Extension Factory Builder
28/09/2012 à 09:25
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Nakoula Basseley Nakoula escorté par la police ce samedi 15 septembre. Nakoula Basseley Nakoula escorté par la police ce samedi 15 septembre. © Reuters

Nakoula Basseley Nakoula, le producteur présumé du film islamophobe "L'Innocence des musulmans", a été arrêté jeudi 27 septembre à Los Angeles. Condamné pour une fraude bancaire, il aurait enfreint les règles de liberté conditionnelle auxquelles il était astreint.

Son film avait déclenché une vague de violences meurtrières du Maghreb au Pakistan en passant par le Proche-Orient. Sa tête avait même été mise à prix par un ministre pakistanais. Jeudi 27 septembre, Nakoula Basseley Nakoula, 55 ans, a été arrêté par la police de Los Angeles. Déjà condamné en 2010 pour une affaire de fraude bancaire, il aurait été arrêté pour avoir enfreint les règles de liberté conditionnelle liées à cette condamnation.

« Je peux confirmer qu'il est en détention et qu'il doit comparaître devant un tribunal fédéral du centre de Los Angeles en Californie (ouest) », a déclaré Thom Mrozek, du bureau du procureur, sans donner plus de détails.

En février 2009, la justice avait accusé M. Nakoula et d'autres personnes d'avoir utilisé illégalement les identités de clients de plusieurs agences de la banque Wells Fargo en Californie et d'avoir récupéré avec elles 860 dollars.

Il a été condamné en 2010 à 21 mois de prison pour escroquerie bancaire. M. Nakoula - qui serait la véritable identité de Sam Bacile, producteur du film « L'Innocence des musulmans » - était domicilié à Cerritos, au sud de Los Angeles. Il a été brièvement entendu le 15 septembre par son agent de probation, dans le cadre de sa liberté conditionnelle. Depuis, il se cachait et n'avait plus été vu, craignant pour sa sécurité. La police avait aidé sa famille à le rejoindre deux jours plus tard.

Sa tête mise à prix

Le film amateur, qui dépeint le prophète Mohammed comme un voyou aux pratiques déviantes, a offensé de nombreux musulmans et déclenché une vague de protestations anti-américaines au Moyen-Orient qui a fait plus de 50 morts.

Un ministre pakistanais a même mis à prix, la semaine dernière, la tête du cinéaste, promettant une prime de 100 000 dollars à qui le tuera. Mais, depuis, le gouvernement pakistanais a pris ses distances et rejeté cet appel au meurtre.

Les violences ont démarré par deux attaques le 11 septembre contre des missions diplomatiques américaines en Égypte et en Libye, où quatre américains sont morts dans l'assaut contre le consulat de Benghazi. Parmi eux se trouvaient Chris Stevens, ambassadeur des États-Unis à Tripoli.

Le film, aux doublages grossiers, aux décors et aux costumes d'époque kitschs, prétend raconter la vie du prophète Mohammed, évoquant les thèmes de l'homosexualité et de la pédophilie. Il présente les musulmans comme immoraux et violents.

Un autre de ses producteurs est l'organisation « Media for Christ » (« Médias pour le Christ »), regroupant des chrétiens évangéliques antimusulmans américains de droite, comme le pasteur de Floride Terry Jones, connu pour avoir brûlé publiquement des exemplaires du Coran.

Acteurs trompés

Plusieurs acteurs ayant pris part au projet ont depuis assuré avoir été trompés par M. Nakoula. L'une des actrices du film, Cindy Lee Garcia, va lancer une nouvelle action en justice aux États-Unis pour violation de ses droits d'auteur, après le rejet d'une première demande de retrait de la vidéo extraite du film, diffusée sur le site YouTube.

L'actrice affirme avoir été trompée par le réalisateur, expliquant avoir signé pour prendre part à un film intitulé « Le Guerrier du désert » et réalisé plus tard que ses répliques avaient été post-synchronisées avec un doublage grossier.

Le FBI, la police fédérale américaine, continue de son côté d'enquêter sur l'attaque de Benghazi en Libye.  L'assaut contre le consulat est désormais qualifié de terroriste par la Maison Blanche et le département d'État, après une dizaine de jours de flottement. Ses auteurs, Al-Qaïda ou un groupe extrémiste local, n'ont cependant pas encore été identifiés.

(Avec AFP)

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Maghreb & Moyen-Orient

Gaza : un raid israélien tue quatre Palestiniens lors d'un enterrement

Gaza : un raid israélien tue quatre Palestiniens lors d'un enterrement

Les services de secours ont indiqué que quatre Palestiniens ont été tués jeudi dans la ville de Gaza lors d'un raid aérien sur un cimetière. Alors que ceux-ci enterraient des proches tu&ea[...]

Carte interactive : plus de 1 600 accidents aériens en Afrique depuis 1935

Le crash du vol AH5017 d'Air Algérie, le 24 juillet 2014 au Mali, a ravivé le débat sur la sécurité aérienne en Afrique. L'occasion pour "Jeune Afrique" de faire le point sur les[...]

Syrie : arrestation au Koweït d'un financier du Front al-Nosra

Le Koweïtien Hajjaj Ben Fahd al-Ajmi, considéré comme l’un des bailleurs de fonds du Front Al-Nosra, la branche syrienne d’Al-Qaïda, a été arrêté mercredi par les[...]

Mauritanie : réélu, Aziz change de Premier ministre

Le président mauritanien Mohamed Ould Abdelaziz, investi le 2 août pour un second mandat, a nommé mercredi un nouveau Premier ministre, Yahya Ould Hademine. Cet ancien ministre de l'Équipement et des[...]

Gaza : le Hamas et Israël à nouveau dans l'engrenage de la violence

Après la reprise des hostilités dans la bande de Gaza, lundi soir, et une tentative d'élimination ciblée du chef militaire du Hamas par Israël, le conflit s'est à nouveau emballé : au[...]

Diaporama : "Djerbahood", le street art s'invite en Tunisie

Cet été, des graffeurs du monde entier ont investi les ruelles d'Erriadh, une petite bourgade de l'île de Djerba, pour réaliser une expérience inédite de street art en Tunisie. Armés[...]

Mohammed VI : le Maroc peut intégrer "le concert des pays émergents"

Lors de son discours, mercredi, à l'occasion de la "Fête de la révolution, du roi et du peuple, Mohammed VI a estimé que le Maroc avait vocation à intégrer "le concert des pays[...]

Libye : la deuxième vie de Khalifa Haftar dans la guerre au Tchad

Khalifa Haftar a récemment refait surface en prenant en Libye la tête d'une offensive toujours en cours contre les milices islamistes de Misrata et Benghazi. Dans ce deuxième billet, Laurent Touchard*[...]

Tchad : l'opération française Manta de 1983 et le jeu des frictions nord-sud

Ce billet est le dernier d'une série en trois volets consacrée aux rapports belliqueux de la Libye de Kadhafi et du Tchad de Hissène Habré. Laurent Touchard* revient ici sur l'intervention[...]

1980-1983 : Libye-Tchad, de la seconde bataille de N'Djaména à celle de Faya Largeau

Ce billet est le deuxième d'une série en trois volets consacrée aux rapports belliqueux de la Libye de Kadhafi et du Tchad de Hissène Habré. Laurent Touchard* fait ici le point sur les[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers