Extension Factory Builder
01/10/2012 à 18:11
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Mouammar Kaddafi est mort le 20 octobre 2011 dans des circonstances troubles. Mouammar Kaddafi est mort le 20 octobre 2011 dans des circonstances troubles. © AFP

Alors que l’anniversaire de la mort de l’ex-Guide libyen approche, son fantôme agite toujours les milieux diplomatiques et du renseignement occidentaux. Dans son édition du 29 septembre, le quotidien italien "Corriere della Sera" avance la thèse de l’assassinat de Kadhafi. Livré par Bachar al-Assad, le leader libyen aurait été abattu par un agent des services secrets français.

Mouammar Kadhafi a-t-il succombé à la fureur de la résistance libyenne ? Ou a-t-il péri sous les balles des services de renseignements français, dans l’ambulance qui devait l’amener à Misrata, le 20 octobre 2011 ? Pour le journal transalpin « Corriere della Sera », la réponse est toute trouvée : « Un agent français derrière la mort de Kadhafi », titre le quotidien.

Un agent étranger était infiltré avec les brigades révolutionnaires pour tuer le colonel Kadhafi.

Mahmoud Jibril, Ex-président du conseil exécutif du CNT

L’article remet en cause la version officielle des dernières heures de l’ex-Guide libyen, qui incriminait les membres de la résistance libyenne ayant procédé à son arrestation. Le « Corriere della Sera » s’appuie dans un premier temps sur les déclarations de Mahmoud Jibril, ex-président du conseil exécutif du Conseil national de transition libyen (CNT), aux micros de la télévision égyptienne Dream TV, le samedi 28 septembre : « Un service de renseignement que je ne connais pas avait intérêt à ce que Kadhafi se taise à jamais, car il a eu plusieurs secrets et a noué d’étroites relations avec de nombreux régimes internationaux ». « Un agent étranger était infiltré avec les brigades révolutionnaires pour tuer le colonel Kadhafi » a-t-il ajouté.

Trahison de Bashar ?

La France a joué un rôle direct dans la mort de Kadhafi.

Rami El Obeidi, Ancien responsable des relations avec les agences de renseignement étrangères pour le CNT

Le quotidien italien ajoute à son argumentaire les déclarations d'un autre responsable libyen, l'homme chargé des relations avec les agences de renseignement étrangères pour le CNT, Rami El Obeidi. Dans le quotidien britannique le « Telegraph », ce dernier affirme que le dictateur aurait été localisé grâce à son téléphone portable dont il s’était servi un peu plus tôt pour contacter plusieurs de ses soutiens en Syrie. Et ce serait à cette occasion que le service d’espionnage de Bachar al-Assad aurait choisi de divulguer l’information aux services secrets français, leur permettant ainsi de capturer leur cible.

Alors que la révolte grondait dans son pays, selon le quotidien italien, le leader syrien avait tout intérêt à s’attirer les faveurs des Français. Et, toujours selon le quotidien, qui cite des sources diplomatiques anonymes, il ne fait presque aucun doute que, si un service avait intérêt à faire taire Kadhafi, en le supprimant entre le moment de sa capture et son arrivée à Misrata, c’est le renseignement français. Selon Rami El Obeidi, la France aurait « joué un rôle direct dans la mort de Kadhafi, notamment dans son meurtre », ajoutant que, dans les milieux britannique et turc du renseignement, on parlait à l’époque d’opération « exclusivement française ».

L'enquête de l'ONU en échec

Dans un rapport publié en mars dernier, la commission de l'ONU sur les crimes de guerre et les violations des droits de l'homme en Libye s’était déclarée incapable de déterminer les causes de la mort de Mouammar Kadhafi, les autorités du CNT lui ayant refusé l’accès au rapport d’autopsie. L’ONU avait cependant précisé que l’ancien guide libyen était toujours vivant lors de sa capture.

