Extension Factory Builder
04/10/2012 à 16:33
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Des militaires de la Monusco dans les rues de Goma. Des militaires de la Monusco dans les rues de Goma. © Reuters

Après les attaques non élucidées qui ont touché Goma, les rebelles du M23 ont menacé, lundi 1er octobre, d’attaquer la capitale du Nord-Kivu. Mais la menace pèserait davantage sur le Masisi et le nord du Rutshuru.

Dans les rues de Goma, l’heure est à l’inquiétude. En une semaine (les 22, 24 et 28 septembre), près d’une dizaine de meurtres non élucidés ont été enregistrés, conséquences d'attaques à main armée et à la grenade. Des « incidents sporadiques », selon la Monusco, que certains attribuent aux Forces armées de la République du Congo (FARDC), et d’autres, au Mouvement rebelle du 23 mars (M23).

Cette hausse de l’insécurité est en tout cas une conséquence directe du conflit dans le Nord-Kivu, estime Thierry Vircoulon, directeur de l'International Crisis Group (ICG, qui a publié, jeudi 4 octobre, son dernier rapport intitulé "L’Est du Congo : pourquoi la stabilisation a échoué") pour l'Afrique centrale. « C’est une guerre de réseaux financiers et commerçants entre les deux camps, explique-t-il. La dernière victime [Kambale Nzereka Mutinga, tué par balle dans la nuit de vendredi 28 septembre, en plein centre-ville de Goma] était un opérateur économique assez connu du secteur pétrolier, opposé au M23 ».

Les rebelles rejettent quant à eux le crime sur les autorités congolaises et menacent de prendre la capitale du Nord-Kivu. « Si le commandant suprême, le président Joseph Kabila, ne maintient pas l'ordre sur son armée, nous allons sauver la population qui est en train d'être tuée par elle chaque jour », a déclaré son porte-parole, le lieutenant-colonel Vianney Kazarama, lundi 1er octobre.

Le Masisi dans le viseur ?

Quelle importance faut-il donner à cette nouvelle déclaration, alors que s'annoncent les sommets de la Conférence internationale pour la région des Grands lacs (CIRGL), les 7 et 8 octobre, et de la Francophonie, du 12 au 14 octobre ? « Je ne pense pas que le M23 a intérêt à prendre Goma. Mettre la pression est compréhensible, attaquer moins, car la prise de la ville reste la ligne rouge de l’ONU », estime Thierry Vircoulon. Une attaque de la capitale du Nord-Kivu, où de nombreuses ONG sont présentes, serait en effet désastreuse en termes d’image, alors que le M23 tente désespérément de s’affirmer comme un interlocuteur politique crédible.

De plus, beaucoup doutent de la capacité du M23 à tenir la ville où les renforts des FARDC affluent. « Par le passé, le CNDP [Congrès national pour la défense du peuple] ne l’avait jamais prise », rappelle le chercheur de l'ICG. Mais le regard du M23 se dirige-t-il seulement vers la capitale du Nord-Kivu ?

Pour certains commentateurs, c’est surtout le nord du territoire de Rutshuru et le Masisi qui intéresse le groupe rebelle. Celui-ci s’est d’ailleurs emparé, lundi 1er octobre, de tous les villages situés sur l’axe Kiwanja-Ishasha, long de 60 kilomètres, dans le nord-est du territoire de Rutshuru (Nord-Kivu). « Sécuriser un accès vers le Masisi est essentiel pour le M23. C’est un endroit stratégique où il des affrontements pourraient éclater », explique Thierry Vircoulon. C’est notamment dans cette zone que se trouve la seule mine du Nord-Kivu autorisée à l'exportation : celle de coltan et de cassitérite de Rubaya...

___________

Vincent Duhem (@vincentduhem)

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

RD Congo

RDC : cinq morts après une nouvelle attaque à la machette près de Beni

RDC : cinq morts après une nouvelle attaque à la machette près de Beni

Le territoire de Beni, région de l'est de la République démocratique du Congo (RDC) a été une nouvelle fois le théâtre de tueries à l'arme blanche, dans la nuit de jeudi &agra[...]

RDC : enlèvement de trois membres de la Monusco dans le Nord-Kivu

Deux Congolais et un Zimbabwéen, membres de l'unité de la Monusco chargée du déminage et de la neutralisation des munitions non explosées, ont été enlevés jeudi au[...]

Incident frontalier entre le Rwanda et la RDC : qui dit vrai ?

Les autorités du Nord-Kivu, dans l'est de la RDC, ont confirmé jeudi l’"infiltration" depuis dimanche de troupes rwandaises sur le territoire congolais. Mais il ne s'agirait que de[...]

RDC - Angola : ça plane pour Kabila et Dos Santos

Longtemps tendues, les relations entre la RDC et l'Angola connaissent une embellie. La preuve, les vols ont repris jeudi entre les deux pays.[...]

Football : retour sur près de 50 ans de violences dans les stades africains

Avec la condamnation à mort le 19 avril de onze supporters égyptiens lors d'un nouveau procès des émeutes de 2012 à Port-Saïd, la violence dans les stades s'est rappelée au (mauvais)[...]

RDC : le gouverneur du Nord-Kivu dénonce une incursion rwandaise à 120 km au nord de Goma

Les autorités congolaises ont confirmé mercredi l'incursion de militaires rwandais en RDC, dans le Nord-Kivu, en plein parc des Virunga. La raison de leur présence n'a toutefois pas été[...]

RDC : polémique, loi coloniale et fosses communes

La découverte d'une fosse commune à Maluku suscite l'émoi et un débat sur les modalités d'inhumation des cadavres non réclamés par leur famille. Surprise : c'est une loi[...]

Centrafrique : fin de cavale à Kinshasa pour Vomitiadé, l'ancien ministre du Tourisme

Condamné le 8 avril à deux ans de prison ferme pour viol sur mineure, l'ex-ministre centrafricain du Tourisme, Romaric Vomitiadé, est aujourd'hui en garde à vue à Kinshasa après[...]

RDC - Affaire Chebeya : reprise du procès en appel après deux ans d'interruption

Le procès en appel des assassins présumés du président de l'ONG congolaise la Voix des sans voix (VSV), Floribert Chebeya, et de son chauffeur, Fidèle Bazana, a repris mardi. La Haute Cour de[...]

RDC - José Makila : "On ne peut pas entasser des Congolais comme des rats dans une fosse commune"

Plus de 50 députés de l'opposition ont déposé dimanche une motion de défiance contre Évariste Boshab, vice-Premier ministre en charge de l'Intérieur. Selon eux, sa[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers
Purging www.jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20121004145815 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20121004145815 from 172.16.0.100