Extension Factory Builder
03/10/2012 à 16:12
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Abdelfattah Mourou plaide pour un gouvernement d'union nationale. Abdelfattah Mourou plaide pour un gouvernement d'union nationale. © AFP

Revenu dans le giron du parti islamiste Ennahdha, qu’il avait fondé et qui est actuellement au pouvoir, Abdelfattah Mourou fait le tour des capitales européennes et nord-américaines pour défendre l’image de la Tunisie, entachée par l’attaque de l'ambassade américaine à Tunis et les entorses faites au processus démocratique. En exclusivité pour Jeune Afrique, il revient sur la difficile période que traverse son pays. Interview.

Jeune Afrique : Quel bilan tirez-vous du processus démocratique en cours, un an après l’élection d'une Constituante ?

Abdelfattah Mourou : Le plus important, c’est que le processus de transition démocratique ne soit pas bloqué. Il est ralenti, mais ce qui a été réalisé est important. Il faut reconnaître que le rendement des hommes politiques est faible. C'est normal, pendant des années, nous avons été éloignés de la vie politique, nous étions opposants sans pouvoir se former une réelle expérience pratique.

Le 14 janvier, je participais à la manifestation, avenue Bourguiba, à Tunis, en me disant que ce bouleversement était une volonté divine. Le 23 octobre, j’ai pleuré, je me suis senti tunisien. J'en venais à regretter que la liberté m’ait été donnée dans ma vieillesse. Heureux ceux qui ont la jeunesse et la liberté : l'avenir est entre leurs mains.

La date du 23 octobre est brandie par l’opposition comme étant celle la fin de la légitimité du gouvernement. Qu'en est-il, selon vous ?

Il est évident que c'est un argument de pression, mais il est tout aussi clair que le gouvernement doit revoir sa copie. Les syndicats, la société civile et les médias font leur travail. Ils en rajoutent, mais c'est le jeu. Il faudrait tempérer tout cela, éviter les provocations, le moment est trop sensible. On pourrait aller vers un « moratoire » de ces attaques pour calmer les esprits et établir les priorités. Il est évident que la solution est un gouvernement d’union nationale. L’exclusion est à bannir. Nous avons été exclus et nous ne pouvons appliquer à d’autres ce que nous avons subi.

L'Assemblée nationale constituante (ANC) est l'institution-clé de cette période de transition démocratique. Quelle est votre analyse de l'avancée de ses travaux ?

L’ANC a perdu beaucoup de temps sur des questions secondaires. Il faut le reconnaître : son rendement est faible, comme celui du gouvernement. Ni l’un ni l’autre n’ont listé les priorités, si bien que les dossiers - et ils sont nombreux - sont tous ouverts en même temps. Les élus planchent sur la Constitution mais doivent aussi contrôler l'activité gouvernementale. Il est donc normal qu'on ait l'impression qu'ils font du sur place. Mais ils n'ont pas d'alternative, ils doivent achever le texte constitutionnel pour doter le pays d'un fondement nécessaire qui lui permette de préparer son avenir.

La position de la femme est fragilisée : la question du niqab, le chômage des femmes et divers incidents interpellent l'opinion. Les droits des Tunisiennes sont-ils en danger ?

Le niqab est une catastrophe qui nie l’identité tunisienne ; celles qui le portent s’excluent de la société.

Les Tunisiennes subissent des discriminations terribles. On paye un ouvrier agricole cinq euros et quatre euros une ouvrière. Le pire, c'est l’analphabétisme. Les institutions devraient prendre en charge l’éducation des femmes pour éviter qu’elles abandonnent leur scolarité mais aussi pour leur permettre de connaître leurs droits et leurs devoirs. Elles doivent recevoir ce qui leur revient de droit en matière d’éducation et de santé, c’est ainsi qu’on amarre le développement à des bases solides.

Quant au niqab, c’est une catastrophe qui nie l’identité tunisienne ; celles qui le portent s’excluent de la société. C’est leur choix, mais la Tunisienne qui ne porte pas le niqab est une femme qui s’inscrit dans la vie active, participe aux avancées du pays. Elle est citoyenne, militante et cheville ouvrière de l’économie, elle ne peut se voiler pour complaire à des diktats.

Jetez-vous la pierre à la jeune femme violée par des policiers ?

Le viol d’une femme est un acte vil et immonde. La loi doit être fermement appliquée. L’article 226 de notre code pénal prévoit la mort pour ceux qui usent de leur position ou de leur uniforme pour commettre des exactions. Au risque d'être radical, je suis convaincu que les auteurs de ce crime devraient être passibles de la peine de mort car ils ont brisé une vie.

