Extension Factory Builder
27/09/2012 à 19:00
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
L'affiche du film de Thierry Michel, 'Affaire Chebeya, un crime d'État ?'. L'affiche du film de Thierry Michel, "Affaire Chebeya, un crime d'État ?". © DR

Le documentaire de Thierry Michel "L'affaire Chebeya, un crime d'État ?" n'en finit pas d'indisposer en RDC. Alors que le général John Numbi, suspect numéro un dans l'assassinat de Floribert Chebeya, a saisi la justice belge pour faire interdire la diffusion de l'affiche du film, les autorités congolaises ont quant à elles refusé de délivrer un visa au réalisateur belge.

Toujours en cours de procès en République démocratique du Congo (RDC), l’affaire Chebeya fait désormais l’objet d’une procédure judiciaire en Belgique. Le général John Numbi, ex-chef de la police congolaise aujourd’hui suspendu, a récemment intenté une action en cessation visant à interdire l’affiche du documentaire « L'affaire Chebeya, un crime d’État ? » du réalisateur belge Thierry Michel.

John Numbi estime qu’en montrant sa photo en gros plan sur l’affiche du film, le cinéaste a réalisé « un montage malveillant » qui porte atteinte à sa dignité et à son droit à l’image. Il souhaite donc que la diffusion de cette affiche soit interdite sur « quelque support que ce soit », sous peine de lourdes astreintes financières.

John Numbi, suspect numéro un

Initialement prévu le 25 septembre, le procès en référé se tiendra le mercredi 3 octobre au tribunal de première instance de Liège. La Fédération Internationale des droits de l’homme (FIDH), un collectif d’ONG congolaises et la veuve de Floribert Chebeya se sont portées tierce partie. « Ce procès va sûrement être très médiatisé », pronostique Thierry Michel, qui dénonce une atteinte à la liberté de la presse et à la liberté d’expression.

Le 1er juin 2010, le militant des droits de l’homme Floribert Chebeya avait été retrouvé mort dans sa voiture près de Kinshasa, les poignets marqués par des traces de menottes. La veille, il s'était rendu à un rendez-vous à l'inspection général de la police, alors dirigée par le général John Numbi. Depuis, les ONG congolaises et les parties civiles considèrent l’ancien chef de la police comme le suspect numéro un dans cette affaire de meurtre, une thèse reprise par Thierry Michel dans son documentaire.

Nouveau refus de visa

Le réalisateur belge avait été expulsé de RDC le 8 juillet dernier alors qu’il venait présenter son film à Kinshasa. En septembre, il a formulé une nouvelle demande de visa à l’ambassade congolaise de Bruxelles, afin de participer au sommet de la Francophonie qui se tiendra du 12 au 14 octobre dans la capitale congolaise. « Ma demande a été refusée. Je n’ai pas récupéré mon passeport et je n’ai toujours pas de visa », confie-t-il à Jeune Afrique. Officiellement, Thierry Michel doit fournir de nombreux documents, par ailleurs non réclamés aux autres journalistes accrédités pour le sommet. Officieusement, d’après l’ambassadeur de la RDC à Bruxelles, la situation est « compliquée ».

L'auteur de « L'affaire Chebeya, un crime d'État ? » doute de pouvoir se rendre à Kinshasa en octobre. Il est également inquiet. « Qu’est-ce qui empêcherait John Numbi de lancer le même genre de procédure judiciaire lors de mon arrivée en RDC ? s’interroge-t-il. Pour le moment, je n'ai pas encore pris de décision, il faut que je réfléchisse ». Et d’ajouter, perplexe, qu’un éventuel déplacement dans la capitale congolaise représenterait « un risque évident ».

___

Benjamin Roger (@benja_roger)







 





 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

RD Congo

RDC : retour au calme à Kinshasa après l'attaque du camp militaire Tshatshi

RDC : retour au calme à Kinshasa après l'attaque du camp militaire Tshatshi

Les autorités congolaises ont affirmé mardi avoir déjoué l'attaque d'un groupe d'inconnus armés contre le camp militaire Tshatshi, à Kinshasa. Le calme était de retour en fin d'[...]

RDC : le camp militaire Tshatshi attaqué, Kinshasa appelle au calme

Des tirs ont été entendus mardi après-midi au camp militaire Colonel Tshatshi dans la ville de Kinshasa. Selon nos informations, il s'agirait d'une attaque à la machette d'un groupe de personnes qui[...]

RDC : Tshisekedi toujours "pas actif"

L'opposant historique Étienne Tshisekedi, leader de l'Union pour la démocratie et le progrès social (UDPS), était toujours hospitalisé mi-juillet. Les détails sur son état de[...]

RDC : Cour constitutionnelle, mode d'emploi

Le président Kabila a nommé, le 7 juillet dernier, les neuf membres de la Cour constitutionnelle de RDC. Juge pénal du président de la République et du Premier ministre, cette juridiction est[...]

Festival d'Avignon : tous en choeur avec Serge Kakudji

Le contre-ténor congolais a fait l'unanimité au Festival d'Avignon. Il y présentait une oeuvre à la croisée du baroque et des sonorités africaines.[...]

RDC : une coalition de l'opposition veut voir Kabila à la CPI

La coalition des forces politiques et sociales de l’opposition a lancé mercredi une pétition pour que le président congolais, Joseph Kabila, soit traduit devant la CPI pour crimes contre[...]

RDC 

"Esclavage sexuel" et "travail forcé" en RDC, MSF tire la sonnette d'alarme

MSF a dénoncé mercredi les violences que les milices armées des régions minières de l'est de la République démocratique du Congo infligent aux civils. Selon l'ONG, les exploitants[...]

RDC - Me Kapiamba : "Le clientélisme a totalement détruit la justice congolaise"

Après le scandale autour de la mort d'une petite fille d'un an et demi en détention à Kinshasa, le président de l'Association congolaise pour l'accès à la justice (ACAJ), Georges Kapiamba,[...]

RDC : le désarmement des FDLR expliqué à ceux qui ont raté le début

Les rebelles des Forces démocratiques pour la libération du Rwanda (FDLR) ont commencé fin mai à se rendre. Une reddition jusqu'ici timide mais suffisante pour obtenir la suspension des[...]

RDC : Lubumbashi en proie à de vives tensions pour l'anniversaire de la sécession katangaise

La ville de Lubumbashi est sous tension vendredi pour l'anniversaire de la sécession katangaise. Des forces de sécurité ont été déployées en prévention d'une attaque des[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers