Extension Factory Builder
01/10/2012 à 18:11
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Mouammar Kaddafi est mort le 20 octobre 2011 dans des circonstances troubles. Mouammar Kaddafi est mort le 20 octobre 2011 dans des circonstances troubles. © AFP

Alors que l’anniversaire de la mort de l’ex-Guide libyen approche, son fantôme agite toujours les milieux diplomatiques et du renseignement occidentaux. Dans son édition du 29 septembre, le quotidien italien "Corriere della Sera" avance la thèse de l’assassinat de Kadhafi. Livré par Bachar al-Assad, le leader libyen aurait été abattu par un agent des services secrets français.

Mouammar Kadhafi a-t-il succombé à la fureur de la résistance libyenne ? Ou a-t-il péri sous les balles des services de renseignements français, dans l’ambulance qui devait l’amener à Misrata, le 20 octobre 2011 ? Pour le journal transalpin « Corriere della Sera », la réponse est toute trouvée : « Un agent français derrière la mort de Kadhafi », titre le quotidien.

Un agent étranger était infiltré avec les brigades révolutionnaires pour tuer le colonel Kadhafi.

Mahmoud Jibril, Ex-président du conseil exécutif du CNT

L’article remet en cause la version officielle des dernières heures de l’ex-Guide libyen, qui incriminait les membres de la résistance libyenne ayant procédé à son arrestation. Le « Corriere della Sera » s’appuie dans un premier temps sur les déclarations de Mahmoud Jibril, ex-président du conseil exécutif du Conseil national de transition libyen (CNT), aux micros de la télévision égyptienne Dream TV, le samedi 28 septembre : « Un service de renseignement que je ne connais pas avait intérêt à ce que Kadhafi se taise à jamais, car il a eu plusieurs secrets et a noué d’étroites relations avec de nombreux régimes internationaux ». « Un agent étranger était infiltré avec les brigades révolutionnaires pour tuer le colonel Kadhafi » a-t-il ajouté.

Trahison de Bashar ?

La France a joué un rôle direct dans la mort de Kadhafi.

Rami El Obeidi, Ancien responsable des relations avec les agences de renseignement étrangères pour le CNT

Le quotidien italien ajoute à son argumentaire les déclarations d'un autre responsable libyen, l'homme chargé des relations avec les agences de renseignement étrangères pour le CNT, Rami El Obeidi. Dans le quotidien britannique le « Telegraph », ce dernier affirme que le dictateur aurait été localisé grâce à son téléphone portable dont il s’était servi un peu plus tôt pour contacter plusieurs de ses soutiens en Syrie. Et ce serait à cette occasion que le service d’espionnage de Bachar al-Assad aurait choisi de divulguer l’information aux services secrets français, leur permettant ainsi de capturer leur cible.

Alors que la révolte grondait dans son pays, selon le quotidien italien, le leader syrien avait tout intérêt à s’attirer les faveurs des Français. Et, toujours selon le quotidien, qui cite des sources diplomatiques anonymes, il ne fait presque aucun doute que, si un service avait intérêt à faire taire Kadhafi, en le supprimant entre le moment de sa capture et son arrivée à Misrata, c’est le renseignement français. Selon Rami El Obeidi, la France aurait « joué un rôle direct dans la mort de Kadhafi, notamment dans son meurtre », ajoutant que, dans les milieux britannique et turc du renseignement, on parlait à l’époque d’opération « exclusivement française ».

L'enquête de l'ONU en échec

Dans un rapport publié en mars dernier, la commission de l'ONU sur les crimes de guerre et les violations des droits de l'homme en Libye s’était déclarée incapable de déterminer les causes de la mort de Mouammar Kadhafi, les autorités du CNT lui ayant refusé l’accès au rapport d’autopsie. L’ONU avait cependant précisé que l’ancien guide libyen était toujours vivant lors de sa capture.

La campagne de Nicolas Sarkozy financée par Kadhafi

Quel intérêt auraient eu les Français à abattre Mouammar Kadhafi ? Là encore, le « Corriere della Sera » reprend une thèse apparue il y a plus de six mois, notamment sur le site Internet « Mediapart ». La France aurait cherché, selon cette version des faits étayée par des sources diplomatiques occidentales - là encore anonymes - à protéger le secret autour de financements versés par l’ex-dirigeant libyen.

« Mediapart » publiait, en mars 2012, un document qui prétendait prouver le financement de la campagne présidentielle de 2007 de Nicolas Sarkozy par la famille Kadhafi. L’ancien chef d’État avait aussitôt déposé plainte contre le site Internet, notamment pour faux et usages de faux. Rien ne dit si l’enquête, toujours en cours, permettra de confirmer ou d’infirmer tout ou partie de la version des faits relayée par le journal transalpin. En attendant, faute de preuves suffisantes et d’un mobile avéré, l’ « assassinat » de Kadhafi reste toujours au rang des énigmes irrésolues.

Par Mathieu Olivier (@MathieuOlivier)

 

Vous pouvez nous donner votre avis sur cette version des faits dans les commentaires. La jugez-vous crédible ?

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

International

Immigration clandestine : Obama et Renzi insistent sur une solution en Libye

Immigration clandestine : Obama et Renzi insistent sur une solution en Libye

La crise tragique de l'immigration clandestine en Méditerranée ne pourra être résolue sans stabilisation de la situation en Libye, ont martelé jeudi Matteo Renzi et Barack Obama, soulignant que[...]

Énergie : à Paris, des maires africains se mobilisent pour l'électrifrication du continent

Une vingtaine de maires francophones de grandes villes africaines se sont réunis vendredi à Paris, à l'initiative de Jean-Louis Borloo et de Anne Hidalgo, maire de la capitale française, pour mettre en[...]

Fifa : Figo, Hayatou et les lusophones

L'Afrique unie derrière Issa Hayatou, l'inamovible patron de la CAF, pour voter comme un seul homme pour Sepp Blatter, l'inamovible patron de la Fifa ? Voire...[...]

Baisers amers d'Istanbul

Istanbul. Printemps 2015. J'ai vu la ville aux mille mosquées penchée sur le Bosphore au milieu de ses splendeurs ottomanes.[...]

Cambodge : 17 avril 1975, le cauchemar commence

Il y a tout juste quarante ans, Phnom Penh tombait entre les mains des soldats de Pol Pot et était aussitôt évacué par la force. Jusqu'en 1979, le régime khmer rouge allait faire[...]

Peinture : l'Ivoirien Ouattara Watts, au-delà de Basquiat

L'artiste ivoirien Ouattara Watts expose jusqu'au 5 mai à Paris. L'occasion de revenir sur l'œuvre de celui qui fréquenta le génie de l'art contemporain Basquiat à la fin de sa vie.[...]

Méditerranée : des migrants musulmans accusés d'avoir jeté douze chrétiens à la mer

Un drame mêlant religion et immigration s’est produit mercredi en Méditerranée. Douze Chrétiens auraient été jetés par-dessus bord après une altercation avec des[...]

Les sons de la semaine #35 : "Shake The Dust", Art Melody, Lino, Neg Marrons

Bienvenue dans notre d'horizon musical hebdomadaire ![...]

Moi, Batista, immigré angolais, la France m'a jeté en prison après des tests osseux

Batista, immigré angolais, dit être né en 1996. Arrivé en France en 2012, il a bénéficié, en tant que mineur et durant deux ans, de l'aide sociale à l'enfance. Avant que[...]

Tunisie : tapis rouge pour la démocratie

La visite de Béji Caïd Essebsi à Paris a été marquée par des honneurs exceptionnels. Les deux pays peuvent maintenant envisager une nouvelle amitié. En attendant que les[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers
Purging www.jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20121001164123 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20121001164123 from 172.16.0.100