Extension Factory Builder
04/10/2012 à 12:19
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Malick Noël Seck, responsable de Convergence socialiste. Malick Noël Seck, responsable de Convergence socialiste. © D.R.

Malick Noël Seck n’est plus membre du Parti socialiste sénégalais. Le secrétaire général de Convergence socialiste a été exclu mercredi 3 octobre par le bureau politique du parti.

C’est un militant actif du Parti socialiste sénégalais (PS) qui prend la porte. Malick Noël Seck, secrétaire général de Convergence socialiste, un mouvement affilié au PS, a été exclu du parti, mercredi 3 octobre, à la suite d’une réunion de son bureau politique. Il avait été préalablement entendu par la Commission sur la gouvernance du PS.

Malick Noël Seck réclamait depuis quelques semaines la tête d’Ousmane Tanor Dieng, responsable du parti, qu’il accuse d’être à l’origine de la perte d'influence. Outre son opposition à Tanor, c’est son comportement qui aurait entrainé son exclusion. « Le bureau politique a décidé d’exclure Malick Noël Seck non pour des raisons politiques mais pour des raisons crypto-personnelles. Il a rompu le cordon ombilical qui le liait au parti, à tout le monde », a ainsi déclaré à l’Agence de presse sénégalaise (APS) Kadialy Gassama, président de la commission qui a statué sur le cas Tanor.

Insultes

Il lui est notamment reproché d’avoir « insulté » des membres du PS, explique Kadialy Gassama. Joint par « Jeune Afrique », Cheikh Sadibou Gueye, secrétaire permanent du parti, confirme : « Les membres du parti n’ont pas à donner leur opinion de cette façon, encore moins d’en insulter les membres. Il aurait dû avoir le courage de quitter le parti. Quand on est membre d’une organisation dont on le respecte pas les règles, on se doit de le faire », estime-t-il.

Le 20 octobre 2011, Malick Noël Seck avait été condamné à deux ans de prison ferme pour « outrage à magistrat et menace de mort », après avoir déposé une lettre au Conseil Constitutionnel dans laquelle il demandait à ses juges de ne pas valider la candidature d'Abdoulaye Wade à l'élection présidentielle du 26 février. Avant de bénéficier d’une grâce présidentielle.

(Avec agences)

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Sénégal

Sénégal : l'opposant Samuel Sarr arrêté pour offense au chef de l'État

Sénégal : l'opposant Samuel Sarr arrêté pour offense au chef de l'État

L’opposant et ex-ministre sénégalais de l'Énergie Samuel Sarr, proche de l’ancien président Abdoulaye Wade, a été inculpé et emprisonné pour offense au chef de l&[...]

Architecture : pourquoi s'approprier l'héritage colonial est une bonne chose

L'héritage achitectural colonial a souvent été délaissé en Afrique. Mais la tendance commence à s'inverser.[...]

CPI : Botswana, Sénégal et Sierra Leone se disputent la présidence de l'Assemblée

L'Assemblée des États parties au statut de Rome doit être présidée par un État africain en 2015. Mais aucun des trois candidats en lice ne se désiste pour un autre.[...]

Tragédie de Thiaroye : réponse à Julien Fargettas

Armelle Mabon est maître de conférences en histoire contemporaine à l'Université de Bretagne-Sud. Elle apporte ici ses commentaires à la lettre ouverte de Julien Fargettas au président de [...]

Sénégal : poussée de fièvre politico-militaro-judiciaire

Affaires Karim Wade, Abdoulaye Baldé ou Aissata Tall Sall : le thermomètre politico-judiciaire sénégalais indique une température singulièrement élevée. Et voilà que[...]

Sénégal : sept morts et trois blessés dans l'explosion d'une mine en Casamance

Sept personnes ont été tuées et trois grièvement blessées dans l'explosion d'une mine en Casamance, région du sud du Sénégal en proie à une rébellion[...]

IIe guerre mondiale : les tirailleurs africains, ces héros de l'ombre

De Provence jusqu'en Alsace, des milliers de soldats venus des colonies sont morts pour libérer la France. Soixante-dix ans plus tard, Paris leur rend hommage. Une douzaine de chefs d'État africains devraient[...]

Tragédie de Thiaroye : lettre ouverte à François Hollande

Julien Fargettas est historien. Il a publié en 2012 l'imposant "Les Tirailleurs sénégalais", aux éditions Tallandier. Il a fait parvenir ce texte à François Hollande au mois de[...]

Procès Wade : vers l'évacuation sanitaire de "Bibo Bourgi" ?

Le principal complice présumé de Karim Wade, Bibo Bourgi, ne serait pas en état de comparaître devant la CREI, selon des expertises médicales. Un nouveau rebondissement qui pourrait[...]

Tirailleurs : le chagrin des indigènes

Tierno Monénembo est un écrivain guinéen, Prix Ahmadou-Kourouma 2012 pour Le Terroriste noir, sur Addi Bâ, héros méconnu de la Résistance..[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers