collaborateur du ministre des Affaires étrangères dément tout phénomène de discrimination à l’égard des prénoms amazighs. « Ces refus sont des exceptions. S’il s’avère qu’il y a des abus, des sanctions seront prises envers les fonctionnaires responsables, en conformité avec une circulaire du ministère de l’Intérieur à ce sujet, explique-t-il. Il reste des choses à améliorer, mais les procédures sont tout de même bien plus fluides qu’avant ».

Les choses bougent

Petit à petit, les choses semblent bouger. Interpellé à deux reprises par l’OADL, le ministre de l’Intérieur, Mohand Laenser (du Mouvement populaire, un parti de base électoral amazigh), a pressé ses services de rédiger une nouvelle circulaire, rapporte le site d’information Bladi.net. Cette piqûre de rappel devrait prier les agents de l’État civil de ne pas opposer de refus à l’enregistrement d’un prénom berbère, sous réserve toutefois que ce dernier soit « compréhensible ». Mais c’est là qu’une nouvelle difficulté pourrait surgir.

« Qu’on arrête de nous embêter pour savoir quel est le sens des prénoms amazighs, on ne cherche pas à savoir quelle est la signification de Khadija ou Soukaïna », s’indigne Meryam Demnati. D’autant que le choix d’un prénom – sous réserve qu’il ne nuise pas à l’intérêt de l’enfant - fait partie des droits fondamentaux reconnus par le comité pour les droits de l’homme des Nations unies… depuis 1994.

 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Sur le même sujet
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Maroc

Blaise Compaoré bientôt extradé vers le Burkina Faso ?

Blaise Compaoré bientôt extradé vers le Burkina Faso ?

Lors d'une rencontre jeudi avec la presse nationale, le Premier ministre intérimaire, Isaac Zida, a annoncé que le Burkina allait demander au Maroc l'extradition de Blaise Compaoré si les institutions judiciai[...]

Maroc - Minurso : Bolduc en stand-by

La nomination de la Canadienne Kim Bolduc à la tête de la Mission des Nations unies pour l'organisation d'un référendum au Sahara occidental (Minurso) n'est toujours pas validée par Rabat.[...]

Les chômeurs marocains bientôt indemnisés

C'est une première dans le royaume. Les chômeurs vont être indemnisés à partir du mois de décembre grâce à la nouvelle indemnité pour perte d'emploi (IPE).[...]

Maroc - Driss El Yazami : "Les pays du Sud deviennent des acteurs à part entière des droits de l'homme"

Le Maroc accueille du 27 au 30 novembre à Marrakech la deuxième édition du Forum mondial des droits de l'homme. Driss El Yazami, président du Conseil national des droits de l'homme (CNDH) et[...]

Jumia lève 120 millions d'euros

 En perte, le jeune site de commerce en ligne panafricain se renfloue auprès de ses actionnaires, dont MTN et Millicom, pour poursuivre sa croissance intensive.[...]

Le Maroc hôte du deuxième Forum mondial des droits de l'homme

Du 27 au 30 novembre, le Maroc organise le Forum mondial des droits de l'homme. Un événement chargé de symboles pour un pays qui sort d'un passé marqué par de nombreuses violations des droits[...]

Football : les fédérations d'Afrique australe boudent le Maroc

Dans un communiqué publié le 22 novembre, les fédérations d'Afrique australe expliquent qu'elles déclinent l'invitation de Rabat à venir assister, en décembre, à la Coupe du[...]

Entrepreneuriat : le prochain GES aura lieu en Afrique subsaharienne

 Organisée à Marrakech du 19 au 21 novembre, la cinquième édition du GES a connu un franc succès. Plus de 6000 participants ont pris part à l'événement, qui reviendra[...]

Maroc : CGI entame sa sortie de la Bourse de Casa

Le holding CDG Développement vient de déposer un projet d'offre publique de retrait sur les titres CGI. L'autorité de marché a dix jours pour statuer sur le projet. Les premiers détails d'une[...]

Maroc : le corps du délit

En se mettant elles-mêmes en scène, de jeunes artistes marocaines bousculent les stéréotypes liés au statut de la femme. Issues d'une génération décomplexée par[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces