Extension Factory Builder
26/09/2012 à 11:54
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Un véhicule de la police malienne. Un véhicule de la police malienne. © AFP

Des coups de feu ont été entendus mercredi 26 septembre dans le camp du Groupement mobile de sécurité (GMS) de la police nationale, à Bamako. Selon des sources sur place, des policiers se sont révoltés contre des collègues qu'ils estiment favorisés car proches de l'ex-junte.

Mis à jour à 14h53.

« Des policiers se révoltent parce que d'autres policiers proches de l'ex-junte [qui avait mené le coup d'État du 22 mars, NDLR] ont été favorisés », a expliqué une source policière. Qui a précisé peu après : « Ce sont des policiers qui se tirent dessus, il y a eu deux blessés dans ce camp » du Groupement mobile de sécurité, situé dans l'ouest de la capitale malienne.

« Des policiers avaient l'intention de semer le trouble parce qu'ils étaient mécontents des avancements obtenus par certains, ils voulaient s'emparer du magasin d'armes, mais nous avons pris le contrôle », a ajouté un policier armé d'un fusil d'assaut kalachnikov, le sergent Ali Touré. Selon lui, deux policiers ont été blessés, « l'un touché par une balle perdue », « l'autre blessé au pied, mais pas par balle ».

Tension

La zone était encerclée par plusieurs dizaines de policiers. L'incident témoigne d’une tension toujours palpable à Bamako, six mois après le coup d’État qui a renversé le président Amadou Toumani Touré, même si la situation s’est améliorée.

Depuis le 22 mars, l’État malien a perdu le contrôle de la moitié de son territoire, désormais occupé par des groupes islamistes armés. Cette situation sera au cœur d’une réunion au siège des Nations Unies, à New-York, alors que Bamako a demandé officiellement une intervention militaire internationale.
 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Mali

La course pour la direction du bureau Afrique de l'OMS est lancée...

La course pour la direction du bureau Afrique de l'OMS est lancée...

Qui, début novembre, succédera à l'Angolais Luís Gomes Sambo à la tête du bureau Afrique de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) ?[...]

Mali : ouverture du troisième round de négociations à Alger

Les pourparlers de paix entre le gouvernement malien et les groupes armés ont repris mardi à Alger. Le ministre malien des Affaires étrangères a appelé les différents mouvements à[...]

Mali : réouverture des négociations de paix à Alger

La reprise des pourparlers de paix entre le gouvernement malien et les groupes armés, samedi, à Alger s'inscrit dans un contexte sécuritaire particulièrement tendu dans le nord du pays.[...]

Mali : à Alger, la médiation face à deux plans de sortie de crise

Alors que la reprise des pourparlers de paix entre le gouvernement malien et les groupes armés a été reportée au 22 octobre à Alger, "Jeune Afrique" a pu se procurer en[...]

Mali : au moins 7 morts dans des combats entre le MNLA et le Gatia près de Gao

Au moins sept personnes ont été tuées lors d'affrontements jeudi après-midi, près de Gao, principale ville du nord du Mali, entre et le MNLA et le Gatia, deux groupes armés touaregs de[...]

Mali : discussions à Alger, combats vers Gao

Le MNLA et le Gatia, une milice progouvernementale, s’affrontent dans la région de Gao depuis jeudi matin. Des combats qui interviennent alors que devaient reprendre à Alger, la veille, des négociations[...]

Mali : Sultan Ould Bady et le Mujao, un jihadiste en rupture de ban

Le jihadiste Sultan Ould Bady serait en conflit avec le Mujao, au nom duquel il a pourtant récemment revendiqué plusieurs attaques contre les Casques bleus au nord du Mali.[...]

Mali : les contrats d'armement surfacturés, une bombe à retardement pour IBK

L'affaire des contrats d'armement surfacturés continue de faire des victimes... jusque dans le cercle rapproché du chef de l'État. Son conseiller spécial, Sidi Mohamed Kagnassi, a dû[...]

Mali - Seydou Keita : "Pourquoi ne pas terminer à l'AS Roma ?"

À 34 ans, Seydou Keita, le milieu de terrain malien, continue d’évoluer au plus haut niveau. Interview.[...]

Mali : quand Moussa Mara rencontre un rebelle

Moussa Mara, le Premier ministre malien, a rencontré discrètement Moussa Ag Acharatoumane, un représentant du Mouvement national de libération de l'Azawad (MNLA), le 7 octobre à[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers