Extension Factory Builder
04/10/2012 à 16:33
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Des militaires de la Monusco dans les rues de Goma. Des militaires de la Monusco dans les rues de Goma. © Reuters

Après les attaques non élucidées qui ont touché Goma, les rebelles du M23 ont menacé, lundi 1er octobre, d’attaquer la capitale du Nord-Kivu. Mais la menace pèserait davantage sur le Masisi et le nord du Rutshuru.

Dans les rues de Goma, l’heure est à l’inquiétude. En une semaine (les 22, 24 et 28 septembre), près d’une dizaine de meurtres non élucidés ont été enregistrés, conséquences d'attaques à main armée et à la grenade. Des « incidents sporadiques », selon la Monusco, que certains attribuent aux Forces armées de la République du Congo (FARDC), et d’autres, au Mouvement rebelle du 23 mars (M23).

Cette hausse de l’insécurité est en tout cas une conséquence directe du conflit dans le Nord-Kivu, estime Thierry Vircoulon, directeur de l'International Crisis Group (ICG, qui a publié, jeudi 4 octobre, son dernier rapport intitulé "L’Est du Congo : pourquoi la stabilisation a échoué") pour l'Afrique centrale. « C’est une guerre de réseaux financiers et commerçants entre les deux camps, explique-t-il. La dernière victime [Kambale Nzereka Mutinga, tué par balle dans la nuit de vendredi 28 septembre, en plein centre-ville de Goma] était un opérateur économique assez connu du secteur pétrolier, opposé au M23 ».

Les rebelles rejettent quant à eux le crime sur les autorités congolaises et menacent de prendre la capitale du Nord-Kivu. « Si le commandant suprême, le président Joseph Kabila, ne maintient pas l'ordre sur son armée, nous allons sauver la population qui est en train d'être tuée par elle chaque jour », a déclaré son porte-parole, le lieutenant-colonel Vianney Kazarama, lundi 1er octobre.

Le Masisi dans le viseur ?

Quelle importance faut-il donner à cette nouvelle déclaration, alors que s'annoncent les sommets de la Conférence internationale pour la région des Grands lacs (CIRGL), les 7 et 8 octobre, et de la Francophonie, du 12 au 14 octobre ? « Je ne pense pas que le M23 a intérêt à prendre Goma. Mettre la pression est compréhensible, attaquer moins, car la prise de la ville reste la ligne rouge de l’ONU », estime Thierry Vircoulon. Une attaque de la capitale du Nord-Kivu, où de nombreuses ONG sont présentes, serait en effet désastreuse en termes d’image, alors que le M23 tente désespérément de s’affirmer comme un interlocuteur politique crédible.

De plus, beaucoup doutent de la capacité du M23 à tenir la ville où les renforts des FARDC affluent. « Par le passé, le CNDP [Congrès national pour la défense du peuple] ne l’avait jamais prise », rappelle le chercheur de l'ICG. Mais le regard du M23 se dirige-t-il seulement vers la capitale du Nord-Kivu ?

Pour certains commentateurs, c’est surtout le nord du territoire de Rutshuru et le Masisi qui intéresse le groupe rebelle. Celui-ci s’est d’ailleurs emparé, lundi 1er octobre, de tous les villages situés sur l’axe Kiwanja-Ishasha, long de 60 kilomètres, dans le nord-est du territoire de Rutshuru (Nord-Kivu). « Sécuriser un accès vers le Masisi est essentiel pour le M23. C’est un endroit stratégique où il des affrontements pourraient éclater », explique Thierry Vircoulon. C’est notamment dans cette zone que se trouve la seule mine du Nord-Kivu autorisée à l'exportation : celle de coltan et de cassitérite de Rubaya...

___________

Vincent Duhem (@vincentduhem)

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

RD Congo

'Mbata ya bakolo' : au Congo, la vie sans les 'Zaïrois' de RDC

"Mbata ya bakolo" : au Congo, la vie sans les "Zaïrois" de RDC

Comment vivre sans les "Zaïrois" ? Lancée début avril, l’opération "Mbata ya bakolo" ("La gifle des aînés" en lingala) a laissé des traces dans le[...]

Bling-bling : mariage fastueux, mariage malheureux...

Alors que les cérémonies nuptiales africaines sont des démonstrations de force financière, une récente étude américaine indique qu’une bague de fiançailles trop[...]

RDC : après les massacres à Béni, la ville n'a plus confiance dans l'armée

Les rebelles ougandais de l'ADF-Nalu (Forces démocratiques alliées – Armée de libération de l’Ouganda) sèment la terreur à Beni, dans l'est de la RDC.[...]

Ebola : l'épidémie en RDC est dûe à une nouvelle souche

Le virus Ebola qui sévit actuellement en RDC est issu d'une nouvelle souche. C'est la conclusion d'une étude publiée dans la revue américaine The New England Journal of Medicine.[...]

RDC : nouveau massacre de civils par les rebelles ougandais

Vingt-deux personnes, majoritairement des femmes et des enfants, ont été massacrées vendredi soir lors d'une nouvelle tuerie commise par des rebelles ougandais dans l'est de la République[...]

RDC : Kinshasa veut expulser le responsable des droits de l'homme de l'ONU

Kinshasa a demandé jeudi le rappel de Scott Campbell, chef du bureau de l'ONU pour les droits de l'homme en RDC, au lendemain de la publication d'un rapport de ses services dénonçant des crimes commis par[...]

RDC : 26 morts dans une attaque à Beni, attribuée à l'ADF-NALU

Des rebelles ont attaqué le village de Beni, à l'est de la RDC, dans la nuit de mercredi à jeudi. Vingt-six personnes ont été tuées.[...]

RDC : Lambert Mende répond à Linda Thomas-Greenfield

Lambert Mende Omalanga est ministre des Médias et porte-parole du gouvernement de la RDC.[...]

Prostitution et sexe 2.0 en Afrique

Nouvelles technologies, marketing, offre et demande, concurrence... À bien des égards, en Afrique aussi, les relations tarifées ressemblent de plus en plus à un business comme un autre.[...]

Comment l'Europe empêche le retour des migrants africains dans leur pays d'origine

Selon une étude de l'Ined publiée mercredi, les restrictions de la politique migratoire européenne constituent la principale barrière au retour des migrants dans leur pays d'origine.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers