Extension Factory Builder
04/10/2012 à 17:51
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
La marionnette du Premier ministre marocain Abdelilah Benkirane. La marionnette du Premier ministre marocain Abdelilah Benkirane. © Capture d'écran Nessma TV

Avec ses marionnettes marocaines, les "Guignols du Maghreb", émission diffusée par la chaîne privée tunisienne Nessma TV, connaît un succès inédit au Maroc.

Ils sont nombreux, de Tanger à Casablanca en passant par Rabat, à s'esclaffer régulièrement devant la marionette de leur Premier ministre Abdelilah Benkirane. À défaut d'avoir leur propre programme satirique, les Marocains se rabattent sur les « Guignols du Maghreb », diffusé sur la chaîne tunisienne Nessma TV.

Dans un pays où toutes les télévisions sont publiques, un telle émission n'existe pas au Maroc où de nombreux tabous demeurent. Pas question, par exemple, d'imaginer des marionnettes du roi Mohammed VI ou même d'autres membres de sa famille. Les « Guignols du Maghreb » n'ont pas encore franchi le pas. Mais en attendant, le programme tunisien, inspiré des Guignols français de Canal+, a jeté son dévolu sur le chef du gouvernement marocain, l'islamiste Abdelilah Benkirane. Fidèle à une réputation que beaucoup de Marocains lui reconnaissent, il y est présenté comme un personnage affable, au sens de l'humour aiguisé.

« Sa marionnette, la voix et la manière de parler reflètent très bien la personnalité de M. Benkirane. Je vois régulièrement ces guignols quand je suis au bureau », avoue Mouad, un cadre bancaire de 39 ans à Rabat. « Un jour, nous aurons nos guignols nous aussi, mais il faudra du temps. En attendant, on profite de ce que font les Tunisiens sur nous », indique pour sa part une journaliste installée à Casablanca.

Dans l'un des épisodes de ce programme, la marionnette du président américain Barack Obama demande ainsi à celle de M. Benkirane de renforcer les mesures de sécurité pour protéger l'ambassadeur des États-Unis au Maroc. Réponse ironique du Premier ministre marocain, représenté en habits traditionnels : « Bien sûr, je vais vider tout Casablanca et il y restera tout seul. Je vais lui amener un grand couscous et, pour que vous soyez tranquille, votre ambassadeur pourra même passer la nuit chez moi ».

"Contagieux"

À la question « Qui a décidé de nommer un nouveau sélectionneur » de l'équipe nationale du Maroc après le départ du Belge Eric Gerets, la marionnette d'Abdelilah Benkirane joue sur la dérision, en allusion à la répartition des pouvoirs entre le gouvernement et le roi du Maroc. « J'ai contacté le ministre des Sports, qui a contacté le président de la Fédération de football... qui a contacté le cabinet royal », ironise-t-elle.

Relayée par la plupart des sites d'information marocains, la marionnette de M. Benkirane suscite des débats passionnés parmi les internautes. « Je ne suis pas contre les Guignols, mais j'aurais aimé que ce soit des Marocains, de l'intérieur ou de l'extérieur, qui les animent et non les Tunisiens », écrit un internaute sur le site hespress.com, le plus lu du pays. « Même en Tunisie ils cernent bien nos problèmes. Chapeau », estime un autre sur le même site.

Ce type de programme peut être « contagieux » via les sites internet et les réseaux sociaux, souligne Abdelwahab Rami, de l'Institut de journalisme de Rabat. Selon lui, la personnalité du Premier ministre marocain et son sens de l'humour se prêtent au concept « Guignols ». Le « vrai » Benkirane « connaît du succès auprès des Marocains parce qu'il raconte souvent des blagues dans ses discours », note-t-il.

« Je demande à Dieu que tous nos jours se passent en joie », a déclaré le Premier ministre lors d'une réunion électorale cette semaine. « Je dirai à ces artistes que si leurs intentions sont bonnes et qu'ils veulent juste faire rire les gens à travers ma personnalité, je n'ai pas de problème et je leur pardonne ».

Un autre programme de Guignols, plus acerbe, avait vu le jour en Tunisie après la chute de Ben Ali sur la chaîne Ettounissiya TV. Mais son patron, le producteur Sami Fehri, a été incarcéré fin août et l'émission s'est interrompue.

(Avec AFP)

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Maroc

Abdelmalek Alaoui, l'homme qui murmure à l'oreille des puissants

Abdelmalek Alaoui, l'homme qui murmure à l'oreille des puissants

Sans renier l'héritage de son père, indéboulonnable ministre de Hassan II, Abdelmalek Alaoui ne doit sa réussite qu'à son talent. Fondateur de Global Intelligence Partners, il consei[...]

Réchauffement climatique : la carte des 15 lieux les plus menacés d'Afrique

À l'occasion du sommet sur le climat à New York organisé le 23 septembre par le secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, "Jeune Afrique" publie sa carte des 15 lieux les plus[...]

"Les Tribulations du dernier Sijilmassi" : "burn out" sous le burnous avec Fouad Laroui

Qui n'a jamais eu envie de changer de vie ? Un ingénieur marocain, héros du dernier livre de notre collaborateur Fouad Laroui, en lice pour le Goncourt, y est bien résolu. Mais de la coupe aux[...]

À Paris, deux expositions réconcilient la France et le Maroc

Deux grandes expositions sont programmées au Louvre et à l'Institut du monde arabe sur le Maroc à partir de la mi-octobre. Rabat et Paris se reconnectent loin de la brouille diplomatique.[...]

Maroc : le rappeur Mouad Belghawat, alias Lhaqed, est sorti de prison

Le rappeur marocain Mouad Belghawat est libre. Lhaqued, de son surnom, est sorti de prison jeudi après avoir purgé une peine de quatre mois pour atteinte à agent des forces de l'ordre.[...]

Maroc : nouveaux appels a l'abandon des poursuites contre le journaliste Ali Anouzla

À l'occasion du premier anniversaire de l'interpellation d'Ali Anouzla, journaliste marocain poursuivi pour aide au terrorisme, son comité de soutien et 12 ONG tunisiennes ont de nouveau réclamé[...]

Maroc : la relève de l'Amazigh Power

Artistes, écrivains ou acteurs associatifs, ils incarnent une nouvelle génération de militants qui se battent pour que la composante berbère de l'identité nationale se traduise dans tous[...]

Maroc : Bouhcine Foulane, 34 ans, la musique amazigh

Ils veulent faire revivre la musique amazigh sous un aspect moderne. Ribab Fusion - le ribab est une sorte de violon à corde unique typiquement amazigh -, ce sont six musiciens âgés de 26 à[...]

Maroc : Brahim El Mazned, 47 ans, les festivals berbères

Derrière le manager culturel, connu sous la casquette de directeur artistique du festival Timitar d'Agadir, il y a l'ethnologue, celui qui a sillonné toute l'Afrique, allant à la rencontre des[...]

Maroc : Mounir Kejji, 42 ans, le désenclavement rural

Né à Goulmima, non loin d'Errachidia, il a été tour à tour militant universitaire, associatif et politique. Aujourd'hui, Mounir Kejji veut se consacrer au désenclavement des[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers
Buy VentolinBuy Antabuse Buy ZithromaxBuy Valtrex