Extension Factory Builder
04/10/2012 à 15:00
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Loïk Le Floch-Prigent souffrirait de psoriasis et serait dans un état de santé 'extrême'. Loïk Le Floch-Prigent souffrirait de psoriasis et serait dans un état de santé "extrême". © AFP

Impliqué dans une affaire d’arnaque à la nigériane et détenu à Lomé, Loïk Le Floch-Prigent se trouverait dans un état de santé « extrême » selon ses avocats. Se basant sur une attestation médicale qu’ils ont fait réaliser, ils réclament le rapatriement immédiat en France de l’ancien patron d’Elf. Dans le même temps, la justice togolaise ne s’est toujours pas penchée sur la demande de remise en liberté requise le 14 septembre par la défense.

L’avocat de Loïk Le Floch-Prigent, inculpé et incarcéré au Togo pour complicité d'escroquerie, a fait savoir, jeudi 4 octobre, que son client se trouvait dans un « état de santé extrême ». La défense a étayé ses dires en se basant sur l'attestation alarmiste d'un professeur de médecine pour exiger le rapatriement en France de l’ancien patron d’Elf.

Souffrant notamment de psoriasis, M. Le Floch-Prigent, devait initialement subir une intervention chirurgicale en France à la fin du mois dernier, mais il a été arrêté en Côte d’Ivoire le 14 septembre puis extradé au Togo.

Basée sur des photographies, l’attestation du dermatologue Jean-Paul Escande  tire la sonnette d’alarme concernant l'évolution de la situation médicale de M. le Floch-Prigent, qui se trouverait désormais dans un état « catastrophique », a confié Me Patrick Klugman à l'AFP.

Avertissements ignorés

L’attestation, lue par l’avocat, pointe du doigt l’absence de suite donnée aux avertissements précédents concernant l’état de santé de  M. le Floch-Prigent.  Le sexagénaire traverserait désormais une « situation d'extrême urgence carcinologique et infectieuse » ajoute l’attestation, qui redoute le pire si aucune mesure appropriée n’est prise.

« Nous ne sommes plus dans une situation judiciaire mais dans une situation sanitaire et humanitaire. Mon client se trouve dans une situation extrême et il doit être rapatrié sans délai en France pour être soigné », s’est alarmé Me Klugman.

Le 14 septembre, Me Klugman  avait déposé une demande de remise en liberté de l'ancien patron du géant pétrolier Elf. Le 27 septembre, la requête a été rejetée. L'avocat français et les avocats togolais du suspect ont fait appel mais la justice togolaise n’a pas encore examiné celui-ci.

Par ailleurs, l'attestation du Profeeseur Escande a été transmise aux autorités judiciaires togolaises et au ministère des Affaires étrangères français. Un examen médical doit être réalisé à Lomé, où  M. le Floch-Prigent est incarcéré, a précisé l’avocat.

Escroquerie

La justice togolaise accuse M. le Floch-Prigent d’être impliqué dans une affaire d'escroquerie internationale portant sur 48 millions de dollars (environ 36,5 millions d'euros). Cette somme aurait été spoliée à l’homme d'affaires émirati, Abbas El Youssef par un businessman togolais, Bertin Sow Agba.

L'Emirati a porté plainte contre M. Agba, l'accusant d'avoir mis en place un véritable réseau pour lui soutirer 48 millions de dollars. Le plaignant estime que M. Le Floch-Prigent aurait tiré les ficelles dans cette affaire d’arnaque à la nigériane. Le Français, conseiller de M. El Youssef, aurait notamment dupé son employeur en lui certifiant que la femme qui sollicitait l’aide financière de l’homme d’affaire pour récupérer l’agent de son défunt mari, était bien la veuve de Robert Gueï. Or, celle-ci avait été tuée en même temps que son mari. De son côté, la défense argue que son client fait les frais d’une affaire intérieure de politiqué togolaise.

Par le passé, M. Loïk Le Floch-Prigent a été condamné en 2003 à cinq ans de prison dans l'affaire Elf et s’est déjà trouvé emprisonné environ deux ans pour cause de malversations financières.

(Avec AFP)

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Togo

Exclusif : Pourquoi le tribunal d'Abidjan a lourdement condamné Ecobank

Exclusif : Pourquoi le tribunal d'Abidjan a lourdement condamné Ecobank

Jeune Afrique révèle le contenu de la décision du Tribunal de commerce d'Abidjan ayant mené à la condamnation du groupe Ecobank, du sud-africain PIC et de Daniel Matjila à payer 7,5 m[...]

Vers une présidentielle en avril au Togo ?

Dans un climat politique tendu, la Cour constitutionnelle doit néanmoins annoncer sans tarder la date du prochain scrutin présidentiel. On se dirigerait vers une élection en avril.[...]

Affaire Ecobank/Tanoh : "La décision du Tribunal d'Abidjan est dépourvue de tout fondement", estime Ecobank

Suite à sa condamnation à payer 7,5 milliards de FCFA à Thierry Tanoh, son ancien directeur général, Ecobank conteste dans un communiqué la compétence du Tribunal de[...]

France : la "marche républicaine" des dirigeants africains à Paris

Plusieurs présidents et ministres du continent ont défilé dimanche à Paris aux côtés de dirigeants du monde entier pour la "marche républicaine" contre le terrorisme. De la[...]

Togo : qui exploitera le mégagisement de Kpémé ?

Désignés en 2012, dans le cadre d'un appel d'offres, trois candidats pour l'exploitation du gisement carbonaté de Kpémé ont dû déposer des offres initiales[...]

Goodluck Jonathan, Laurent Gbagbo, Alpha Condé... Ils seront au coeur de l'actualité en 2015

Qui sera président du Burkina Faso dans un an ? La chute de Blaise Compaoré aura-t-elle un effet au Togo ? Quel sera l'impact de Boko Haram sur le vote des Nigérians ? Qui affrontera Alassane Ouattara[...]

Classement 2014 : Algérie, Tunisie et Sénégal au sommet des sélections africaines de foot

Après l’Égypte (2010), la Côte d’Ivoire (2011), la Zambie (2012) et le Nigeria (2013), l’Algérie, huitième de finaliste de la Coupe du monde et facilement qualifiée pour[...]

Le Camerounais Alain Nkontchou rejoint le conseil d'administration d'Ecobank

 Le conseil d'administration d'Ecobank a annoncé la nomination de quatre nouveaux administrateurs non-exécutifs à son conseil d’administration, parmi lesquels le financier camerounais Alain[...]

Togo : les trois réformes que l'opposition réclame à cor et à cri

À quelques mois de l'élection présidentielle de 2015, pouvoir et opposition se déchirent sur la question des réformes institutionnelles et constitutionnelles. Les modifications[...]

Togo : l'opposition appelle à de nouvelles manifestations

L'opposition togolaise a appelé jeudi à un rassemblement "massif" et réclamé une réforme de la Constitution qui n'empêche pas en l'état le président Faure[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces
Purging www.jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20121004130317 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20121004130317 from 172.16.0.100