Extension Factory Builder
03/10/2012 à 08:36
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
L'ambassadeur du Guatemala Gert Rosenthal, le 4 juin 2007 à Panama City. L'ambassadeur du Guatemala Gert Rosenthal, le 4 juin 2007 à Panama City. © Yuri Cortez/AFP

Des consultations "préliminaires" entre les membres du Conseil de sécurité de l'ONU commencent, jeudi 4 octobre à New-York, au sujet de la demande d'intervention formulée par le Mali. Une deuxième réunion devrait suivre dans les prochaines semaines au cours de laquelle la Cedeao sera appelée à préciser son projet d'opération.

Les discussions ne font que commencer, mais c’est un signe encourageant pour les autorités maliennes. À partir de jeudi, les membres du Conseil de sécurité de l’ONU commencent des consultations « préliminaires » au sujet de la demande de résolution, soutenue par la France, qui octroierait un mandat à la Cedeao pour intervenir au Mali et libérer le pays des groupes armés islamistes qui y règnent en maître au Nord.

L’information a été dévoilée par l'ambassadeur du Guatemala Gert Rosenthal, qui préside le Conseil en octobre. « Jeudi il y aura une discussion préliminaire sur la manière dont le Conseil entend répondre à cette demande (..) et je m'attends à une autre réunion au moins au cours du mois d'octobre », a-t-il précisé. « Il faudra encore beaucoup de discussions entre les membres du Conseil eux-mêmes avant de pouvoir (en) discuter avec la Cedeao », a-t-il dit.

Pas de blang seing

En clair, à part la France, les autres membres du Conseil sont réticents à l’idée de donner un blanc seing à la Cedeao au Mali, dont les nouvelles autorités ne sont pas issues de consultations démocratiques mais d’un coup d’État militaire, le 22 mars dernier. La communauté internationale s’accorde sur le fait « que la situation au Mali ne peut pas durer comme ça », mais elle entend donner à un éventuel mandat une définition stricte pour éviter tout dérapage humanitaire.

« Ce qui doit encore être clarifié, a poursuivi Rosenthal, c'est qui fait quoi, quelle est l'ampleur de l'opération, à quoi elle va ressembler, quelles en sont les implications budgétaires ». C’est la raison pour laquelle le Conseil « invitera certainement la Cedeao » à s’expliquer lors de sa deuxième réunion sur la question, dont la date n'est pas encore fixée, a-t-il conclu.

Au lendemain d'une réunion au sommet sur le Sahel en marge de l'Assemblée générale, le 26 septembre, le ministre français des Affaires étrangères, Laurent Fabius, avait indiqué que Paris « avait plaidé pour qu'on aille vite. (…) Notre attitude est de dire "le plus tôt sera le mieux" ».

(Avec AFP)
 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Mali

Mali : Moussa Mara, jeune premier...

Mali : Moussa Mara, jeune premier...

Nommé le 5 avril, le nouveau chef du gouvernement n'a que 39 ans.[...]

Mali : Gilbert Rodrigues Leal, questions sur une mort présumée

Entre la communication tardive des jihadistes et ce que savaient les autorités françaises depuis décembre 2013, plusieurs points d'interrogations entourent l'annonce de la mort de l'otage français[...]

Mali : le Mujao annonce la mort de l'otage français Gilberto Rodrigues Leal

Le Mouvement pour l'unicité et le jihad en Afrique de l'Ouest (Mujao) a annoncé mardi la mort du Français Gilberto Rodrigues Leal, enlevé en novembre 2012 dans l'ouest du Mali. [...]

Mali : les cinq humanitaires capturés en février ont été libérés par l'armée française

Les cinq humanitaires maliens, dont quatre employés du Comité international de la Croix-Rouge au Mali, capturés le 8 février ont été libérés jeudi par l'armée[...]

Carte interactive : voyagez en Afrique sans visa !

En vertu d'accords bilatéraux ou dans le cadre d'organisations sous-régionales, plusieurs pays africains ont supprimé l'obligation de visa d'entrée sur leur territoire. Grâce à une carte[...]

Mali : IBK au Sénégal, les raisons d'une visite

Le président malien, Ibrahim Boubacar Keïta, a fait une visite d'État au Sénégal, du 13 au 16 avril. Retour sur les raisons de cette visite.[...]

Mali - France : le ton monte

Les rapports entre le Mali et la France sont exécrables depuis plusieurs mois. Plus récemment, l'"affaire" Tomi et, surtout, la situation à Kidal n'arrangent rien.[...]

Terrorisme - Iyad Ag Ghaly : arrête-moi si tu l'oses !

Recherché pour terrorisme par le monde entier, le chef touareg Iyad Ag Ghaly semble pourtant poursuivi avec bien peu d'ardeur. Et pour cause : il reste un acteur essentiel dans la région.[...]

Le jihadiste algérien Mokhtar Belmokhtar retiré en Libye ?

Selon le président malien, Ibrahim Boubacar Keïta (IBK), la présence en Libye de Mokhtar Belmokhtar serait une menace pour la paix. Le jihadiste algérien et ses hommes avaient occupé pendant[...]

Jean-Yves Le Drian : "IBK doit négocier, Samba-Panza aussi"

Mali, Centrafrique, Libye... Le ministre français de la Défense, Jean-Yves Le Drian, reconduit à son poste le 2 avril, est sur tous les fronts africains. Entretien avec un Breton sans états[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces