Extension Factory Builder
03/10/2012 à 08:36
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
L'ambassadeur du Guatemala Gert Rosenthal, le 4 juin 2007 à Panama City. L'ambassadeur du Guatemala Gert Rosenthal, le 4 juin 2007 à Panama City. © Yuri Cortez/AFP

Des consultations "préliminaires" entre les membres du Conseil de sécurité de l'ONU commencent, jeudi 4 octobre à New-York, au sujet de la demande d'intervention formulée par le Mali. Une deuxième réunion devrait suivre dans les prochaines semaines au cours de laquelle la Cedeao sera appelée à préciser son projet d'opération.

Les discussions ne font que commencer, mais c’est un signe encourageant pour les autorités maliennes. À partir de jeudi, les membres du Conseil de sécurité de l’ONU commencent des consultations « préliminaires » au sujet de la demande de résolution, soutenue par la France, qui octroierait un mandat à la Cedeao pour intervenir au Mali et libérer le pays des groupes armés islamistes qui y règnent en maître au Nord.

L’information a été dévoilée par l'ambassadeur du Guatemala Gert Rosenthal, qui préside le Conseil en octobre. « Jeudi il y aura une discussion préliminaire sur la manière dont le Conseil entend répondre à cette demande (..) et je m'attends à une autre réunion au moins au cours du mois d'octobre », a-t-il précisé. « Il faudra encore beaucoup de discussions entre les membres du Conseil eux-mêmes avant de pouvoir (en) discuter avec la Cedeao », a-t-il dit.

Pas de blang seing

En clair, à part la France, les autres membres du Conseil sont réticents à l’idée de donner un blanc seing à la Cedeao au Mali, dont les nouvelles autorités ne sont pas issues de consultations démocratiques mais d’un coup d’État militaire, le 22 mars dernier. La communauté internationale s’accorde sur le fait « que la situation au Mali ne peut pas durer comme ça », mais elle entend donner à un éventuel mandat une définition stricte pour éviter tout dérapage humanitaire.

« Ce qui doit encore être clarifié, a poursuivi Rosenthal, c'est qui fait quoi, quelle est l'ampleur de l'opération, à quoi elle va ressembler, quelles en sont les implications budgétaires ». C’est la raison pour laquelle le Conseil « invitera certainement la Cedeao » à s’expliquer lors de sa deuxième réunion sur la question, dont la date n'est pas encore fixée, a-t-il conclu.

Au lendemain d'une réunion au sommet sur le Sahel en marge de l'Assemblée générale, le 26 septembre, le ministre français des Affaires étrangères, Laurent Fabius, avait indiqué que Paris « avait plaidé pour qu'on aille vite. (…) Notre attitude est de dire "le plus tôt sera le mieux" ».

(Avec AFP)
 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Mali

Mali : ce que Bamako et les groupes armés négocient à Alger

Mali : ce que Bamako et les groupes armés négocient à Alger

Réunis à Alger, les groupes armés du Nord-Mali et les autorités maliennes tentent de se mettre d'accord sur une feuille de route commune pour la suite des négociations de paix. [...]

Mali - RDC : Nkulu Kalumba, un long chemin vers la liberté

À l'occasion de la Journée mondiale des réfugiés, le 20 juin, "Jeune Afrique" et le HCR au Mali ont organisé un concours de journalisme. C'est l'article d'une jeune étudiante[...]

Drague : le bal des faux-culs

Ils sont discrets, rembourrés et très à la mode en Afrique de l'Ouest... Zoom sur ces collants qui permettent aux femmes d'afficher de jolies fesses rebondies à moindre prix.[...]

Mali : bientôt un procès dans l'affaire des "bérets rouges" ?

Le rapport d'enquête sur l'affaire de la disparition des "Bérets rouges" devrait prochainement être bouclé et transmis au procureur, ouvrant ainsi la voie à un éventuel[...]

Ramtane Lamamra : "Un accord dans cent jours" sur le Nord-Mali

Le chef de la diplomatie algérienne fait le point sur le dialogue inter-malien, entamé le 16 juillet, et qui devrait être suspendu le 24 juillet avant une reprise à la mi-août. Première[...]

Hollande prépare le lancement de l'opération Barkhane à N'Djamena

L’opération "Barkhane", du nom de la nouvelle configuration stratégique de l’armée française dans le Sahel qui devrait mobiliser 3 000 soldats environ, sera officiellement[...]

Pourquoi le Mali s'est fait épingler par le FMI pour des fournitures militaires

Le FMI est-il trop pointilleux ? Un contrat de fournitures militaires de plusieurs dizaines de millions d'euros fait en tout cas tiquer les bailleurs de fonds. Trop opaque, jugent-ils. Le Mali n'apprécie pas.[...]

Mali : le groupe de Belmokhtar revendique l'attentat-suicide qui a tué un soldat français

Dans un enregistrement audio transmis mercredi soir au site d'information mauritanien Alakhbar, Al-Mourabitoune, le groupe du jihadiste Mokhtar Belmokhtar, revendique l'attentat-suicide qui a tué un sous-officier[...]

Mali : le gouvernement se dit "prêt à aller loin" dans les négociations de paix

Selon Abdoulaye Diop, ministre malien des Affaires étrangères, le gouvernement de Bamako est "prêt à aller loin" dans les négociations de paix avec les groupes armés du Nord du[...]

Mali : après des mois de blocage, ouverture des négociations de paix à Alger

Des négociations de paix entre le gouvernement malien et les groupes armés du nord du pays s'ouvrent ce mercredi à Alger. En guise de bonne volonté, les deux camps ont échangé mardi soir[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers