Extension Factory Builder
29/09/2012 à 09:58
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Attaque contre le consulat américain à Benghazi, le 11 septembre 2012. Attaque contre le consulat américain à Benghazi, le 11 septembre 2012. © AFP

L'administration américaine est brocardée par l'opposition républicaine pour avoir constamment changé de versions sur l'attaque du 11 septembre contre son consulat à Benghazi, avant d'admettre qu'il s'agissait d'un "acte terroriste" impliquant Al-Qaïda.

A quarante jours de la présidentielle, "l'affaire de Benghazi" fait beaucoup du bruit sur la scène politique américaine, le camp du candidat républicain Mitt Romney accusant celui du président Barack Obama de "chercher à tromper les Américains" en masquant des failles en matière de sécurité et de renseignement à Benghazi (est de la Libye).

Au lendemain de l'attaque qui a coûté la vie à l'ambassadeur Christopher Stevens et à trois agents américains, la secrétaire d'Etat Hillary Clinton condamne un "attentat" commis par un "petit groupe sauvage". Le département d'Etat parle alors d'une "attaque complexe d'extrémistes libyens". La Libye, de son côté, montre du doigt des partisans "étrangers" d'Al-Qaïda mêlés à ceux du régime déchu du colonel Kadhafi.

Mais Washington amende rapidement sa version officielle. L'assaut est mis sur le compte d'une "foule en colère" qui manifestait devant le consulat contre le film islamophobe "L'innocence des musulmans". L'ambassadrice à l'ONU Susan Rice affirme le 16 septembre sur toutes les télévisions que cette attaque à l'arme de guerre n'était ni "coordonnée", ni "préméditée" et résultait d'un rassemblement "spontané" devant la mission consulaire. La Maison Blanche confirme alors "n'avoir aucune information laissant penser à une attaque planifiée".

Mais le 19 septembre, le patron de la lutte antiterroriste, Matthew Olsen, reconnaît que ses quatre compatriotes "ont été tués au cours d'une attaque terroriste". A ses yeux, toutefois, l'attentat a été perpétré "de manière opportuniste".

"Attaque terroriste planifiée"

Il évoque aussi, très prudemment, des "connexions" possibles entre "des individus impliqués dans l'attaque et Al-Qaïda au Maghreb islamique" (Aqmi). La télévision Fox News affirme même qu'un ancien de Guantanamo, Sufyan Ben Qumu - transféré en Libye en 2007 et libéré un an plus tard - est dans le coup. La semaine dernière, la Maison Blanche a admis pour la première fois le caractère "terroriste" de l'attaque. "Le président (Obama) pense qu'il s'agit d'une attaque terroriste", a répété mercredi son porte-parole. Le même jour à l'ONU, Mme Clinton a semblé aller plus loin en faisant dans une phrase alambiquée le lien entre Aqmi et l'attentat en Libye. Le département d'Etat a ensuite tempéré ses propos. Le secrétaire à la Défense Leon Panetta a lui aussi finalement reconnu jeudi une "attaque terroriste planifiée", mais sans désigner la main d'Al-Qaïda. C'est ce qu'a fait vendredi la Direction du renseignement américain (DNI) en déclarant que "certains (des assaillants) étaient liés à des groupes affiliés à, ou proches d'Al-Qaïda".

Les républicains ne se sont pas privés pour fustiger ces multiples changements de pied du gouvernement démocrate. "On nous a d'abord dit qu'il s'agissait d'une manifestation spontanée contre une vidéo et on apprend maintenant que c'était une attaque terroriste planifiée, perpétrée le jour anniversaire du 11-Septembre et impliquant des éléments d'Al-Qaïda!", s'est insurgé sur Fox News le conseiller de Mitt Romney, Eric Fehrnstrom. Il a tenu le président "Obama responsable des tentatives de son gouvernement pour tromper les Américains sur ce qui s'est passé à Benghazi".

Un influent élu républicain du Congrès, Pete King, a même réclamé vendredi soir la démission de Susan Rice, une très proche du président Obama, la jugeant sur CNN "irresponsable" comme "porte-parole devant le monde entier de la politique étrangère de l'Amérique".

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Libye

Libye : la deuxième vie de Khalifa Haftar dans la guerre au Tchad

Libye : la deuxième vie de Khalifa Haftar dans la guerre au Tchad

Khalifa Haftar a récemment refait surface en prenant en Libye la tête d'une offensive toujours en cours contre les milices islamistes de Misrata et Benghazi. Dans ce deuxième billet, Laurent Touchard* continu[...]

Tchad : l'opération française Manta de 1983 et le jeu des frictions nord-sud

Ce billet est le dernier d'une série en trois volets consacrée aux rapports belliqueux de la Libye de Kadhafi et du Tchad de Hissène Habré. Laurent Touchard* revient ici sur l'intervention[...]

1980-1983 : Libye-Tchad, de la seconde bataille de N'Djaména à celle de Faya Largeau

Ce billet est le deuxième d'une série en trois volets consacrée aux rapports belliqueux de la Libye de Kadhafi et du Tchad de Hissène Habré. Laurent Touchard* fait ici le point sur les[...]

1966 - 1979 : Kadhafi et Habré prennent le pouvoir en Libye et au Tchad

Ce billet est le premier d'une série en trois volets consacrée aux rapports belliqueux de la Libye et du Tchad. Laurent Touchard commence par faire le point sur les circonstances de l'arrivée au pouvoir de[...]

Affaire Kadhafi - Sarkozy : les propos de Bany Kanté contredits par Dupuydauby

Soupçonné d'être impliqué dans le financement présumé de la campagne électorale de Nicolas Sarkozy par Mouammar Kadhafi en 2007, Cheick Amadou Bany Kanté a démenti[...]

Affaire Kadhafi - Sarkozy : le Malien Bany Kanté nie avoir joué un rôle de "porteur de valise"

Soupçonné par la justice française d'être impliqué dans le financement présumé de la campagne électorale de Nicolas Sarkozy par Mouammar Kadhafi en 2007, le Malien Cheick[...]

Libye : Haftar revendique les raids aériens près de Tripoli

Le général dissident Khalifa Haftar, opposé militairement aux milices islamistes, a revendiqué lundi les deux raids qui ont frappé le sud de Tripoli plus tôt le même jour. Mais des[...]

Libye : frappes aériennes près de l'aéroport de Tripoli

Deux avions non identifiés ont bombardé lundi avant l’aube des positions de miliciens rivaux qui s’affrontent à l’arme lourde pour le contrôle de l’aéroport international[...]

Libye : le Parlement en faveur d'une intervention étrangère

Le Parlement libyen a voté mercredi une résolution en faveur de l'intervention militaire de la communauté internationale dans le pays pour protéger les civils, alors que les combats entre milices[...]

Libye : le chef de la police de Tripoli assassiné

L'assassinat mardi du chef de la police de Tripoli intervient sur fond d'affrontements meurtriers entre milices rivales pour le contrôle de l'aéroport de la capitale libyenne.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers