Extension Factory Builder
28/09/2012 à 18:55
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Des soldats du M23 avançant vers Kibumba, 'dernier verrou' avant Goma, en juillet. Des soldats du M23 avançant vers Kibumba, "dernier verrou" avant Goma, en juillet. © AFP

Des attaques intervenues à Goma, la capitale du Nord-Kivu, ont entraîné la mort de trois personnes durant ces derniers jours. Le M23 pourrait être à l’origine de ces violences.

Les attaques à l'arme à feu et à la grenade perpétrées ces derniers jours à Goma, la capitale du Nord-Kivu, dans l'est de la République démocratique du Congo (RDC), ont causé la mort de trois personnes et blessé quatre autres, a indiqué le 28 septembre une source officielle, qui confirmait les chiffres avancés par les associations locales.

Dans la nuit du 24 au 25 septembre, des « ennemis de la paix » ont « tiré » dans un bar, touchant mortellement trois personnes, dont un « capitaine de la garde républicaine », une commerçante et un civil, a précisé à l'AFP Roger Malinga, conseiller politique de Julien Paluku, le gouverneur du Nord-Kivu.

Une attaque avait déjà eu lieu le 22 septembre lorsque « trois grenades ont été jetées sur des places publiques. Il y a eu quatre personnes blessées qui sont prises en charge à l'hôpital par le gouvernement provincial. Il n'y a pas eu de décès », a indiqué M. Malinga.

Déplacés

Le porte-parole a ajouté que des enquêtes sont menées actuellement afin d’« identifier » et de « dénicher » les auteurs des offensives. Chaque soir, les autorités urbaines, la police et la Mission de l'ONU pour la stabilisation du Congo (Monusco) organisent des patrouilles mixtes pour sécuriser la ville et rassurer les habitants.

La rébellion, conduite par le M23 (Mouvement du 23 mars), et les Forces armées de la République démocratique du Congo (FARDC) s’affrontent depuis mai dans le Nord-Kivu alors que les insurgés se trouvent à une trentaine de kilomètres seulement de Goma.

Les civils sont les premières victimes du conflit, qui a entraîné le déplacement forcé de plus de 260 000 personnes. À cet égard, Human Rights Watch a accusé le M23 de s’être rendu coupable de « crimes de guerre », notamment en raison d’exécutions sommaires, de viols et de recrutements d’enfants-soldats.

Au début d'août, le Conseil de sécurité de l'ONU, évoquant une « menace imminente », a sommé le M23 d’interrompre « toute avancée vers la ville de Goma ». Depuis, les affrontements ont considérablement perdu en intensité et l’armée comme les rebelles ont globalement conservé leurs positions.

Infiltration du M23 ?

La Société civile du Nord-Kivu craint que les récents « actes criminels » ne témoignent de l’« infiltration du M23 dans la ville ». Dans un communiqué, la fédération d'associations et d'ONG appelle les autorités à prendre les « dispositions nécessaires pour éviter toute surprise du M23 ». Nasoon Kabuya, le maire de Goma, soutient également l’hypothèse d'une implication du M23. « Nous savons que cette insécurité est une stratégie de l'ennemi pour faire peur à la population, et je demande à la population d'être calme », a-t-il confié.

Le commandant de la police de Goma, le colonel Oscar Manosa, s’est encore montré plus clair : « Nul n'ignore que Goma est infiltrée par des éléments proches des sympathisants du M23, qui veulent seulement semer la terreur dans la ville. Nous devons redoubler de vigilance ».

Cette hypothèse ne fait cependant pas l’unanimité. Lorsqu’on évoque une possible « infiltration » de Goma par le M23, Roger Malinga tente de minimiser et fait état de « cas isolés » et d'attaques perpétrées par des « personnes non contrôlées ». Le colonel Olivier Amuli, porte-parole de l'armée au Nord-Kivu, nie toute implication du M23 et affirme que ces assauts correspondent à du « banditisme traditionnel ». « Non, ce n'est pas une infiltration » assure-t-il.

Pour sa part, le lieutenant-colonel Prosper Basse, porte-parole militaire de la Monusco, s’est voulu rassurant. S’il a concédé que des « incidents sporadiques de ce genre existent tous les jours », il a toutefois ajouté que ces attaques ne sauraient remettre « en cause la sécurité globale de la ville de Goma ou de la province du Nord-Kivu ».

(Avec AFP)

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

RD Congo

RDC : l'ONU souhaite la reprise de la coopération avec l'armée pour combattre les FDLR

RDC : l'ONU souhaite la reprise de la coopération avec l'armée pour combattre les FDLR

En froid avec Kinshasa, les Nations unies souhaitent relancer la coopération "le plus vite possible" avec l'armée afin de neutraliser les rebelles des Forces démocratiques de libération du Rwa[...]

RDC : Filimbi, drôles de révolutionnaires !

Les jeunes militant prodémocratie arrêtés par les autorités congolaises présentent des profils qui ne collent pas, mais alors pas du tout, avec le portrait qu'en fait Kinshasa. Explications.[...]

Kyungu wa Kumwanza : "La RDC doit privilégier les échéances électorales importantes"

De retour de Kinshasa, où il a pris part la semaine dernière à la réunion du bureau politique de la coalition au pouvoir, convoquée par le président Joseph Kabila, Antoine Gabriel Kyungu[...]

RDC : que deviennent les militants congolais arrêtés le 15 mars ?

Près de deux semaines après leur arrestation à l’issue d’une conférence de presse organisée avec les responsables de Y’en a marre et le Balai citoyen, plusieurs militants[...]

Mouvements citoyens africains : qui sont ces jeunes leaders qui font du bruit ?

Citoyens avant tout, ils se sont pourtant imposés comme des acteurs politiques à part entière. Smockey le Burkinabè, Fadel Barro le Sénégalais, Fred Bauma le Congolais... Voici notre[...]

Rififi à Conakry

Difficile de s'y retrouver quand pouvoirs et oppositions font des calendriers électoraux un enjeu majeur de la démocratie.[...]

RDC : la Monusco reconduite, mais réduite

La Monusco comptera 2 000 soldats de moins. Cette reconduction du mandat de la force onusienne survient en pleine brouille entre les Nations unies et Kinshasa.[...]

RDC : les Américains derrière les mouvements citoyens ?

Les autorités congolaises, qui ont durement mis fin à la rencontre entre les mouvements citoyens étrangers et congolais la semaine dernière, ont trouvé en Washington un responsable à ce[...]

RDC : trente éléphants tués en quinze jours par des braconniers dans le parc de la Garamba

Trente éléphants ont été abattus en deux semaines dans le Parc national de la Garamba, dans le nord-est de la RDC. Les responsables du parc accusent un groupe de braconniers soudanais d'avoir commis[...]

RDC : remous dans la majorité au sujet de la loi électorale

Sept partis de la majorité congolaise (RDC) ont exprimé leurs inquiétudes sur la révision de la Constitution. Après une réunion agitée, ils ont fini par rentrer dans le rang. [...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces
Purging www.jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20120928182020 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20120928182020 from 172.16.0.100