Extension Factory Builder
01/10/2012 à 17:21
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Les rebelles du M23 ont-ils infiltré Goma ? Les rebelles du M23 ont-ils infiltré Goma ? © AFP

Soupçonné d'être derrière de récentes attaques à l'arme à feu et à la grenade à Goma, le M23 réplique à sa manière. Pour lui, ces agrassions sont le fait de l'armée régulière et il menace de prendre Goma pour assurer lui-même la sécurité des populations.

La manœuvre paraît grossière… Prenant prétexte de récentes attaques meurtrières et non élucidées à Goma, la capitale du Nord-Kivu, le Mouvement rebelle du 23 Mars (M23) menace de voler au secours de la population… en conquérant la ville. Rien de moins.

« Si à Goma le commandant suprême, le président Joseph Kabila, ne maintient pas l'ordre sur son armée, nous allons sauver la population qui est en train d'être tuée par elle chaque jour », menace le lieutenant-colonel Vianney Kazarama, porte-parole du M23. Et d’ajouter : « Si ça continue, nous envisageons de prendre Goma et sauver la population. Goma, nous disons que : si l'armée régulière (...) continue à tuer les paisibles citoyens (...) nous allons les protéger. Nous allons empêcher ces crimes à l'endroit des civils ».

De leur côté, les autorités congolaises ne restent pas inactives. Elles ont annoncé dimanche avoir arrêté une vingtaine de suspects pour des attaques à l'arme à feu et à la grenade qui ont fait au moins trois morts et quatre blessés, les 22 et 24 septembre. Parmi les personnes incriminées, des civils et des soldats des Forces armées de la RDC (FARDC), a précisé le ministre de l'Intérieur Richard Muyej, lors d’un déplacement à Goma.

"Guerre absurde"

« La situation de la guerre absurde imposée à la RDC par le Rwanda semble favoriser cette situation de banditisme dangereux et de criminalité dont les actes se rapprochent du banditisme urbain », a-t-il estimé Richard Muyej. Pour le maire de Goma, Nasoon Kabuya, le commandant de la police, le colonel Oscar Manosa, et même pour les acteurs de la société civile, il ne fait aucun doute que les attaques sont dues au M23, dont ils craignent une infiltration.

De son côté, la Mission de l'ONU pour la stabilisation du Congo (Monusco) a préféré évoquer des incidents sporadiques ne remettant pas en cause la sécurité globale de Goma ou du Nord-Kivu. Les rebelles ne sont pourtant qu’à une trentaine de kilomètres de la ville, dans le territoire de Rutshuru, frontalier du Rwanda et de l'Ouganda.

(Avec AFP)

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

RD Congo

Rififi à Conakry

Difficile de s'y retrouver quand pouvoirs et oppositions font des calendriers électoraux un enjeu majeur de la démocratie.[...]

RDC : la Monusco reconduite, mais réduite

La Monusco comptera 2 000 soldats de moins. Cette reconduction du mandat de la force onusienne suvient en pleine brouille entre les Nations unies et Kinshasa.[...]

RDC : les Américains derrière les mouvements citoyens ?

Les autorités congolaises, qui ont durement mis fin à la rencontre entre les mouvements citoyens étrangers et congolais la semaine dernière, ont trouvé en Washington un responsable à ce[...]

RDC : trente éléphants tués en quinze jours par des braconniers dans le parc de la Garamba

Trente éléphants ont été abattus en deux semaines dans le Parc national de la Garamba, dans le nord-est de la RDC. Les responsables du parc accusent un groupe de braconniers soudanais d'avoir commis[...]

RDC : remous dans la majorité au sujet de la loi électorale

Sept partis de la majorité congolaise (RDC) ont exprimé leurs inquiétudes sur la révision de la Constitution. Après une réunion agitée, ils ont fini par rentrer dans le rang. [...]

RDC : face aux rebelles rwandais, l'armée progresse sans vrai combat

"Une guerre sans combattants?" L'armée congolaise progresse au Sud-Kivu face à des rebelles rwandais des FDLR qui préfèrent fuir, faisant craindre que les problèmes causés par[...]

RDC - Football : Florent Ibenge, le plafond de verre et le tremplin chinois

En moins de deux ans, Florent Ibenge s’est construit une belle notoriété internationale, en qualifiant l’AS Vita Club pour la finale de la Ligue des champions 2014, puis en installant la RDC sur la[...]

RDC : pourquoi dix militants congolais sont-ils toujours sous les verrous ?

Arrêtés le 15 mars à Kinshasa, à l’issue d’une conférence de presse organisée avec les responsables de Y’en a marre et le Balai citoyen, dix militants congolais[...]

Nations unies : les Casques bleus auraient commis près de 80 abus sexuels en 2014

Près de 80 nouveaux cas d’abus sexuels par des agents des Nations Unies ont été recensés en 2014. Des crimes perpétrés en grande majorité dans des missions de paix, là[...]

"Y'en a marre", "Balai citoyen", "Filimbi"... : l'essor des sentinelles de la démocratie

Apparu au Sénégal en 2011, "Y'en a marre" a inspiré plusieurs mouvements citoyens dans différents pays d'Afrique francophone. Du Sénégal à la RDC en passant par le[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers
Purging www.jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20121001171527 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20121001171527 from 172.16.0.100