La campagne de Nicolas Sarkozy financée par Kadhafi

Quel intérêt auraient eu les Français à abattre Mouammar Kadhafi ? Là encore, le « Corriere della Sera » reprend une thèse apparue il y a plus de six mois, notamment sur le site Internet « Mediapart ». La France aurait cherché, selon cette version des faits étayée par des sources diplomatiques occidentales - là encore anonymes - à protéger le secret autour de financements versés par l’ex-dirigeant libyen.

« Mediapart » publiait, en mars 2012, un document qui prétendait prouver le financement de la campagne présidentielle de 2007 de Nicolas Sarkozy par la famille Kadhafi. L’ancien chef d’État avait aussitôt déposé plainte contre le site Internet, notamment pour faux et usages de faux. Rien ne dit si l’enquête, toujours en cours, permettra de confirmer ou d’infirmer tout ou partie de la version des faits relayée par le journal transalpin. En attendant, faute de preuves suffisantes et d’un mobile avéré, l’ « assassinat » de Kadhafi reste toujours au rang des énigmes irrésolues.

Par Mathieu Olivier (@MathieuOlivier)

 

Vous pouvez nous donner votre avis sur cette version des faits dans les commentaires. La jugez-vous crédible ?

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

International

Banque mondiale : Makhtar Diop reprend son poste de vice-président Afrique

Banque mondiale : Makhtar Diop reprend son poste de vice-président Afrique

 Écarté de son poste de vice-président Afrique de la Banque mondiale début octobre, l'économiste sénégalais, à qui l'on prêtait l'intention de briguer la pré[...]

Réfugiés africains pour audimat européen

Dans un camp de réfugiés du Darfour, la chaîne Arte tourne un documentaire bimédia "à jouer". Instrumentalisation de la détresse pour une courbe d’audience ? Ou[...]

Malick Ndiaye, le gourou à six cordes

À la tête du label ThinkZik ! depuis quinze ans, le mystérieux et exigeant producteur d'Imany et de Faada Freddy attend plus de la musique africaine.[...]

Art contemporain : rififi autour du prix Orisha

Décerné le 2 octobre à Paris au Béninois Kifouli Dossou, le premier prix Orisha pour l'art contemporain africain a suscité l'agacement de plusieurs artistes et commissaires.[...]

Algérie : des juges d'instruction français vont enquêter sur l'assassinat d'Hervé Gourdel

Des juges d'instruction français vont enquêter sur l'enlèvement et l'assassinat d'Hervé Gourdel, a-t-on appris vendredi de source judiciaire.[...]

Areva : Luc Oursel pas vraiment parti

En dépit du départ inattendu de Luc Oursel, pour des raisons thérapeutiques et son remplacement par son numéro deux Philippe Knoche le 22 octobre, l'organigramme d'Areva reste inchangé[...]

Ebola - Dr Eric Leroy : "L'épidémie continue d'évoluer dans le mauvais sens"

Le Dr Éric Leroy est l'un des plus grand spécialistes du virus Ebola. Selon lui, l'épidémie ne sera pas endiguée avant plusieurs mois. Interview.[...]

Brésil : Dilma Rousseff, surprise du chef

Les sondages la donnaient battue au second tour de la présidentielle par la socialiste Marina Silva. Ils se sont lourdement trompés. Avec 41,6 % des suffrages au premier, Dilma Rousseff est bien [...]

Un Michel peut en cacher un autre

Le nouveau Premier ministre se prénomme Charles et n'a que 38 ans. Mais il a de qui tenir. Louis, son père, est un vieux briscard de la politique locale. Et de la "Belgafrique".[...]

Terrorisme : le Maroc demande à la France de retirer son appel à la vigilance

Pour le ministre marocain de l'Intérieur, Mohamed Hassad, la présence du Maroc dans une liste de 40 pays dans lesquels la France appelle ses ressortissants à une vigilance renforcée "est[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers