Extension Factory Builder
27/09/2012 à 14:15
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Jean-Marie Runiga, leader politique du M23. Jean-Marie Runiga, leader politique du M23. © AFP

De loin ou de près, le "bishop" Jean-Marie Runiga a côtoyé tous les anciens mouvements rebelles congolais : Alliance des forces démocratiques pour la libération du Congo (AFDL), Congrès national pour la défense du peuple (CNDP), Rassemblement congolais pour la démocratie (RCD)... Aujourd’hui leader politique du Mouvement du 23 Mars (M23), il est en première ligne pour négocier avec Kinshasa, comme il l’était autrefois lors des tractations du CNDP de Ntanganda avec Kabila, en 2009. Portrait d'un homme de l’ombre passé à la lumière.

Du prédicateur au chef rebelle : Jean-Marie Runiga n'a pas hésité à franchir le pas. L’« homme de Dieu » a pris au début de juillet les rênes politiques du M23, le principal mouvement insurrectionnel congolais qui défie depuis cinq mois l’armée à l’est de la RDC. Une posture qui propulse au-devant de la scène un homme habitué à œuvrer, bible en main, dans l’ombre de différents groupes rebelles. « Pendant l’époque de l’AFDL [Alliance des forces démocratiques pour la libération du Congo, rébellion qui a mis fin aux 32 ans de règne de Mobutu, NDLR], je me limitais à apporter mes bons offices pour régler des différends internes », précise-t-il fièrement.

Dans une société où la religion occupe une place prépondérante, Jean-Marie Runiga a gravi les échelons grâce à son statut d’évangélisateur. Tout est parti de Kisangani, au nord-est de la RDC. À la fin des années 80, il y débarque pour poursuivre ses études universitaires après avoir décroché son diplôme d’État à Bukavu, capitale du Sud-Kivu, sa province natale. Il est accueilli par son beau-frère Safari, infirmier dans un centre de santé de la place.

« Faute des moyens financiers, Runiga n’a pas pu terminer sa formation, raconte Jean-Marie Mbundu, un commerçant qui a recueilli le jeune étudiant en difficulté pour lui proposer de devenir le gérant d’un des magasins "Mbundu et Frères" à Kisangani. On s’est connu parce que son hôte était le "médecin" de mes enfants », précise-t-il.

Montée en puissance

La rencontre des deux hommes ne se limite pas au mercantile. Le patron et son employé évoluent également ensemble dans les groupes de prière. Jusqu’à fonder leur propre église, « Jésus seul sauveur » (JSS), implantée aujourd’hui dans plusieurs villes de RDC. Après une brève direction du culte par son « frère en Christ », Runiga prend la commande. Et les titres se succèdent : pasteur, apôtre, "bishop", … Sa montée en puissance dans le milieu des « églises de réveil » coïncide avec la rébellion du Rassemblement congolais pour la démocratie (RCD), soutenu par le Rwanda en 1998. Jean-Marie Runiga joue le jeu mais ne s’affiche pas. « J’étais devenu le conseiller spécial d’Azarias Ruberwa [le président du RCD, NDLR], mais je n’assumais aucune fonction officielle dans le mouvement », avance-t-il.

En 2003, lorsqu’un accord de partage de pouvoir est conclu entre Kinshasa et les différents groupes rebelles, le prédicateur est gratifié d’un poste de troisième rapporteur de la Commission d’éthique et de lutte contre la corruption. Deux ans plus tard, Joseph Kabila, le chef de l’État congolais, le nomme président du conseil d’administration du Fonds pour la promotion de l’industrie (FPI), pour le compte du RCD. Fonction qu’il occupa jusqu’en 2007, avant de rejoindre la rébellion du Congrès national pour la défense du peuple (CNDP) dirigée par le général déchu Laurent Nkunda.

"Fin opportuniste"

À l’éclatement du CNDP, Jean-Marie Runiga soutient le camp de Bosco Ntaganda qui s’est rapproché du gouvernement congolais pour mettre hors-jeu Laurent Nkunda. « C’est un fin opportuniste », résume Jean-Cornelis Nlandu, auteur de l'essai Les nouveaux cadres congolais – Figures d’aujourd’hui et de demain. Et de renchérir : « Runiga est un personnage qui émerge d’une nébuleuse, profitant de la force des armes pour peser sur l’échiquier politique ». Fort de ce poids politique, il négocie l’entrée du CNDP – devenu parti politique – dans la Majorité présidentielle, plateforme qui a soutenu Joseph Kabila à la dernière présidentielle. Aujourd’hui, six mois plus tard, le divorce est consommé : Runiga a repris les armes. Avec le M 23, il réclame désormais de nouvelles négociations avec Kabila.
 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

RD Congo

RDC - Félix Tshisekedi : 'Je n'irai pas à la mangeoire'

RDC - Félix Tshisekedi : "Je n'irai pas à la mangeoire"

À Kinshasa, il a créé la surprise. Félix Tshisekedi a accepté le principe d'un dialogue avec le président Joseph Kabila. Il s'en explique pour "Jeune Afrique".[...]

RDC 

RDC - Ève Bazaiba (MLC) : "Je ne trahirai pas Bemba"

Elle militait aux côtés d'Étienne Tshisekedi. Puis, en 2006, elle a rejoint le leader du MLC, dont elle est désormais le bras droit et à qui elle vient de rendre visite dans sa prison de[...]

RDC - Tueries à Beni : évêques et élus de l'Est montent au créneau

Face à la persistance des tueries à Beni, des évêques officiant dans l'est de la RDC ont accusé ce weekend Kinshasa de "laisser pourrir la situation". Ils ont été rejoints[...]

RDC : Patrice Carteron rempile avec le TP Mazembe

En fin de contrat avec le TP Mazembe, Patrice Carteron va finalement prolonger son aventure à la tête des Corbeaux. Avec comme objectif principal la reconquête de la Ligue des Champions.[...]

RDC : deux morts à Beni, les tueries se poursuivent

Depuis octobre, plus de 350 personnes ont été tuées à Beni, dans l'est de la RDC. Dans le même territoire, une nouvelle embuscade attribuée aux ADF a fait jeudi deux morts.[...]

CPI : le procès de Jean-Pierre Bemba s'ouvrira le 29 septembre

La Cour pénale internationale a annoncé vendredi que le procès du Congolais Jean-Pierre Bemba s'ouvrirait le 29 septembre.[...]

RDC : l'UDPS favorable au dialogue proposé par Kabila

L'UDPS, formation d'opposition très affaiblie, estime que le dialogue avec l'administration Kabila "doit mener à de bonnes élections".[...]

Technologies : quand WhatsApp bouscule les codes de la communication politique en Afrique

Lancée depuis bientôt cinq ans, l’application de messagerie internet WhatsApp a conquis les smartphones de millions d’utilisateurs dans le monde. Très utilisé en Afrique, l’outil[...]

C'est du vent !

Les voyages forment tout le monde, quel que soit l'âge de chacun. Il n'y a guère longtemps, je me suis retrouvé dans la capitale - que je préfère ne pas nommer - d'un pays[...]

RDC : pourquoi Kabila veut négocier avec l'opposition

Après avoir dépêché un émissaire - Kalev Mutond, le patron de l'Agence nationale de renseignements - auprès de ses opposants "radicaux" (Vital Kamerhe, les partisans[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers