Extension Factory Builder
26/09/2012 à 18:31
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
François Hollande réclame une convocation urgente du Conseil de sécurité pour le Mali. François Hollande réclame une convocation urgente du Conseil de sécurité pour le Mali. © AFP

François Hollande a demandé une convocation rapide du Conseil de sécurité de l’ONU afin qu’il se penche sur la requête formulée par le Mali réclamant une intervention ouest-africaine pour reprendre le nord du pays, tombé aux mains des islamistes.

François Hollande a pressé, mercredi 26 septembre, le Conseil de sécurité de l’ONU, dont la France est membre, de se réunir « au plus vite ». Le président français souhaite qu’il examine sans plus attendre la requête du Mali, qui a sollicité de sa part un mandat pour une intervention militaire ouest-africaine. Le déploiement des troupes de la Communauté économique des États de l'Afrique de l'Ouest (Cedeao) viserait à reprendre le nord du pays, aux mains des islamistes depuis mars 2012.

Plus précisément, c'est au cours d'une réunion consacrée à la crise sahélienne, qui se tenait en marge de l'Assemblée générale de l'ONU, mercredi 26 septembre, que Hollande a indiqué que « la France demande au plus vite une nouvelle convocation du Conseil de sécurité de l'ONU pour examiner la demande malienne d'une force de stabilisation pour organiser la reconquête du nord Mali ».

"Une menace qui concerne l’ensemble du monde"

Le président français a ajouté que « ce qui se produit au nord Mali est une menace pour l'Afrique de l'ouest, le Maghreb, et c'est également un risque pour l'ensemble de la communauté internationale ». La veille, devant l'Assemblée générale de l'ONU, le locataire de l'Élysée avait souligné que la « nécessité de libérer » les six otages français dans la région ne devait pas « passer par un renoncement à assurer l'intégrité du Mali. (...) Quand un territoire grand comme la France est occupé par des groupes terroristes (...) alors nous sommes devant une menace qui concerne l'ensemble du monde », a-t-il déclaré.

Désignation d’un émissaire de l’ONU

M. Hollande s’est également félicité de la décision du secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, de nommer un envoyé spécial pour le Mali. Le nom de cet émissaire n'a, pour l’heure, pas été communiqué.

La semaine dernière, Dioucounda Traoré, président du Mali, et Cheikh Modibo Diarra, Premier ministre, ont officiellement transmis une demande de résolution du Conseil de sécurité à Ban Ki-moon. Celle-ci vise à autoriser une intervention militaire internationale qui serait effectuée par les troupes de la Cedeao.

L’ONU avait affirmé qu’elle ne voyait pas d’objection à un déploiement de forces ouest-africaines au Nord-Mali à condition qu’une feuille de route précise concernant l’opération soit transmise à l’organisation internationale.

(Avec AFP)

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Mali

Affaire Kadhafi - Sarkozy : les propos de Bany Kanté contredits par Dupuydauby

Affaire Kadhafi - Sarkozy : les propos de Bany Kanté contredits par Dupuydauby

Soupçonné d'être impliqué dans le financement présumé de la campagne électorale de Nicolas Sarkozy par Mouammar Kadhafi en 2007, Cheick Amadou Bany Kanté a démenti merc[...]

Affaire Kadhafi - Sarkozy : le Malien Bany Kanté nie avoir joué un rôle de "porteur de valise"

Soupçonné par la justice française d'être impliqué dans le financement présumé de la campagne électorale de Nicolas Sarkozy par Mouammar Kadhafi en 2007, le Malien Cheick[...]

Exclusif - Financement présumé de Sarkozy par Kadhafi : demande d'entraide judiciaire de la France au Mali

Rebondissement dans l'enquête sur le financement présumé de la campagne présidentielle de Nicolas Sarkozy par Mouammar Kadhafi en 2007. Soupçonnant certains hommes d'affaires maliens d'être[...]

Mali - OIF : Dioncounda Traoré, le lièvre de Bamako

Après des mois d'hésitations, l'ancien chef de l'État malien se lance enfin dans la course pour succéder à Abdou Diouf à la tête de l'OIF. Le soutien du président IBK[...]

Nord du Mali : deux soldats burkinabè tués, quatre blessés dans un attentat suicide

Deux soldats burkinabè de la force de l'ONU au Mali ont été tués samedi et quatre blessés dans un attentat-suicide à Ber, dans le nord du Mali, a-t-on appris de source sécuritaire[...]

Mali : les négociations de paix d'Alger reportées au 1er septembre

Après une première phase préparatoire en juillet, les pourparlers entre le gouvernement malien et les groupes armés vont reprendre le 1er septembre à Alger et non plus le 17 août comme[...]

Mali : trois jihadistes, dont un proche de l'émir d'Aqmi au Sahel, arrêtés par l'armée française

Trois présumés jihadistes, dont un proche de Djamel Okacha, ont été arrêtés par l'armée française le 10 août près de Tombouctou.[...]

Mali : Karim Keïta, ascenseur pour un novice

Le fils du président malien, Karim Keïta, déjà président de la Commission de la Défense de l'Assemblée, multiplie les interventions à l'étranger. Une manière de[...]

Mali - Yero Ould Daha : "Le Mujao nous protégeait du MNLA"

Yero Ould Daha, ancien cadre du Mujao à Gao, a rejoint le Mouvement arabe de l'Azawad (MAA), groupe armé opposé au MNLA qui participe aux négociations d'Alger en vue d'un accord de paix.[...]

Le Mali relâche un ex-responsable jihadiste arrêté par les militaires français

Un ancien responsable du Mujao, un groupe islamiste armé, arrêté la semaine dernière à Gao, dans le nord du Mali, par les militaires français de l'opération Barkhane, a[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers