Extension Factory Builder
04/10/2012 à 17:51
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
La marionnette du Premier ministre marocain Abdelilah Benkirane. La marionnette du Premier ministre marocain Abdelilah Benkirane. © Capture d'écran Nessma TV

Avec ses marionnettes marocaines, les "Guignols du Maghreb", émission diffusée par la chaîne privée tunisienne Nessma TV, connaît un succès inédit au Maroc.

Ils sont nombreux, de Tanger à Casablanca en passant par Rabat, à s'esclaffer régulièrement devant la marionette de leur Premier ministre Abdelilah Benkirane. À défaut d'avoir leur propre programme satirique, les Marocains se rabattent sur les « Guignols du Maghreb », diffusé sur la chaîne tunisienne Nessma TV.

Dans un pays où toutes les télévisions sont publiques, un telle émission n'existe pas au Maroc où de nombreux tabous demeurent. Pas question, par exemple, d'imaginer des marionnettes du roi Mohammed VI ou même d'autres membres de sa famille. Les « Guignols du Maghreb » n'ont pas encore franchi le pas. Mais en attendant, le programme tunisien, inspiré des Guignols français de Canal+, a jeté son dévolu sur le chef du gouvernement marocain, l'islamiste Abdelilah Benkirane. Fidèle à une réputation que beaucoup de Marocains lui reconnaissent, il y est présenté comme un personnage affable, au sens de l'humour aiguisé.

« Sa marionnette, la voix et la manière de parler reflètent très bien la personnalité de M. Benkirane. Je vois régulièrement ces guignols quand je suis au bureau », avoue Mouad, un cadre bancaire de 39 ans à Rabat. « Un jour, nous aurons nos guignols nous aussi, mais il faudra du temps. En attendant, on profite de ce que font les Tunisiens sur nous », indique pour sa part une journaliste installée à Casablanca.

Dans l'un des épisodes de ce programme, la marionnette du président américain Barack Obama demande ainsi à celle de M. Benkirane de renforcer les mesures de sécurité pour protéger l'ambassadeur des États-Unis au Maroc. Réponse ironique du Premier ministre marocain, représenté en habits traditionnels : « Bien sûr, je vais vider tout Casablanca et il y restera tout seul. Je vais lui amener un grand couscous et, pour que vous soyez tranquille, votre ambassadeur pourra même passer la nuit chez moi ».

"Contagieux"

À la question « Qui a décidé de nommer un nouveau sélectionneur » de l'équipe nationale du Maroc après le départ du Belge Eric Gerets, la marionnette d'Abdelilah Benkirane joue sur la dérision, en allusion à la répartition des pouvoirs entre le gouvernement et le roi du Maroc. « J'ai contacté le ministre des Sports, qui a contacté le président de la Fédération de football... qui a contacté le cabinet royal », ironise-t-elle.

Relayée par la plupart des sites d'information marocains, la marionnette de M. Benkirane suscite des débats passionnés parmi les internautes. « Je ne suis pas contre les Guignols, mais j'aurais aimé que ce soit des Marocains, de l'intérieur ou de l'extérieur, qui les animent et non les Tunisiens », écrit un internaute sur le site hespress.com, le plus lu du pays. « Même en Tunisie ils cernent bien nos problèmes. Chapeau », estime un autre sur le même site.

Ce type de programme peut être « contagieux » via les sites internet et les réseaux sociaux, souligne Abdelwahab Rami, de l'Institut de journalisme de Rabat. Selon lui, la personnalité du Premier ministre marocain et son sens de l'humour se prêtent au concept « Guignols ». Le « vrai » Benkirane « connaît du succès auprès des Marocains parce qu'il raconte souvent des blagues dans ses discours », note-t-il.

« Je demande à Dieu que tous nos jours se passent en joie », a déclaré le Premier ministre lors d'une réunion électorale cette semaine. « Je dirai à ces artistes que si leurs intentions sont bonnes et qu'ils veulent juste faire rire les gens à travers ma personnalité, je n'ai pas de problème et je leur pardonne ».

Un autre programme de Guignols, plus acerbe, avait vu le jour en Tunisie après la chute de Ben Ali sur la chaîne Ettounissiya TV. Mais son patron, le producteur Sami Fehri, a été incarcéré fin août et l'émission s'est interrompue.

(Avec AFP)

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Maroc

Maroc : trois Français condamnés pour terrorisme et expulsés du territoire

Maroc : trois Français condamnés pour terrorisme et expulsés du territoire

Le tribunal de Salé, près de Rabat, a condamné jeudi trois ressortissants français à quatre mois de prison ferme pour des affaires de terrorisme. Leurs peines ayant été purgé[...]

BMCE Bank annonce des résultats records et change de nom

Grâce à la bonne tenue de ces activités au Maroc et à l'explosion des bénéfices de son bras armé africain BOA, le groupe marocain affiche des résultats inédits en 2014.[...]

Maroc : misogyne, Benkirane ?

Animé par une vision extrêmement conservatrice de la place des femmes, le chef du gouvernement multiplie les saillies douteuses contre ses opposantes. Qui le lui rendent bien.[...]

France : 800 cheminots marocains accusent la SNCF de "discrimination"

En France, 832 cheminots marocains réclament des dommages et intérêts à la SNCF devant le conseil de prud'hommes de Paris. Ils accusent l’entreprise ferroviaire de ne pas leur avoir octroyé[...]

Maroc : démantèlement d'une cellule terroriste liée à l'État islamique

Les autorités marocaines ont annoncé dimanche avoir démantelé une cellule terroriste qui planifiait des attaques contre des personnalités politiques, civiles et militaires.[...]

Le Maroc sur le qui-vive suite à l'attentat du Bardo à Tunis

Dans la foulée des évènements du 18 mars à Tunis, le Maroc, déjà menacé à plusieurs reprises par l’Etat Islamique (EI), a pris la décision de renforcer sa[...]

Ahmed Aboutaleb, un Marocain en plat pays

En 1976, il ne parlait pas un mot de néerlandais. Quarante ans plus tard, il est maire de Rotterdam et si populaire qu'on lui prédit un avenir de Premier ministre. Pas mal comme intégration, non ?[...]

Comment distinguer un Marocain d'un Allemand ?

Voici une histoire à la fois cocasse et instructive. Il s'agit de la question du regroupement familial, qui est une des sources de l'immigration en Europe. Pour les partis politiques qui veulent limiter [...]

Maroc : Bassima Hakkaoui, l'antiféministe devenue ministre

Seule femme du gouvernement, elle se bat bec et ongles contre les tenants d'une émancipation totale.[...]

Maroc : Mustapha El Khalfi, au nom du père

Ministre de la Communication depuis 2012, Mustapha El Khalfi, cet islamiste "moderne" au tropisme anglo-saxon, doit presque tout à son mentor Abdelilah Benkirane. Et le lui rend bien[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers
Purging www.jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20121004164522 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20121004164522 from 172.16.0.100