Extension Factory Builder
26/09/2012 à 13:22
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Julius Malema est devenu l'un des plus farouches opposants à Jacob Zuma. Julius Malema est devenu l'un des plus farouches opposants à Jacob Zuma. © AFP

La justice sud-africaine a inculpé Julius Malema, en compagnie de neuf autres accusés, dans le cadre d'une affaire de fraude, de corruption et de blanchiment d’argent. Le leader populiste a toutefois été placé en liberté sous caution. Le procès reprendra dans quelques semaines.

Mercredi 26 septembre, le tribunal de Polokwane (nord de l’Afrique du Sud) a prononcé l’inculpation de Julius Malema pour blanchiment d'argent, abus de biens sociaux et pour avoir bénéficié de revenus provenant d'activités illégales. Des soupçons d'enrichissement personnel, en lien avec des marchés publics truqués, pèsent sur le jeune tribun populiste, qui a été remis en liberté sous caution.

Après l’annonce des charges, le juge a accepté la requête des avocats du jeune tribun, demandant sa mise en liberté contre une caution de 10 000 rands, l'équivalent d'environ mille euros.

Sympathisants devant le tribunal

Malema était le président de la Ligue de jeunesse de l'ANC (African National Congress) jusqu’à son exclusion du parti au pouvoir en Afrique du Sud, en avril dernier. À 31 ans, il multiplie les critiques très virulentes à l’égard du président de la Nation arc-en-ciel, Jacob Zuma. Mais lors de son entrée au tribunal, près duquel plusieurs centaines de partisans s’étaient rassemblés pour le soutenir, il n'a fait aucune déclaration. Le politicien s’est contenté d’adresser, dans un sourire, un salut de la tête à la foule.

Des dirigeants de la Ligue de jeunesse de l’ANC avaient dénoncé une manœuvre politique visant à éliminer un agitateur qui devenait toujours plus bruyant, surfant notamment sur la vague de grève dans les mines sud-africaines. Des proches de Malema avaient même fait planer la menace d’un soulèvement des jeunes et des mineurs si le leader populiste était arrêté.

Détournement de fonds publics

Le 25 septembre, la justice sud-africaine avait également concédé la mise en liberté sous caution des neuf co-accusés de Malema. Tous sont impliqués dans une affaire de blanchiment d’argent, corruption et fraude qui porte sur des dizaines de millions de rands (des millions d'euros) de fonds publics détournés. La suite du procès devrait se tenir dans plusieurs semaines.

L'acte d'accusation évoque, entre autre, une pyramide de sociétés reliant le jeune politicien - par l’entremise d’un fonds familial - à une entreprise de conseil, qui a remporté un appel d'offres public suspect pour les routes du Limpopo, dans la province natale de Malema, désormais  dirigée par ses amis politiques. Le fisc réclamerait 16 millions de rands (1,5 million d’euros) à Malema.

(Avec AFP)
 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Afrique du sud

Afrique du Sud : les dates-clés du procès d'Oscar Pistorius

Afrique du Sud : les dates-clés du procès d'Oscar Pistorius

Pendant cinq mois, le procès d'Oscar Pistorius a fait la une des journaux. Accusé d'avoir tué sa petite-amie Reeva Steenkamp le soir de la Saint-Valentin 2013, le champion paralympique sera fixé sur son[...]

Ces magnats africains qui dament le pion aux multinationales

Ils ont mis en place des services, une production et une distribution locale : une poignée d'hommes d'affaires dominent leur marché et partent à la conquête du continent.[...]

Afrique du Sud : Sandton, au paradis des nantis...

Bienvenue à Sandton, banlieue huppée de Johannesburg. Les prix de l'immobilier y sont les plus élevés d'Afrique, et les boutiques y proposent les marques les plus chères. Pauvres[...]

Afrique du Sud : Carin Smuts, guérir la société à travers l'architecture

L'architecte sud-africaine Carin Smuts, adepte des solutions "locales", conçoît des projets dont la finalité dépasse la simple construction. Il y est question d'humanisme, de réinsertion[...]

Afrique du Sud : Joburg Art Fair, la création en toute liberté

La foire d'art contemporain de Johannesburg, la Joburg Art Fair, s'est ouverte jeudi pour trois journées d'expositions. L'occasion pour les artistes africains de révéler aux collectionneurs le potentiel de la[...]

Gaza : ce que le Sud-Africain Desmond Tutu a dit à Israël

L'archevêque sud-africain Desmond Tutu, Prix Nobel de la Paix en 1984, appuie sa plume là où ça fait mal. Pourfendeur de la guerre à Gaza, il a signé une tribune dans le quotidien[...]

Ebola : l'Afrique du Sud ferme ses frontières avec la Guinée, le Sierra Leone et le Liberia

Les pays africains prennent progressivement des mesures contre l'épidémie d'Ebola en cours en Afrique de l'Ouest. Jeudi, l'Afrique du Sud a ainsi déclaré qu'elle fermait ses frontières avec la[...]

BRICS : tous pour un, mais lequel ?

S'estimant mal représentés dans les institutions de Bretton Woods, le Brésil, la Russie, l'Inde, la Chine et l'Afrique du Sud ont créé leur propre banque de développement. Mais[...]

Afrique du Sud : deux ans après, hommage aux mineurs tués à Marikana

Plusieurs milliers de mineurs sud-africains se sont retrouvés à la mine de platine de Marikana en hommage aux 34 grévistes qui y ont été abattus par la police il y a deux ans. Le massacre du 16[...]

Afrique du Sud : deux ans après, les veuves de Marikana réclament toujours justice

Deux ans après la mort de 34 grévistes abattus par la police sud-africaine à la mine de platine de Marikana, dans le nord, les veuves des victimes attendent toujours des réponses: comment, et[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces
Buy VentolinBuy Antabuse Buy ZithromaxBuy Valtrex