Extension Factory Builder
01/10/2012 à 18:51
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Johnnie Carson, le 10 juillet 2012 à Washington. Johnnie Carson, le 10 juillet 2012 à Washington. © Jim Watson/AFP

Alors que Carter Ham, haut commandant de l’Africom, avait laissé entendre le contraire, Washington se déclare favorable à une intervention de forces armées africaines mandatées par l’ONU dans le Nord du Mali. De leur côté, Paris et Berlin ont fait part de leur volonté d’appuyer l’intervention par un "soutien logistique".

Le plus haut responsable de l'Afrique au département d'État américain, Johnnie Carson, a affirmé, le 1er octobre 2012, que les États-Unis étaient prêts à soutenir une intervention armée dans le nord du Mali, afin de déloger les groupes armés islamistes liés à Al-Qaïda, qui règnent en maître sur la région où ils ont imposé leur vision intégriste de la charia. Mais si Washington semble donner son feu vert à une éventuelle opération, c'est sous réserve que le déploiement de troupes soit « bien préparé » et mené par des pays africains.

Cette déclaration place Carter Ham en porte-à-faux. Le haut commandant des forces armées américaines en Afrique (Africom) avait en effet indiqué la veille que la crise malienne devait, en priorité, être résolue par des solutions de natures politique et diplomatique et que le soutien de l'administration américaine à une telle intervention était loin d'être acquis. M. Ham avait insisté sur « d'autres défis dans le nord du Mali qu'il faudrait résoudre, à commencer par la mise en place d'un gouvernement légitime à Bamako ». Pour sa part, l'Otan a fait savoir en début de journée qu’une intervention au Mali n’était pas à l’ordre du jour.

La solution militaire privilégiée

« Il devra y avoir à un certain moment une action militaire contre les extrémistes liés à Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi) installés dans le nord du Mali », n’a pas caché Johnnie Carson, lors d'une conférence de presse téléphonique. Le diplomate a dit privilégier un éventuel déploiement de troupes de la Communauté des États d'Afrique de l'Ouest (Cedeao), sous la bannière de l'ONU, mais mené par l'armée malienne, avec le soutien de tous les États de la région, y compris la Mauritanie et l'Algérie. Cette dernière a, pour sa part, toujours voulu privilégier les négociations, s’opposant à toute intervention d’une « force militaire internationale », que Bamako demande à l'ONU d'autoriser.

« Toute action militaire là-bas devra être bien préparée, bien organisée, bien pourvue, bien pensée et agréée par ceux (les pays) qui seront directement concernés », a ajouté M. Carson.

La France invitée à intervenir

Samedi 29 septembre, le Premier ministre malien Cheikh Modibo Diarra avait invité les Occidentaux, France en tête, à se joindre militairement à l’intervention dans le nord du Mali, en envoyant des avions et des forces spéciales.

Le 1er octobre, Paris et Berlin ont répondu qu’ils fourniraient un « soutien logistique » à une éventuelle mission africaine au Nord-Mali, tout en balayant d’un revers de la main le déploiement de forces combattantes au sol.

(Avec AFP)

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Mali

Moussa Mara : 'Il n'y aura pas de prime à l'impunité' au Mali

Moussa Mara : "Il n'y aura pas de prime à l'impunité" au Mali

Les priorités du Premier ministre malien, Moussa Mara ? La réforme territoriale, la reprise de l'aide du FMI et les négociations avec les groupes armés. Un domaine où il joue la carte de [...]

Mali : Casques bleus tchadiens excédés

Le 18 septembre, cinq Casques bleus tchadiens de la Minusma ont été tués au passage de leur véhicule sur un engin explosif dans les environs d'Aguelhok. C'est la troisième attaque[...]

Hajj : l'Afrique de l'Ouest dans les starting-blocks

Quelques semaines avant le début du hajj, l'Afrique de l'Ouest est parée pour ce grand pélerinage.[...]

Mali : grand nettoyage à Bamako

Pour revenir dans les bonnes grâces du FMI après plusieurs impairs difficilement justifiables, le Mali met les bouchées doubles pour sanctionner les fonctionnaires indélicats.[...]

Nouvelle ère pour Finagestion

 Rebaptisé Eranove, l'ex-Finagestion, holding de tête des compagnies d'électricité et d'eau en Côte d'Ivoire et au Sénégal ne veut plus être perçu comme un[...]

Terrorisme au Mali : identification de Meherig Djafar, le coup de pouce d'Interpol

La récente identification au Mali du jihadiste algérien Meherig Djafar démontre l'importance de la technologie dans la lutte contre le terrorisme.[...]

À Bamako, plusieurs milliers de manifestants disent non à la partition du Mali

Entre deux et trois milles personnes ont défilé jeudi à Bamako pour dénoncer toute velléité de partition du Mali.[...]

Christian Josz (FMI) : "Notre mission au Mali a été un grand succès"

Du 12 au 25 septembre, une mission du Fonds monétaire international a séjourné à Bamako pour faire la lumière sur un marché de 69 milliards de F CFA passé de gré à[...]

Mali - Ousmane Diarra : "Les jihadistes instrumentalisent la pureté de l'enfant"

Dans son troisième roman, La Route des clameurs, le conteur malien revient sur la terreur qui s'est abattue sur son pays. Et dissèque comment la folie s'est emparée des hommes.[...]

Suspense et morosité

L'enthousiasme qui avait saisi les acteurs économiques maliens après le sommet de Bruxelles, en mai 2013, au cours duquel une aide internationale de 4 milliards de dollars (3,25 milliards[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers