Extension Factory Builder
08/10/2012 à 16:49
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Photo de Photo de © Federico Ciminari

Le décor : une table, une vieille photocopieuse, des pneus, et un mur de béton. Les personnages : des Palestiniens et des Israéliens ordinaires. L'histoire : celle d'un imprimeur qui, habitué à produire ces affiches que l'on placarde sur les murs quand la violence du conflit israélo-palestinien fait une victime de plus, se retrouve contraint d'imprimer celle de son fils, mort par balles dans son camp de réfugiés. Voilà L'Affiche, création théâtrale de Philippe Ducros, présentée en avant-première aux Francophonies en Limousin, à Limoges (France), avant une tournée canadienne, du 19 février au 2 mars 2013.

Abondamment traité au cinéma, omniprésent dans les médias comme dans la littérature, éminemment polémique, le sujet est pour le moins risqué. Bien sûr, il serait possible de reprocher aux comédiens une tendance à surjouer et au metteur en scène une propension à accumuler les symboles. Défauts de jeunesse, sans doute. Il n'empêche : il y a des larmes dans la salle et, à plusieurs reprises, Philippe Ducros touche juste. Comme en cet instant fugace où, changeant de costume sur scène, l'acteur incarnant un barbier palestinien fanatique devient un rabbin tout aussi fanatique...

Avec un sens aigu de la mise en espace, Philippe Ducros – qui a séjourné à trois reprises en Palestine - décrit la violence psychologique qui, dans les deux camps, détruits inexorablement hommes et femmes. Sans possibilité de marche arrière, la mort du fils, Salem, conduit la sœur au terrorisme tandis que les doutes du meurtrier Itzhak entraînent sa fiancée vers une haine fanatique. Les justes – comme cette femme israélienne qui accepte que les organes de sa fille morte soient donnés à une Palestinienne, comme cet homme qui danse sur une table et oppose la fête, la musique et la bouffe au couvre-feu – restent inaudibles, leurs suppliques étouffées par le fracas des armes.

Mur des lamentations

Ce fracas, Philippe Ducros n'hésite pas à l'importer sur scène, restituant au plus près l'ambiance létale d'un checkpoint, la tension d'une perquisition menée par des colons en armes, l'enregistrement d'une vidéo avant un attentat suicide. Une pastèque violemment éclatée sur le sol signe en rouge sang le point ultime de la folie des hommes. Et le mur de béton est là, présence imposante, frontière infranchissable, réceptacle de toutes les images, parfois transformé en gigantesque écran de cinéma, parfois transformé en... mur des lamentations. Comme le hurle un personnage : « Ce mur, c'est la limite de l'humanité. » Philippe Ducros en fait trop ? Peut-être. Mais on le sait, la réalité est bien pire que ce qu'il donne à voir.

___

Nicolas Michel, envoyé spécial à Limoges (France)
 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

International

Massacre de Sétif en Algérie : premier hommage d'un ministre français 70 ans après

Massacre de Sétif en Algérie : premier hommage d'un ministre français 70 ans après

Le secrétaire d'Etat français chargé des Anciens combattants, Jean-Marc Todeschini, a rendu dimanche un hommage aux victimes algériennes de Sétif, 70 ans après le massacre qui a fait de[...]

Naufrage de migrants en Méditerranée : hécatombe de 700 morts redoutée

Le naufrage d'un chalutier chargé de migrants au large de la Libye dans la nuit de samedi à dimanche fait redouter une véritable "hécatombe" en Méditerranée avec quelque 700[...]

Jusqu'à 700 morts redoutés après le naufrage d'un bateau de migrants en Méditerranée

Le naufrage d'un chalutier chargé de migrants au large des côtes libyennes pourrait avoir fait jusqu'à 700 morts, a annoncé dimanche le Haut-commissariat aux Nations unies pour les[...]

Immigration clandestine : Obama et Renzi insistent sur une solution en Libye

La crise tragique de l'immigration clandestine en Méditerranée ne pourra être résolue sans stabilisation de la situation en Libye, ont martelé jeudi Matteo Renzi et Barack Obama, soulignant que[...]

Énergie : à Paris, des maires africains se mobilisent pour l'électrifrication du continent

Une vingtaine de maires francophones de grandes villes africaines se sont réunis vendredi à Paris, à l'initiative de Jean-Louis Borloo et de Anne Hidalgo, maire de la capitale française, pour mettre en[...]

Fifa : Figo, Hayatou et les lusophones

L'Afrique unie derrière Issa Hayatou, l'inamovible patron de la CAF, pour voter comme un seul homme pour Sepp Blatter, l'inamovible patron de la Fifa ? Voire...[...]

Baisers amers d'Istanbul

Istanbul. Printemps 2015. J'ai vu la ville aux mille mosquées penchée sur le Bosphore au milieu de ses splendeurs ottomanes.[...]

Cambodge : 17 avril 1975, le cauchemar commence

Il y a tout juste quarante ans, Phnom Penh tombait entre les mains des soldats de Pol Pot et était aussitôt évacué par la force. Jusqu'en 1979, le régime khmer rouge allait faire[...]

Peinture : l'Ivoirien Ouattara Watts, au-delà de Basquiat

L'artiste ivoirien Ouattara Watts expose jusqu'au 5 mai à Paris. L'occasion de revenir sur l'œuvre de celui qui fréquenta le génie de l'art contemporain Basquiat à la fin de sa vie.[...]

Méditerranée : des migrants musulmans accusés d'avoir jeté douze chrétiens à la mer

Un drame mêlant religion et immigration s’est produit mercredi en Méditerranée. Douze Chrétiens auraient été jetés par-dessus bord après une altercation avec des[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers
Purging www.jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20121004170202 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20121004170202 from 172.16.0.100