Le changement est obligatoire, mais celui que souhaite installer le gouvernement n’offre aucune visibilité.

L'escalade de la violence salafiste a également écorné l'image de la Tunisie...

La question n’est pas uniquement celle des salafistes mais de tous ceux qui sont porteurs de violence. Il faut sévir, il n’y a pas de négociations possibles avec ceux qui, de fait, renient l’État et son rôle.

Quelle est votre réaction face à la relance de l'enseignement universitaire zeitounien ?

C'est un faux problème et un projet hors la loi. L'État doit tenir son rôle et défendre fermement un enseignement dont il a établi le programme. Le savoir est essentiel, il n'est pas question de revenir à des positions rétrogrades. Imaginez ce que peut être le contenu d'un enseignement de la médecine dispensé par des savants religieux ! Cependant promouvoir l'enseignement, offrir un bon niveau d'éducation est essentiel pour le pays. Lors de ma dernière visite aux États Unis, j'ai surpris en demandant que 100 places soient accordées à des jeunes Tunisiens dans les universités américaines, chaque année.

En un mot, votre sentiment sur la période que traverse la Tunisie aujourd'hui ?

Tout le monde est inquiet de l’insécurité et de l’absence d’une vision pour le processus démocratique. Nous avons besoin de garantie pour nous investir dans tous les sens du terme. Le changement est obligatoire, mais celui que souhaite installer le gouvernement n’offre aucune visibilité. L’avenir n’est pas inquiétant mais il est flou, et c’est cela qui est éreintant.

________

Propos recueillis par Frida Dahmani, à Tunis

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Tunisie

Les Tunisiens votent pour élire un président et tourner la page de la transition

Les Tunisiens votent pour élire un président et tourner la page de la transition

En se choisissant un nouveau chef d’État dimanche, la Tunisie tournait, avec émotion ou indifférence, la page d’une transition postrévolutionnaire qui aura duré quatre ans. Un scrut[...]

Présidentielle historique en Tunisie, un mort dans une attaque

Les Tunisiens votaient dimanche pour élire leur président après une transition chaotique de quatre ans dans ce pays où les tensions restent vives, un homme armé ayant été[...]

Présidentielle tunisienne : soulagement général à la fin de la campagne

Le 21 décembre, les Tunisiens décideront qui de Moncef Marzouki ou Béji Caïd Essebsi sera le premier président postrévolution légitimé par les urnes. Jusqu’au bout, les[...]

Tunisie : fin de la campagne pour le second tour de l'élection présidentielle

Les Tunisiens de l'étranger, notamment en France, ont commencé à voter dès vendredi, dernier jour de la campagne pour le second tour de la présidentielle, qui opposera dimanche Moncef Marzouki[...]

Tunisie : le "cas" Marzouki divise Ennahdha

À quelques jours de la présidentielle, au sein du parti islmaiste tunisien Ennahdha, on se demande comment gérer le "cas" Moncef Marzouki avec un minimum de dommages collatéraux ?[...]

Tunisie : des jihadistes revendiquent les assassinats de Chokri Belaïd et de Mohamed Brahmi

Abou Mouqatel (de son vrai nom Abou Bakr al-Hakim), un jihadiste tunisien recherché par les autorités, a revendiqué mercredi l'assassinat de Chokri Belaïd et de Mohamed Brahmi, tués en 2013.[...]

Documentaire : trois garçons, une fille et la révolution

Mêlant fiction et réalité, la réalisatrice Raja Amari raconte les prémices et le déroulement de la révolution tunisienne à travers quelques documents d'archives,[...]

Marzouki : "Mohamed Bouazizi est devenu un symbole qui a franchi les frontières tunisiennes"

Le président tunisien Moncef Marzouki a tenu un meeting de campagne pour sa réélection à Sidi Bouzid, mercredi, jour anniversaire de l'immolation de Mohamed Bouazizi, un des symboles de la[...]

Tunisie - Aziz Krichen : "Marzouki est l'esclave de sa propre passion dévorante du pouvoir"

À quelques jours du second tour du scrutin présidentiel prévu le 21 décembre, Aziz Krichen, ancien ministre-conseiller en affaires politiques de Moncef Marzouki, analyse les récents changements[...]

Tunisie : Hamadi Jebali, à droite toute !

Déçu des orientations prises par Ennahdha, le dirigeant islamiste tunisien claque la porte du parti. Et prépare la suite... en essayant de doubler Marzouki sur sa droite.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers