Extension Factory Builder
02/10/2012 à 16:23
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Des manifestantes soutiennent la jeune 'Maryam', le 2 octobre 2012 devant le tribunal de Tunis. Des manifestantes soutiennent la jeune "Maryam", le 2 octobre 2012 devant le tribunal de Tunis. © AFP

La jeune femme de 27 ans violée par deux policiers au début de septembre comparaissait, mardi 2 octobre, devant un juge d'instruction de Tunis. Soupçonnée d'"atteinte à la pudeur", elle devrait se voir signifier son éventuelle inculpation ou le classement de son dossier sans suite "dans les prochains jours", selon son avocate.

Ils sont venus par centaines devant le tribunal de première instance de Tunis pour soutenir « Myriam » - un pseudonyme, car son identité est maintenue secrète. Cette jeune femme de 27 ans, violée par deux policiers au début du mois de septembre, était interrogée par un juge d’instruction au tribunal de première instance de Tunis.

Durant cet interrogatoire de près de deux heures, Mohamed Ben Meftah, juge d’instruction au bureau numéro 13, a notifié à la jeune femme et à son fiancé les soupçons d’« atteinte à la pudeur » qui pèsent sur eux. Selon l’article 226 du code pénal tunisien, le délit est passible de six mois de prison.

Concrètement, deux options sont possibles. Soit le dossier de la jeune femme et de son compagnon est renvoyé devant un tribunal compétent, assorti d'une inculpation formelle, soit l’affaire est classée et les poursuites abandonnées.

Contactée par Jeune Afrique à l’issue de l’audience, Emna Zahrouni, l'avocate de la jeune femme, estime que le juge d’instruction rendra sa décision dans « les prochains jours. (...) Je suis optimiste, je pense que la deuxième option [le classement sans suite de l'affaire, NDLR] sera retenue », affirme-t-elle.

« Cette accusation ne tient pas la route, il n’y a aucune preuves », ajoute-t-elle. Me Zahrouni n’a cependant pas souhaité en dire davantage sur le contenu de l’audience en raison du secret de l'instruction.

Sanglots

La jeune femme, violée dans la nuit du 3 au 4 septembre par deux policiers dans un parc de Tunis, est repartie du tribunal le visage caché par un foulard et des lunettes de soleil, sans s'exprimer. À son arrivée, elle avait toutefois déclaré à l'AFP, des sanglots dans la voix : « Le monde entier me soutient. Je demande votre soutien ».

Selon l'accusation, qui s'appuie sur le témoignage des violeurs présumés, le couple a été surpris par les policiers dans une « position immorale », lors de leur interpellation. Deux agents ont alors conduit la jeune femme dans un véhicule de police où ils l'ont violée, pendant qu'un troisième tentait d'extorquer de l'argent au jeune homme tout en le maintenant à l'écart.

Les policiers, incarcérés au début de septembre, risquent gros. Le viol avec violence est théoriquement passible de la peine capitale en Tunisie. Aucune exécution n'a cependant eu lieu depuis plus de vingt ans.

Depuis sa révélation, l'affaire a déclenché un immense tollé en Tunisie. Des opposants, des ONG et des médias considèrent que ce dossier illustre la politique à l'égard des femmes menée par les islamistes d’Ennahdha qui dominent le gouvernement.

___

Benjamin Roger (@benja_roger)
 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Tunisie

Armée tunisienne : la grande désillusion

Armée tunisienne : la grande désillusion

Incapable de venir à bout des maquis jihadistes, minée par des querelles au sommet, gangrenée par la politique, la grande muette a beaucoup perdu de sa superbe. Enquête exclusive sur une institut[...]

Pourquoi la Tunisie est une et indivisible

Aïssa Baccouche est sociologue et urbaniste.[...]

Tunisie : Loukil autorisé à coter sa branche automobile

La Bourse de Tunis a donné son accord de principe pour la cotation de UADH (Universal automobile distributors holding), la branche automobile du groupe tunisien Loukil. L'opération, prévue pour la seconde[...]

Tunisie : tapis rouge pour la démocratie

La visite de Béji Caïd Essebsi à Paris a été marquée par des honneurs exceptionnels. Les deux pays peuvent maintenant envisager une nouvelle amitié. En attendant que les[...]

Tunisie : l'Algérien Belmokhtar derrière l'attentat du Bardo ?

Le terroriste algérien Mokhtar Belmokhtar serait impliqué dans l'attentat du musée du Bardo, le 18 mars à Tunis.[...]

Tunisie : en attendant les hélicoptères Black Hawk

Plusieurs hélicoptères vont être mis à disposition de l'armée tunisienne par les Émirats arabes unis, en attendant la livraison de douze appareils Black Hawk commandés aux[...]

Tunisie : l'école, premier rempart contre l'obscurantisme

Pourquoi tant de jeunes éduqués, comme l'un des tueurs du Musée du Bardo, partent combattre en Syrie ? Une partie de la réponse se trouve peut-être dans la faillite du système[...]

Racisme en Tunisie : Saadia Mosbah, l'indignée

De retour d'une tournée dans le Sud, l'égérie tunisienne de la lutte contre le racisme appelle à un débat national, mais peine à se faire entendre.[...]

Tunisie : le festival "Jazz à Carthage", la culture à cor et à cri

Initialement prévue pour le 8 avril, le festival de musique tunisien "Jazz à Carthage" débutera finalement le 10 avril. En cause, l’annulation de plusieurs artistes américains, qui[...]

Tunisie : haro sur les médias français

Tropisme pro-islamiste, racolage, sensationnalisme... Les griefs du camp moderniste contre les journalistes de l'Hexagone sont symptomatiques.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers
Purging www.jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20121002150033 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20121002150033 from 172.16.0.100