Extension Factory Builder
27/09/2012 à 16:47
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Une jeune femme lors d'une manifestation à Tunis, en janvier dernier. Une jeune femme lors d'une manifestation à Tunis, en janvier dernier. © AFP

L’avocate d'une jeune femme violée par deux policiers soutient que le gouvernement tunisien est "responsable moralement et politiquement des agressions policières contre les femmes". Sa cliente, inculpée "d'atteinte à la pudeur", a quant à elle fait part de sa stupeur de se retrouver sur le banc des accusés, en compagnie de ses agresseurs.

Me Bouchra Belhaj Hmida n'y va pas par quatre chemins. « Le gouvernement tunisien dominé par les islamistes d'Ennahdha est responsable moralement et politiquement des agressions policières contre les femmes », a déclaré le 27 septembre cette avocate d'une jeune-femme violée par deux policiers, au début du mois.

Si « les violences policières ne sont pas organisées » poursuit-elle, « le discours du parti [Ennahdha] vis-à-vis des femmes a préparé le terrain. (...) Depuis le 23 octobre 2011 [et l'arrivée au pouvoir des islamistes], il y a plein d'affaires de harcèlement sexuel, moral et financier de la part des flics. Lorsqu'ils voient une femme moderne, une femme tunisienne, ils estiment être en droit de demander des comptes et des femmes victimes sont ensuite condamnées », s’est elle indignée.

"Position immorale"

En Tunisie, le scandale est énorme. Bien que les trois policiers impliqués dans l'agression - un agent qui retenait le fiancé de la victime et ses deux collègues, qui la violaient - aient été incarcérés, la jeune femme et son ami sont, eux aussi, poursuivis par la justice tunisienne, pour atteinte à la pudeur et voies de fait. Mercredi 26 septembre, plusieurs ONG ont dénoncé cette affaire de viol et ses prolongements judiciaires dans un communiqué. Le ministère de l'Intérieur affirme que le couple, qui encourt six mois de prison, a été surpris dans une voiture dans une « position immorale » par les forces de l’ordre, juste avant le viol.

Une confrontation entre la victime et les violeurs a eu lieu mercredi. Me Bouchra soutient que les échanges se sont « bien passés », sans s’étendre davantage, invoquant le secret de l'instruction. Le 2 octobre, le couple est à nouveau convoqué devant le juge d'instruction, afin d’être entendu.

"Je pensais être la victime, pas l’accusée."

Par ailleurs, la victime, qui souhaite rester anonyme, a raconté son viol, qui se serait accompagné d’une tentative d’extorsion de fonds visant son fiancé, au journal tunisien Al Chourouk.

« Je n'aurais jamais cru que j'allais être appelée au tribunal en tant qu'accusée. Je pensais être la victime, pas l'accusée », s’est-elle indignée. « Je ne vais pas renoncer [à ma plainte] après avoir été humiliée de cette façon, a toutefois assuré la jeune femme.

Elle se défend également de s’être trouvée dans une position compromettante avec son ami, dans leur voiture, lorsque les policiers ont fait irruption : « ce n'est pas vrai, quand ils sont venus, j'étais habillée », affirme-t-elle.

Harcèlement quotidien

Plusieurs ONG ont déjà dénoncé le comportement de la police à l’égard des femmes, qui seraient régulièrement harcelées pour leur tenue vestimentaire ou lors de leurs sorties nocturnes, depuis que les islamistes d'Ennahdha sont arrivés au pouvoir, il y a bientôt un an. De son côté, le ministère de l'Intérieur tente de minimiser ces agressions et assure qu'il ne s'agit que de cas isolés.

Ces affaires inquiètent les associations féministes alors que les Tunisiennes bénéficient du statut le plus moderne du monde arabe, depuis la promulgation du Code de statut personnel (CSP) en 1956, sous Bourguiba. Très progressiste, ce texte instaurait notamment l'égalité des sexes dans plusieurs domaines et proclamait l’interdiction de la polygamie et de la répudiation.

Ennahdha avait proposé d'inscrire dans la nouvelle Constitution la complémentarité des sexes en lieu et place de leur égalité. Cependant, devant le large mouvement de contestation provoqué par cette initiative, le parti islamiste a fait marche arrière, abandonnant définitivement le projet de texte, le 24 septembre.

(Avec AFP)

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Tunisie

Leekens, sélectionneur de la Tunisie : 'Il faut suspendre cet arbitre pour sauver la CAN 2015'

Leekens, sélectionneur de la Tunisie : "Il faut suspendre cet arbitre pour sauver la CAN 2015"

Georges Leekens, sélectionneur de la Tunisie, demande la suspension de l'arbitre mauricien Rajindraparsad Seechurn pour "sauver" la CAN-2015, après la polémique sur le penalty égalisateur de l[...]

Tunisie-Guinée équatoriale : pour la fédération tunisienne, la décision de l'arbitre est presque un "viol"

Le chef de la délégation tunisienne en Guinée équatoriale, Hichem Ben Omrane, a évoqué en des mots très dur l'arbitrage de la rencontre Guinée équatoriale-Tunisie[...]

CAN 2015 : la Guinée équatoriale élimine la Tunisie dans un parfum de polémique

Menée jusqu'à la 90e minute par la Tunisie, qui se dirigeait vers une victoire logique, la Guinée équatoriale a égalisé dans le temps additionnel sur un penalty inexistant. C'est Javier[...]

CAN 2015 : Les trois atouts de la Guinée équatoriale avant les quarts

La Guinée équatoriale, pays hôte de la CAN 2015, va tenter de se qualifier pour la première fois pour les demi-finales du tournoi. Le rapport de force face à la Tunisie paraît à son[...]

CAN 2015 : début des quarts, derby congolais et Tunisie-Guinée équatoriale

L'indécis derby entre Congo et RDC ouvre la phase des quarts de finale de la CAN-2015 samedi à Bata avant que la Tunisie ne se présente en favori face à la Guinée équatoriale[...]

Interactif : où doit-on payer le plus cher en Afrique pour être candidat à la présidentielle ?

Dans la réforme électorale engagée en RDC, la caution exigée pour prendre part à la présidentielle a été revue à la hausse. Une démarche très[...]

Tunisie : la demi-surprise du chef

En désignant Habib Essid, un technocrate indépendant, au poste de Premier ministre, le président se prémunit contre l'accusation de monopolisation du pouvoir par un seul parti.[...]

Internet, mobiles, SMS : quand nos États misent sur la censure

En réponse aux dernières manifestations en RDC, le gouvernement congolais a censuré Internet et SMS. Un classique : avant lui, de nombreux gouvernements du continent avait utilisé le même[...]

Tunisie : pourquoi le Sud a choisi Marzouki à la présidentielle

Négligés depuis l'indépendance par le pouvoir central, les électeurs tunisiens du Sud ont massivement voté pour le président sortant, perçu comme l'homme de la vraie rupture[...]

Tunisie : "Si Béji" et les bajboujettes

Le tout nouveau président tunisien, appelé affectueusement Bajbouj, doit aux femmes sa victoire à la présidentielle. Et qu'un électorat féminin porte un candidat à la[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers
Purging www.jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20120927143930 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20120927143930 from 172.16.0.100