Extension Factory Builder
04/10/2012 à 15:50
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Le bateau pour l'avortement de l'ONG 'Women on waves'. Le bateau pour l'avortement de l'ONG "Women on waves". © womenonwaves.org

Le ministère marocain de la Santé a officiellement demandé, mercredi 3 octobre, aux "autorités concernées" d'interdire le débarquement sur les côtes du royaume d'un bateau pour l'avortement d'une ONG néerlandaise.

Publié à 10h48, mis à jour à 15h43.

Le bateau pour l'avortement n'aura pas accosté à l'heure prévue (13 heures GMT) dans le port marocain de Smir, au sud de Ceuta. Jeudi, la marine marocaine empêchait le navire de l'ONG néerlandaise « Women on Waves » d'approcher des côtes. Son équipage entendait proposer pendant une semaine des avortements médicamenteux, sans opération, en dehors des eaux territoriales. Un acte médical illégal dans le royaume.

Sur place, les autorités interdisaient également l'accès au port aux nombreux journalistes présents, en raison de manoeuvres militaires. « Ils ont fermé le port. Nous pouvons voir un navire de guerre à l'entrée », a indiqué par téléphone Gunilla Kleiverga, une gynécologue qui se trouve à bord du bateau.

« Nous travaillons à un plan alternatif », a-t-elle ajouté sans plus de précision, demandant à la presse de venir au port à 13 heures (locales et GMT), l'heure d'arrivée annoncée mercredi. L'ONG néerlandaise « Women on waves », répond à l'invitation de l'association marocaine du Mouvement alternatif pour les libertés individuelles (MALI).

C'est la première fois que l'ONG veut mener ce type d'action - des interruptions volontaires de grossesse - dans un pays musulman, qui plus est dirigé par un gouvernement à majorité islamiste. S'il est illégal au Maroc, l'avortement est pratiqué clandestinement par 600 à 800 femmes par jour, selon des estimations.

78 morts par an

D'après Rebecca Gomperts, fondatrice de « Women on waves », 78 femmes meurent chaque année au Maroc des suites d'un avortement clandestin. « Seules les femmes qui en ont les moyens bénéficient de la qualité de soins requise », a-t-elle souligné.

Dans une première réaction officielle, le ministère marocain de la Santé a demandé mercredi soir aux autorités concernées d'empêcher l'ONG de mener son action. Se disant « premier responsable de la santé des citoyens et du système de santé », il a souligné n'avoir autorisé aucune partie ou médecin non résident au Maroc à effectuer de telles interventions médicales.

La démarche de l'ONG néerlandaise a été abondamment commentée au Maroc, et très critiquée dans des médias conservateurs.

« Women on waves » a déjà conduit des actions similaires au large de l'Irlande, de la Pologne, du Portugal et de l'Espagne, provoquant à chaque fois des protestations de groupes opposés à l'avortement.

(Avec AFP)

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Maroc

France : la Cour de cassation valide le mariage d'un couple homosexuel franco-marocain

France : la Cour de cassation valide le mariage d'un couple homosexuel franco-marocain

Après dix-huit mois de quiproquo judiciaire, la Cour de cassation française a validé mercredi le mariage d'un couple homosexuel franco-marocain. Le parquet s'opposait à la légalité de l'un[...]

Immobilier : Zinafrik lance un mégaprojet logistique au Maroc

Selon les informations recueillies par "Jeune Afrique", le groupe marocain Zinafrik, spécialisé dans la sidérurgie, l'immobilier et la logistique, a conclu un partenariat stratégique avec[...]

France : le Conseil constitutionnel valide la déchéance de nationalité d'un jihadiste franco-marocain

Le Conseil constitutionnel a validé vendredi la déchéance de la nationalité française d'un jihadiste franco-marocain condamné pour terrorisme. Une décision qui était[...]

France-Maroc : Salaheddine Mezouar reporte sa visite à Paris

Prévue vendredi prochain, la visite en France du ministre marocain des Affaires étrangères, Salaheddine Mezouar, censée débloquer la crise diplomatique entre Paris et Rabat, a été[...]

Six ans de prison requis en France à l'encontre d'un "cyberjihadiste" marocain

Devant le tribunal correctionnel de Paris, le procureur a requis mardi six ans de prison et une interdiction définitive du territoire français à l'encontre de Fahd Jobrani, un "cyberjihadiste"[...]

Pour Carlos Ghosn, le "Nigeria est le Brésil de demain"

Pour Carlos Ghosn, le décollage du marché automobile nigérian n'est qu'une question de temps. Et l'alliance Renault-Nissan dont il est le patron se positionne déjà pour être[...]

Mezouar à Paris : réconciliation en vue entre le Maroc et la France ?

Le ministre marocain des Affaires étrangères, Salaheddine Mezouar, sera à Paris vendredi 23 janvier. Objectif : "Surmonter définitivement et durablement les obstacles qui entravent la[...]

Le Maroc répond à l'appel du large

Le littoral marocain, c'est 3 500 km de côtes cernées par le désert et les montagnes. Un espace stratégique pour le royaume, qui, en développant la pêche et le commerce[...]

Laurent Fabius ira à Rabat pour tenter de résoudre la crise diplomatique franco-marocaine

Laurent Fabius, le ministre français des Affaires étrangères, a déclaré jeudi qu'il se rendrait "prochainement" à Rabat. Objectif : tenter d'apaiser les relations[...]

Sahara occidental : les offensives diplomatiques du Polisario

Près de quarante ans après la Marche verte, les partisans de la RASD se replient sur le terrain militant en jouant à fond la carte des droits de l'homme. Mais le Maroc n'entend pas se laisser faire.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces
Purging www.jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20121004101815 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20121004101815 from 172.16.0.100